29/02/2008

Produits de première nécessité…

Première-nécessitéL

 
 
                Vous avez des idées? Bravo. Non, comme ça, j'aime les gens qui ont des idées. Bravo. Vous croyez que ça vient de votre intelligence que vous avez? Un peu, mais surtout… surtout de ce que vous avez mangé. Je vous zesplic.

Vous vous sentez un rien déprimé parfois, non? Je sais pas, disons que vous avez regardé les infos télé sur la ReTeBeuF, puis vous avez reçu  un courrier de l'administration fiscale et votre dentiste témoin de Jéovah est venu vous rendre visite. (Riez pas, ça m'est arrivé!). Seule bonne nouvelle de la journée, vous avez le sida mais ça devient tout doucement guérrissable. En fait, vous avez même sombré dans la dépression. Idées noires après les idées claires. Et qu'est ce qui a été le plus utile pour vous sortir de là? Votre psy? Bof… Non. La chimie! Le Prozimachin. Oui. Mais je peux pas faire de pub.

Une autre fois, vous vous êtes réveillé un matin en pleine forme et vous vous demandez encore comment les mauvaises nouvelles plus la météo qui a mis bas (relisez Coluche) peut avoir paradoxalement suscité tant de désir de vivre que vous vous êtes réveillé en priapisme militant sonnant et trébuchant pour aller à la salle de bain. Eh bien c'est que vous avez avalé un vin qui vous a fait du bien ou une barrette de chocolat ou que sais-je encore. Toujours la chimie…

Alors quand on constate ça on se demande pourquoi nos alimenteurs ne nous bourrent pas nos plats préparés d'aliments qui nous optimisent. Ils mettent bien du fluor dans l'eau! Et du nonox dans l'essence. Pourquoi pas du Prozimachin dans les bouteilles de Brute, dans le lait et le café de première nécessité matinale?

Dites, ça me donne une idée, moi, ce truc là. Du côté des ministères et autres cabinets si bien nommés… ils ont des points d'eau, non? On pourrait pas leur filer un truc qui les rende un rien positifs, altruiste, empathiques et compatissants, voire même polis, même si je sais que j'en demande beaucoup, là? Et Leterme, on aurait pas pu lui filer un truc qui le rende plus intelligent et moins obtus tant qu'à lui perforer un baxter dans son lion de Flandre? Un peu d'imagination, que diable!

Mais non, je suis pas fou. Ils mettent bien des poisons qui nous rendent malheureux dans notre boîte aux lettres et dans la vie. Ils pourraient compenser dans l'alimentation, non? *;->)

00:26 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/02/2008

Canabis bio

                 Canabis-bioL
 
                                    Une dame de mes connaissances, très équilibrée, intelligente, bien mise, responsable dans ses fonctions, qui a de l’esprit, quelqu’un de très très bien m’a un jour avoué un peu consternée que son fils prenait du canabis. ‘Mais, a-t-elle ajouté, il m’assure que c’est du canabis bio! C’est toujours ça’.

Ah…

Jusqu’où peut aller l’indulgence d’une mère! Ça donne des idées: ‘Oui on a brûlé des gens mais à feu vif pour qu’ils ne souffrent pas longtemps’. ‘Oui, je me saoule au volant mais je roule sur les trottoirs pour éviter les accidents’ ou "oui, je l'ai descendu de trois coups de revolver mais c'était pour son bien".  "Oui, je me saoule la g… tous les jours mais c'est bon pour le commerce et c'est uniquement avec de l'alcool intra-communautaire"…

Pourquoi je vous raconte ça? Parce qu’on me demande toujours où je vais chercher mes sujets. Mais, bon dieu, c’est la question inverse qu’il faudrait poser! Comment ne pas voir tout ça? Je suis ébahi devant la folie du monde. Mais notre esprit est habitué à corriger, rectifier, lisser, absoudre, ne pas relever, comme si on avait un essuie-glace devant le pare-brise de notre vision du monde. Vous voyez une énormité mais hop! un coup d'essuie-glace et tout va bien.... Et c’est comme ça qu’on se fait cuire... à petit feu cette fois ci!

Quand je m'insurge et que je dis "mais enfin… c'est intolérable!" on m'oppose que je suis un excité, que ça ne sert à rien de s'en faire et qu'il faut être philosophe. Quand je dis que les dirigeants de nos états ou de nos banques sont plus fous de les pires des fous, on me renvoie le compliment. Pourtant, périodiquement, on voit que les gouvernants détruisent des pays, que des patrons de banque laissent faire des énormités qui conduisent à des désastres financiers, que des patrons s'arrosent de stock options -dommage que ça flambe pas…- que des informaticiens achètent jour après jour des technologies dépassées parce qu'ils sont eux mêmes dépassés et frileux…etc. Moi, mon problème, c'est que j'ai beau actionner les essuie-glaces, j'arrive plus à effacer le pare-brise… Et je trouve le monde de plus en plus fou! C'est hallucinatoire!

Bon, c'est pas tout ça, mais pour le canabis, bio ou pas, je vous recommande vraiment pas d’en prendre! Je préfère me shooter à l’humour  *;->)

22:51 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Brouilly d’idées…

                      Brouilly-d'ideesL
                               
                                Je constate que vous aimez les sujets religieux. Je vous jette pas la pierre sur laquelle je bâtirais ma chapelle. Moi-même, j’aime ça aussi. Enfin, c’est pas que j’aime, c’est que je cherche! Parce que là, comme ça, en étant rien que Spinozien, il manque quand même quelque chose. Une croyance. Croire. C’est pourquoi j’ai adoré le dernier Peste-Achats avec son comparatif des religions. Enfin des critères de choix objectifs.

Disons le tout de suite, ils ont eu du mal à trouver un Maître à chats. Normal, les promesses ne sont pas vérifiables et là, c’est quand même le Bouddhisme qui sort mieux que les autres puisqu’on ne doit pas attendre grand chose après.
Côté rigueur et Mode d’Emploi, le Coran paraît très contraignant mais son côté Code Civil Belge avec plein de lois fait qu’on peut toujours en trouver une pour contredire la précédente. Pratique.
Pour ce qui est de la garantie, le Catholicisme a un accessoire intéressant qui permet d’effacer l’ardoise à péchés. Il y a des officines spécialisées qui, moyennant quelques légères remontrances vous carwashent vos excès. Le carême catho est aussi plus léger que celui des Musulmans. Moins contraignant, à nouveau. Intéressant.

Les sous-marques, si souvent intéressantes normalement, font piètre figure dans le cas des religions: les Témoins de Jeovah, par exemple, ne prouvent rien de plus que les autres et vous êtes tributaire de vos qualités de vendeur pour aller au Paradis. Tout le monde n’est pas bon représentant… Vaudou et autres religions exotiques sont assez mal cotées. Finalement, les Socialistes s’en sortent pas mal. Les promesses sont vérifiables bien que rarement tenues, c’est le défaut. Peu de services après vente aussi… Les écolos reçoivent une très bonne cote pour leur ardeur et la qualité de la promesse mais une note rédhibitoire du fait de la réimplantation d’ours, de radars et autres cornichonneries dans le paysage. En plus, leurs promesses sont tellement inaccessibles qu’elles ne sont pas réalistes. Quant aux produits blancs style sectes, il y a à boire et à recracher. Parce que certaines vous demandent carrément un suicide collectif.

Pas facile de trouver une bonne religion. Finalement, je garde la mienne: le couple Saint-Amour Saint-Emilion!
*;->)

20:06 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/02/2008

Lagadou… lagadoue…

 lagadouL
 
 
                                Les Anglais ont inventé le spray qui crache de la boue. Ah! Je vois que je vous intéresse, là. Vous vous dites «ma foi, quand j’aurai de la peau d’orange, ça va être pratique! Plus besoin de se tremper, y suffira d’un coup de spray Elnette Çateint Boue et le tour est joué! Géniaaaal! Sont bons ces Anglais quand même!» Pragmatiques comme toujours’. (Je vous tape sur l’épaule: houhou): vous emballez pas... c’est pas exactement ça. Enfin, ça sert pas à ça... ‘Mais à quoi ça peut bien servir alors? Aaah, je vois! C’est pour faire des blagues! Très drôôôle!’ Ben non, pas non plus pour les blagues. ‘Euh ‘tendez... ce serait pas pour ... dépister les maris qui rentrent trop tard et qui seraient sortis par derrière qui... ou alors, c’est la dernière trouvaille maquillage des pipettes après le jeans qui laisse voir la culotte...?’. Non, rien de tout ça, raclez-vous pas les fonds de cerveau, vous trouverez pas! Vous donnez votre mauvaise langue au rat? Bon, je vous mets sur la piste...

Personne vous avait dit que le pétrole allait augmenter parce que les Chinois voulaient aussi partir en week-end. Sinon vous n’auriez pas acheté ce rutilant 4X4 qui pollue, encombre, vous rend grossiers au volant par esprit de supériorité et vous arrache le porte-feuille à la pompe avec l’aide du gouvernement qui vous fait la peau en taxes diverses. Vous étiez quelqu’un de poli, bien élevé, et voilà que depuis que vous avez ce fichu 4X4 vous avez appris des mots grossiers, des comportements méprisants et tout cela dans le mode d’emploi, je suppose! Notez, je vous en veux pas d'avoir un quat'quat. Avec les casse-vitesses et la trouille qu'on nous colle sur l'insécurité routière, les gens achèteraient des chars d'assaut s'ils pouvaient!

Mais comme vous avez un emploi de bureau, vous n’avez pas le temps d’aller salir votre 4X4 pour vous donner un air d’Indiana Jones en Week End. Alors, il y a les sprays de boue anglais pour quand vous allez à Knokke par beau temps, que vous arrivez sur la place m’as-tu vu ou devant la superboîte de nuit avec votre quat’ quatre. Ça fait plouc de l’avoir propre comme un sou neuf! Alors, hop, un petit coup de boue par ci par là et vous avez l’air de sortir du bois d’Indiana Jones en chantant lagadoulagadoue... C’est ce qui s’appelle être terre à terre... Notez, les baisers d’aujourd’hui s’appellent bien des pelles!

Prochaine étape: les vers de terre dans la voiture. Déjà, chez un grand couturier à New York, j’avais vu des vestes trouées et usées artificiellement, chapeau et godasses idem. Eh bien là, pareil! La boue, y a que ça de vrai. Notez qu'une marque de chaussures pour enfants fait pas mal non plus: ils vendent des chaussures avec des taches de sang comme si vous veniez d’écraser votre adversaire à coups de tatanes...

