21/06/2008

Assis à la place du mort…

Assis-place-mortL

 
                 Je commence à avoir vraiment les jetons, là… Je vous zesplic ce qui m’arrive.
Vous vous souvenez du temps où les homos étaient emmenés par la police? Baudelaire s’en souvient, lui qui a été maltraité par les flics belges de l’époque et jeté au cachot. Il nous a laissé quelques textes haineux sur le pays qui sont pas tristes! Et Jean Marais emmené au poste pour homosexualité notoire avec Cocteau… Les choses ont bien changé et c’est tant mieux pour que chacun puisse vivre comme il l’entend. Je suis pas homo mais que chacun soit heureux à sa façon. Et La PACS française était une idée nécessaire.

L’ennui, c’est l’entropie. Vous savez, c’est la tendance de toute chose à perdre ce qui la distingue et à se fondre dans l’ensemble jusqu’à ce que tout s’égalise. Jusqu’ici, l’Univers se refroidissait et nous, nous créions de plus en plus d’intelligence. Aujourd’hui, nous perdons de l’intelligence comme l’Univers sa chaleur. Et puis il y a les tropismes: cette tendance qu’ont les choses à aller vers le bas, comme l’eau, si l’on n’y prend garde. Ainsi, de tropisme en tropisme, nous déstructurons. Des exemples?

La PACS n’a pas suffi et la traditionnelle petite Belgique a concédé le mariage  aux homosexuels. Là, il ne s’agit plus que les gens soient heureux, ils s’agit d’abolir toute distinction et de fournir la symbolique clés en main. Nul ne se demande si ça pose un problème d’identité aux hétéros pourvu que les homos, eux, soient heureux… Et même pas eux… mais NOUS rassurer quant à l’ouverture de notre esprit! Pour mieux vous zespliquer, disons que les homosexuels revendiquent leur différence par leur non-différence! C'est un truc un peu difficile à comprendre, comme la sainte trinité. Faites un effort.

Ainsi, de tropisme en tropisme, nous dérivons vers la grand froid de l’Esprit. Je choque votre esprit ouvert aux courants d’air? Attendez…

Je lisais hier que l’on commence à faire une distinction entre bons et mauvais maquereaux. Non, pas à l’huile d’olive et vin blanc, les proxénètes. Des chanteurs commencent à se référer à cet univers là. Ce qui me gêne c’est pas qu’on fasse la différence entre des méchants-méchants et des méchants-gentils! Mais que le fait d’en pointer des méchants va forcément créer une condition de «gentils».
Nous échappons ainsi au processus entropique pour entrer dans un processus de substitution de valeurs…

Vous verrez que d’ici quelque temps, on offrira la Légion d’Honneur aux maquereaux qui auront été de bons proxénètes, plus humains que les autres parce qu’ils auront respecté les 35 heures et les droits de l’Homme des femmes…

Ce qui me fiche vraiment les boules c’est que les intellectuels lisent clairement de tels tableaux de bord de notre Société qui renvoient des signaux d’alerte rouge! Mais… ils ne sont pas assis au volant! Ils sont assis sur le siège du passager, comme nous tous… à la place du mort?  *;->(

18:00 Écrit par Amadeus dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : entropie intellectuelle |  Facebook |

Commentaires

Bien vu! C'est bien!
C'est bien!
C'est bien!

Et là, je file aux fourneaux de la Casa...

Écrit par : Tony | 21/06/2008

c'est pourtant la solution rattachons la wallonie à la France. Et scellons celà par un mariage : qu'Elio di Rupo épouse Bertrand Delanoë.
non ?

Écrit par : Mishima | 21/06/2008

Les commentaires sont fermés.