31/03/2008

Jean Novel, architek…

Jean-NouvelL

 
                         L'architecte Jean Nouvel, auteur de la cornichonnerie du musée dit des Arts Premiers au quai Branly (un hasard ce nom?) vient de gagner le prix Pritzker, le Nobel de l'architecture dit-on. En Belgique, Architek est une insulte depuis l'élaboration du palais de justice de Bruxelles en 1883 par Poelaert. Le temps a confirmé la justesse de l'insulte… Avec Jean Nouvel et quelques autres comme Frank Gehri, un "déconstructiviste" — un comble pour un constructeur!— à qui l'on doit le musée Guggenheim de Bilbao, ça va devenir une insulte universelle.

Eh oui, ces gens là vous font un cube, une pyramide ou une cage de verre avec deux trucs qui dépassent et au mépris de toute écologie et hop! Ils sont sacrés grands architeks… Si, comme moi, on se met à rire et à pleurer on nous explique que nous n'avons aucune compétence pour juger… certains font même des efforts pour se dire que c'est beau en contradiction avec leur propre avis. "Si je trouve ça laid, c'est que je ne suis pas capable de comprendre puisque les grands de ce monde trouvent ça bien. Il est temps que je trouve ça beau!"! Beat them or join them… dit-on anglais… Et le tour est joué…

Eh bien c'est vous qui avez raison! Tout ça n'est que star système, relations politiques, mousse et brosse à reluire les politiciens. Allons, où y-a-t-il conception originale de formes dans un cube ou une pyramide? Où est l'artisanat à dimension humaine dans les cadres de béton et les vitres? Où est l'étude des espaces dans ces cages à plateaux et cloisons amovibles? Où est la gestion de l'énergie dans les tours de verre? Où est la recherche d'urbanisme dans ces défigurateurs de ville et de trafic urbain? Bref, tous les critères objectifs techniques et artistiques relatifs à l'architecture et à l'urbanisme sont en panne! Mais ces gens là vous diront que si le peuple ne comprend pas cette architecture c'est qu'il faut changer de peuple. Au quai Branly on ignore le visiteur qui fait la file dehors dans le froid et les courants d'air. Les vitres décorées de toiles cirées relèvent du jardin d'enfant. Les espaces intérieurs sont confus et gadgetisés. Rien. Il n'y a rien à sauver et ce n'est ni drôle ni intéressant ni beau ni même audacieux… Juste une déjection supplémentaire de grand zomme politique comme la stupide bibliothèque de Mitterrand, un scandale aux yeux de tous les spécialistes… Et si encore c'était beau ailleurs que sur maquette…

Enfin, le seul intérêt de cette architecture c'est qu'elle rouille vite -voir Baubourg- et qu'elle vieillit très mal… Et en tout cas, si le prix Protzket est le Nobel de l'architecture, je suggère qu'on utilise l'invention de Nobel* pour honorer les bâtiments de ce monsieur Nouvel!  *;->)

*Pour ceux qui n'ont pas de pneus neige, je rappelle que Nobel a inventé la dynamite!

TAILLER UN COSTUME…

Main-libre-et-costumeL

 
                    C’est le gag de ce matin. Avec ma belle soeur, faudrait toujours se méfier... Elle était chez ma fille loin d'ici.

J’étais avec un client auquel je parlais des avantages d’une grosse boîte informatique pour laquelle travaille ma fille. Comme mon client posait une question à laquelle je ne pouvais répondre, je décide d’appeler ma fille mais je me trompe de numéro et j’arrive sur son numéro privé, main libre du téléphone activé.

Chez ma fille, c’est ma belle soeur qui décroche et je n’ai pas le temps de lui dire que je suis avec un client qu’elle me lance:

“ah, tu as oublié ta veste ici, tu sais, celle que t’as pas payé cher”.

Le client pouffe... !

J’avais sans doute dit que je l’avais achetée en solde. Ah, la petite brune avec une chaussure noire... On ne sait jamais où elle va gaffer mais ce qui est sur c’est que ça va tomber dur!

Là, tu as les solutions suivantes devant toi pour essayer de ne pas passer pour un pecnot!

Prétentieux: ah, oui, ça je dois dire que j’ai fait une affaire, pour une veste de grande marque c’était un bon prix...

Esquivant: mais non c’est pas ça que j’ai pas payé cher, t’as encore une fois rien compris.

Menteur: pas payé cher? Tu trouves pas ça cher, toi, 1.000 euros pour une veste?

Coup bas: ben, oui, avec ce que je gagne avec mes clients... j’avais plus le choix...

Handicapé: ah oui, celle de chez Dior qui avait un défaut qu’on voyait pas...

Politicien: c’est pas que je l’ai pas payée cher, c’est qu’il y avait une prime aux jeunes entrepreneurs ce jour là...

Susceptible: toi non plus tu vaux pas cher. Tu t’es déjà regardée?

En fait, je me suis marré aussi... Mais pas tant que le client.

Histoire vraie!
Et on se demande où je vais les chercher... J’ai pas besoin de chercher! Ça tombe tout seul!
*;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : snobisme, mauvaise foi, humour, amadeus |  Facebook |

30/03/2008

Je suis fétichiste…

fétichisteL

 
                    j’ai mis des années à comprendre ce qu’était le fétichisme. On m’avait bien dit que c’était des gens qui se focalisaient sur un truc. Par exemple, les seins des femmes. Moi, j’ai toujours trouvé ça sympathique mais j’en faisais pas un fromage absolu (pardon pour la comparaison, mon style faiblit). Bon. Puis, un jour, j’ai vu une émission sur Konrad Lorentz qui montrait que les poussins oiseaux étaient comme les écologistes: ils suivent la première chose qui bouge à leur sortie de l’œuf. Si c’est leur mère poule tant mieux, mais si c’est un petit train électrique c’est bon aussi! J’ai commencé à mieux comprendre. Pourquoi j'avais aimé les trains électriques? Non, pas ça, je vous zesplic..

J’ai découvert que les fétiches africains c’étaient des statuettes adorées. Peu à peu mon image mentale s’est formée sur le fétichisme. Avec l’arrivée d’internet, j’ai vu qu’il y avait des catégories de fétichiste sur les sites pornos. Me demandez pas ce que je faisais là-dessus, ça vous regarde pas. Et puis c’est comme ça. Donc, j’ai commencé à mieux comprendre.

Et puis j’ai vu qu’il y avait des fétichiste des nombrils, des pieds, des doigts de pied, des bas nylon, des slips, des oreilles à perles, des oreilles pas à perles, des fesses, des airs con et tout ce qu’on voulait. A croire que des mecs aiment les femmes comme des brochettes de gadgets. Dur dur!

Oui mais voilà que j’ai découvert que j’en étais un de fétichiste! Primaire et tout droit! Ça faisait quelques temps que je me doutais sans oser me l’exprimer… Mais de plus en plus, je devais me rendre à l’évidence: je suis fétichiste gravos comme on dit aujourd’hui!

En fait, les femmes m’intéressent peu jusqu’à ce que je leur découvre une jolie voix. Je suis un fétichiste de la voix. Felicity Lott, Carmen Mac Rae, Joan Baez, dès que sonne leur voix, je deviens comme fou! fasciné, aspiré, absorbé… Les jolies voix de femmes m’entraînent au paradis! Et c’est pratique: plus besoin d’aller sur un site porno, plus besoin de dégrafer quoi que ce soit, d’ailleurs je suis très maladroit, pas besoin de déboutonner ou d’avouer mon incompétence devant une tirette qui résiste… Non, la voix s’élève et je suis aux anges!

Et en plus, comme ça vous pourrez dire que je suis un parfait macho… quand je suis saoul de bonheur, je range le CD et hop, je me passe du reste: les critiques, les preuves que je suis un con, les reproches divers et si j’ai envie de m’endormir après, personne ne me reproche rien! Vive mon fétichisme à moi que j’ai!  *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : humour, fetichisme, voix |  Facebook |

29/03/2008

C'est le bouquet

C’est-le-bouquetL

 
                    Dimanche, 8 heures, coup de sonnette intempestif...
- Vas y, va voir ce que c’est... dit ma femme qui sortait de l’écran de sa nuit.
Bon, ben oui, j’y vais... Je suis descendu en enfilant un peignoir dans l’escalier et  tombé sur un gars hilare qui m’a tendu une énorme  boîte en carton qualité pizza:  “des fleurs pour Madame, signez ici”. Mais je ne sais pas signer avec les pieds nus sur le carrelage… En plus mes cheveux faisaient de grands signes au type pour dénoncer que je sortais du lit. J’ai attrapé la boîte contre moi avec les dents, le stylo avec les doigts de pied et j’ai fait un travail de queue d’âne avec le bic sur l’ autocopiant.  Je regardais le mec avec un regard noir. “Ben oui, on livre à partir de 8 H jusqu’à 18, plutôt commencé plutôt fini”. Belle logique!  J’avais encore l’air d’être un traîne-au-lit en plus.

Là-dessus, je monte la boîte sur laquelle les textes “vos fleurs” et... “facile à  ouvrir” m’agressaient les yeux. Je dépose la boîte à côté du lit: «des fleurs pour ton anniversaire”.
- Hmmm? Ouvre...
Bonne idée! Bien pensée la boîte! Je tire, pousse, essaie ailleurs, rien à faire. Faite pour durer, pour traverser les épreuves des livreurs pas attentionnés et des camionnettes qui s’arrêtent pas aux feux rouges. Facile à ouvrir à 9 heures peut-être mais pas à 8 un dimanche.

- Fais attention, tu vas tout abîmer...
Manquait plus que ça... Je ré-examine les instructions. Rien de plus que “facile à ouvrir”. Bon, ben si ils le disent... j’agresse sauvagement la boîte pour lui arracher ses stupides ailes en carton repliées à l’intérieur pour sécuriser le bouquet. J’extrais...
- Fais attention, tu vas en foutre partout...
Ah... oui, je n’y pensais pas.
- Où tu vas avec ça? Il faut tout de suite les mettre dans l’eau.
Suis-je bête quand même! Dès qu’on ouvre la boîte les fleurs se remettent à vivre et crient qu’elles veulent se foutre à l’eau en agitant les papattes. Ma femme se lève, m’arrache la boîte des mains, va à la cuisine en marmonant un truc sur la connerie des hommes, retire le bouquet de son logement spécial et découvre que les tiges baignent dans un gel qui garantit la fraîcheur des fleurs jusqu’en janvier 2012 promis juré certifié ISO machin. On n’arrête pas le progrès.
- Aide moi, j’ai du gel plein les doigts, maintenant.

J’ai une frayeur: et si le gel était dangereux pour les doigts, radiocatif pour la conservation, s’il attaquait les cellules nerveuses au premier contact? Je fouille. Une carte de notre fille, avec l’impression des souhaits mécanographiés:
- bon anniv...
ligne suivante:
Madame Noum... Nico ... la ligne informatique n’avait pas assez de caractères pour une personnalisation plus romantique.

