23/04/2008

Dernier chic de la mode: le démodé!

Mode-démodéeL

 
                        La mode a toujours été le plus sur moyen de ridiculiser les autres en prenant une hauteur qui fait assez généralement défaut par des moyens plus nobles tels que l'intelligence ou les réalisations personnelles…

Pour ce qui concerne l'habillement et malgré certains excès ridicules et nouveaux riches blingbling tels que ceux de Louis XIV ou de son successeur actuel, la mode s'est attachée longtemps à valoriser le corps au sens grec du terme: santé, équilibre et harmonie d'un corps acquis à la verticalité par opposition aux peuples assis par terre.

Dans notre Société occidentale, les couturiers étaient maîtres de l'Artisanat dans la coupe et la couture.  Si une pénurie de tissu apparaissait, on s'empressait de rallonger les robes comme pour la narguer. Inversement, dans les années 60/70, en pleine croissance, les jupes ont raccourci. C'était aussi pour les femmes une manière de faire valoir leur indépendance et la revendication de la pleine possession de leur corps. C'est ainsi que les époques et leur esprit sont lisibles au travers de leurs modes. C'est ici que je vous attends… Travaux pratiques. Une fois n'est pas coutume! Allez chercher votre dernier magazine féminin. C'est fait? Qu'est ce que vous voyez?

Des filles anorexiques, maquillées 39 de fièvre, avec des décolletés qui prouvent leur anémie forcée, portent une boucle d'oreille dans le nombril qui dépasse de leurs fringues, surtout pas repassées et des bottes trop lourdes pour leurs jambes anémiques. Manifestement, elles vivent dans un camp de concentration…  d'après-attaque nucléaire! Vous lisez quoi, là, en termes de Société?

Deuxième travail pratique, les mecs et la mode. Ils ont un look sidéen, crâne rasé, l'air de bouder et de râler d'avoir été lobotomiés… Leur regard n'émet plus aucun pétillement. Ils sont shootés, blafards et ne remarquent même pas qu'on les a affublés de lavettes destroy ou de costumes qui seraient impeccables s'il n'y avait les bottine sans lacets, la veste trouée, le chapeau rongé et les lunettes solaires de tueur démodé. Eh oui, pour être à la mode, il faut avoir un look usé et démodé, aujourd'hui. Paradoxe… Vous lisez quoi, là? Juste pour savoir…

Personnellement, je crois qu'on devient un humain quand on commence à se foutre de la mode et qu'on ne cherche plus à en créer une comme Monsieur Attali ou Bernard Henri Levy… Vous savez, j'ai toujours pensé que les singes, comme tous les animaux, sont singes par naissance. Mais je crois que l'être humain n'est jamais un humain par naissance. Juste un singe. A chacun de refaire le pas de l'Evolution… pour redevenir un humain… Eh non, pour lui c'est pas automatique! C'est ce qui fait son intérêt… C'est parfois dur, hein…
*;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : humour, mode, demode, humain |  Facebook |

Commentaires

Je savais que je n'étais pas le seul à penser que la bête devient homme si son esprit évolue. Seule une morphologie humaine ne suffit pas pour prétendre à des futilités comme les droits.
Moi, je vais plus loin que toi: j'essaye parfois de regarder les clips vidéos sur MTV... je ne résiste pas longtemps. Quand la série de minijupes et décolletés passe le relais aux chanteurs de mauvais poil qui ont le toupet de me regarder avec haine et mépris en espérant que je les admire... berk, je zappe!
C'est quoi ces manières ! Qui sont les truies qui élèvent ces porcs?
C’est pas plus joli de sourire et d’avoir la retenue de ne pas bouder ? Les gens aussi ont leurs problèmes et allument la télé pour se faire plaisir… ont-ils conscience de cela ?
Pour terminer : J’ai bien aimé l’avis de l’astrologue pipol Elizabeth Tessier au sujet de la mode… Pas si bête la dame : « La mode, c’est l’ambition des feuilles mortes »… n’est-ce pas joliment dit ?
;-)

Écrit par : Tony | 23/04/2008

vieille définition de Sacha Guitry (je crois): la mode c'est ce qui se démode.
Sinon, j'ai participé, professionnellement parlant à l'organisation d'un défilé de semi-haute couture (un jeune créateur belge qui essaye de se faire une place dans ce milieu très fermé): Décor splendide, filles superbes, minces mais pas sèches. Mais alors, les gueules qu'elles tirent en défilant. A 18 ans elles ont sur le dos des fringues qui coûtent deux mois de salaire à un cadre moyen, des bijoux de créateurs et elles se font maquiller par des pros.Leur seule qualité est leur petit cul et leur taille de guèpe. On ne leur demande même pas d'ouvrir la bouche. Tout le monde les regarde et elles vous tirent la même tronche que Monique Olivier à la Cour d'Assises de Charleville Mézières.
Comprends pas cette apologie de la sale gueule et de la bouderie.

Écrit par : Mishima | 24/04/2008

La mode c'est le démodé ? Aaaahhhhhhhhhhhhhh j'ai une "chance" alors ! (pardon M ça m'a échappé of course) ;-))

Écrit par : Martine | 08/05/2008

Les commentaires sont fermés.