05/03/2008

Des pieds et des mains…

Pieds-et-mains-L

 
                    Vous êtes fétichiste? Ben ça arrive aux meilleurs. Déjà, vous pouvez décomplexer. Et puis de toute façon ça s'explique pas. On naît comme ça ou on n'est pas comme ça. Voilà.

Cela dit, il est un fétichisme difficile à vivre: le fétichisme des pieds. Paraîtrait que les hommes préfèrent les pieds après les seins chez une femme. Moi j'aime aussi les yeux… mais bon, je suis un peu spécial. Je vous zesplic.

Par exemple, vous soupez aux chandelles, agréablement avec une dame au commerce agréable. Vers la fin du repas, quand les chandelles commencent à vaciller, vous mettez sa main sur la sienne en lui disant "tu as de beaux pieds, tu sais" et vous ramassez une baffe à faire vaciller la chandelle. La vôtre aussi, d'ailleurs. Mais c'est pas le sujet.

En revanche, vous dites "tu as de beaux yeux, tu sais" et tout se passe bien. C'est elle qui souffle la chandelle. Pourtant, le pied et l'œil sont associés dans le même élan laudatif quand on dit "il a bon pied bon œil". Allez comprendre. A la limite vous pouvez dire "tu as des fesses superbes" si vous êtes un rien intimes et ça passe très bien. Tous les abats peuvent être romantiques: "Tu as de jolies jambes, j'adore ton nez, tu as de belles mains, j'adore ton cou, tes oreilles me rendent fou, j'adooore tes chevilles fines… etc". Tout ça passe très bien. Mais pas les pieds. D'où vient ce mépris pour les pieds dont tous les podologues vous vanteront la sophistication technique? Ils fourmillent de petits capteurs, ils vous portent, assurent votre équilibre plus sûrement que le cerveau qui des politiciens aux concepteurs de modes d'emploi alignent les désastres! D'ailleurs, quand on parle d'un déséquilibré, c'est pas les pieds qu'on accuse mais le cerveau! Notez, je ne me vois pas dire "j'adore ton cerveau". Ça fait un rien obstétricien occipital, ça. Comme quoi, cerveau et pieds … D'ailleurs ne dit-on pas "il pense avec ses pieds?". Cette proximité suggère quelque chose, non? Et que signifie vraiment "faire un pied de nez" alors que prendre quelqu'un au pied de la lettre est signe d'un excès…

Vous l'aurez compris, le pied est ambigu. Tantôt génial, tantôt idiot, hypertechnique mais insulte par ailleurs, objet de fantasme mais inavouable. Or, ne dit-on pas pour quelqu'un qui se marie qu'il a trouvé chaussure à son pied? Et que dans la… foulée, il le prend! Comme Raymond Devos quand il les écrivait en… alexandrins! Allez comprendre… *;->)

18:46 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : fetichisme, pieds |  Facebook |

Commentaires

A propos des fesses des femmes... J'ai remarqué que les femmes se retournent pour regarder les fesses des autres femmes... peut-être pas pour la même raison que les hommes (mais je n'en suis pas certain).
Moi j'aime les femmes qui ont de beaux bras et de belles épaules... C'est plus rare que les belles fesses ou poitrines...

Écrit par : Tony | 05/03/2008

xxxx quel pied par ici!
suis tombée ici par inadvertance et je pense fort bien revenir!

Écrit par : maggy | 06/03/2008

Allez comprendre la jouissance des uns et des autres ... moi, la mienne est assurée avec vous sourire oui ,je sais j' ai du cul O

Écrit par : Farah | 06/03/2008

Y a aussi cette chanson des snuls qui loue les fosses nasales et le tube digestif. Comme quoi y a pas que les pieds qui ne sont pas en odeur de sainteté.

Allez quelques paroles de la chanson :

J'aime tes fosses nasales,
Tes conduits auditifs,
Ta cavité buccale,
Ton tube digestif,

Je t'aime, c'est vrai, par tous les trous, Mais s'il n'en fallait choisir qu'un,
Je chanterais tout comme un fou : Moi j'aime ton vagin!

Écrit par : Michel | 06/03/2008

chez les Romains au Sénat, y avait pas de vote électronique. Alors après les débats les tenants d'une proposition allaient occuper un coin de l'hémicylce (gag) et les adversaires l'autre. Les sénateurs rejoignaient le clan qu'ils soutenaient et on procédait au décompte. Ca s'appelait "voter avec ses pieds". Un sénateur lambda, celui qui n'était pas une lumière mais se contentait de soutenir les projets des pontes de l'époque s'appelait "pedo", soit le piéton, ou le marcheur.

Écrit par : Mishima | 11/03/2008

Les commentaires sont fermés.