Enfin, on a un bouquet hypersmart sur la table du salon et une énorme caisse  qu’il va falloir trier entre carton, gel, ficelle, agrafes, et déchets divers qui vont pas faner de si tôt, eux! Ma femme: «garde cette caisse, ça peut servir»! Cadeau en plus!   *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : humour, fleurs, marketing, amadeus |  Facebook |

Signez la pétition pour mon euthanasie

EuthanasieL

 
                        J'allais dire "j'ai bien réfléchi", mais comme je doute de la qualité de mes réflexions, j'ai pas voulu commencer comme ça. Je préfère entrer tout de suite dans le vif. C'est ça le problème: le vif… parce que je voudrais être euthanasié. Oh, ça ne regarde que moi, mais si vous voulez quelques justifications avant de signer… je vous les livre. Sans façon, je peux comprendre.

Voilà, j'ai appris que l'on pouvait être euthanasié en Belgique. Hugo Claus vient de profiter de l'offre dont n'a malheureusement pas pu bénéficier une pauvre femme en France. Alors, pourquoi moi qui suis apparemment en bonne santé? Au moins physique.  Je pourrais encore servir. Mais c'est ça l'ennui, je sers à rien. Pire, je suis nuisible. Il m'a fallu du courage pour comprendre tout ça, mais je suis arrivé aux conclusions qui s'imposent d'elles mêmes.

Je suis un peu comme Philippe Starck qui déclarait hier qu'il arrêtait le design parce que ça ne sert à rien. Courageux et honnête! Je suis arrivé aux mêmes conclusions. Je travaille dans le domaine de l'innovation. Je ne sers qu'à inventer des trucs dont jamais un papou n'a eu besoin! Faux besoins donc. Mais ce qui est pire c'est que je suis un type carrément nuisible. Pas seulement parce que j'écris un texte par jour pour me moquer du monde mais aussi parce que j'aime les bagnoles qui roulent bien, ce qui est dangereux pour mes concitoyens et polluant pour la planète. Et j'ai plus le moyen de me payer le luxe des radars et de l'essence à la fois.

Pire encore… je ne parle pas flamand. Ah, je sens que cette fois je vous ai ému… On approche de votre signature! En plus, j'aime le poisson, ce qui détruit les espèces et je fais pleurer les femmes. Je suis négligent dans le tri de mes déchets ménagers et je mélange allègrement les sacs jaunes avec les bleus. Je laisse couler le robinet quand je me brosse les dents… J'utilise du savon de vaisselle non bio… Je prends une douche tous les jours au plus grand mépris de la planète et de ses réserves d'eau. Je n'attache pas ma ceinture de sécurité, j'adore le bon vin, je me fous de mon cholestérol ce qui prouve que je suis un mauvais citoyen parce que je n'ai aucune considération pour mon coût social en cas d'accident vasculaire. J'aime le cassoulet ce qui détruit la couche d'ozone (on vous expliquera…). Je suis donc arrivé à la conclusion qu'il fallait m'euthanasier pour votre bien à tous que vous êtes. Je suis honnête. Persiste et signe. Alors si vous pouviez signer la pétition, ça m'arrangerait… Merci d'avance pour votre empathique compréhension. *;->)

01:17 Écrit par Amadeus dans Société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : humour, mort, euthanasie |  Facebook |

28/03/2008

Crève, salope

Crève-salopeL

 
                Ne vous sentez pas tout du tout concernée, c’est pas pour vous et c’est même pas de moi. Je vous zesplic.

Un jour, Renaud, à la radio. Oui, le chanteur, pas les bagnoles: «J’ai eu une idée comme ça, tu vois, alors j’ai sorti ma guitare pourrie et j’ai chanté le poème qui venait de germer dans mon esprit malade, tu vois. Ça s’appelait «crève salope».
Conforme!

Ce type vit comme ça. Sa guitare peut être que pourrie, son esprit que malade, sa femme que pute, son chien que perdu, son repas que dégueulé, ses chansons que géniales...

Un midi, il est était interviewé par Elise Lucet. Il avait décidé de s’engager dans la lutte pour la libération d’Ingrid Betancourt, cette femme admirable d’intelligence et de courage qui lutte contre la corruption politique en Colombie et qui a été prise en otage par les révolutionnaires il y a six ans. Elise Lucet, très impressionnée, rend hommage au courage de Renaud, à la qualité de son engagement et lui demande ce qu’il va faire.

Stop! Vous faites fausse route. Ouais, vous voyez ce mec, un vrai, un fort, un courageux, s’emparer de fusils, de camions et lance roquettes et filer vers la Colombie avec des rubans de cartouches autour du cou, grimper sur le capot du camion et attaquer ces affreux bandidos... Non? Ah, vous voyez ça autrement: il s’en va avec des fleurs pour aller négocier et apporter un message de paix aux révolutionnaires en les orientant vers un dialogue politique et pacifiste, il se fait flinguer et meurt en héros.  Eh non! Vous avez tout faux! Qu’est ce qu’il a fait alors?
Ben une chanson! Il chantonne une chansonnette sans saveur qu’il rêve aussi fameuse que le chant des partisans ou le temps des cerises... pour endormir les FARCS, buter les révolutionnaires qui seront terrorisés par sa chanson! Ils vont déposer les armes, habiller Ingrid d’une belle robe longue et légère en soie et la laisser sortir pieds nus avec une fleur dans les cheveux, en colombienne colombine qui joue de la lyre. Mon dieu... C’est pas gagné! Et il était même pas bourré! je crois que je préférais encore Cloclo, tiens!

C’est ça le problème de notre société romantique et sensible. On y va par incantations: Touche pas à mon pote terroriste! Mais si le pote terroriste s’en fout? Ben alors on va voir la cellule d’assistance psychologique.

On ne croit plus que le monde est rugueux! On ne le veut plus. Mais on aura beau s’insurger contre la pesanteur terrestre pour que les ouvriers aient la vie moins dure, la pesanteur s’en fout!

Dommage, hein?! Reste plus qu’à regarder la réalité en face, mais çaaa...
*;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : societe, betise, humour, amadeus |  Facebook |

27/03/2008

Substitute people

Substitute2L


 
                Dans les pays de l’est quand il y avait des marchandises, c’était toujours un espoir déçu: matériel d’exposition... Mais j’ai vécu la même chose aux USA.

Au cours d’un séjour dans le Minnesota avec un collègue italien, nous avions décidé, pour survivre à l’alimentation américaine, de faire nos courses et de cuisiner dans nos chambres. Nous étions partis comme des chiens errants à la recherche d’ingrédients que nos deux mille ans de civilisation et notre instinct de conservation nous recommandaient de dégoter.

Au supermarché nous avons trouvé des médicaments et tous les substituts alimentaires possibles, mais rien de réel. Substitut de sucre, de sel, de café, de saucisson et même quand ils n’en avaient pas l’intention, c’était tellement mauvais que c’était un substitut de substitut, ce qu’en termes juridiques on appelle un bâtonnier je crois. Mais rien à bouffer pour un Européen.

Nous sommes ressortis avec une bouteille d’huile italienne cachetée mais mon collègue, Italien d’origine, m’a dit que c’était normal d’en trouver là, qu’en Italie cette huile était interdite à la vente sauf pour les moteurs de camions et qu’ aucun Italien ne se serait même risqué à mettre ça ailleurs que dans une charnière à décoincer. Idem pour le vin italien qu’on a trouvé au liquor store, tellement pétillant que pas un Italien n’en consommait en dehors des instituts de cancérologie où il était utilisé comme chimiothérapie. Ou alors ils le vendent aux Suédois qui en font des grogs. Pas cons ces Italiens, quand même.

Pour le pain, nous étions prêts à attaquer une vraie boulangerie. Les pains, là-bas, sont blancs, longs et pratiques à transporter dans leur emballage plastique: il suffit de mettre une main de chaque côté et de pousser. Le pain se réduit de dix fois comme une éponge. On peut alors le mettre en poche et utiliser ses deux mains à autre chose. L’ennui c’est que dans la bouche et l’estomac, on n’y trouve ni goût ni satiété.  

A Minneapolis on a cherché une boulangerie. Sur une recommandation, nous nous précipitons dans un magasin et, devant nous, émerveillés, nous voyons une charrette ancienne avec des gerbes de blé, des pains de famille énormes, des baguettes au feu de bois que l’on sentait déjà croustiller sous nos dents... sau-vés! Nous nous précipititâmes vers le comptoir et pointâmes nos doigts vers ces pains magnifiques en disant trois, on en veut trois comme ça! deux comme ça et un beau grand comme ça. Et là, dans un accent américain épouvantable, la fille qui ressemblait plus à une laborantine dans un sas de biologie virulente avec sa charlotte sur les cheveux, nous dit d’un air consterné «... oooh, je suis désolée, mais ça c’est pour la décoration!», et elle nous a montré les éponges, bread substitute...
Et comme on est ce que l’on mange, les Américains sont devenus des substituts d’humains, ce dont témoignent leurs agissements sur la planète depuis quelque temps…

*;->)

26/03/2008

Chassés du paradis céleste

Chassés-paradis-celesteL

 
                Vous vous souvenez des tableaux de Seurat, les jolies dames en robes longues et chapeaux traversant de beaux espace d’été? Ou les belles héroïnes façon Anouck Aimée avec chevaliers servants dans les jardins à la française et robes à froufrous? La claaasse.
Hier, j’assistais à un grand mariage. Un ami de mon fils. Un site merveilleux du Brabant Wallon. Champagne, robes longues ondoyant paresseusement sur la pelouse, serveurs stylés, petits anges de compagnie, lâcher de colombes blanches... nous étions dans une autre époque. Tout fleurait bon les jeunes filles en fleurs... Ah, les cerceaux des demoiselles de nos passés historiques... Nous étions projetés dans un temps différent, un monde désenglouti qui revivait quelques heures dans la magie d’un décor, des révérences et des baise-mains. Encore que, si je me suis fendu de quelques baise-mains, ma femme refusait obstinément de faire la révérence à qui que ce soit: ‘c’est pas la Reine d’Angleterre quand même!’. Mais ma femme est Française républicaine et nous sommes des roturiers!

Quoique... tout a une fin et nous dûmes bien la tirer cette révérence pour quitter cette enceinte hors du temps, traverser le porche nos étoiles dans les yeux... et nous fracasser brutalement sur ce cri:
‘Ta gueule Charlotte!’

Comme on m’appelle rarement Charlotte et que ce n’est pas non plus le nom de ma femme, je regarde par côté et découvre une jeune fille de 15 ans qui rosit légèrement en voyant mon étonnement. Je regarde le gars, un jeune du coin, 15 ou 16 ans le GSM rivé sur l’oreille... qui croit utile de se justifier: ‘ben oui, je suis au téléphone, quoi, merde!’.

