08/07/2008

Le Centre Pom Pom Pidou…

PompompidouL

 
                            Ça fait un moment que je rêve de vous parler du Centre Pom Pom Pidou… Oui, je sais, c'est facile comme jeu de mot. Mais tellement juste…

On dirait que plus la science et les techniques s'avancent dans le sérieux, plus l'Art se ridiculise, se saborde et s'exclut. Comme s'il voulait nous quitter, se chassant lui-même hors du Temple. Toutefois, comme il a quelques titres de noblesses dans l'histoire humaine, on est plus enclin à lui pardonner ses errements et même à essayer de comprendre un Sens supérieur qui serait caché sous l'épaisse couche de cornichonneries! Les exégètes inventent des histoires à dormir debout pour expliquer que tout ça est intelligent. Leurs signifiants, leurs référentiels culturels, leurs logiciels discoureurs sont tels qu'ils ajoutent le mépris de la critique au mépris déjà fourni par les "œuvres". Et comme un malheur n'arrive jamais seul, les grands financiers participent au mouvement et lui apportent la crédibilité de la fortune que vous et moi n'avons pas été capables d'amasser, nous…

Pom Pom Pidou est la garantie officielle de l'Etat et du Ministère de la Culture. Le sceau. On y pratique les expositions justificatives. Mais la moindre chose qui passe par Pom Pom Pidou se doit d'être présentée "smart"… Interactive… Participative… On y pratique le non événement comme des révélations divines. On y expose des bouts de plastique et ficelles comme des élévations de ciboires. Le Centre est devenu un Hub culturel de transit entre le passé à détruire et le futur suicidaire. Avec son air de raffinerie de pétrole recyclée aéroport, il accueille tous ceux qui veulent expier par l'alibi culturel, le fait de pratiquer le métro boulot dodo pour l'ultime bassesse: nourrir sa famille en gagnant de l'argent.

En visitant le Pom Pom Pidou vous n'apprendrez rien si ce n'est de l'inutile, vous ne ferez que consommer votre temps avec un alibi et vous en sortirez comme quand vous avez fini un paquet de chips: toujours aussi affamé. Vous aurez seulement calmé un agacement des doigts dans un emballage léger.

Finalement la seule culture qui s'en sort là, c'est celle des Africains qui viennent jouer du tamtam, des cracheurs de feu et des jongleurs apprentis qui s'en donnent à cœur joie, ravis sur le parvis. Et là j'applaudis. Enfin une justice! Bref, la maladie de la vache folle fait déjà rage mais qui s'en rend compte?

*;->)  

18:00 Écrit par Amadeus dans Art | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : pompidou, culture frelatee |  Facebook |

Commentaires

ouais les joueurs de flûtes de pan en poncho, les contorsionnistes et les vendeurs d'artisanat made-in-china-mais-loi-de-pékin.
Une autre escroquerie

Écrit par : Mishima | 08/07/2008

Je l'ai visité en 1990... je n'ai retenu que l'horloge compte à rebours avec l'an 2000...
Mais comme aucun bug apocalyptique n'est survenu...

Écrit par : Tony | 08/07/2008

Les commentaires sont fermés.