14/01/2008

Le vrai sens des mots…

LibertéLL

 
                 Je suis assez consterné par la pauvreté de votre vocabulaire. Surtout, je crois que vous ne comprenez pas le vrai sens des mots. Oh, je ne vous en veux pas. Disons que le marketing dénature les concepts, la bienpensance vous fait dire malcomprenant pour con ordinaire et les verlans achèvent le travail.

Mais quand même. Allez, je prends un mot au hasard. Tiens, "provocation". Qu'est ce que c'est pour vous qu'une provocation? Un doigt se lève au fond de la classe. Comment? Ah, oui, ça vient de provoquer qui veut dire irriter quelqu'un pour le faire réagir. Bien. Très bien, même.
Un autre mot au hasard: recensement. Que veut dire recensement? Qui sait? Toi? Oui, c'est ça, un dénombrement de personnes. Et à quoi ça sert? Eh bien, par exemple, à mieux prendre en compte les réalités d'un groupe humain.  Ainsi, un recensement des Belges permettrait de mieux savoir combien il y a de gauchers. Intéressant, ça les gauchers. Avec cette information, les fabricants de ciseaux peuvent vous en faire le nombre proportionnel de paires nécessaires. Riez pas, j'en ai acheté par erreur… je savais pas. Mais c'est très logique et utile quand on est gaucher si j'en juge par les difficultés que j'ai à utiliser cette paire pour gaucher!

Cela dit, attention aux faux amis. Le faux ami est un mot qui croit qu'il veut dire ce qu'il veut dire mais c'est pas ce que ça veut dire. Vous suivez? Là aussi, un exemple. Pour un Flamand, un recensement n'est pas un dénombrement de personnes ni un moyen de mieux reconnaître une réalité sociale dans le but de pratiquer une meilleure démocratie. Non, pour un Flamand, un référendum est une pro-vo-ca-tion. Vous proposez un referendum pour voir qui parle quoi et où dans ce pays et on vous répond: "provocation". Ceci témoigne d'une perception moins archaïque de ces mots comme vient de nous en donner en exemple un politicien flamand qui réagissait à une demande bien naturelle d'un autre politicien francophone de procéder à un recensement de la population autour de Bruxelles pour gérer des réalités plutôt que des fantasmes…

Notez, c'est intéressant parce que ça veut dire deux choses: d'abord, que malgré tous leurs efforts, il y a de moins en moins de gens qui parlent flamand. Il suffit d'aller au salon de l'auto ou tout autre salon pour s'en apercevoir. Les fabricants font, selon les statistiques officielles 35% de catalogues en français et le reste en flamand. Or, après deux jour il n'y a plus un seul catalogue en français. Ils lisent pas les Flamands? Ou alors… ils diminuent en nombre!
Ensuite, ça vous montre l'esprit d'ouverture et leur désir de démocratie dans le respect des droits du citoyen…

Enfin, tout ça pour vous montrer que votre vocabulaire laisse à désirer. Mais heureusement que je suis là pour vous donner le vrai sens des mots!  *;->)

12:22 Écrit par Amadeus | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : flamands, mots, humour |  Facebook |

Commentaires

Simulateurs! Personne n'ignore le vrai sens des mots. La mauvaise foi les dénature mais personne ne les comprend mal sincèrement.

Écrit par : Ben | 14/01/2008

*oo* Merci pour le petit mot à propos de mon blog, c'est gentil :-)
Bel après-midi !

Écrit par : Loo | 14/01/2008

Les commentaires sont fermés.