Subitement, j’étais chassé du Paradis céleste. J’étais recraché sur cette terre, ce bas monde, plus vite que prévu, avant même d’avoir pu me défaire de mon nœud de cravate. Les colombes venaient d’être flinguées en vol, les étoiles dans les yeux explosaient sous la pression terroriste de ce mutant et les révérences avaient pris un solide coup de pied au cul qui ricochait sur les baise-mains comme dans un film passé à l’envers. Je me demande si ce garçon sera un jour capable de faire le tour de sa voiture pour ouvrir une portière à Charlotte... Et si l’idée d’un baise-main lui vient ce sera sans doute avec la définition qu’en donnait cet humoriste: il y a un début à tout!...

Alors, je me tourne à nouveau vers Charlotte et lui dis, l’air très distingué: ‘ben oui, ta gueule Charlotte! Tu vois pas qu’il est au téléphone, merde!’...

Si bien que je me demande encore si je préfère le ridicule de la révérence aux injonctions choisies de notre galanterie contemporaine ou le contraire. J’arrive pas à choisir, là... *:->))

18:15 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : humour, education, jeunes, macrame |  Facebook |

25/03/2008

Quasimodo

 QuasimodoL
 
 
            J’avais oublié de vous raconter ça! Il y a quelques années, je connaissais un gars qui avait eu la riche idée d’organiser un «Trophée de la Secrétaire». En anglais ça sonne mieux: «Secretary’s Trophee». Et voilà toutes les nanas en training parme ou rose, par groupes de trois, à l’assaut de la ville. Oui, un rallye pédestre si vous préférez. Elles devaient répondre à des questions et suivre un jeu de piste. Génial.

Sur le parcours, elles devaient rencontrer Quasimodo autour de Saint Michel et Gudulle, notre belle cathédrale bruxelloise où on a marié le colonel grec converti aux prêtres ouvriers avec Claire machin, je sais plus. D’ailleurs, il passe régulièrement en Ferrari décapotable devant mes fenêtres… Mais c’est pas le sujet.

Pour Quasimodo, le gars que je connaissais qui dirigeait une petite entreprise de coms, avait pris le plus adorable mais aussi le plus snul de ses employés, lui avait donné un masque en latex à se coller sur la tête et lui avait ordonné d’aller se planquer autour de Sainte Bidule pour attendre les secrétaires. Et il attendut. Une bonne heure pour commencer.

Oui, mais voilà… Vous ne le savez peut-être pas mais il est interdit d'être déguisé en rue en dehors du carnaval. Comme il est désormais interdit pour un professionnel du bâtiment de monter sur une échelle, il faut un échafaudage, vous saviez cette cornichonnerie Europézenne? Et voilà Quasimodo quasiment dans une encoignure de porte de Sainte Tropdule.

En face, dans l’agence de banque, les employés ont repéré notre Quasitoto et ont téléphoné aux flics! Ils flippaient, les guichetiers! Ils craignaient de se faire dévaliser, voire flinguer dans le sang!

Les flics de Bruxelles ont donc fondu sur Quasibobo avec quatre soucoupes volantes hurlantes et l’ont jeté au trou! Du coup, plus une secretary ne trouvait l’information… Quasimodo avait beau expliquer… les flics ne recevaient aucune confirmation de la société qui l’employait vu que tout le monde était sur le terrain… Et les secretaries paumées…

Moralité: vous déguisez pas. Faites comme Michel Daerden: Le Thon au naturel…
*;->)

18:15 Écrit par Amadeus dans Con | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : quasimodo, humour, macrame |  Facebook |

24/03/2008

Dons de graisse…

LipposuccionL

 
                Un jour comme ça, j’entends qu’on a trouvé des homards gigantesques dans un estuaire pas trop loin. Et en grand nombre! Comme je suis gourmand, j’allais me renseigner sur la pêche du homard quand la suite du communiqué m’en a dissuadé: estuaire dont la température est montée de quatre degrés du fait de la centrale nucléaire qui se refroidit les pieds dans l’eau… Basta. Pas de homard. Bien trop peur!

Dans l’après-midi, Liuke, le copain hollandais de mon fils passe à la maison. La dernière fois que je l’ai vu, c’était pour construire une petite auto télécommandée avec lui et mon fils. Là, il fait deux mètre cinq… Tu vis près d’une centrale nucléaire? Lui (crachotant du hollandais): non, pourquchoi?

J’ai trouvé ça bizarre. Puis j’ai compris: les Hollandais vivaient, comme les Scandinaves, dans le froid, et depuis qu’ils ont le chauffage central, leur corps a cessé de lutter contre le froid et hop! Croissance!
Ce matin, j’entends que le chauffage central contribue à l’obésité parce qu’on ne brûle plus assez de calories pour se réchauffer. Au prix où est le mazout! Comme je vous dis! Ah, pas si bête mon idée du chauffage!

Et puis, j’entends comme ça qu’il y a un milliard d’obèses et «seulement» huit cent millions de gens en sous-nutrition (sous-nutrition, je le rappelle à l'intention des téléspectateurs de RTL ou TF1, ça veut qu'ils crèvent de faim…)… Là, tout m’est devenu clair! Mais bon sang… mais c’est bien sur! Je vous raconte.
Les dons du sang, vous connaissez? Oui, bien sur! La liposuccion vous connaissez aussi! Eh bien, on va créer avec la Croix Rouge, les dons de graisse! Vous allez sous une tente, on vous pompe votre graisse, on la met dans une petite fiole, et elle est prête à servir au Darfour.

On l’envoie là-bas, les médecins sans frontières l’injectent dans les sous-nutritionnés et tout le monde est content: vous parce que vous pouvez recommencer à manger alors que votre ligne est redevenue svelte; les sous-nourris parce qu’ils ne crèvent plus. ET c’est économiquement intelligent parce que plus besoin de transporter des aliments fragiles et périssables, chers et difficiles à cuisiner!

Là, tout devient simple: c’est vous qui payez, qui cuisinez, qui métabolisez, et hop, le tour est joué! Comme il y a un peu plus d’obèses que de sous-alimentés, ça correspond bien!

C’est pas génial, ça? Je suis un type comme ça: j’aime rendre service avec mes bonnes idées pour sauver le monde.  *;->)

23:00 Écrit par Amadeus dans Con | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : graisse, humour, dons, macrame |  Facebook |

Ah, elle est belle la résurrection!

RésurrectionL
 
 
                Longtemps j'ai découché dans le bonheur. Parfois, à peine bougé de l'étreinte, mes yeux lisaient le temps pour me dire: dehors! Je ne pouvais alors que désespérer le cœur de mon amie qui, entre sommeil et bien être, sombrait dans un désespoir que d'aucuns eussent qualifié de feint mais que je recevais à la fois comme un signe de reconnaissance et une profonde culpabilité recto-verso de mes sentiments. Recto pour elle, verso pour ma délaissée légitime. Recto pour la merveille de l'amour, verso pour ce qu'il charriait de trahison…

Je la priais alors de me laisser partir et je humais une dernière fois au travers de ses cheveux la chaleur des draps chauds encore de notre amour autant que les parfums de son corps. Si elle faisait mine de saisir une robe de chambre dont émergeraient ses cheveux graffitis et ses petons gracieux, je tentais de l'en dissuader en prétextant que je connaissais le chemin et que je prendrais garde de fermer la porte aussi soigneusement qu' on le ferait d'un précieux coffret: celui de notre amour qui ne se vivait que dans l'émotion et les élans de chaleur parfumée et dont le couvercle rond et sensuel retiendrait sous sa voûte les orgasmes désormais sacrés.

Je remontais alors dans ma berline dont les deux cents chevaux allaient me ramener du paradis terrestre à la fange du quotidien tout en écoutant Radio Combray sur 104.8 FM. J'avais une demi heure pour préparer mon cœur à la vulgarité retrouvée, aidé en cela par les chansons de Claude François ou d'un autre fabricant de temps perdu, pour le coup!…

Bon, bon, ça va, je voulais juste écrire un peu mieux pour une fois, parce que c'est Pâques. Mais je suppose que je perds mon temps, là.  Je suis à la recherche de choses passées, de jeunesse florale et d'un style plus relié aux entrelacs des mots croisés qu'au sudoku. Enfin, sudoku, c'était un peu le propos, si on veut… Et vous, vous ne pensez qu'à vous marrer! C'est pas demain la veille qu'on va écrire  des jolies choses à nouveau! Notez, je vous comprends, il neige à pierre qui pisse alors qu'on a passé Pâques et qu'on est au mois du printemps depuis trois jours déjà. Ah elle est belle la résurrection du cruciverbiste! Surtout côté météo. Mais faut bien s'occuper! Et je me disais comme ça… Bon, ben vous connaîtrez pas la suite!
*;->)
 
ps: n'allez quand même pas trop vite chercher des conclusions romanesques, hein! Toute ressemblance avec… etc. fortuite!  

17:46 Écrit par Amadeus dans Société | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : roman, proust, double vie, humour |  Facebook |

23/03/2008

Dentisterie allemande…

 Dentisterie-allemandeL

 

                Minuit… Silence lunaire. On entendait juste un léger bruit sourd: la machine à laver des voisins sans doute. Fallait tendre l'oreille ou y faire attention. Rien de gênant, quand tout à coup, un cri déchirant. Et celui-là venait pas de la machine à laver! Mais de l'autre côté. Et un autre… Des hurlements qui arrivaient à passer à travers les murs. Des cris, des pas rageurs sur l'escalier… Je pose mon Alka-Schweizer de minuit… et je tends l'oreille. Pas de doute… il se passe quelque chose de grave à côté.

Faut vous dire que le nouveau voisin était dentiste et Allemand. Bien que pro-européen, il me reste quelques préjugés hérités de mes grands parents et parents sur la dextérité allemande en matière d'aide à la conversation, si vous voyez ce que je veux dire. Je travaille à m'en débarrasser, mais quand même, on a été marqués au fer rouge. Donc, immédiatement, je me dis que dentiste… allemand… ça peut faire un cocktail explosif ça, si j'en juge par ce qu'un dentiste non allemand peut déjà provoquer comme tortures… Du coup, je commence à gamberger: et s'il torturait des gens la nuit? En plus c'était pendant l'affaire Dutroux…

Et ça recommence la nuit suivante et encore et encore. Hurlements déchirants, l'escalier,… bref, le Docteur Jekill n'y allait pas de main morte! Du coup, je me suis mis à surveiller les poubelles. A la moindre main encore fraîche qui dépasserait… j'appelais les flics. Quelques gouttes de sang sur l'allée et son compte était bon. Pourtant, il était marié. Sa femme avait l'air très BCBG (non pas Bon Coup Bon point G). Lui même, avait l'air très doux… J'ai voulu en avoir le cœur net et avec le courage que j'ai, je me suis fait client de mon voisin. Bon dentiste d'ailleurs, mais vous savez comment ça va, on finit par tout interpréter comme des justifications supplémentaires de soupçons… Sympa, comme dentiste, pourtant. Il ne me faisait pas souffrir… mais là aussi… une telle maîtrise n'était-elle pas une confirmation accablante de sa dextérité en la matière…? Un jour qu'on parlotait gentiment il m'a demandé: dites, ça m'ennuie de vous demander ça, mais ma femme est un peu… comment dire… — il me fait un clin d'œil—enfin elle est assez expressive quand on fait l'amour… Ça ne vous a pas dérangé au moins?

Pensez-vous, dis-je… Paaas de problème! D'ailleurs ma femme est sourde comme un pot et je suis muet comme une carpe!
Va vraiment falloir que je me débarrasse de mes préjugés à la con, moi!  *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : humour, dentiste, voisin, macrame |  Facebook |

22/03/2008

Le poil…

 Le-poilL
 
 
            J’ai un chien. Il n’aboie pas, ne mord personne, mais il perd ses poils. Un jour, j’ai rencontré une dame dont le chien s’est intéressé brièvement à ma chienne et nous avons papoté pendant que les chiens se reniflaient le coquillart. Comme nous parlions des poils, elle me dit comme ça qu’il existe un anneau métallique avec des dents qui enlève tous ces foutus excès de poils. J’avais déjà essayé l’aspirateur centrifugeur mais il avait failli mourir étouffé (l’aspirateur) et la garantie a sauté d’un coup sac. Sec. Là, je suis parti dans le terrain vague un peu plus loin et j’ai commencé à brosser mon chien avec la brosse miracle qui a été inventée par le Profeseur Mengelé, pas possible autrement! Un outil de torture!
Mais mon chien s’en tape. Il ne sent rien!

Vous avez déjà mangé de l’artichaut? Coluche disait que c’était un plat de pauvre parce que vous en avez plus dans votre assiette quand vous avez fini de manger qu’avant le repas. Eh bien, mon chien c’est pareil! Il y a autant de poils à côté que dessus quand vous avez fini de brosser. Et quand je dis fini… je devrais dire quand vous avez une crampe. Parce que fini… c’est optimiste. On dirait que vous avez plumé un canard. Sauf que le canard quand il est plumé, il peut danser au Moulin Rouge avec les dindes de bon aloi, il est nu comme un ver.
Tandis que le labrador… non! Vous pourriez faire une couette si vous avez un rien l’idée de les collectionner, ces poils. En deux ou trois séances vous avez de quoi faire un édredon assez fourni et chaud pour hiberner dans votre congélateur. En plus, c’est des poils intelligents! Ils se tissent dans les vêtements, or vous, on peut pas vous brosser avec l’anneau et ses dents. Et, je suis chatouilleux, alors…
Mais quand même, il n’y avait plus de poils sur les canapés. Un jour, ma femme, qui admirait l’état redevenu d’origine du canapé avec volupté… y a trouvé un poil noir…

Or, ma chienne est couleur miel. Mon fils est châtain, mois grisonnant, elle plutôt brun foncé et on mange peu d’artichauts noirs! Un poil à l’origine douteuse tant en ce qui concernait sa géographie d’origine que sa couleur! Je n’ai jamais su d’où venait ce poil noir et comme elle est un poil susceptible – cas de le dire –, elle n’a jamais cru que j’ignorais la provenance de cet indice de quelque chose…

Les poils c’est gênant mais UN poil ça peut vous mener au divorce! Comme on dit: y a un ch’veux!
Du coup, je brosse mon chien mais je saupoudre
soigneusement les fauteuils avec ses poils quand j’ai fini! Le chien est plus beau, les fauteuils moins accusateurs et ma femme râle sur le chien mais je préfère encore ça finalement! *;->)

23:45 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour, chien, poils |  Facebook |

In espressione

In-espressioneL

 

                     C'est chaque fois la même chose, on ne me dit rien. J'étais à peine sorti des réveillons de Noël An qu'on m'annonce hier soir que c'était Pâques demain. Déjà! J'ai pas eu l'impression qu'il y avait eu une année éculée depuis le précédent. Paraît que ça a à voir avec la position de la terre par rapport à l'équidistance du soleil et les congés du bâtiment. Je me demande comment ils font avec les treizièmes mois pour le calcul. Et on va revoir le vieux type avec sa bombe glacée sur la tête, accroché à son bâton avec une crolle* au-dessus faire son malin dans toutes les langues pour commander un café espresso: in espressione tedeschi… in espressione francese…, in espressione promotionale: deux pour le prix d'un… Là, je vous zesplic.

A Noël ma femme avait trouvé une promotion: trois dindes pour le prix d'une. On s'est empifrés mais il en restait une, on l'a surgelée et on va la manger demain in espressione goinfrata avec de la sauce pour les moules parce que c'est plus la saison et on a encore pas mal de pots de chez Bolruyt** qu'on avait achetés par douze pour les moules. Pour le dessert on mangera des framboises surgelées. C'est bon les framboises. Et c'est amusant de les manger avec un casse-noix.

Le matin, il va falloir amuser les gosses mais comme le pétrole a augmenté et que le chocolat actuel est largement composé de ses dérivés, nous faisons attention et nous préférons offrir des loukoums aux enfants. En plus, c'est plus multiculturel. Pour Pâques ils les jettent depuis le minaret de la mosquée du côté du Parc du Cinquantenaire à Bruxelles. C'est plus réaliste que les cloches. Et d'ailleurs un loukoum qui tombe ne se fait pas mal alors qu'un œuf… Idem si vous le prenez sur la tronche. C'est un ami très sympa qui vient de se convertir à l'Islam pour pouvoir épouser une jolie marocaine*** qui m'a dit ça. Il est pas encore terroriste mais si elle le lui demande, pourquoi pas? Ah l'amour… On a bien vu une Carolo terroriste! Enfin ceux là le sont à l'état du thon naturel, à l'insu de leur plein 'cré socialisme. Nous, comme on n'est plus croyants d'aucune sorte depuis les dernières élections, on va égorger un lapin pour la tradition. Ça profitera aux cultures. C'est ravageurs ces bêtes là.

En plus, ça tombe bien qu'il neige, ça colle mieux avec la dinde et je vais pouvoir ressortir ma guirlande et la luge. Et puis ça tuera les bourgeons qui autrement vont réveiller les allergies de mon petit fils. Yapas à dire mais le réchauffement ça nous aide à réconcilier les dates, hein. Allez, joyeux Noël Pascal! Je me demande quand même si nous avons encore bien toutes nos idées dans les bonnes cases, moi… *;->)

*Pour les Français: une crolle est une forme en boucle, en wallon. Ici ça accentue le caractère ridicule…

** chaîne de magasins discount.

 ***Authentique! Mais il a refusé la circonsision, ce qui est dommage.

15:09 Écrit par Amadeus dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paques, cloches, humour, ecrire |  Facebook |

21/03/2008

Le garage de Bill Gates interdit en Belgique!…

Garage-Bill-GatesL

 
                                Le Belge est malin. On ne la lui fait pas! Remarquablement pragmatiques mais sans vision, mes semblables ne peuvent aligner aucune entreprise comparable à Microsoft, Sony ni même Philips qui est Hollandais et Hi-Tech ou Ikéa qui est Suédois et qui fait rien en Teck: que du contreplaqué… Alors moi je veux bien que le pragmatisme belge soit une bien belle chose mais enfin, nous avons quand même les impôts sur le travail les plus hauts du monde et rien de vraiment remarquable à notre actif en dehors d’un passé glorieux qui a capoté dans une dette monstrueuse et les moqueries des autres… Peut-être vous demandez-vous pourquoi! Eh bien parce que nous sommes indéfectiblement surréalistes. Je vous zesplic. Vous allez rire. Moi, comme je connais l’histoire depuis un moment, j’en suis aux pleurs, mais soit.

Un jour, comme ça, Bill Gates se dit «à quoi peut donc bien servir la Belgique qui fait 0,5% de mon chiffre d’affaires mondial. Tiens, je vais y aller voir». Et il y va.

Il débarque avec la crème de ses gardes du corps et se fait entarter par celle de Noël Godin qui lui met un kilo de crème fraîche sur le pif sans cerise sur le gâteau. Je lui ai d’ailleurs écrit pour lui dire qu’il avait manqué d’à propos, lui qui est un passionné d’Apple: il fallait entarter avec une tarte aux pommes! Bref. Attendez, c’est pas ici que c’est drôle.  Donc, Bill Gates est reçu par le premier ministre, par quelques chefs d’entreprise belges et aussi par des gens intelligents du pays qu’on avait triolés sur le volet. Notez, il s’en tape du haut de ses 50 milliards de dollars, mais c’est comme ça.

Après son passage, la retebœuf interviewe quelques notables politiques et chefs d’entreprises. L’un d’eux déclare que la réussite de Bill Gates est unique et qu’elle ne pourrait pas éclore en Belgique. Le journaliste insiste en demandant quand même ce qui pourrait être un enseignement pour susciter des vocations belges, des réussites, et qui sait… peut-être alors une grande réussite Bingo à la Bill Gates. Notre entrepreneur n’était pas convaincu… «Ecoutez, il faut beaucoup de choses pour ça, qui n’existent même pas en Belgique! Des banques qui vous suivent, des conditions d’embauches flexibles, une taxation qui ne donne pas envie aux jeunes brillants d’aller voir ailleurs, c’est le tout qu’il faut changer! Allez! Pensez que Bill Gates a commencé avec rien dans son garage!!! —Et là le type s'énerve—: mais en Belgique, putain, c’est même INTERDIT DE TRAVAILLER DANS SON GARAGE!» dit-il excédé!

Et voilà pourquoi, même si nous étions brillants, ce qui reste encore à prouver, nous ne pourrions jamais devenir riches…

Bon, je retourne dans ma salle de bains, je fais un p’tit boulot clandestin d’élevage de sardines dans le lavabo, là…
*;->)

17:51 Écrit par Amadeus | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : humour, belgique, entreprendre, bill gates |  Facebook |

Dico… Ko?

 Dico-KoL
 
 
                    • Politiquement correct: Intégriste de la tolérance.
• Majorité plurielle: unité du déchirement. Oui, bon, c’est un peu comme le mystère de la sainte trinité. Nous, les mortels, on peut pas vraiment comprendre.
• Malcomprenant: un con, quoi! Mais c’est moins péjoratif. Voir malvoyant, malentendant, mal aux dents...
• Paris Plage: loisirs sociaux subventionnés pour les riches deux mois d’été et pavé non-subventionné pour les SDF le restant de l’année.
• Pédophile repenti: C’est un pédophile qui a remonté le sien…
• Petite criminalité ou grande délinquance? Versions lite de l'insupportable…Idem pour: Un mort léger et deux blessés sur le coup.
• Politique politicienne: c’est quand les politiciens font passer leur intérêt avant celui de l’Etat. T’en connais, toi, de la politique non-politicienne?
• Safe Sex: c’est quand tu le ranges dans ton étui à lunette une fois pour toutes (notamment pour éviter les presbytes de la main gauche).
• Tout à l’égaux: forme de confort moderne pratiquée en ex-union soviétique et dans quelques uns de nos pays...
• Communisme à visage humain: Lifting socialiste.
• Bombardement humanitaire: guerre sainte des démocraties…
• Uranium Appauvri. C’est pas l’uranium humanitaire! C’est pour les pauvres mais pas humanitaire... Tu comprendre?
• Y a pas photo: GSM moins cher.
• Racolage passif: forme de viol praticable uniquement par une femme.
• Consensus Mou: Bon, vous vous plûtes, vous vous mîtes au lit mais vous vîtes rien venir... Bon, je dessine pas très bien donc je vous laisse sans le dessin. Mais vous comprendre.
• Généreusement égoïste: actualisation sympathique mais pire d’un concept grossier...
• Guerre Sainte: c’est être sainte mais sans trop.
• Délit salarial: un type qui gagne plus que vous.
• Immatriculé: expression gay pour dire «il m’a enc...» trois fois (celle ci n’est pas de moi mais j’aime bien).
• Fidélités successives: aussi appelées polyfidélité. Ben oui, t’es fidèle à ta copine, puis à la suivante. Donc, t’es fidèle!
• Espace fleurs: fleuriste snob et cher.
• Espace boucherie.: Irak, aussi appelé espace busherie…
• Espace déjections: WC moderne.
• Esprit ouvert: zone de courants d'air dans bien des cas…
• Elitisme pour tous: plus petit commun dénominateur…
• Exception culturelle: comique de groupe et non-universel…
*;->)

00:25 Écrit par Amadeus dans Société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : dico, humour, societe, caricature |  Facebook |

20/03/2008

Femellitude pssschit

Femellitude-PsschitL

 
                   Accrochez-vous, on va parler fantasmes aujourd'hui. On va entrer dans l'âme féminine, dans ses rêves les plus fous, dans ses noirceurs gores, dans les recoins de ses secrets les mieux gardés, dans ses infidélités profondes et sa sexualité cachée au fond de ses perversités… Anh! je sens que votre âme de voyeur est en train de se réveiller. Vous dressez… l'oreille, c'est déjà ça… Je vous zesplic.

Je vais vous parler de l'homme idéal qui fait fantasmer les femmes dans leur femellitude comme dirait Ségolène. Vous pensez à James Dean? Julio Essuiglas? Roch Voisine ou Patrick Bruel? Vous n'y êtes pas… Mais alors pas du tout du tout. L'homme idéal c'est… Monsieur Propre!

Un jour que quelques gros cerveaux du marketing planchaient sur la prochaine promotion commerciale de Monsieur Propre, l'un d'eux a eu l'idée géniale du suggérer: "Envoyez une lettre d'amour à Monsieur Propre". Dans n'importe quelle assemblée d'individus normaux une telle idée eut été évacuée d'un petit rire en forme de coup de pied vers la sortie. C'est mal connaître le "brain storming" des fous de la pub! Et voilà l'idée en selle! Elle allait dépasser tout ce que vous pouvez imaginer dans vos fantasmes les plus sauvages!

Des milliers de lettres! Des femmes qui écrivaient "Mon amour, je t'écris en secret dans ma chambre pendant que mon mari regarde la télé dans le salon… ". A partir de là ça devenait franchement libidi-neuneux… Eh oui, mon vieux, nos sages épouses se lâchaient et bavaient leurs fantasmes les plus fous, rêvant de se faire Monsieur Propre de toutes les façons en lui suçant la lingette avant de de se le mettre en instanet et lui caressant les vizirettes, elles se faisaient faire des psschit psschit par ci et surtout par là… jusqu'au fantasme ultime du rinçage javanais à l'eau claire que je ne connais pas plus que vous mais que je vous laisse imaginer avec votre libido, …ré, mi, fa, sol… . La totale! Ça, pour le coup, c'est du propre! Et tout ça pendant que vous vous laissiez hypnotiser par votre match de foot… Ah je peux vous dire qu'il s'en passe de belles avec Monsieur Propre et sa boucle d'oreille dans la chambre de votre fidèle compagne… Allo, Docteur Freud? C'est pour une urgence!

Eh oui, je suis désolé pour vous, mon vieux. Notez, tout n'est pas perdu. Fouillez ses armoires: si la vizirette est sous l'évier, ça devrait aller. Mais si elle est dans sa table de nuit… *;->)

Histoire vraie… Même si la mise en scène est un peu romancée!

17:46 Écrit par Amadeus dans Amour | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : humour, femmes, fantasmes |  Facebook |

19/03/2008

Désir d'avenir…

ExegeseL

 
                        Je ne sais pas si vous avez remarqué qu’il y a des gens qui disposent d’un langage nettement plus efficace et passionnant que le nôtre…

Les sportifs, par exemple, qui passionnent tant de gens et dont on reçoit la parole sacrée sur toutes les chaînes de télévision:
— Si nous n’avions pas perdu une demi-heure, nous serions déjà là depuis une demi heure!
Notez, ce sportif là avait des circonstances atténuantes, c’était… Johnny dans le Dakkar. Il cumulait deux niveaux de bêtise: le sportif et la star, pour le coup…
— …nous pouvons dire que si nous n’avons pas pu réussir le quart de finale, il aurait de toute façon été inutile que nous allions en demi finale…
Ah! C’est déjà plus subtile et Confucius n’eut pas dit plus vrai!

La palme revient toutefois aux politiciens parce que ça n’a pas l’air aussi idiot mais c’est plus pervers. J’ai noté quelques jolies formules de la belle Ségolène Royale, ces jours-ci:
— Moi je revendique pour la gauche le droit que chaque travailleur puisse vivre dignement.

Analysons un instant. Elle revendique… mais… qu’elle le fasse! Les politiciens n’ont pas à revendiquer mais à faire. C’est aux gens à revendiquer! Seulement ça fait bien de parler «avec» le peuple. Pousruivons:

— Il faut faire en sorte que la France avance…

Il y a dans le «faire en sorte» une porte dérobée! Elle ne dit pas comment elle compte s’y prendre, ce qui pourrait instantanément être critiqué. Non. Elle dit qu’il faut faire en sorte que… Mais quelle sorte? Elle ne le sait pas non plus! Habile! Ni obligation de résultats ni obligation de moyens…

— … et rassembler pour construire ensemble ce désir d’avenir.
Rassembler, construire, ensemble… Très joli! Ça sonne mieux que le discours sportif. Surtout pour cette grande cause qu’est un désir d’avenir. C’est vrai! Il y a des gens qui refusaient de passer en 2008 et vous verrez que fin de cette année vont refuser de passer en 2009. Comme ça, parce qu’ils n’ont plus de désir d’avenir… C’est une nouvelle pathologie! Sans parler de ceux qui ont un vrai désir du passé quand ils votent pour ceux qui disent…
— Au Parti Socialiste, nous disons qu’il faut du changement…

Eh oui, le dire c’est bien, mais le fer… l’eau ferrugineuse c’est mieux, comme disait Bourvil.

*;->)

18:16 Écrit par Amadeus dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : humour, socialistes, politique, langage |  Facebook |

18/03/2008

Nuit gravement…

Nuit-gravementL

                    Je dois consacrer mon billet d'aujourd'hui à une demande qui m'est faite par le Ministère de la Santé. Ils me demandent d'indiquer au-dessus de mes chroniques "peut nuire gravement à votre santé", comme sur n'importe quel paquet de clopes. Toutefois, contre toute attente il ne s'agit pas de votre santé mentale. Je vous zesplic.

Une lectrice m' écrit qu'il lui est arrivé de… comment dire… trouver que mes textes étaient "… tordants à faire pipi dans sa culotte" et elle ajoute, "c'est du vécu" sans elle. Pardon, je reprends: "c'est du vécu", point.  Puis: Sans elle nous n'en serions pas là, mais du coup, on me demande d'insérer cet avis concernant les effets secondaires de mes textes sur la santé de l'appareil urinaire des lectrices. Je pense que ça risque de jeter un froid chronique sur les miennes du même nom (oui, les chroniques, suivez un peu que diable).

Or, je ne pense pas que les dégâts puissent être irrémédiables. Par contre je m'interroge sur la nature du réseau nerveux entre appareil urinaire et muscles zygomatiques chez les dames. Ça me laisse perplexe. Mais on ne va quand même pas me dire que les altérations puissent être du râble. Qui durent, plutôt. D'ailleurs, le râble c'est pas là. Par contre; les effets sur les sous-vêtements peuvent être gênants. Notez, qu'en mentionnant le port d'un sous-vêtement, j'en déduis qu'elle me lit habillée. Il n'y aurait donc aucun rapport entre le fait de rire et une quelconque activité libidinique et sexuelle. Ça se limiterait donc à une échappée belle de type hilare ce qui peut se soigner facilement avec Dash liquide ou même la vizirette.

Notez, c'est dommage parce qu'il paraît que si l'on fait rire une femme, on l'a déjà conquise à moitié. D'ailleurs, ma moitié je l'ai conquise comme ça et pas à moitié, si je peux dire. Tandis que là, je suis allé trop loin. J'ai dépassé les bornes, disons. Je suis allé jusqu'à altérer directement la culotte, ce qui est exagéré du même nom, oui, culotté, pour quelqu'un qui se veut gentleman. Je suis pris la main dans le sac ( c'est plus élégant d'écrire ça), si vous voulez. Que vous le vouliez ou non, d'ailleurs. Bref, vous ne m'en voudrez pas si je réduis légèrement la mesure de mes sottises afin d'éviter tout débordement (ici vous pensez ce que vous voulez) dans la culotte du futur. dans le futur, je voulais dire… Ouf, c'est fini, ça n'a pas été facile comme sujet, cette fois-ci.

*;->)

21:57 Écrit par Amadeus dans Con | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : rire, humour, nuit gravement, sante, ecrire, texte |  Facebook |

Paix des ménages et technologie…

Paix-menageL

 
                La carte routière est le moyen le plus sur de créer une scène de tourner ménage… Vous prenez la route, vous arrivez presque à destination et là, Madame essaie de s’y retrouver avec la carte à l’envers pour être dans le sens de la marche, mais se trompe parce que vous avez fait demi-tour et trois minutes après vous êtes tous les deux en train de hurler et de vous dire des tas de trucs qui étaient pas prévus dans le contrat de mariage…

Avec le GPS vous pouvez voyager à l’amiable sans flagrants délits de vulgarité… Une voix suave qui ne perd jamais patience, vous guide avec une telle perfection que vous passeriez bien la soirée avec elle à l’arrivée après avoir abandonné votre épouse contractuelle dans la forêt la plus proche. Encore que, sans dispute, pas de raison d’abandonner votre épouse. Le GPS est un couple à trois tout à fait parfait dans lequel chacun est à sa place. Sauf que, si vous n’explosez plus à cause de Michelin, comment allez-vous libérer vos soupapes? Mais c’est pas le sujet…

La technologie vous permet aussi d’accéder à d’autres situations apaisantes. Par exemple, un jour nous marchions ma femme et moi en rue. Elle n’arrêtait pas de parler pour me démontrer avec force preuves que j’étais un idiot de mari et se demandait comment je pouvais être aussi bête! Comme elle n’arrêtait pas de regretter notre retard qui était inexorablement commis et donc impossible à rattraper sans machine à remonter le temps, j’ai fini par déclencher la composition automatique de son numéro sur mon GSM. Le sien a sonné, elle s’est interrompue et j’ai pu lui dire que j’arrivais pas à en placer une! Elle a mis trois secondes avant de réaliser que c’était moi qui l’appelait, m’a regardé l’air interrogatif et a fini par me taper dessus avec le téléphone. Je dis pas que ça m’a permis de parler, mais ça a eu le mérite de décoincer la conversation du sujet pour entamer la suivante sur le fait que je gaspillais l’argent avec mon téléphone!…

Bon, avec ma femme c’est pas simple, mais avec d’autres ça marche très bien! Faites l’essai! Ça surprend et puis, au téléphone vous pouvez dire des choses que vous pouvez pas dire de vive voix. C’est comme ça. Bizarre, hein? Néanmoins, on compte se faire un petit souper en tête à tête par GSM interposés ma femme et moi un des soirs! Histoire d’en apprendre un peu plus chacun sur l’autre! On invitera GPS aussi, pour si jamais on danse! J'ai toujours été nul pour orienter mes pas…
*;->)

17:36 Écrit par Amadeus dans Amour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : humour, mariage, conjugal, texte, lire, absurde |  Facebook |

17/03/2008

Le sexe pour les nuls: comment le sortir du magasin ?

Le-sexe-nulsL

 
                        Vu à la FRIC-FRAC ce matin, un rayon avec la collection des livres “Maigrir pour les Nuls”, “Windows pour les Nuls”, etc. Il y avait aussi “Le sexe pour les Nuls”. Bon, je me suis dit ça m’intéresse vu que je suis pas Roco Sifredi ni très doué mais comment sortir de là avec ce bouquin sans déclancher les sarcasmes de la caissière? Trouver un caissier? Oui, soit, mais il était Beur... Gênant de montrer qu’ on est moins bon que les Beurs au lit...  Ces gens là ne rigolent pas avec les nuls en sexe. Faire l’idiot?:  «vous pouvez me faire un paquet cadeau avec un joli noeud, c’est pour offrir»... Pas glorieux...  Eculé... Non non, c'est pas une faute de frappe.

J’ai trouvé: arracher la couverture de “La Relativité pour les Nuls” et la mettre autour du «Sexe pour les Nuls»... Ça encore, être nul en relativité einsteinienne, c’est normal et même, vouloir en savoir plus c’est déjà un signe d’intelligence. Pas de danger. J’avais déjà arraché la moitié de la couverture quand j’ai remarqué un détail:  le «Sexe pour les Nuls» est bien plus épais que l’autre... Normal, on part de plus bas. Je respire un moment avec la couverture arrachée dans mes mains quand un type m’apostrophe: vous êtes contre la relativité? Moi aussi, Monsieur. Quelle prétention! Je suis de l’Eglise Dissidente Révolutionnaire, Monsieur. Comment peut on croire toutes ces balivernes? Seul Dieu est énergie, Monsieur. Je continuais à déchirer les pages pour pas qu’il se rende compte que j’avais fait ça pour une autre raison... C’est alors que Le Sexe pour les Nuls que j’avais sous le bras est tombé et que le gars a plongé pour le ramasser... Mon mystique connaissait déjà les apparitions, il a découvert le miracle de la sainte disparition...

Finalement, j’opte pour le courage. Je prends le bouquin, le tiens avec la couverture bien visible, me dirige d’un pas très digne vers la caisse et là je tombe... pile sur mon voisin Séraphin Lampion qui me tend déjà la main! Je fais semblant de ne pas le reconnaître, d’avoir des tics-tocs nerveux, que je suis un sosie et me rue vers une caisse en me disant que je m’en fous, fourte! En cas de commentaire ironique je ferai semblant d’être plombier polonais: «Nucht understandish». Je fais donc la file sous le regard de biais des autres clients et quand j’arrive devant la préposée au regard le plus... nul, elle ferme résolument sa caisse et cède sa place à un collègue antillais de 120 Kg de muscles avec une boucle d’oreille, un T-Shirt qui arbore trois fois le mot «Fuck!», une mini-tresse et le verbe hilare: “c’est pour vous ça? Hi Hi Hi, si vous en prenez trois on vous donne une plaquette de couillagra en prime, ha ha ha”.

J’ai laissé le livre là et je suis parti la queue entre les jambes selon l’expression consacrée. Enfin, consacrée... Bon, que me suggérez-vous? Le voler comme Hara Kiri au bon vieux temps ou le microfilmer dans le rayon façon espion? Ou le lire sur place? Aidez-moi!
*;->)

22:01 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : sexe, humour, les nuls, amadeus |  Facebook |

16/03/2008

Ça m'en bouche un groin

Cochon-forticheL

 
                            Vous vous souvenez qu'à Noël, un ou une cornichon avait fait disparaître le sapin de Noël du Palais de justice en estimant que cette évocation d'une fête chrétienne pouvait déranger les justiciables musulmans…? Enquête faite, il s'est avéré que c'était un employé musulman pas sectaire et bon père de famille qui avait voulu bien faire en plaçant le sapin! Moi, c'est des trucs qui me font hurler de rire avant de sombrer dans une dépression profonde.

Déjà, l'affaire des caricatures danoises avait solidement impacté nos neurones les plus reculés. Mais avec le sapin, c'était dans l'autre sens que ça marchait: la connerie était dans notre camp. Et c'est pas la première fois ni la dernière… Je vous zesplic.

Lorsqu'on a empêché nos gamines de porter "toute référence religieuse obscène et subversive" comme une petite croix sur une chaînette en or au prétexte que l'école était un lieu laïc et afin que les jeunes filles de confession musulmane cessent de venir voilées, j'avais sursauté! Ben oui! Qu'est ce qu'on fera quand un bon musulman ira crier ses prières depuis le toit d'un de nos supermarchés? Ben on interdira les cloches pour l'en empêcher! Aussi simple que sot. Aussi logique que ça. Aussi con que c'est. Paf! Finies les joyeuses Pâques!

Un autre sommet de l'intelligence et de l'ouverture d'esprit façon courants d'air qui fait claquer les portes entre les deux oreilles à force d'aération, nous a été donné ces jours ci par des employés de Monsieur le banquier Fortiche. Voilà qu'un brillant homme de marketing trouve l'idée du siècle pour pousser les gens à venir ouvrir un compte chez Fortiche. Dans le style offrir des petits lapins avec tambours pour faire acheter des piles. On nous prend vraiment pour des cons, je sais, mais c'est pas le sujet. Là, notre homme a eu l'idée d'offrir un petit cochon… tirelire tirela. Notez le lapin ça fait des petits mais on voulait pas promettre aux gens qu'on allait multiplier leur argent. Pas de promesse abusive. Cochon… la bonne case marketing. Y avait longtemps qu'on n'avait plus fait aussi génial, avouez!

Oui mais… un collègue bien pensant à courants d'air mentaux par  excès d'ouverture d'esprit, fit remarquer que le cochon pouvait éventuellement gêner un client sur-sceptible et musulman, vu que les Musulmans, y zont pas gardé les cochons avec la Fortiche. Ils les mangent pas et ne veulent même pas en entendre parler! Exit donc, la promotion des cochons par respect des sensibilités… On aimerait que les banquiers respectent autant notre susceptibilité à nous, non? Moi ça m'en bouche un groin en tout cas.*;->)

20:43 Écrit par Amadeus dans Société | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Fondue Ikéa

 Fondue-IkéaL2
 
 
                        Nous étions invités chez un ami et sa compagne flambant neuve, l’autre jour. C’est le cas de le dire... flambant neuve, vous allez voir. Ils avaient prévu une fondue bourguignonne. Comme c’est un couple recomposé, ils n’ont que du mobilier neuf dont une jolie table en pin IKEA qu’ils ont montée avec leurs petites mains et leur enthousiasme amoureux. Et des chéri par-çi et des chérie par là, une vraie vie de tourterelles. Ouais... Comme je vous le dis! Un vrai catalogue IKEA du bonheur.

L’ensemble à fondue est assez design mais pas trop fashion victim quand même et aussi neuf que la table et la nappe. La base chauffante est à résistance électrique. Nous nous mettons à table et la maîtresse de maison pousse la température au max pour chauffer l’huile pendant que nous parlotons.
Un fumet commence à se répandre autour de l’engin et une délicieuse odeur de plastique fondu vient nous titiller les narines. Je dis chouette, on va manger de la viande faite à base de pétrole, celle-là au moins elle ne risque pas d’être atteinte par le prion! C’est vrai, avec ces boeufs fous qui se prennent pour Napoléon au lieu de s’identifier au chateaubriand... c’est pas bon. J’avais à peine fini ma phrase qu’une odeur de bois exotique s’ajoute à l’odeur du plastique. Là, je deviens dubitatif. Dubita quoi? Je t’expliquerai. C’est pas le moment.
En fait, la brave dame, troublée sans doute par le design du réchaud, avait posé l’élément de chauffe avec la résistance vers... la table et pas vers le haut! La nappe a donc cramé, puis c’était au tour de la table et si on avait attendu encore un peu, c’eut été le syndrome chinois: le truc passait à travers la table, puis du tapis, puis du béton, puis de l’étage du dessous, etc. pour se retrouver en Australie après un voyage hyperforant! En revanche, l’huile, elle, était toujours aussi placidement froide. On aurait pu ajouter des tomates et de la salade et sauter le plat de viande... Fondue salade. Innovant, non?

J’ai finalement suggéré d’attendre que la table soit suffisamment cramée afin qu’elle fasse de la braise pour passer de la fondue au barbecue... Vous me connaissez, j’ai toujours des bonnes idées!

Je n’ose pas imaginer les dégâts que cette brave fille peut faire avec un fer à repasser, un fer à gaufre, un frigo, un stérilet, un GSM ou une automobile... Vous avez le week-end pour y penser et vous marrer gratuitement sans devoir me lire, anymore... Vous voyez que je pense à vous!

Décomposés les tourtereaux. Je me demande si il a bien recomposé son couple celui-là...

Et on se demande où je vais trouver tout ça... Pas besoin de chercher! Le monde est fou!  J’arrête pas de vous le dire. Personnellement, je suis un type sans imagination.  *;->)

01:16 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : humour, couple recompose |  Facebook |

14/03/2008

Attention, cette fois je vais vous péter les neurones!

 Péter-les-neuronesL
 
 
                    (Avertissement: ne pas lire si vous avez une petite fatigue neuronale en ce moment. Ça risque de passer la barrière hémato-encéphalique et de faire des dégâts).

Je pensais à la très jolie histoire que me racontait une amie très attachante (mais que je vois plus pcq on s’aime trop ou pas assez, je sais pas...) qui avait une grande et une petite soeur. Elles étaient donc deux grandes ou deux petites selon les moments, le tout ne faisant que trois quand la mère disait “les deux grandes font la vaisselle et puis les deux petites iront au lit”.

En tant que puînée la moyenne était de toutes les revues! Vous suivez, non? Allez, relisez plus lentement.

Jésus s’est trouvé dans la même situation: ils étaient trois mais on n’en a jamais vu qu’un. Décidément, les trinités sont difficiles à vivre.

Imaginez qu’elles eussent été engagées pour composer un trio de chanteuses. Comment auraient-elles fait au moment où le maître des Choeurs eut dit: les deux grandes chantent la partition Alto et les deux petites la soprano... Dur dur! Ou, à l’occasion d’une punition: les deux grandes sont punies et les deux petites peuvent aller jouer. Il y a de quoi tourner schizophrène pour celle du milieu.
Peut-être est ce comme ça que les quatre mousquetaires n’étaient que trois, ou le contraire, je ne sais plus mais quelque part leur père a dû dire “les trois grands deviendront mousquetaires alors que les trois petits seront moustachus...” Ce sont des coups à vous brouiller avec l’arithmétique pour le restant de vos jours.

On peut se trouver broyé entre le 3 et le 1, comme dans la physique quantique où les particules se trouvent à la fois là-bas et ici! Ce doit être un calvaire pour les parents! Déjà que mes gosses étaient partout à la fois mais alors, les particules quantiques, je vous raconte pas. Y a de quoi devenir atones pour les parents qui s’égosillent à les appeler.

Les deux grosses sont à droite mais les deux maigres sont à gauche tout en étant aussi à droite au-dessus et en-dessous comme le sucre dans le lait chaud.  Cela dit, elle avait une carrière toute trouvée dans les mains d’un magicien: “je fais disparaître les deux grandes et je fais apparaître les deux petites”. Comme les gens s’étonneraient de ce qu’il n’y a pas de différence entre l’une des petites et l’une des grandes, il s’écrierait:” c’est là qu’est le tour de magie!”. Evidemment, les gens auraient tôt fait de soupçonner une soeur jumelle! Eh  bien non, pas de soeur jumelle: la moyenne est sa propre jumelle dans ta trinité. Or, une jumelle qui n’en comporte pas deux s’appelle... Une longue vue! Eh oui, il en faut parfois.
*;->)

22:16 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : jumeaux |  Facebook |

13/03/2008

Se marrer humanum est !

 Se-marrer-humanumL
 
 
                        Une lectrice, qui me fait l’honneur de lire mes messages jusqu’au bout,  me demande d’organiser un visu pour une franche partie de rigolade en pensant que je suis drôle...
Alors là, attention. Piège!

D’abord, je suis un type affreusement triste en société! Je flingue l’ambiance. Je déprime dans un groupe. Je déteste les christmas conneries et les fêtes, j’ai des tendances dépressives qui apparaissent dès le plat de résistance. Après on essaie de me faire danser et puis il y en a toujours un qui commence à faire pipi debout sur la table en chantant «c’est la danse des connards» qu’il a apprise en première candi juste avant de renoncer à la médecine pour faire ministre de la Recherche et du Ramassage des Immondices. Je supporte pas! Non, vraiment, je ne m’y ferai jamais...

En plus,...si tu veux franchement te marrer... t’as pas remarqué? Où est ce qu’on attrape des fou-rires? Hein? Hein? Où est ce qu’on se marre vraiment? Aux enterrements! Pas dans les trucs programmés pour s’amuser! En plus, comme tout le monde essaie de faire la gueule mais que rire c’est vivre et rassurant, les zygomachins se mettent en route et hop! On se marre. A la fin de la journée, les gens te quittent en te disant «allez Germaine, encore merci pour cette bonne journée»... Ils ont déjà oublié le cadavre mais ont adoré revoir la famille perdue de vue depuis 25 ans! C’est pas beau ça? Alors si tu veux vraiment aller à un enterrement, là, tu invites des rigolos... Tristesse garantie en vertu du principe inverse du précédent. Tu me suis?

Je me suis d’ailleurs demandé si je ne devrais pas vendre mes services pour animation d’enterrements... Tu viens bien habillé, avec la tronche de circonstance et tu dis du bien du dézingué. Tout le monde commence à dire «oui, enfin,... faut relativiser» et ils finissent dans l’hilarité générale:

«C’était quelqu’un de vraiment intelligent...»... la veuve temporise: «oui, enfin il ne me laisse quand même pas grand’chose, plutôt artisss qu’homme d’affaires...
«C’était un homme d’une grande honnêteté». Sourires coincés du cousin qui n’a jamais revu ses 10.000 euros prêtés...
«Il était fidèle»... Là tu entends les internautes pouffer dans leur poing...
«Il était éthique, il savait se conduire»... et tu as le créancier qui avale le goupillon du curé. Etc.
Après quelques compliments aussi absolus, tout le monde serait malade de rire...
A mon avis, il y a un business à monter, là... Ben quoi, on engageait bien des pleureuses dans le temps. Pourquoi pas des rieurs?
Et ça ne préjuge en rien de votre réel chagrin! D’ailleurs les gens le disent: il doit être en train de se marrer en nous regardant! Je l’ai vécu ! Rire, c’est faire vivre encore un peu! Mais bon, je suis pas un type objectif quand il s’agit de garder son sérieux... Et se marrer humanum est...  *;->)

21:15 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

12/03/2008

Les Français s'adaptent à leur Milieu!

darwin-françaisL


 
                            Va falloir vous concentrer un peu. Non pas que la matière soit si difficile que ça, mais je suis pas toujours très sur de ce que j'avance. sauf ici. Allons-y.

Darwin a montré que l'Evolution passait par la sélection naturelle et l'adaptation des mutations au Milieu. Jusqu'ici tout le monde suit, c'est après, vous verrez. Et qu'est ce que j'entends ce matin en me rasant avec mes oreilles qui dépassent de la mousse? Que les Français ont grandi de 3 à 6 cm par rapport à la génération précédente alors qu'en Belgique, c'est le contraire. Mais surtout, ce sont les jambes qui ont grandi! Comme je sais que vous travaillez dur et que vous manquez de temps, je vais tenter de vous éclairer pour tirer les conclusions. Je vous zesplic.

On ne peut pas le dire parce que paraît que ça fait discriminatoire, mais en général les noirs courent plus vite que nous. Non, je blague pas, on peut pas le dire mais si vous regardez l'équipe de France de foot, vous verrez la preuve de ce que je dis. Pourquoi? Parce que nous on ne devait pas cavaler très souvent pour fuir, en Europe. Nos jambes se sont atrophiées. Mais si on avait eu des lions, tigres et autres félins capables de vous dépasser sur autoroute par la droite et sans clignoteur, vous auriez vu la longueur de nos jambes! D'ailleurs, les puces , les grenouilles, tous ces animaux ont des pattes hyper-puissantes pour se sortir des mauvaises situations. Clair?

Mais alors me demanderez-vous, pourquoi les jambes des Français s'allongent-elles subitement? Allez, réfléchissez une seconde… Eh bien c'est à cause de l'augmentations délirante des taxes et des péages dans ce pays. Les Français sont en train de développer des jambes qui leur permettent de sauter hors des frontières avec leurs idées et leur argent. Et ça marche! Il y en a déjà tout plein en Belgique, en Irlande, en Angleterre, au Maroc,… Adaptation au Milieu!

En Belgique, la pression fiscale a eu tendance à diminuer (à peine, hein, faut pas déconner!) et on le ressent encore peu, mais on voit bien que les jambes commencent déjà à raccourcir. Evident! Notez, avec mon mètre nonante, j'étais fait pour sauter loin dehors… Et je n'en ai rien fait… Pour une fois que j'avais un talent… Mais j'avais épousé une Française…!  *;->)

23:26 Écrit par Amadeus dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : fisc, croissance, taille, francais |  Facebook |

11/03/2008

Ils baissent leur culotte et dans mon estime…

 Salon-du-livreL
 
 
                    Moi j'aime bien les livres. Ça sent bon, il y a parfois des belles images et c'est plein de trucs intéressants. Et puis c'est fascinant les blocs de papier bien coupés, les typographies jolies et tout et tout. Alors je me suis dit comme ça que je pourrais aller faire un tour à la Foire-Salon du livre plutôt que de débloguer sur internet ou de me cultiver façon opium du peuple sur la télé.

D'abord, ce qui est intéressant sur les livres d'aujourd'hui c'est les titres. Ben oui, avec la télé, l'internet et les magazines qui vous promettent le bonheur en page 20, ils ont du s'adapter. Si vous écrivez "Critique de la Raison Pure", plus personne ne salive aujourd'hui. Kant, de nos jours, aurait du titrer: "Votre esprit se paie votre tête". Plus vendeur. Et ça résume mieux le livre, non? "A la recherche du temps perdu", c'est super pour un cours de management mais ça vaut rien pour un roman. Moi j'aurais plutôt appelé ça "Retour vers le futur" ou un truc comme ça. "La nausée", ça manque un peu d'expressionnisme, non? Fallait pas s'arrêter à ce stade là. Les frères Karamazov. On s'en tape des histoires de frères russes, non? Les frères Kalachnikov, c'eut été plus vendeur, déjà. D'ailleurs, les gens rectifient d'eux-mêmes les titres un peu faiblards. Voici par exemple quelques titres demandés aux libraires: Je voudrais l'Antigone de la nouille… Liliane est au Lycée, de Homère… Les femmes s'en vantent, de Molière, Les oiseaux se crashent pour mourir… Effectivement, ils meurent rarement dans leur lit!. Ainsi parlait Haroun Tazief… Ma cousine est bête, de Balzac. Et les Manuscrits de la Marmotte?… pas joli, ça?  Ulysse au pays des Merveilles… Sans parler de cette dame qui disait, j'ai deux Robert, le petit et le gros, vous avez l'électronique? Ça laisse rêveur… Sans compter non plus celle qui demandait: je cherche "J'attends un enfant…" mais je ne sais pas de qui… ou celle qui pensait trop à ses récupérations de temps de travail avec cette demande: Le Cumul des Jours de Boris Vian, siouplaît…

Je vous le dis, les titres ne correspondaient plus à la réalité d'aujourd'hui. C'est pourquoi j'ai trouvé des titres bien actuels à la Foire du Livre: Désobéissez sans vous faire prendre! Mangez sans maigrir! ou le contraire, je sais plus, Comment devenir scandaleusement riche en toute moralité! Devenez malade pour mieux vous occuper de vous…

Vous avez loupé le salon du livre? Dommage… C'est fou ce qu'on peut apprendre là sans même ouvrir un livre! Tout est dans les titres. Pratique, non? Et économique! Y a pas à dire mais les éditeurs baissent leur culotte pour faire du commerce et dans mon estime!
*;->)

23:40 Écrit par Amadeus dans Marketing | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : livres, editeurs, titres |  Facebook |

L’origine de ma fortune personnelle…

Fortune-persoL

 
                            On me demande parfois d’où je tire ma fortune personnelle. Bon, je vous zesplic parce que vous êtes des amis. Mais n’allez pas répéter ça à tout va. Je compte sur vous. Eh bien voilà…

Je suppose qu’il vous arrive de temps en temps de recevoir une facture avec un virement déjà pré-imprimé vous enjoignant de payer content ou non et de la fermer. Oui, mais la compagnie a changé de nom. Elle vous l’avait signalé mais comme vous êtes distrait et que vous en aviez rien à vous essuyer vous n’avez pas enregistré. Dans la nouvelle compagnie que vous connaissez pas le libellé a changé aussi, mais comme il est écrit en rouge, que ça doit être payé avant la messe de dimanche prochain, vous vous dites «je verrai ça plus tard» et vous payez!… Bah… Pas grave, ce n’est que 65 euros. Oui mais ça se présente sous diverses formes tous les mois.

Eh bien, moi, j’ai décidé de faire la même chose avec tous ces gens qui vous demandent de payer des trucs aux libellés invraisemblables! J’ai donc préparé une facture en bonne et due forme avec un bordereau de paiement aussi en forme du bonnet que la facture! Et zouh… Ah! Un détail cependant. Il faut bien choisir les mots. Par exemple les mots Fonds, Cotisation, Social (n’oubliez jamais social, c’est un vrai laisser passer), Protection, Contrôle, solidarité, Quote-Part, etc. Tous ces mots marchent très bien. Pour le nom de l’organisme qui envoie, c’est pas difficile: vous choisissez des initiales comme par exemple JTABE (Je T’Ai Bien Eu). Ou AGPPR (Arnaque Généralisée Personnelle Pour Rigoler), etc. A vous de voir. N’oubliez pas d’indiquer la période couverte et les menaces diverses, des numéros auxquels personne ne comprend rien mais qui font sérieux.

Pour 65 zorros, l’employé ne prend pas le risque de se ridiculiser auprès de son patron en demandant de quoi il s’agit comme s’il avait perdu le contrat… Il paie. Et basta! Encore un! Et si un petit zêlé vous téléphone… vous répondez que vous allez lui passer le service, vous le faites mijoter cinq minutes, vous changez votre voix, le type vous re-raconte son histoire, vous allez le transférer, il mijote encore… Au quatrième il se décourage et il paie. Fastoche, non? Vous faites rapidement fortune. Y a qu'à voir les factures que vous recevez et que vous payez sans discuter… Ça marche.

Vous ne me croyez pas? Faites l’essai suivant: vous sonnez à une sonnette, n’importe laquelle et quand la personne répond au parlophone vous dites: c’est toi? Oui!, dit la personne. Eh bien ouvre alors! Et elle ouvre! Essayez, vous verrez! Ça marche bien ça aussi! C'est pavlovien! Simple, non?

Bon, c’est l’heure où le gardien apporte la soupe, je dois vous laisser. Moi ils m’ont eu. Mais ceux qui vous envoient les factures incompréhensibles courent toujours…

*;->)   (J'ai pas de fortune personnelle! )

12:48 Écrit par Amadeus dans Marketing | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : argent, escroquerie, factures |  Facebook |

09/03/2008

J'ai autogaffé…

 AutogafféL
 
 
                        Tiens, je pense à un truc. Vous avez remarqué qu'on ne parle pas de Salon du livre mais de Foire du livre.  Pas important? Attendez voir… Un Salon littéraire n'est pas une Foire littéraire… C'est quoi ce glissement sémantique, là?

Je traversais donc la Foire du Livre de Bruxelles vendredi. J'étais comme un gosse devant tous ces livres aux titres plus alléchants les uns que les autres. Tant de titres pour gérer enfin ma vie, mon esprit, ma santé, ma carrière, mon bonheur… qui apparaissaient comme autant de clés de paradis. Mais dites, il y en avait tant que je suis arrivé à la conclusion que je ne pourrais jamais les lire et les "intégrer" tous! Je réalisais que j'allais devoir vivre en me débrouillant autrement. J'ai donc fait demi tour avec ma pile de livres qui allait de mes  mains jusqu'à mon menton et remis chacun à sa place.

J'étais d'ailleurs plus séduit par un livre très joli: tout sur les tire-bouchons. C'est vrai, jamais je n'avais vu cet objet comme ça. Plein de couleurs et de jolies photos avec des citations. Indispensable. Hop, emporté. Plus loin, trois livres: nos années 50 en Belgique. Et les années 60 et 70. Génial! Plein d'objets nostalgiques comme la chicorée Pacha, les bassines de lessive en plastoc, les pompes à essence,…. Coup de cœur. Hop, emportés. Tout sur les voitures américaines, tout sur le cochon, tout sur les ponts suspendus, les plaques de rue, les taxis de NYC. Emportés. Quand la pile a atteint le menton, je suis reparti en arrière pour tout redéposer. Parce qu'avec les tirebouchons, j'aurais du acheter le bouquin sur les bouteilles, celui sur les vins, sur les capsules de bière,…etc. Finalement…

Je me suis focalisé alors sur la Culture, la vraie. J'ai trouvé un bouquin passionnant sur la politique non-utilitariste, concept que j'ignorais mais qui était porteur d'idées et perceptions nouvelles indispensables à ma vision du monde.  Et celui de Steiner, bon ça Steiner: "Les livres que je n'ai pas écrits"… Quelques autres thèmes semblables et tout aussi smarts plus loin, j'ai relevé le menton et fait demi-tour…

Décidément, plus je voyais de livres plus je comprenais que chacun  allait me priver de la connaissance de celui d'à côté… Chaque obligation de choix était une obligation de devenir un peu plus idiot… Ou de m'en rendre compte! Que faire? Comment assumer cette malédiction d'être chassé du Paradis Terrestre et de celui de la connaissance? Mais comment vivre bien en restant ignorant?…Et pas un seul livre pour me guider dans cette voie… Je rêvais de bouquins pour remplacer ma télé mais je crois que j'ai autogaffé, là… *;->)

21:36 Écrit par Amadeus dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : salon du livre, culture |  Facebook |

08/03/2008

Mangez sain, bouffez un écologiste par jour!

EcolomalédictionL

 
                    Je vais encore me faire pas que des amis d'où cette vilaine syntaxe… Tant pis, c'est parti! C’est mignon un petit ours. Un petit loup aussi. Et même un écologiste tant qu’il ne le sait pas encore. Mais quand tout ça grandit ça devient très dangereux. Surtout les écologistes. L’ours et le loup ne peuvent pas se raisonner. L’écologiste devrait pourvoir, eh bien, ça marche pas! Alors, nos petits talibans verts se mettent en tête de sauver la planète. Et quoi de plus malin quand est à Paris dans un bureau que d’avoir l’idée de ré-implanter des loups dans les montagnes? C’est-y pas beau, ça? Ça sert à rien écologiquement mais c’est comme danser pour faire tomber la pluie ou pisser dans sa culotte: ça donne un sentiment de chaleur et de bien être dans un premier temps, disait Charlie Brown… Ajoutons que ce sont les mêmes écolos qui interdisent les chiens dans la montange. Cherchez l’erreur…

Bon, maintenant, vous êtes un Parisien qui en marre de vivre sa vie de con, des radars, du patron, du stress de la ville, des parkings arnaques, des socialo-homo-culturo de maire et assistants et qu’est ce que vous faites? Vous claquez tout et vous allez élever des brebis et moutons dans les montagnes. Et sur quoi ce que vous tombez? Sur des loups! Les vieux quittent le métier. Et vous, vous dormez habillé, vous avez un mirador pour surveiller toutes les heures que les loups n’approchent pas, avec un phare puissant sur le toit. Et malgré ça, les loups vous en bouffent une par nuit et en blessent sévèrement une dizaine d’autres. Vous devenez hargneux. Bref, toute l’image qu’on se fait pas d’un berger…

Le matin, quand vous avez les yeux rouges de pas avoir dormi et les brebis quand même attaquées, vous voyez arriver les mecs proprets et bien reposés avec des gros salaires qui tombent à la fin du mois de la ré-implantation des loups qui vous expliquent que le loup est un fait maintenant et qu’il faut faire avec. Là, vous faites quoi?
Choisissez, y a rien à gagner… que tout à perdre:

1/ Vous les embrassez derrière leurs oreilles bien propres pour humer leur délicieux after-shave?
2/ Vous leur léchez les pieds.
3/ Vous leur expliquez combien le loup vous attendrit, c’est tellement mignon.
4/ Vous vous grattez là où les puces vont ont piqué la nuit.
5/ Vous remerciez le ciel et le gouvernement.
6/ Vous montrez votre carnet de poèmes à la gloire des loups.
7/ Vous leur offrez un bon dîner campagnard en chantant la gloire des écologistes?

Comment ça y a rien de négatif dans ma liste? Ben non, c’est un fait! Et alors? Qu’est ce que ça peut bien vous faire? Le loup est un fait, on vous dit! Oui, tant que c’est pas l’écolo qui doit vivre avec! Ceux là, on ferait mieux d’en arrêter la ré-implantation dans nos pays! Il y a quelque temps, un berger a répondu à l’écologiste qui avait trouvé l’idée géniale de stériliser les loups par vasectomie pour éviter qu’ils se reproduisent: «écoute, écoco, je te dis dis pas qu’ils baisent mes brebis, je te dis qu’ils les mangent!»   
*:->)

PS: Quant à moi, je mange toujours un écologiste par jour pour manger sain. Ça me fait du bien, ça n’enlève rien à la nature, au contraire ça la libère d’un poids vu que c’est pas utile et ça me fait du bien au moral. Ah… les romanticoco-intégristes… Je parle évidemment pas des vrais scientifiques écologistes qui, eux, sont nécessaires!

22:23 Écrit par Amadeus dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |