07/03/2008

C’est la journée de la femme…

 Journee-femmeLL
 
                        On ne dira jamais assez l’effet néfaste que peut avoir une information excessive et croisée le matin, lorsque je sors du lit. Horizontalement ça va, j’ai un tas d’idées qui me donnent envie de me lever. Mais dès que j’adopte la position verticale, mon esprit se vide de son sang, c’est le voile noir des pilotes de chasse (c’est peut-être pour ça que l’homme est si con: la stature verticale… mais enfin, les femmes ne courent pas à quatre pattes, alors?).

Un matin, je sors de la chambre sans avoir allumé mes quatre clignotants, je bute sur ma femme qui me pose immédiatement trois questions qui font appel à des zones encore en phase de préchauffage de mon cerveau. Réponses évasives non probantes. Ma femme est fixée sur l’état d’allumage. Un réflexe pavlovien me conduit à la salle de bain. Et elle ajoute: «c’est la journée de la femme». Zut, la journée de la femme. Laquelle? Où ça? On offre les fleurs quand, j’ai oublié? dis-je terrorisé. «Mais non, idiot, la journée de LA femme». Ah, LA fêêêêmme, dis-je. Soulagement. On rigole pas avec ces trucs là. Je tape sur la tête du poste qui se met à gueuler et enjambe la baignoire pour le car wash matinal.

Après la douche, ça commence à aller mieux. L’eau m’a toujours remis en état. Le cerveau atteint son niveau de veille sans atteindre encore toutefois son niveau fonctionnel qui ne viendra qu’avec l’intraveineuse de café. Et là, «qu’est ce que j’entends-je» à la radio? Un truc qui demande un afflux immédiat et brutal de montée en régime cervical:

«Le Sénat a adopté le projet de loi établissant l’égalité des chances pendant la nuit»…

Ah? Journée de la Femme, égalité des chances,… pendant la nuit?… Fini les maux de tête, alors!? Enfin un féminisme bien compris! L’égalité des chances bien conçue. Moi je demande pas mieux. C’est vrai, on rencontre trop de femmes inactives au plumard. Vous devez tout faire! Inversement, il y a des paresseux qui attendent tout de leur compagne.  Tandis que là, si il y a une loi, tout va aller mieux. Egalité. Je fais la moitié du travail et tu fais l’autre. Voilà au moins un endroit où je suis d’accord pour l’égalité des chances.
Ah, attendez… égalité «des CHANCES»… aaah… j’avais pas compris ça. Mais c’est ridicule! Ça veut rien dire, égalité des chances au plumard… Une chance au grattage… une chance… Non, c’est pas là, ça…

J’ai toujours pas compris ce que ça pouvait bien vouloir dire. Y a pas à dire mais pour l’égalité des chances le MATIN y reste du travail à faire chez moi…  *;->)

20:46 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

°°° J'adore ton blog, ta plume ! Je viens à peine de me lever et j'affiche déjà une large banane.

Merci :)

Écrit par : Chloé | 08/03/2008

Dieu n’est pas fou ! C’est peut-être pas un hasard si ce matin je me suis levé le premier et ai apporté le café au lit à ma femme.
Dieu n’est pas fou ! Dieu n’est pas fou !
Ma blague matinale :
Un homme (enfin… un Italien) priait cette farceuse de Madone qui, personne ne le sait, inspira Leonardo pour son petit sourire narquois.
Il voulait une femme super économique dans la cuisine, merveilleuse maîtresse de maison et qui met le feu au lit.
Résultat des courses : il a eu une femme qui a mis le feu à la cuisine, qui est devenue une merveilleuse maîtresse… de ses amis et pour couronner le tout (ou pour couillonner le tout…) super économique au lit
;-))
Bon w-e, Amadeus et ménage la monture, cow-boy !

Écrit par : Tony | 08/03/2008

Pourquoi n'y aura-t-il jamais... ... de journée de l'homme ?
Parce que c'est sa fête tous les jours !

Écrit par : CCRIDER | 08/03/2008

Les commentaires sont fermés.