Et pendant ce temps là... les Chinois travaillent à nous vendre toutes ces conneries. Mais c’est eux qui vont s’enrichir! *;->

20:22 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

26/02/2008

Les couilles du pape…

 Les-couilles-du-papeL
 
 
                                Il m’arrive d’avoir des plaisirs simples. Par exemple, le petit déjeuner c’est sacré pour moi. J’y mets le temps avec fruits, lecture, yaourt, pain, fromage blanc parfois ou confiture. Justement, je voulais vous parler de la confiture que j’ai achetée à Aurillac en descendant vers les Pyrénées pour Noël. Déjà la marque: Les couilles du pape, confiture de prunes, incitait à penser qu’elle était naturelle si tant est que le Pape… Personne n’oserait une telle appellation si elle n’était contrôlée même si c’est moins appétissant au palais que la gelée royale, je vous l’accorde. (N'appelle-t-on pas le sperme de flic, le blanc de poulet, au jour d'aujourd'hui?) Mais quand même plus que le crottin de Chavignol! Vous le connaissez, vous, Chavignol? Il faudrait déjà lui faire vachement confiance pour manger un truc qui s’appelle comme ça, même en le connaissant personnellement.

Je croyais avoir tout vu, tout lu, tout bu et surtout manju. Eh bien, non…

Revenons à la confiture. Super! J’en ai tartiné ce bon gros pain de campagne qu’on ne trouve qu’en province hautement provinciale. Peptides agréablement aromatisés à l’E32X, fructose autorisée CEE, stabilisant naturel, taux de rétractabilité en bouche conforme aux dernières mesures organoléptiques (c'est le nouveau mot pour dire goût…) du rétractilomètre, un vrai délice. Non, je suis pas snob. J’ai simplement lu ce qui est écrit en tout petit sur le pot! Et j’ai pu vérifier que c’était vrai! Alors pourquoi continuer à dire des choses qui ne vous éclaireraient pas comme: bon goût de fruits frais ou onctueusement onctueux… Il faut s’adapter, se mettre à niveau comme disent les normalisateurs européens aux légers technocra-tics convulsifs…
Parce que les normes de qualité c’est très bien. L’obligation d’informer le consommateur aussi. A condition que ce ne soit pas en langage codé que seuls les hygiénistes et fonctionnaires de la CE sont capables de comprendre! Et que ça ne serve pas à maquiller des horreurs comme cette appellation «huile végétale» qui recouvre hypocritement l’huile de palme, l’une des pires horreurs qui soient pour embourber vos artères dans le cholestérol! Sur le label de qualité d’un sapin de Noël, je lis «en choisissant ce sapin, vous préservez les forêts»… Par quels détours? Va t’en savoir…

Je vais vous dire, y a pas qu’avec celles du pape qu’on fait de la confiture…

20:37 Écrit par Amadeus dans Société | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

25/02/2008

Avantage acquis…

 Avantages-acquisL
                      
 
 
                            Vous n’êtes pas sans ignorer comme il ne faut pas dire, que j’ai écrit environ cent textes ces derniers mois. Donc, la belle saison arrivant doublée du réchauffement de la planète, je me suis dit que j’allais me mettre au repos. J’en ai parlé à mon frère, comme ça sans penser plus loin.  Mais il connaît les lois et m’a demandé si j’avais une autorisation.

- Autorisation de quoi ?
- Eh bien, d’arrêter!
- Mais je fais ce que je veux quand même, non? C’est mon droit d’écrire ou de ne pas écrire! C'est mon blog!
- Oui, ça c’est en-dessous de cent textes mais comme tu as dépassé ce nombre, tes lecteurs sont en droit de t’attaquer pour résorption unilatérale et perpendiculaire d’avantage acquis. Pour éviter ça tu aurais du écrire en-dessous de chacun de tes textes qu’il s’agissait d’un cadeau ponctuel non contractuel et ne donnant droit à aucun droit sur toi-même ni sur tes héritiers moraux ou physiques et cela, quel que soit leur physique! Tandis que là… tu es obligé de continuer. C’est devenu un avantage acquis.
- Attends, tu te fiches de moi, là?
- Pas du tout, mon cher, si jamais quelqu’un décède d’une crise cardiaque parce qu’il n’a pas reçu son texte un matin, tu risques de te retrouver devant les tribunaux! Et vite fait encore bien. Le chef d’accusation plus la marge d’erreur de la justice augmentée du quotient de dysfonctionnement, ça peut t’amener à 10 ans de taule comme rien. En plus, je compte pas les centimes et week-ends additionnels si tu t’es mal garé durant les cinq années précédentes.

J’étais moite, de grosses coulées de sueur…

- A ta place, poursuivit mon frère, j’essaierais de négocier une sortie honorable et transactionnelle avec tes lecteurs. Donne leur par exemple 60 jours de textes plus un livre sur papier vélin pour leur pécule vacance littéraire et ça devrait être bon. Là, un juge considérerait ta bonne foi. Tu t’en sortirais à bon compte…
- Oui mais comment vais-je faire pour écrire tout de suite tout ça?
- Ah, je suppose que tu l’as prévu! Tu n’es quand même pas toujours à la corde à un texte près!
- Ben si, dis-je, j’en ai cinq ou six d’avance mais pas plus.
- Grave erreur, mon cher, et là, si tu n’as rien provisionné, le juge, pour le coup, pourrait être féroce. Imprévoyance, gestion en parrain mafieux plutôt qu’en bon père de famille…

Bon, je vous laisse, mon restaurateur Viet-Namien qui cherche à se débarrasser de son boat people toujours garé en double file devant son restaurant m’a proposé de me l’offrir à bon compte pour fuir loin…
Et j'en connais une qui s'est jetée à Loo! *;->)

18:49 Écrit par Amadeus dans Société | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

24/02/2008

Le sushi qu’a râté…

Kelkechose-karatéL
Kelkechose-karatéL
 
 
                J’ai gardé une âme d’enfant. J’aime m’endormir en suçant mon pouce et en pensant à une jolie histoire avec un grand méchant loup, une Blanche-Neige ou un ogre. Il y a en a une dans le style ogre et princesse que j’aime particulièrement bien. Elle est très forte. Y a qu’un défaut: elle est vraie… Je vous raconte.

Vous aimez les Sushis? Moi oui. C’est bon, ça fond dans le bouche avec des goûts marrants et c’est très diététique. Il était une fois un Japonais à Paris qui les aimait beaucoup. Surtout les sushis de morue. Et pas n’importe quelle morue: une blonde hollandaise, jeune et jolie, nourrie au bon beurre et gouda jeune dans la campagne à moulins à vent. Vous commencez à voir? Oui, c’était sa blonde petite amie qu’il aimait tellement qu’il a décidé de se la boulotter. Sitôt dit sitoshi. Il l’a découpée en petits cubes, un peu de riz, une petite feuille d’algue, le string pour attacher le tout et hop, bon appétit en japonais.

Les Français, qui n’aiment pas trop qu’on mange autre chose que français, n’ont pas aimé l’idée. Les voisins ont vu les restes et appelé la maréchaussée. Ils ont traité le Japonais d’assassin mais comme il avait mangé de la Hollandaise bleu blanc beurre et que les Français ont horreur de la cuisine hollandaise, ils l’ont plutôt traité de fou et ont déchiré le dossier judiciaire puisqu’il tombait dans la catégorie fou! Pas chou… fou!

Normal. Puis, ils ont appelé le Japon en précisant qu’ils pouvaient se le garder, eux, plutôt que la France, qu’il n’y avait pas de raison de l’entretenir en Gaule et hop, retour JAL vers le Japon. Dès que l’avion a atterri sur le tatami de Tokyo, les flics sont venus l’accueillir, l’ont bouclé et ont demandé où était le dossier de police. Les Français ont répondu qu’il n’y en avait pas vu qu’il était fou! Il fallait donc l’enfermer avec les psys. Pas du tout, a répondu le Japon, chez nous, il faut un dossier de police, sinon on peut pas l’enfermer, même pas dans un asile. Sushi ou pas sushi. Point beurre! Les Français insistent: faites pas Sushire… Mais le Japon ne veut rien entendre et le relâche!

Mettez-vous à la place de ce garçon. Libéré, pas de job. Un avenir incertain, beaucoup d’appétit, il devait bien s’occuper pour gagner sa vie. Normal. Or, les Japonais ont un grand sens de l’à propos. Vous leur montrez une seule petite fois comment faire un fusil et quelque temps après ils vous aplatissent Pearl Harbour, par exemple. Vous leur montrez comment faire une mobilette et quelques années après ils sont premier constructeur de Toyotas du monde. Eh bien, lui, il a trouvé un chouette métier bien dans ses cordes: il est devenu… critique gastronomique!  
Bon, ben je peux remettre mon pouce en bouche et me rendormir sur cette belle histoire qui allie romantisme et gastrobonhommie…
Par contre, quand je pense aux parents hollandais, mes cheveux se dressent sur la tête… Parce qu’eux ils continuent à s’en faire des sushis. L’histoire date d’ une vingtaine d’années. Elle est vraie… Et me glace toujours autant d'effroi!  *;->)

18:38 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

23/02/2008

L’apprentissage du flegme…

 Apprentissage-flegmeL
 
 
                J’ai été élevé dans l’idée que les hommes d’affaires étaient des gens sérieux et les Allemands aussi. On rigole pas. C’est donc dans ce contexte que j’ai été mis à l’épreuve. Je vous zesplic.

Du temps où j’étais cadre aéroporté, je passais mon temps dans les transports publics volants et les hôtels. Me voilà donc au Hilton de Düsseldorf. Un observateur même inattentif y percevra quelques différences avec un hôtel sur la plage de Portofino. Forcément…

Je prends donc possession de ma luxueuse cage de cadre aéroporté et je lis que si j’ai l’intention d’aller à la piscine, il faut IMPÉRATIVEMENT prendre l’ascenseur du fond et pas celui qui descend dans le lobby. Comme je suis un amphibien qui souhaite rejoindre le milieu marin et les dauphins plutôt que de rester sur la terre ferme, j’emporte toujours un maillot. Le lendemain matin, tôt avant de m'ennuyer dans mes réunions, je l’enfile, j’attrape un essuie à la volée et, distrait, je fonce tout droit vers l’ascenseur. Les portes s’ouvrent et me voilà nu, essuie autour du cou en face d’un bataillon de cadres en costumes gris avec attaché caisse et Rolex bling bling, dont quelques dames à lunettes, tailleurs et chignons impeccables… et attachés caisses en cuir fin de Padoue.

C’est là que j’ai fait l’expérience de la dignité et du flegme. Fallait assumer! Je regarde au loin, très loin et me glisse toujours aussi nu et emmailloté dans l’ascenseur. Heureusement j’étais encore jeune à défaut d’être beau… J’ai très vite réalisé que la seule chose qui pourrait encore les rassurer quant à ma santé mentale, était la façon dont je tiendrais l’ essuie qui n’était même pas à moi sur mon bras, tout autre sémantique de localisation sociale étant absente. J’ai donc entrepris de plier le bras parallèlement à ma taille, l’essuie parfaitement à cheval comme la serviette d’un Maître d’hôtel. Et Maître de l’Hôtel, ça m’allait bien, tiens, pour le coup! Je suis donc descendu tout raide et tout nu dans le silence glacial de l’ascenseur qui a finalement atteint le rez de chaussée après un voyage de plusieurs siècles de honte intense très dissimulée!…

Arrivé dans le lobby, la porte s’est ouverte, la réceptionniste en tailleur, foulard aux couleurs de l’hôtel et bracelet doré m’a regardé les yeux et la bouche ronds et m’a fait un geste péremptoire de retour aux étages avec un «raus!» germaniquissime dont je me souviens encore… La honte.

Notez, depuis lors, j’ai décomplexé, parce que quand on voit Paris Hilton se promener nombril et seins à l’air, je me dis que je n’étais que précurseur chez les Hilton!  *;->)

22:13 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Arretez de vouloir etre heureux... c’est con!

 Bonheur-d'être-con2LL
 
                    C’est invraisemblable! Tout le monde veut être heu-reux! Bon... Or, il n’y a pas une recette plus bête que de vouloir être heureux. Imaginez que vous soyez heureux demain. Paf. Heu-reux!  Riche, belle, célèbre, blonde et intelligente. Enfin, le dernier point rend pas forcément heureux, mais soit.

Vous achetez votre villa et votre piscine en forme de guitare électrique à Cannes.  Imaginons même que vous soyez du genre à savoir apprécier ce que vous avez et que vous soyez vraiment heureuse, remerciant les dieux dans la position du bouddha tous les jours devant le soleil levant, les doigts en anneaux sur chaque genou.

Votre mari vous aime, le ciel est bleu, vos enfants vous font un bisou tous les jours en vous offrant une fleur. Vous avez un labrador nourri au fric froc et une Twingo rutilante dans le garage. Je vous dis: LE bonheur. Tout le monde vous envie. Qu’est ce qui peut vous arriver? Plus de bonheur? Impossible! Vous êtes à fond là. Donc, la seule chose qui peut vous arriver c’est du malheur. Comme un canard en plein ciel bleu sous une balle de fusil. Paf, et vous dégringolez pour devenir la vedette de la chasse des paparazzis qui vous cuisinent sauce à l’orange après vous avoir plumée.

Plus un sou, le mari avec une starlette, vos enfants qui supportent pas votre dépression, la Twingo pliée par votre fils un soir de sortie, le labrador écrasé par le camion poubelle, la piscine utilisée par les pompiers pour éteindre la garrigue qui menace votre maison, vos seins qui tombent et vos cheveux qui grisonnent...

D’ailleurs on l’entend: «il était si heureux, il vivait si bien, tout allait si bien, il avait tout réussi». Ben oui, c’est là le problème. On a tous entendu ça. Le bonheur prédispose au malheur.

Bon, imaginons le contraire, maintenant. On vous a amputé d’une jambe mais vous êtes convalescente et en ré-éducation. Tout va mieux de jour en jour et tout le monde vous félicite pour vos progrès. Votre ticket de tombola vous fait gagner 10 euros, on a retrouvé le chien que vous aviez perdu. Vos enfants viennent vous consoler avec des DVD, la télé programme Les Seins de Glace pour la 300ème fois et vous êtes si heureuse de pouvoir le regarder comme un film karaoke dont vous connaissez toutes les répliques. Le curé vous appelle ma fille et vos voisins vous ont apporté des pralines Leonidas. On vous apprend qu’on va pouvoir réparer la Twingo dans laquelle votre mari s’est envoyé ad patres un soir de beuverie...
Plein de petites joies qui vous rendent heureuse du matin au soir. C’est quand même mieux que de voir une fois par jour un relevé de compte grassement garni!  Là, tout est nouveau bonheur, tout est bonne nouvelle et vous cessez d’angoisser en vous demandant ce qui va vous arriver demain.

Voilà la vraie recette du bonheur. Vous préférez l’autre? Ben oui, moi aussi, mais faut pas craindre le malheur alors! Et si vous ne craignez pas le malheur, pourquoi vouloir le quitter? Pourquoi vouloir le bonheur des autres? Méchanceté? Voilà pourquoi je ne veux que votre malheur. Celui de me lire par exemple! Quand vous arrêtez, ça peut être que du bonheur!
 *;->)

01:18 Écrit par Amadeus dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

22/02/2008

J'ai la preuve de l'existence de Dieu!

Fiat-LuxL

 
                J'ai la preuve de l'existence de Dieu! Je pense qu'on ne vous a pas tout expliqué sur la Création du monde et de l'univers. Après le fameux "fiat lux", qui n'a rien à voir avec une bagnole italienne onéreuse, mais tout avec "la lumière fut", vous en étiez resté où? Oui, au dernier jour de travail de la semaine, le samedi où Dieu a créé l'Homme, sans doute.

La création de l'Homme n'est pas ce qu'il a fait de mieux: mal poilu, peu apte à la course, sachant pas voler ni vraiment bien nager, avec un système sexuel compliqué par son psychisme, on peut pas dire que c'était une réussite. Il fatiguait là. Il s'est donc reposé le dimanche. Mais faut bien s'occuper les jours de repos. Alors il a bricolé un peu.Pour tenter d'améliorer sa dernière création issue de la fatigue du samedi, d'ailleurs vous aurez noté que le samedi, nous, on se repose.

Et qu'est ce qu'il a bricolé? D'abord, Dieu a créé l'électricité pour faire tourner les lave-vaisselle, les machines à laver et deux ou trois autres trucs pas toujours utiles mais amusants. Puis il a créé les ondes hertziennes pour que tout le monde ait le WiFi et puisse regarder la Starac.

Ensuite, il a fait le pétrole pour que nous puissions faire des bagnoles et des avions pour nous déplacer. Et nous chauffer vu qu'on n'a pas de pelage digne de ce nom. On l'oublie trop souvent à cause des écologistes mais le pétrole est un produit de la nature! C'est même la preuve de l'Existence de Dieu parce que pourquoi voulez vous que la nature fit une telle saloperie sans utilité?! Personne ne peut s'en servir sauf nous! Et il y a tout le nécessaire pour l'automobile dans le pétrole: essence, plastiques, colorants, huiles de vidange, même le goudron pour les routes! Si ça c'était pas téléphoné pour qu'on crée la voiture… CQFD ! Pour ceux qui doutaient encore que Dieu existe, voilà. Et si vous êtes écologistes méfiez vous parce qu'en condamnant le pétrole vous allez à l'encontre de la volonté divine! Vous irez tout droit en enfer! Réfléchissez désormais avant de vous peindre en vert et d'ennuyer les autres poireaux avec votre pomme réjouie.

C'est fou tout ce que vous apprenez en me lisant, non? Je suggère qu'on prie tous ensemble ce soir pour remercier Dieu d'avoir bricolé le pétrole au-delà de ses trente-cinq heures. Et surtout, s'il pouvait faire baisser un peu le prix, ça m'arrangerait.  *;->)

00:15 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

20/02/2008

Les disques de la Callas…

Disques-CallasL

 

               C’est marrant, je vous parle des disques de la Callas et vous pensez à ses chants. Or, c’est pas ce que je voulais dire. Je voulais parler de ce qu’ELLE écoutait!

Vous vous dites que cette carafe en pur cristal ne pouvait écouter que de la musique avec de la hauteur sous plafond. Les grands du répertoire lyrique dans son bain. Les intemporelles  qui n’ont eu de portées que musicales. Eh bien pas du tout du tout. Notre saladier lyrique écoutait quoi? Adamo! Et elle se les faisait livrer par Hervé Villard pas encore connu pour être célèbre à l'époque! (Lu dans Télémoustique!).

Avant de vous offusquer ou de dire «ah! je le savais qu’Adamo était un grand artiste», je vous propose d’examiner ça de plus près. Parce que quand même! Si Picasso lisait Bibi Fricotin, si Schumacher roulait en trottinette dans son salon… ça interpelle, non?

Mettez-vous à la place de la Callas (entre la cafetière en porcelaine de Limoges et les raviers à dessert en cristal). Tout le monde lui disait qu’elle était une diva, la plus grande de toutes, qu’elle pouvait faire éclater un verre à vin en Val Saint Lambert, rien qu’avec un si. Notez il y a un bémol parce qu’avec des si on peut tout faire dit la sagesse populaire.
Alors imaginez un verre en Val Saint Lambert dans le lave-vaisselle! Mais c’est pas le propos. Bon… Elle se prend donc vraiment pour la Calasse. Mais comme dit Nathalie Dessay qui va de déprime en déprime parce que sa voix de soprano colorature la force à  jouer des rôles d’idiotes dans la charmille, c’est pas drôle tous les jours. En plus, voir votre vaisselle disparaître chaque fois que vous poussez un cri fut-il orgasmique à la maison, ça doit pas être facile! Vous vous regardez dans une glace, vous poussez un cri… paf plus de glace et sept ans de malheur! Vous orgasmez un coup bruyant et hop… plus de double vitrage! Vous appelez votre compagnon et le lustre en cristal s’effondre en artichaut sur la table.

Alors, notre Callas écoutait Adamo, Léo Ferré, Aznavour et surtout Louis Armstrong. Elle se vautrait là dans des voix graveleuses, matérielles et rugueuses qui protégeaient sa vaisselle et lui donnaient le sentiment qu’elle était encore plus unique!

J’imagine que c’est par un mécanisme similaire que vous me lisez! Et ça ne me rassure pas!
 *;->)

22:48 Écrit par Amadeus dans Société | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Vive la Saint-Ballotin au British Museum

Saint-ballotinL

 
             Ah, ça revient comme la grippe, et  AVEC la grippe, tous les ans: la Saint-Ballotin, fête de la praline, des bouquets de fleurs et des cœurs purs du 14 février. Quel ennui!  Quoique…

Une lectrice qui sait que je m’intéresse aux arts me demande ce que je pense de la poterie espagnole au British Museum. Ah?! Je n’ose pas lui dire dans quel état de lendemain de la Saint-Ballotin j’avais visité ce musée. Mon intérêt pour la terre cuite a été battu par ma gastro du même nom ce jour là… Quel souvenir mes enfants! Je vous zesplic.

L'an passé j’avais voulu tenir parole et emmener ma belle, le bouillon cube du potage de ma vie (romantique, ça, non?) au British Museum. Mais, bien que déjà plus délavé qu’une aquarelle, j’ai du mener cette visite au pas de course en repérant les stations d’accueil entre chaque selle, salle… Cata… Avec un T, oui. Restons allusifs.

Voir un grand tableau, s’ouvrir au jeu des formes, vivre tant de beauté jusque dans les tripes… et sentir une nouvelle colique. Se dire alors que ça va passer, que ce rouge est délicieux, que ce ciel est divin… et ressentir l’angoisse de Saint-Laurent si bien peint devant son grill dans la seconde colique. Plus colique que bucolique, le tableau suivant, mais votre ventre enfle… et vous n’osez rien laisser échapper! Ni du tableau ni des molles réalités! Mais quand même, la beauté des corps dans ce paysage florentin, ces formes rebondies des grâces italiennes Renaissance… et votre gastro plus baroque que jamais… La perspective si bien construite dans ce tableau de Raphaël… et celle qui vous mènera au lieu de soulagement… que vous cherchez avidement des yeux! Vous pressez le pas… vous n’osez plus prendre le temps de lire les annotations latérales des tableaux. Rubens, Goya, Delacroix dans le désordre défilent à la vitesse du TGV devant la gare dont vous essayez de lire le nom. Vous ajustez vos lunettes mais ce n’est pas à ce type de lunette que vous pensez. Votre agitation inquiète déjà le gardien indien qui se demande d’où vous vient cette frénésie devant des chefs d’œuvre qui prédisposent quand même plus à la méditation qu’aux tics nerveux et aux grimaces de contondance ventrale… Il vous regarde fixement…
Et ma femme qui trouve que je manque de retenue…

La souffrance  gastro-artistique vous-dis-je. Heureusement, j’ai atteint la salle Marcel Duchamp*, enfin je suis pas sur du nom de la salle mais bien des œuvres exposées et qui m’ont apporté un bienfait énorme! Là, je vous décris plus le tableau. Il était moins une. Un pas de plus et le conceptual art envahissait la salle… au pied des trois grâces… et j’entrais dans les… annales britanniques avec les douleurs des miennes comme l’un des plus grands tachistes de tous les temps!

Je vous le dis, gérer peinture et intestins, c’est du grand art… Foutue Saint-ballotin!  *;->)

*Il s’est rendu célèbre en exposant un urinoir comme œuvre d’art…

11:46 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

19/02/2008

La Sainte-Vierge en danger!

Vierge-évolution3bL

 
            A l'aide! Help! Au secours, Urgence! Bougez! La Sainte-Vierge est en grand danger! Oui, bon, vous en avez rien à secouer l'auréole. Je peux comprendre. Mais là, vous avez tort… Je vous zesplic.

Regardez bien mon illu. Elle présente d'abord la fameuse Venus de Lespugues qui a 15.000 ans, puis la Vierge depuis le 12eme  siècle jusqu'à aujourd'hui. Au début c'est raide, hiératique, exprimant des valeurs assez sévères. Puis le personnage s'assouplit, les drapés deviennent amples et jolis, les corps sont déhanchés avec élégance. A la Renaissance et jusqu'au 18eme siècle les artistes ont produit de merveilleuses œuvres. Ensuite ça commence à se dégrader. Au 19eme on tombe dans le kitsch des bondieuseries. Puis, au XXeme siècle, la Vierge semble avoir été dessinée en soufflerie. Mais le pire est advenu: aujourd'hui, quelques bouts de bois symbolisent toute la Sainte Famille. Je ne suis pas croyant et je pourrais m'en taper le goupillon. Eh bien non! Parce que toute cette  progression nous conduit de l'évolution à la déconstruction de toute notre Civilisation… et ne traduit pas seulement la perte de valeurs religieuses.

Ce que vous avez devant les yeux c'est la perte de l'artisanat, du noble savoir-faire humain et du sens des valeurs. Ça vous rappelle rien? Mais oui… toute notre Société suit le même chemin. On le dit mais on le voit rarement. Ici, vous avez la chose devant les yeux, matérialisée par les images de la Vierge. Oubliez un instant qu'il s'agit d'un sujet religieux. La même chose se passe à tous les niveaux mais l'image de la Vierge nous permet de faire une comparaison sur un même sujet depuis très longtemps. Et si l'Art ne fait jamais que refléter l'état de son temps, nous avons du souci à nous faire. Bon, allez, c'est l'heure de la starac à la télé, je vous laisse…

18:41 Écrit par Amadeus dans Société | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/02/2008

Ame d'hippo…

 HippoL
 
                Je voudrais vous parler des hippopotames. Pas de ricanements, s’il vous plaît. D’ailleurs, vous me connaissez, je bouffe de l’écoloromantique plus sûrement qu’un étudiant de l’ULB se fait les curés. Mais c’est pas le sujet. Revenons aux hippopotames.

Un jour, à la télé, aux informations, une jolie donzelle gazelle du style qui vit encore chez ses parents, venait boire au bord de la rivière quand un crocodile surgit pour lui exploser le museau et la tirer vers le fond. La malheureuse se débattait tant et plus mais la gueule du crocodile était implacable… Plus loin, un hippopotame sort la tête de l’eau, son œil s’anime et le voilà qui arrive au galop dans la rivière pour venir piétiner le croco qui a bien dû lâcher sa proie. Ensuite, la grosse bête a poussé délicatement la gazelle avec son gros museau hors de l’eau…

J’étais impressionné. Cette solidarité inter-mammifères m’a conforté dans l’idée qu’on avait bien fait de classer les espèces selon qu’elles sont susceptibles d’être clientes chez Wonderbra ou non.

Voilà qu’un autre jour, on voyait à la télé des Zébus traverser la rivière dans des conditions assez difficiles. La sélection naturelle avait raison des plus faibles qui n’arrivaient pas à sortir de l’eau pour remonter sur la terre ferme. Il y avait là près de cent cadavres de ces malheureux zébus qui flottaient sur l’eau. Ça faisait désordre… Les crocodiles arrivaient, suivis des charognards terrestres ou marins… Et voilà nos hippopotames en train de regrouper les cadavres en un seul endroit de la rivière où ça gênait pas! Bon, je parle pas hippopotame et je ne saurai jamais si ils font ça pour Médecins sans Frontières ou par instinct, allez savoir… Mais ça m’a impressionné à nouveau! Ces animaux dont la mythologie avait déjà révélé l’intérêt, me paraissent être bien civilisés! Ils sont peut-être lourdauds  avec des airs de cochons mal lunés, et d’ailleurs on dit qu’ils ne sont pas amènes avec l’Homme… peu importe! Ces animaux là me sont sympathiques.

Pourquoi alors sont-ils peu amènes avec l’Homme? Ben… je vois ça comme un signe supplémentaire d’intelligence! Pensez: leur population a été réduite de trente mille à huit cents en dix ans grâce aux bons soins de nos braconniers… Vous voudriez quand même pas qu’ils nous aident à échapper aux crocodiles, nous!…

*;->(   

Mille excuses à nos amis français mais Charles Pasqua me fait vraiment penser à un hippo!

22:38 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Pas terrible ton pinard…

pinardL

 
Je vous ai déjà parlé de mon frère? Je ne crois pas. Eh bien j’ai un frère. Même trois. Mais il y en a un, le petit dernier qui fait 1,90M et autant de kilos mais sans la virgule, enfin j’exagère comme toujours, qui est un rien spécial.

C’est le genre de mec, vous avez peur de le voir arriver. Il a vécu en Afrique, d’où la réputation de l’Afrique... Dans la famille on aurait préféré qu’il y reste mais on ne pouvait pas faire ça aux Africains. Il est revenu.

C’est pas qu’il soit méchant. Non. Mais c’est le type, vous lui prêtez votre chien blond 10 minutes pour aller faire un tour avec ses gosses et le chien revient noir de vase, que vous vous demandez si c’est votre chien. Puis, il s’en va “allez salut, hein” et c’est à vous de retrouver votre cabot blond dans ce tas de poils noirs emazoutés. Il emprunte votre voiture et déclare après coup qu’il s’est fait attaquer par un poteau par derrière... ou vous téléphone en disant hilare «tu sais, ta bagnole, elle marche pas terrible, mais l’airbag, lui il fonctionne vraiment bien!». Plus jeune, il a gardé nos enfants un soir. Il a invité ses copains, soi-disant pour jouer au Scrabble. Au retour, ils dormaient dans les fauteuils, le bar était vide et les enfants jouaient avec les bouteilles sur le tapis. Vous commencez à voir? Et je vous raconte pas mes jurons... mais y valaient chers en points au Scrabble, je peux vous dire! Plein de mots comptaient triple!

Un soir que nous avions invité le patron d’une entreprise cliente et sa femme, nous étions en train de souper. Ces gens nous avaient gentiment apporté un magnum d’excellent Bordeaux. On sonne.
Derrière la sonnette, mon frère... “je ne fais que passer, non mais, je reste pas, je bois un verre et je m’en vais, …mais c’est pas grave, je reste pas longtemps”, bref, le voilà qui fait lever tout le monde pour les présentations, se prend une chaise, se met à table et on lui sert un verre de vin. Il le porte à ses lèvres et lâche : “pas terrible ton pinard” avec une moue de connaisseur.

Là... pour bien vous faire comprendre l’effet que ça fait... rappelez vous la première fois que vous êtes tombé dans la piscine glacée quand vous veniez de faire une bronzette d’ une heure au soleil du Maroc... Titanic-Tétanisé, vous étiez. Comme moi! Vous avez tout compris. Vous n’arrivez plus à reprendre votre souffle. Vous parlez mais quelque chose a coupé le son et vous bougez les lèvres et la bouche comme un brochet: plus de son! Puis, vous dites quelque chose comme «t’y connais rien au vin, tu n’en a jamais rien su! C’est un excellent Bordeaux» en riant jaune. Mais il insiste! «c’est fou comme t’as l’air intelligent quand il y a des gens, parce que toi tu t’y connais en vin, peut-êête...», rigolard et prenant mes invités à témoin... «Bon, là-dessus, j’y vais, je dois encore passer chez Carlos». Et vous, vous restez là avec les ruines! Je suis en train de lui chercher un job en terre Adélie, loin, et pour longtemps! D’ailleurs, si vous avez des suggestions ou si vous avez vous-même vécu des trucs comme ça. racontez-nous!..  *;->(

10:58 Écrit par Amadeus dans Con | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

17/02/2008

Etiqueteurs fous…

Etiqueteurs-fousL!

 
Les étiqueteurs fous ne sont pas des quêteurs sans éthique mais les idiots qui placent les étiquettes dans les magasins. Ce matin, je veux voir la date de péremption d’un médicament... Paf: une étiquette avec l’adresse de la pharmacie... On fait quoi, là?...

A midi, je me prends un plat préparé en salivant et je pars en quête du mode d’emploi. Ouais... 5 minutes au four à micro-ondes. Mais... sur le nombre de watts: paf! l’étiquette du supermarché. 700? 900 watts?... Allez savoir! Et ça colle mieux que des clous ces saloperies d’étiquettes!

Je me promène dans un magasin de disque et je trouve un nouveau CD de ce musicien de jazz que j’aime bien... mais ça dépend des accompagnateurs. Si c’est machin, c’est bon, si c’est truc, c’est pas la peine d’acheter! Et là... paf! L’étiquette!... Un code barre, des chiffres épouvantables, des descriptifs seulement décodables par des extra-terrestres, un prix avec des zéros devant et derrière, le prix en euros, en BF, en titres boursiers dont on n’a rien, mais alors rien à sucer. Vous me direz: «simple, prenez le CD suivant...». Ben non! Le type travaille n’importe comment mais l’étiquette est toujours à la même place à un micromillimètre près! A croire qu’il le fait exprès. L’intuition de l’étiquetage méchant! Je vois un DVD avec un début de titre intéressant...  (tous en choeur:) paf une étiquette! J’aimerais lire la suite du titre! Ben non... et toute la pile pareille!

Les industriels s’acharnent à faire des emballages informatifs, les fonctionnaires vous bardent de tas de protections et avertissements juridiques mais l’étiqueteur fou vous renvoie à l’ignorance. Et n’essayez pas de la décoller, vous aller faire hurler un système ou vous faire soupçonner de voler le produit.

Je m’intéressais à un disque dur pour mon ordinateur. Superbe boîte, marque intéressante, bonne capacité! Bon prix! J’achète! A la maison, je découvre que l’étiquette cachait qu’il ne fonctionnait qu’en standard USB et pas en Firewire... Retour!

Et sur le chemin du même nom, je me disais que c’est à cause des étiqueteurs fous que le monde va si mal! Qu’est ce qu’il y avait sur la pomme d’Eve? Une étiquette qui masquait le mode d’emploi, à mon avis. Et sur les carnets de mariage, hein? Vous croyez qu’il y aurait tant de mariages sans les étiquettes? Vous me direz qu’un mariage sans étiquette c’est vulgaire, que tout est dans l’étiquette, précisément! Snobisme! Moi, l’étiquette, vous savez... je l’ai prise en grippe! Marre des  étiqueteurs fous!  *;->)

11:45 Écrit par Amadeus dans Marketing | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

16/02/2008

Basic Instinct et casuistique…

Basic-instinct

 
Vous allez pas me croire. Oh, simplement parce que vous êtes comme ça, vous pouvez pas croire que le monde est fou. Pourtant, ce que je vais vous raconter est vraiment vrai.

C’est l’histoire d’une jeune-fille flamande bien élevée dans la campagne à chicons de la région vers Louvain. La maison parentale dispose d’un portail avec des roues de charrette bien peintes dedans, un tonneau boîte aux lettres, du gazon bien coupé, une maison avec des petits napperons aux fenêtres, un nain de jardin acheté en promo offre étoile chez Makro, une Toyota et une serre à légumes, la messe du dimanche et le patronage.

La jeune-fille a été élevée nickel et voilà qu’elle vient de connaître le succès! Comme je vous dis. Elle a été engagée pour son premier job par une agence de pub: salaire, 13eme mois, tickets restaurant, plan épargne obsèques, 14eme mois, vacances, et même une voiture de société! Une Smart! Contente la minette! Ça c’est un bon départ dans la Vie! Fiers les parents: 21 ans d’efforts récompensés. D’autant que cette fille se tient bien, pas tatouée, pas de boucle d’oreille dans la lèvre et pas de cheveux violets, pas de vie dissolue et une respectabilité sans tache. Nickel, je vous dis.

La voilà donc qui va le lundi premier du mois prendre ses fonctions. On lui remet tous les papiers, contrat, tickets resto et les papiers de la voiture. Corrects les mecs de l’Agence de Pub. Oui, je sais, je vous ai pas habitué à tant de perfection et conformités respectables. Mais attendez, ça vient...

Elle travaille avec motivation et enthousiasme, le chignon bien coiffé et les ongles bien nets courant sur un clavier tout neuf. Puis, à 17 heures, elle éteint son ordinateur, range son bureau, ferme à clé, dépose la clé dans la petite boîte à clés, dit bonsoir à ses nouvelles collègues et descend pour prendre possession de sa voiture.

Et là...  ses cheveux se dressent sur la tête, son rouge à lèvre fond en bave, elle s’effondre sur ses talons, ses yeux s’ exorbitent et elle tombe inanimée ainsi que toute sa culture de respectabilité qui prend une griffe magistrale dans le fond musical du 33 tours.  il y a de la pub pour l’agence sur la voiture... Une grande image d’une grenouille en train d’enc... sur le dos d’une autre.... Et ce slogan: Basic Instinct: Fuck yr competitors with XXX, le tout entouré de joyeux spermatozoïdes... Devant. Sur les côtés. Derrière... Très... Smart comme idée... mais comment rentrer avec ça au village?

Comment montrer la voiture aux parents? Comment rouler dans le village sans ruiner la respectabilité de la famille? Bref, la pauvre fille gare loin de la maison, dans un bosquet et fait le reste du trajet à pied. Elle ne s’en sert que pour aller au bureau en s’enfonçant dans son siège pour ne laisser passer que ses yeux de conductrice juste au-dessus du tableau de bord et continue à prendre le bus vicinal pour le reste...

Histoire vraie à 99%, j’ai du changer des petits trucs comme vous imaginez mais pas grand chose, vraiment... *;->)

11:45 Écrit par Amadeus dans Con | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

15/02/2008

Si c'est pour moi, je suis pas là !

Immolation-GSM-2L


                     Quelle merveilleuse invention! Je t’appelle, tu m’appelles, on se bigophone, on s’envoie des massacres désorthographiés par SMS, aujourd’hui, même les téléphones sans fil, comme m’a dit mon comptable qui a le sens de l’humour comptable.

Ouais... Ceux auxquels on a donné une vraie éducation savent comment ne pas encombrer les autres avec leur bijou téléphonique... Mais les autres, qui ont reçu un vernis d’éducation dont ils ne savent que faire, ceux là, ne savent pas non plus comment inventer du savoir-vivre autour du GSM. Degas disait déjà à Mallarmé qui courait pour décrocher son téléphone fin du 19eme siècle: «alors c’est ça, le téléphone, on vous sonne et vous courez!»...

L’autre jour, un cadre pressé en costume cadre, qui sort cadré du Thalys, est agité d’une sonnerie hors cadre, se tâte le costume que même ma femme ne m’a jamais tâté comme ça en public, trouve son machin et part dans une conversation. Il me passe devant, m’écrase les pieds, fait «merde» d’un ton agacé et s’excuse auprès de son interlocuteur: «non, c’est pas pour toi, mais y a un con qui...». C’était moi. Con Premier, pour vous servir. Vous m’aurez reconnu!

Hier, chez Balhaize, j’achète un ravier assortiment de tapenades et un pain croustillant. Mmmmh! Mon lunch. A la caisse, devant moi, une plantureuse ménagère de moins de 500 kilos, débordant de ses caleçons moulants ornés de gigantesques fleurs brunes sur violet néon, enfourne ses bouteilles de limonade hypercalorique dans des sacs. Sonnerie bizarre. Elle décroche. «Non, j’suis au Balhaize. Ben ça va, dis et twaaah?. Non c’est des hémorroïdes. Pas grave mais ça fait mal. Il a fallu percer parce que...». Ma tapenade prenait une couleur bizarre. Je la voyais moins appétissante, là...

J’ai filé dans les rayons redéposer mes achats et il s’est fallu de peu que je vomisse dans les légumes bio. Je reprends ma voiture. Devant moi, un 4X4 aux grands pieds qui Zig-Gonzague sur la route qu’il vient de me couper. Au volant, un mec filiforme barbu avec des lunettes de tueur (c’est à la mode en ce moment) et sans gêne qui bave dans son GSM d’un air sérieux.  Je klaxonne, il me montre un doigt vertical, son antenne sans doute...

Ce midi, je croque un bout avec un gars dans un joli resto thaï. On parle. Le type est PDG d’une boîte d’édition. Il est pris d’un tremblement intersidéral: son GSM! Il décroche et continue la conversation avec l’interlocuteur. Je n’existais plus.  Un peu plus loin, dans le restaurant, un autre GSM se manifeste. Le type décroche. je lui ai fait de grands signes désespérés. Il s’interrompt et d’un geste de la tête me demande ce que je veux puisque je ne le connaissais pas: «Ben, rien, mais je voulais vous dire que si c’est pour moi, dites que j’ suis pas là, hein!»...
*;->)

11:30 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

14/02/2008

Ça laisse rêveur!

Ça-laisse-L…

 
                Mon libraire et mon chien ont ceci de commun: ils m’inspirent! Faut dire qu’ils sont tous deux plein de ressources. Aujourd’hui je vous reparle de mon chien. Chienne plutôt.

Les gens qui m’aiment pas –oh oui, il y en a, et même quelques-uns, ce dont je suis fier!– regardent la laisse de 30 cm de mon chien et disent: t’es un facho! Pauvre bête, une laisse de 30 cm. C’est ta conception de la liberté?

Ils réfléchissent pas plus loin que le bout de leur truffe. Parce que les laisses de cinq mères de long ont deux défauts: d’abord, elles perdent leur efficacité puisque le chien peut traverser la rue et vous y entraîner si une voiture l’attrape à ce moment là! Et vous êtes le seul à avoir un sentiment de liberté, parce que le chien, qu’il tire à cinq mètres de vous ou à côté de vous… c’est kifkif Kiki! Donc, j’ai fait mon choix: mon chien n’est jamais en laisse, seulement quand il doit l’être il ne doit pas se promener à cinq mètres de moi. Il est très très rare qu’il soit en laisse. J’ai  traversé des villes comme Strasbourg et d’autres en marchant avec mon chien en liberté près de moi. Parfois, quand il ne suit pas, je l’appelle et c’est reparti. Sa laisse est accrochée au collier. Je dis «prends ta laisse» et cette brave bête la ramasse et se prend en main! En gueule, enfin, qu’importe. Elle est bien en laisse, mais c’est elle qui la tient! Les gens sourient et tout va bien.

Vous imaginez que ça n’a pas plu à un flic zélé qui n’a pas manqué de m’arrêter un jour, et je l’attendais de patte ferme celui-là:

- votre chien doit être en laisse.
- Eh bien, il l’est! dis-je ingénument!
- Oui mais vous devez la tenir!
- Vous avez vu ça où? Le règlement dit que le chien doit être en laisse! Il ne précise pas qui doit tenir la laisse! Ni sa profession, ni son sexe, ni son groupe sanguin ni son niveau d’éducation ni son certificat de bonne vie et mœurs, permis de conduire, casier judiciaire, ni quoi que ce soit.
- Oui mais c’est forcément une personne!
- Et si j'attache la laisse de mon chien à un piquet, ça va?
- Oui…
- Pourtant, le piquet est plus con que le chien! Et à lui, vous feriez confiance!
- Allez, reprenez la laisse et circulez.
- Circuler je veux bien mais pas reprendre la laisse! Parce que je suis pour le respect des libertés individuelles, l’auto-responsabilisation et la confiance…
- Papiers!

Et voilà! C’est ça la démocratie chez nous: on vous tient en laisse et si vous voulez décider vous-même en responsable de ce que vous faites, on vous la cloue! Dans le temps c’était à coups de catéchisme, aujourd’hui c’est avec des radars, des casse-vitesse et autres bêtises. Et après on s’étonne que les gens écrasent tout avec des quatre fois quatre! Et bientôt, il faudra mettre les gosses en laisse, vous verrez!  En attendant ils ont vraiment lâché les flics…
*;->)

10:59 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

13/02/2008

Nuit gravement…

WEB-SURFERL

                …mentale! de qui parle-je? De moi encore une fois! Eh oui, comme disait José Arthur, parlez moi de moi y a que ça qui m'intéresse. Quoique… quoique… Si je vous remercie de me lire, je me dois de vous signaler que me lire peut nuire gravement à votre santé mentale de façon irreversible à l'inverse des reversos, vestes bien connues qui le sont. Réversibles. Non, je précise ça à l'intention de ceux qui n'ont pas le haut débit. Aussi, plutôt que de boire mes paroles, si vous voulez retrouver un rien d'équilibre mental et lire ou voir des choses plus intelligentes et néanmoins passionnantes, je ne saurais trop vous recommander d'aller rendre visite à quelques-uns de mes petits copains plus convenables.

Aline, par exemple. Elle est pas d'ici, elle a été championne d'échecs dans sa jeunesse, elle fait un métier honorable selon moi mais inavouable selon elle, et elle fait rien qu'à écrire des sottises et montrer des images qui en disent long sur ses troubles mentaux. Vaut le détour!
http://alineamball.skynetblogs.be/

Tony. Un cas! Pure souche italienne et de la meilleure. Plus chaleureux que ça tu meurs. Et un esprit toujours en éveil et sharp. Il ne cherche pas à démontrer quoi que ce soit. Mais il pousse des coups de gueule ou de cœur selon ce qu'il vit. Il a aussi quelques belles étoiles à mon Michelin personnel!
http://minghia.skynetblogs.be/

Vicky… Une très belle plume qui nous revient après des mois d'absence. Drôle, passionnée et avec ce qu'il faut de recul devant l'absurdité de notre monde!
http://marivic.skynetblogs.be/

Loo… Une grande séductrice pleine de raffinement mental. Elle gère son business entre séduction et déception sur le minois avec Maestria! Envoûtante, elle vous distille trois photos de qualité par jour avec un jeu de mot fin et adéquat pour le rassemblement de ses fans… ne vous y trompez pas, quand elle parle c'est encore meilleur que les photos!
http://a-pas-de-loo.skynetblogs.be/

A propos de photos… Une pensée pour un Nikon pas con…
http://monnikonetmoi.skynetblogs.be/

Last but not least, Bernard, alias CCRider. Français (ben oui, mais il assume! ;-), chaleureux, jeune d'esprit, ce qui lui sert à se révolter contre la cornichonnerie du monde, lecteur et amateur de films ou de musique, Bernard est des nôtres: la bêtise, il ne s'y fera jamais. Trop sensible, trop cultivé, trop entier. Allez donc lire ses critiques, ses chroniques  ou ses coups de gueule toujours bien écrits. Vous en reviendrez en bon état! En meilleur état!
http://etpourquoidonc.hautetfort.com/

Evidemment, maintenant je vais avoir un tas de problèmes avec les autres que j'aime et qui sont pas dans la liste. C'est qu'il s'agit d'une autre liste. Différente. Elle viendra aussi!

15:41 Écrit par Amadeus | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

12/02/2008

Comment cambrioler des voitures

Parcmètres-voleurs2L
 
            Attendez, je parle pas du racket officiel des privés habillés entre Rambo et Flic qui sont engagés par les administrations communales pour sauter sur votre pare-brise avec une grosse motivation: faire du chiffre et vous faire les poches chaque fois que vous quittez votre voiture. Non, je parle d'un cambriolage honnête à l'ancienne.

C’est simple, je vous zesplic.
Vous allez dans une rue où il y a des parcmètres ou des horodateurs. Vous regardez les petits papiers sous les parebrises et vous choisissez ceux qui indiquent une durée longue, une heure par exemple. Là, vous savez qu’il n’y a pas de risque pendant ce temps là. Vous pouvez opérer en paix d’autant plus que personne ne vous en empêchera. Bon, ça rapporte pas autant que le racket officiel des parcmètres et ça demande un peu de travail mais quand même, c’est rentable. Et rassurez-vous, personne ne vous ennuiera en vous voyant casser un pare-brise ou une vitre latérale. Les gens s'en foutent ou ont peur…

Les parcmètres sont de merveilleuses machines à renseigner les voleurs sur la durée d’absence du propriétaire du véhicule, non? Profitez-en! Faut bien que tout le monde vive… En plus, si on vous prend vous risquez moins que si vous avez pas payé un parcmètre. Evaluez… Ça vaut pas le coup?

L’histoire m’a été rapportée: certains se servent de ce truc pour améliorer leur ordinaire et je vous recommande pas de vous y mettre... Mais, moralité, si vous avez quelque chose de précieux dans la voiture... d’abord ne le laissez pas en vue et ensuite... préférez le racket officiel, la contravention, au vol... Ou mieux: ne sortez plus de chez vous parce qu’entre le racket public des radars, des parcmètres, petits ballons et celui des malfrats, vous serez quand même spolié! Alors… autant se suicider sagement chez soi en regardant RTL ou TF1 qui sauront réduire votre cerveau plus sûrement qu'un Jivaro. C'était mon quart d'heure d'optimisme, vous pouvez reprendre une activité normale, atchao bonsoir, comme on dit chez les guignols! *;->)
 
PS: je signale quand même à ceux qui n'ont pas le Haut Débit que c'est de l'humour! 

22:43 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L’escale a tort!

Escale-à-tortL

 
Je dois vous parler d’un truc qui me les gonfle régulièrement. Vous sur les escalators.

Voilà, vous avez une idée en tête, vous avez décidé d’acheter un truc ou d’aller sauver la planète et  vous marchez d’un pas dynamique, bien nourri, en bonne santé, sportif et tout et tout quand subitement un escalator vient à vous. Et là, on ne sait pourquoi, subitement, vous vous arrêtez sur la première marche, vous vous endormez instantanément et vous attendez que le machin vous porte en haut comme un singe paresseux accroché à sa branche par la queue.

Alors là, je ne comprends plus. Vous, si dynamique, si porteur de projets, si enthousiaste à l’idée que vous allez ressortir de là avec une nouvelle télé, un livre, un CD convoité, vous calez sur la première marche! Or, non seulement vous rallongez le temps passé dans le magasin, vous retardez le moment de votre satisfaction, mais en plus vous ne faites pas du bien à votre corps qui a besoin de mouvement. Notez, dans l’ascenseur je peux comprendre que vous ne vous accrochiez pas aux câbles et tubes comme Tarzan pour rester en mouvement. Mais sur un escalator... Bref, vous avez tout faux en escale à l’escalator à tort. Or le tort tue. Et c’est bien cette lenteur là qui m’effraie.

Mais je vous sens venir là... vous vous dites que je m’occupe de conneries, que tout ça n’a pas d’importance et que vous faites ce que vous voulez avec votre corps de rêve qui est à vous que vous avez.  Soit! Seulement, cela devrait nous faire réfléchir... Parce que si vous vous arrêtez sur l’escalator au lieu de vous en servir pour aller plus vite, vous faites probablement la même chose dans toute votre vie: la télé évite de lire le journal, les cotisations sociales vous dispensent d’économiser, l’assurance de faire attention, le chômage de vous appliquer dans le travail, l’auto de marcher, les politiciens de penser par vous mêmes, votre boulot de salarié vous dispense de penser à l’argent qui doit rentrer à la fin du mois... etc. Or, tous ces escalators sont en train de s’arrêter... Retraites? Vous allez vous débrouiller! ... Rentrées aussi... Auto? Plus de pétrole... Sécurité sociale? Trop déficitaire, débrouillez vous...

Bref, on va tous se retrouver comme des cons sur l’escalator socio-économique avec une jolie panne d'électricité... Et quand je dis ça autour de moi, on me répond qu’il ne faut pas s’en faire, que tout va aller mieux. Or, depuis quelque temps, ça ne va plus mieux! Plumés oui, plus mieux, non! Le pétrole, les retraites, la malbouffe, la grippe aviaire...

Parce que pendant ce temps là, les Chinois, eux, ils connaissent pas encore l' escalator. Ils bossent, grimpent les escaliers quatre à quatre et fabriquent des milliards de trucs qu’ils vont nous vendre pour leurs retraites à eux! Ça vous gratte ou ça vous démange? Oui, je sais, je suis un vilain coco… mais je suis né comme ça…
 *;->)

13:12 Écrit par Amadeus dans Société | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

11/02/2008

Election de Miss pièces détachées...

Election-de-Miss-piècesAL

 
C'est un peu la suite du texte précédent, si vous voulez… Il y a quelque temps, l’élection de Miss France revêtait un caractère exceptionnel (seule chose vétue d’ailleurs) de par la présence symbolique de celui qui la présidait: le Docteur Cabrol, son grand âge et son sourire aux lèvres et sa gentillesse naturelle...

Mais que fichait-il là? Je n’ose imaginer qu’il reluquait les pièces détachées... parce que rappelez-vous que le Professeur Cabrol est le grand militant du... don d’organes!

Des jambes sublimes, des fesses qu’on ne trouve qu’en option coûteuses au catalogue, des poitrines mythologiques, des bouches de chez pulpe et joaillerie, des ventres subtils, des chevilles à rendre un badeau plus ivre que Rimbaud, des jambes oiseaux, des mains comme des formules magiques pour fées, des cheveux en soie naturelle de Thaïlande, des yeux en amandes envoûtants, bref, que de la pièce de première main pas encore détachée.

Cabrol, lui, il en avait l’air, détaché, mais les mains, il te les aurait bien mises là où ses gestes chirurgicaux l’auraient mené pour ses échanges standards. Il avait un sourire épanoui, le Cabri... Même à son âge il t’aurait fait le triple sot pour récupérer quelques pièces à assembler.

Notez, je le comprends. Quand vous rencontrez une belle, il arrive de se dire: «elle est vraiment jolie. Dommage qu’elle ait les pieds un peu lourds». Un autre vous dira: «non, les pieds ça va, mais j’aime pas sa bouche» ou «elle a des fesses de Charolaise». Tous les goûts sont dans la nature. Et comme disait Jules Renard "je n'ai pas très bon goût mais j'ai le dégoût très sur!".

Pour Cabrol, pas de problème! Il te les assemble en pièces détachées et il te fait la nana idéale sur place. Deux coups de chirurgie vous font passer un modèle standard du bistouri à la bistouquette du premier séduit. Super métier non? Le Meccano appliqué à l’amour.
Comme quoi, du don d’organe au don d’orgasme, y a pas loin...

Le prochain qui me demande encore où je vais chercher tout ça, je l’envoie chez l’oculiste! Suffit de regarder pour s'étonner! Vous auriez invité le spécialiste du don d’organe à la soirée Miss France, vous? Et pourquoi pas la sponsorisation par un charcutier spécialisé dans les côtes à l’os, tant qu’on y est? La vache folle fait déjà rage mais personne s'en rend compte!
*;->)

20:22 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Prélèvement obligatoire d’organes…

Prélèvement-organes2L

 
Il y a bien longtemps, on a inventé l’impôt. Le Seigneur vous prenait la dîme, puis ils se sont mieux organisés et aujourd’hui ils sont super efficaces. J’ai calculé que lorsque vous achetez un litre d’essence pour vous escapader dans le beau paysage avec votre jolie voiture, votre pouvoir d’achat réel, toutes taxes déduites entre ce que vous coûtez à votre patron et ce qui sert vraiment à acheter de l’essence, quand l’Etat s’est servi avec la TVA, est de l’ordre de 10%! Tout le reste va à l’Etat. Ben oui, on a industrialisé la «solidarité» et dès lors, l’Etat sait mieux que vous quoi faire avec votre pognon.

Donc, il vous pitrionne deux fois: d’abord en vous racontant qu’il s’occupe de vous, ensuite en s’occupant (mal) de vous dorloter sous prétexte que vous êtes pas capable de vous en sortir tout seul, qu’il dit! Pas mal, non? Dans le temps, les gens se révoltaient mais aujourd’hui, c’est fini parce qu’on vous présente ça comme des avancées sociales… Saint Martin est devenu Saint en donnant la moitié de son manteau, nous allons tous devenir archanges en donnant 90%, non? C’est ça les «prélèvements obligatoires».

Mais il est un domaine où il va falloir que l’Etat intervienne parce que vous persistez dans votre egoïsme. C’est le don d’organe. On n’arrête pas de vous dire qu’il y a des gens qui ont besoin d’un cœur, d’un foie ou d’une rate pour qu’un autre puisse me lire pendant que vous êtes mort et vous, qu’est ce que vous faites? Rien! Vous gardez tout pour vous!

Or, les techniques évoluent. Bientôt on va pouvoir greffer des yeux, des oreilles, des bras etc. Et là, plus besoin d’attendre que vous soyez mort! Imaginons que vous soyez retraité ou que vous ne travailliez qu’avec votre cerveau. Vous n’avez pas vraiment besoin de DEUX bras, non?
Alors j’ai eu une belle idée sociale. On va faire une loi qui donne le droit de vous piquer un exemplaire de tout ce que vous avez en double (Non… pas de grivoiserie. C'est un sujet sérieux, siouplaît). Prélèvement obligatoire puisque le don volontaire marche pas et que vous traînez les pieds… Un rein, un bras, un œil, tout ce que vous avez en trop. Oui, direz-vous, mais si moi je perds l’œil qui me reste? Pas de souci, on vous en donnera un autre. Evidemment, il ne sera pas de la même couleur que votre œil de verre, mais ça vous ajoutera un charme…

Et tous les ans, on pourrait vous demander un geste de solidarité en offrant un organe. Puis, on vous dirait lequel selon les besoins… Et je vous conseille pas de rechigner parce que ce sera ça ou les pièces de cochon! Vous vous voyez avec un œil de cochon? Evidemment, le système progressant, un jour on vous demandera plus de 50%, vous connaissez l’Etat. Et moi, c’est ça qui m’inquiète, parce que quand ils vont atteindre 90% de prélèvements, on va forcément avoir un problème! Notez, tout ce qu'on vous prend c'est ça de moins à nourrir et à entretenir avec du sport.

Commet ça, je déconne? C’est pas ce qu’on fait avec votre pognon? Et votre pognon, c’est pas votre sueur, votre usure et la plus grande part de votre occupation? Ben alors? C’est quoi le premier organe que vous allez «offrir»?  
*;->)

Cher ami des cornichonneries que j'écris, n'hésitez pas à voter ou laisser un commentaire! Plus on est de fous… Et puis c'est plus sympa de savoir pour qui on écrit!  ;-)

17:20 Écrit par Amadeus dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

10/02/2008

Garde alternée des parents…

Do-mi-si-la-do-réLL

 
        Quelques-uns d’entre vous voudraient bien savoir ce qu’il est advenu de la dame qui envisageait son mariage comme le premier d’une belle longue liste*…  Pour ceux qui n’ont pas acheté le dernier numéro de Poils de Cul et Mirages du Monde, le magazine des glands et des têtes couillonnées, je vous zesplic.

Avec quatre enfants et au chômage d’une compagnie aérienne qui a atterri sur le dos les ailes en croix, elle a décidé de quitter son mari il y a deux mois et de mettre fin à son premier mariage. Ben oui, après si on traîne trop dans un premier mariage, on perd la main. Pour plus de détail sur ce que la main perd référez-vous au Petit Robert ou au Grand Poilu, c'est vous qui voyez.

Seulement, vous l’aurez déjà intuitionné… cette dame n’a pas tout à fait les mêmes conceptions des choses que vous et moi. Et dans cette séparation ce sont les enfants qui ont la garde alternée des parents. C’est moins traumatisant pour les parents et c’est une nouvelle formule, ça vient de sortir.

Voilà, dans cette formule, les enfants restent dans la maison mais ce sont les parents qui y viennent à tour de rôle. Une semaine avec la maman, une semaine avec le papa. Pas de partage déchiré des biens, entretien alterné de la maison, séparation sans traumatisme pour personne et surtout pour le chat qui ne doit même pas déménager. Riez pas! C’est les chats qui souffrent le plus dans les divorces! Ils ont horreur des déménagements.

Evidemment, cela implique, non plus deux mais trois logements séparés, sans compter la niche du chien… C’est l’inconvénient. On n’a rien sans rien… Parce que c’est pas donné, trois logements. Il y a de quoi ne plus se souvenir de l’endroit où on habite… Si vous rentrez chez vous la mauvaise semaine, ça pose problème! Si vous rentrez un tant soit peu bourré, vous allez dormir tout droit dans la niche du chien ou avec le nouveau conjoint… la nouvelle conjointe. Mais bon, dès qu’elle sera passée au deuxième mariage, ça ira mieux.

Et je vous fiche mon billet que l’on verra bientôt des enfants divorcer de leurs parents. Tous les aménagements sont au point maintenant pour embrayer dans cette voie là! Et je vous parle pas de ceux qui sont pacsés côté conjoint mâle et mariés côté partenaire femme. Vous imaginez le nombre de maisons? Enfin, quand la construction va, tout va…  Bref, la maladie de la vache folle fait déjà rage mais qui s'en rend compte?
 *;->)

Histoire authetique!
*Voir le billet "Numérotation matrimoniale" du 2 février.
http://macrame.skynetblogs.be/category/1310464/1/Amour

20:49 Écrit par Amadeus dans Société | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

09/02/2008

Balhaize

 Shopping-Bal-BL

 
      J’ai trouvé un truc super que vous avez jamais pensé et qui va changer radicalement ma vie et même ma santé. D’habitude je vous demande rien pour mes bonnes idées, mais là… quand même, si vous m’envoyez pas d’argent… Je vous zesplic.

Ma femme me fait une liste et m’expédie chez Balhaize* ce samedi soir. Pieds de plomb. Ça pourrit facilement une bonne heure de week-end. J’arrive là-bas le nez en l’air et quand je le pose sur ma liste qu’est ce que je vois-je? «deux paquets de chicons courts». Et je ne trouve que des longs, évidemment. Je suis né au pays du chicon, j’ai JAMAIS entendu parler de la longueur du chicon! Juré! Un chicon c’est un chicon, ça chicone pas. Je pousse un long soupir… Ils ont inventé ça cette nuit ou quoi? Parce que vous pouvez être sur que toute la liste va être comme ça. Découragement.

Et là, j’aperçois une charrette hyper bien remplie avec une petite dame bien mise, sympa, de mon âge, du style qui aime faire des courses dans le détail. Elle dépose sa charrette et s’en va chercher quelque chose plus loin. Réflexe de survie, je n’ai fait ni une ni dos ni tres ni quattro… j’ai piqué la charrette et hop! vers la caisse d’un pas décidé.

J’ai raflé un bac de bière au passage. A la caisse, j’ai compris que, non seulement j’avais gagné du temps, mais qu’en plus j’avais acheté plein de produits inconnus, plein de bonnes surprises qui allaient faire varier mon alimentation et me faire sortir de la monotonie de la bouffe, ce que je suis incapable de bien faire au naturel comme un thon… Et puis, la gentille dame avait choisi les trucs moins chers et meilleurs, certifiés écocert, tout ce qui me prend un temps dingue. La caissière m’a regardé coin coin quand les serviettes périodiques sont passées, j’ai dit que c’était pas pour moi, et ma femme a été un peu surprise à l’arrivée de tant de sollicitude parce qu’en plus c’est pas la bonne taille, comme les chicons. Et elle est ménopausée si vous voulez tout savoir.

J’ai payé, récupéré mes deux zorros dans la charrette et les ai donnés au SDF hors du magasin pour libérer un rien ma conscience et je suis parti. Si vous entendez un avis de recherche pour une ménagère qui est pas revenue de chez Balhaize aux JT nuit de ce soir avec traduction gestuelle pour malentendant qui nous fait un doit d'honneur: c’est la mienne! N’empêche, bon, elle a sans doute refait ses courses au pas du même nom grâce à l’entraînement et basta! Mais qu’est ce que j’y ai pas gagné! Super! Samedi prochain je prends la charrette d’une asiatique. J’adore manger asiate.
Alors, combien vous me donnez pour une belle idée comme ça qui vous fait gagner du temps et de la diversité ?  *;->)

*Pour nos amis français, il s'agit d'une grande chaîne de supermarchés belge. Et un chicon est une endive en France.

PS: je précise à l'intention de ceux qui n'ont pas l'ADSL haut débit, que ceci est à prendre au second degré et n'est que pure fiction! Je ne l'ai pas fait! Mais j'ai eu envie… C'est un péché? Ou pas encore?


22:46 Écrit par Amadeus dans Con | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Connus pour être célèbre…

Connus-p-célèbresL

 
      Andy Warhol disait que désormais, avec la télévision, tout le monde serait célèbre un jour ou l'autre pendant quelques minutes. Eh oui, avec la puissance de ce média, la célébrité n'est plus fonction de ce que vous êtes ou avez réalisé mais du fait d'être médiatisé. A vous d'inventer la vie qui va avec comme on dirait chez Renault. Loana, de la "starac", est d'abord devenue célèbre, puis elle a ramé pour justifier ce statut! "Connue pour être célèbre", comme disent les mauvaises langues à propos de Paris Hilton…

Dans le temps, quelqu'un qui passait à la télé était forcément intéressant. Son nom s'affichait avec son titre: Alfred du Têdeuf, professeur à l'université, Docteur en répression…, Victor de Montehaut, Ministre de la recherche scientifique et du ramassage des immondices… etc. L'ennui c'est qu'aujourd'hui il n'y a plus assez de célébrités pour alimenter la télé, qu'elles ne passionnent plus et en plus comme tout le monde y passe un jour ou l'autre, il faut bien trouver des qualificatifs pour les citoyens lambda. Mireille Renfort, hôtesse de caisse…

Tout a commencé avec Jean Bidul, témoin, qui avait vu la scène présentée aux informations. Que le type fut vétérinaire ou jardinier, n' importait plus. Il était qualifié par son rôle à cet instant précis. Il était témoin. Ce glissement de la qualité réelle d'un individu à sa fonctionnalité dans l'instant où il parle s'est généralisé, ce qui a eu de curieux effets. Je vous donne quelques exemples…

Dominique Laxident, victime. Que ce soit d'un viol, d'un vol, d'un croche-pied ou de l'échauffement subit de la batterie de son portable… Victime! Puis, dans les talk-show on a vu apparaître Marcel Decheval, convalescent. Comme un statut social. Dans une émission sur la santé, on a vu apparaître Arthur Luthe, éjaculateur précoce. Vous aimeriez avoir votre nom affiché à la télé suivi de "éjaculateur précoce", vous, pour vous situer aux yeux du monde? Vous imaginez ce titre inscrit sur la porte de votre bureau?

Oui mais voilà, les gens veulent bien être qualifiés de quoi que ce soit pourvu qu'ils passent à la télé! Jamais vous ne raconteriez vos éventuels problèmes d'éjaculation précoce pour "étonner vos amis" comme on disait chez Pif Gadget. Mais là, à la télé, vous êtes dans les limbes. Tout est possible. Et tant qu'à passer le mur de la célébrité, les gens sont prêts à tout accepter, quitte à ce que ce soit leurs plus intimes faiblesses. Ils défilent notamment dans les émissions de JL Delarue à la télé…

Et vous verrez qu'un de ces jours on trouvera un: Antoine Bruti, con.

Il l'aura pas volé, tiens!  Enfin, pour le moment on les montre, on le pense, mais on l'écrit pas encore… *;->)

Amadeus, Malotru

00:20 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

08/02/2008

Flic bisou…

Flic-bisou2L

 
        C’est pas tous les jours qu’on se fait rouler un patin par un flic français en service! Surtout quand on a une plaque belge! Ça m’est arrivé, je le jure sur la tête de ma chienne, je vous raconte. La route des vacances typique, encombrée par des caravanes hollandaises, Parisiens, gros culs camions espagnols plein de fruits qui pètent un diesel noir, Belges avec coffres de toit, tout ça le long des Pyrénées. Traversée d’une petite ville un jour de marché incontournable. Je suis au volant avec femme et fruits de notre amourrr dans la voiture. Douze et sept ans, les fruits.

Au carrefour, l’embouteillage est total. Un CRS musclé, bronzé embruns moto, pantalons bouffants gendarmerie, bottes et chemise bleu-administration, manches roulées sur les gros bras poilus du midi. Moustache sous son gros casque de motard bleu ciel avec des petites protubérances pour écouteurs hypertechnos. Grands gestes autoritaires, personne ne fait son malin! Moulinets des bras poilus. Mais... embouteillages néanmoins... Eh oui, plus il y a de flics, c'est bien connu, plus on vit en bouteillage.

Pas à  pas c’est notre tour d’arriver au carrefour. Et là, le beau CRS abandonne la circulation, fonce vers nous comme el toro de fuego, pousse brutalement sa grosse tête casquée boule bleue par ma fenêtre et se met à me faire la bise, puis boum toc, le casque heurte les montants mais il arrive à embrasser les enfants pas impressionnés par Goldorack gendarme, Toc Boum et à filer un patin à ma femme boum toc boum du casque entre montants des fenêtres et appuie-têtes tout en foutant des coups de boule aux autres.

Les Parisiens derrière moi ont des yeux ronds façon Reiser, les Hollandais écarquillent les leurs... Les caravaniers suédois rosissent dans leur Volvo. Ses collègues avalent leurs sifflets. Un CRS devenu fou embrasse les Belges! C’était Arthur, un cousin de ma femme... CRS de son état... Petit cerveau mais gros bras d’agriculteur... Il nous avait reconnus. Je crois que personne n’en est encore revenu... Personne non plus n’a osé lui filer un coup de pied dans son gros cul pendant qu’il nous faisait les bises! Comme quoi, les flics peuvent avoir l'esprit de famille quand ils sont pas en train de vous exécuter à bout portant avec leurs radars. Sacré Arthur! Tout un powème!
*;->)

13:20 Écrit par Amadeus dans Con | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : flic, bisou, societe |  Facebook |

07/02/2008

Télépathie pour tous

Télépathie-2L

 
La télépathie n’a jamais été vraiment prouvée scientifiquement (les expériences ne sont pas toujours reproductibles) mais il y a tellement de présomptions qu’il faut bien avouer queuh... eh!... Chez moi, le télépathe c’est mon WC. Je vous zesplic. Je vais essayer d'éviter d'être scato.

Je passe des heures à travailler ou à lire ou à vaquer (vous vaquez aussi? Vaquer, un mot idiot, non? Ça vient peut-être de Vacuum qui veut dire aspirateur en latin parce qu’il fait le vide) à mes occupations. Dans le calme, seul chez moi, sans être dérangé. Et là, détendu, je m’en vais m’acquitter de ce que je dois à l’engrais planétaire. On ne dira jamais assez l’aspect reposant et apaisant de ce moment de lecture court mais agréable dans la lumière tamisée des vatères closettes.

Or, c’est exactement à la page 3 de votre lecture que le WC télépathe  appelle vos relations pour leur suggérer de vous téléphoner. Et ça sonne! A la page zéro, le pantalon sur les pieds, vous auriez encore pu faire des bonds comme dans une course de sac à patates pour rejoindre votre téléphone. A la page 5 (ouais, je lis pas très très vite), idem: vous pouvez quitter les lieux avec un minimum de restauration de votre habillement si vous êtes seul à la maison en reportant l’extinction de la lumière, la fermeture de la porte et l’adieu à votre quote part d’engrais à plus tard. La chasse à la cour...

Mais à la page 3 ou 4... impossible! Là, vous êtes coincé! Ça stimule instantanément votre imagination. «Et si c’était ma mère... ou si c’était les enfants?»... Et là, apparaît un deuxième niveau de télépathie.

Si, choisissant la voie acrobatique vous décidez quand même de battre le répondeur de vitesse... ce sera invariablement pour tomber sur... une erreur en flamand, une enquête de marché sur votre consommation de fibres intestinales, une offre de bouquet téléphonique et télévision par les tuyaux de gaz nouvelle formule ou la téléboutique RTL qui vous annonce que vous faites partie des terriens qui ont gagné un voyage gratuit en soucoupe volante à condition de répéter exactement ce que vient dire la femme gadget (modèle pire que la femme objet) à l’écran. Ou alors c’est ce copain qui vous aime tant alors que vous... euh... enfin... bref.
Notez, il y a une autre instance du même scénario: c’est quand je me mets à table... Paf! Philippe! Enfin, ça marche plus avec lui parce que le pauvre est mort il y a quelque temps.

Et ça c’était pas téléphoné! Mais bon... Si encore j’arrivais à brancher mon WC sur la loterie nationale ou le loto! Mais non, il est télépathe mais facétieux et n’a de cesse que de me faire ch...  Ceci explique peut-être cela, il est dans son rôle, après tout!
*;->)

23:34 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Barack et baraka sont-ils dans le même bateau?…

Barack-et-BarakaL

Bouclez votre ceinture. Non, je vous dis ça parce que ça va décoiffer un peu les idées, aujourd'hui. Mais les idées sont faites pour les essayer. D'où le terme essai chez les philosophes! Je vous rappelle d'ailleurs que je ne suis pas toujours d'accord avec mes propres idées que je catapulte mais je ne vais quand même pas me coller des procès à moi-même, quoique ici… je me tâte. Vous me direz.

Il y a 2008 ans, un troublion nommé Jésus a secoué le cocotier romain. Il voulait changer le monde et a fait un fan club assez étendu. Soit. Les Romains ne l'aimaient pas et l'ont un peu massacré. C'est pas bien mais c'était une autre époque aussi. Or, 306 ans après on voit arriver Constantin 1er, premier empereur romain chrétien! Bon.
Maintenant, faisons un peu de calcul mental. Rome est fondée en -700, le Christ arrive en 0 et le premier empereur chrétien arrive en 306. Mettez ça dans un coin de votre tête.

Par ailleurs, l'Empire Etasunien a été fondé il y a un peu plus de 200 ans (1787). En 2001 arrive Ben Laden et ses baptêmes de l'air dans les tours. Il fait des adeptes religieux. Je me dis comme ça que si il a fallu un petit trois cents ans après sept cents ans d'Empire Romain pour voir les troublions chrétiens arriver au pouvoir de l'Empire, peut-être qu'il ne faudra pas plus d'une petite centaine d'années pour que les USA soient dirigés par… un musulman! Simple règle de trois. Bon, me faites pas dire ce que je ne dis pas. Ben Laden est loin d'être le Christ mais il se prend quand même pour un prophète qui veut changer le monde avec une religion… Et mettez-vous à la place des Romains. Leur Ben Laden à eux c'était Jésus, les attentats en moins.  De toute façon, ni les tours jumelles ni les explosifs n'existaient en l'an zéro. Même pas les avions! Ils faisaient avec ce qu'ils avaient, soyez pas de mauvaise foi des fois.

Et là, qu'est ce que je vois-je? Les USA s'apprêtent à élire Barack Obama qui a été élevé dans la religion musulmane… Il est pas religieux lui-même, dit-il, mais avouez que c'est quand même une première étape vers ma comparaison! Premier président d'origine musulmane de l'Empire? Marcus Julius Philippus, en 244 fut aussi un premier pas…

Notez, j'ai rien contre des gens intégrés, intelligents et qui ne pourraient de toute façon pas être pires que Bush père et encore moins fils! Cela dit, s'il est élu, ce que je souhaite, je serai inquiet pour lui. Il ne serait pas le premier après Lincoln, Martin Luther King ou Kennedy a être un peu refroidi par cette belle expérience aux USA, grand pays démocratique du revolver…  L'a intérêt à avoir la baraka, Barack Oubama! Cul-klux-clan pas mort…*;->)

PS Message à l'intention de ceux qui n'ont pas le haut débit: c'est à prendre au troisième degré, hein!

11:50 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |