23/02/2008

Arretez de vouloir etre heureux... c’est con!

 Bonheur-d'être-con2LL
 
                    C’est invraisemblable! Tout le monde veut être heu-reux! Bon... Or, il n’y a pas une recette plus bête que de vouloir être heureux. Imaginez que vous soyez heureux demain. Paf. Heu-reux!  Riche, belle, célèbre, blonde et intelligente. Enfin, le dernier point rend pas forcément heureux, mais soit.

Vous achetez votre villa et votre piscine en forme de guitare électrique à Cannes.  Imaginons même que vous soyez du genre à savoir apprécier ce que vous avez et que vous soyez vraiment heureuse, remerciant les dieux dans la position du bouddha tous les jours devant le soleil levant, les doigts en anneaux sur chaque genou.

Votre mari vous aime, le ciel est bleu, vos enfants vous font un bisou tous les jours en vous offrant une fleur. Vous avez un labrador nourri au fric froc et une Twingo rutilante dans le garage. Je vous dis: LE bonheur. Tout le monde vous envie. Qu’est ce qui peut vous arriver? Plus de bonheur? Impossible! Vous êtes à fond là. Donc, la seule chose qui peut vous arriver c’est du malheur. Comme un canard en plein ciel bleu sous une balle de fusil. Paf, et vous dégringolez pour devenir la vedette de la chasse des paparazzis qui vous cuisinent sauce à l’orange après vous avoir plumée.

Plus un sou, le mari avec une starlette, vos enfants qui supportent pas votre dépression, la Twingo pliée par votre fils un soir de sortie, le labrador écrasé par le camion poubelle, la piscine utilisée par les pompiers pour éteindre la garrigue qui menace votre maison, vos seins qui tombent et vos cheveux qui grisonnent...

D’ailleurs on l’entend: «il était si heureux, il vivait si bien, tout allait si bien, il avait tout réussi». Ben oui, c’est là le problème. On a tous entendu ça. Le bonheur prédispose au malheur.

Bon, imaginons le contraire, maintenant. On vous a amputé d’une jambe mais vous êtes convalescente et en ré-éducation. Tout va mieux de jour en jour et tout le monde vous félicite pour vos progrès. Votre ticket de tombola vous fait gagner 10 euros, on a retrouvé le chien que vous aviez perdu. Vos enfants viennent vous consoler avec des DVD, la télé programme Les Seins de Glace pour la 300ème fois et vous êtes si heureuse de pouvoir le regarder comme un film karaoke dont vous connaissez toutes les répliques. Le curé vous appelle ma fille et vos voisins vous ont apporté des pralines Leonidas. On vous apprend qu’on va pouvoir réparer la Twingo dans laquelle votre mari s’est envoyé ad patres un soir de beuverie...
Plein de petites joies qui vous rendent heureuse du matin au soir. C’est quand même mieux que de voir une fois par jour un relevé de compte grassement garni!  Là, tout est nouveau bonheur, tout est bonne nouvelle et vous cessez d’angoisser en vous demandant ce qui va vous arriver demain.

Voilà la vraie recette du bonheur. Vous préférez l’autre? Ben oui, moi aussi, mais faut pas craindre le malheur alors! Et si vous ne craignez pas le malheur, pourquoi vouloir le quitter? Pourquoi vouloir le bonheur des autres? Méchanceté? Voilà pourquoi je ne veux que votre malheur. Celui de me lire par exemple! Quand vous arrêtez, ça peut être que du bonheur!
 *;->)

01:18 Écrit par Amadeus dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Le bonheur est devenu l'illusion collective sur laquelle vit notre époque. Amitiés

Écrit par : Pascal Bruckner | 23/02/2008

Et qu'est-ce qu'on fait avec... ...les bienheureux ?
;-)

Écrit par : Aline Amball | 23/02/2008

Les commentaires sont fermés.