31/07/2008

Attention, c’est plein de vide!

Plein-de-videL

 

                                Le sujet de l’émission radio d’hier était de ceux qui me font voir la vie cum jubilatione. Le genre de chose qui se fout à la puissance douze de toute velléité pragmatique et utilitaire et qui  fait voir l’univers avec recul, distance et délectation. Mais en même temps, ce sujet m’a donné le sentiment que mon cerveau a été transformé pour un instant en foie gras tant il est délicieux d’en consommer le produit de la compréhension, de la spéculation douce et tout cela sans danger aucun pour personne ni même dégagement de CO2. Je vous livre le thème en question sans plus tarder.

Vous vous souvenez de la définition belge du tuyau? C’est un cylindre avec du vide dedans... Eh bien, le vide est-il un concept théorique ou une réalité ontologique (en soi) ?

Pas con, comme question ! Pour certains, cela n’évoquera qu’une idée tordue pour terminale de philo. Ils déploieront immédiatement leurs méthodes résiduelles et s’appliqueront à concasser cette question en farine inutilisable mentalement. Pour d’autres, en revanche, il s’agit là d’un mets de choix dont le fumet, loin du cartésianisme débilitant, embaume le plaisir de ne pas être un singe.
Qu’il me soit permis ici d’apporter ma réponse personnelle.

Le vide est un concept théorique pour celui qui, comme moi, n’arrive pas à perdre du poids ou qui a 30 enfants braillards dans une classe par exemple. Le vide est un concept théorique pour celui qui vient de renverser le pot de confiture sur le tapis et qui en rajoute encore un peu plus partout chaque fois qu’il essaie d’en enlever. Essayez de vider le sac de votre aspirateur et vous verrez que le vide est bien théorique! En revanche, pour mon banquier, le vide de mon compte est bien une réalité ontologique! Allez lui expliquer que c’est théorique et qu’avec un peu de patience, ce compte va retrouver des couleurs. Malheureusement, mon banquier n’est pas un concept théorique. Il est bien là! Notez que, intellectuellement, mon banquier est bien un vide d’ordre ontologique. Mais ne le lui dites pas, il ne serait pas content! Bon...
*;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Con | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vide, physique, plaisir intellectuel |  Facebook |

30/07/2008

Le gars qui a gagné au loto

gagné-au-lotoL

 

                                Bingo! Il a gagné. Et un solide paquet, je peux vous dire. Même moi, je trouve pas ça moral. Mais que voulez vous, seul l’Etat peut faire de la pub mensongère en laissant miroiter un produit que vous risquez d’avoir avec une chance sur un milliard! Vous imaginez, un commerçant honnête qui vous dirait: voilà, vous me payez la bagnole d’avance et il y a une chance sur un milliard que je vous la livre! Vous feriez une crise, non? Eh bien l’Etat qui est si prompt à faire des lois pour vous protéger, il peut! Comme dit la pub: «100% des gagnants ont tenté leur chance!»… Ça pue l’entourloupe, non? Essayez vous, de dire à l’Etat: cette année, jouez et gagnez mes impôts! Une chance sur un milliard!

J’ai demandé «et qu’est ce que tu vas faire avec tout ce pognon? Parce que là… t’aurais un paquet, trop, non?» En disant ça, j’espérais quand même qu’il me ferait un petit plaisir pour les services rendus!
- Ecoute mon vieux, je vivrais enfin la vie dont je rêve et faire le bien autour de moi, me dit-il en se marrant.
- Ah, ça c’est bien! Tu donneras à ta famille et à tes amis?
- Si tu veux, mais je vois pas ça comme ça.
- Comment alors?
- Je t’esplic, comme tu dirais. D’abord, j’irais au bureau et je pisserais sur la jambe de mon patron. Ça me coûterait une amende mais celle là j’aurais du plaisir à la payer.
- Bof, si tu veux, pas génial mais c’est ton pognon après tout, et après…?
- Eh bien, je ferais croire à ma mère qu’elle aurait quelque chose, mais elle m’a tellement empoisonné l’existence quand j’étais gosse, que je lui offrirai une bonne bouteille de vin avec un gros nœud! Rien d’autre. Elle va râler! Vengeance!
- Ouaaiis… mais…
- Après, mon enc… de frère, quand il sera au plus gentil et tout miel avec moi, je lui offrirai une paire de Nike avec un petit mot: va courir et refais toi une santé grâce à moi! C’est pas gentil ça? me dit il en tapant ses coudes dans mon ventre en se marrant.
- Euh…
- Ensuite, je virerai ma femme pour un top model … Puis j’irai faire le malin devant les copains en leur disant de persévérer dans l’achat de grilles de loto! Ça me fera marrer de les voir tirer la langue pour tous les sales coups qu’ils m’ont fait! Après j’achèterai la moralité de ma secrétaire juste pour voir combien elle coûtera avant de s’allonger!

J’en avais assez entendu… Je me suis tiré. Y a pas à dire mais si l’argent ça aide à supporter la misère, ça n’a pas d’incidence haussière sur l’intelligence… *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gagnant, loto, egoisme |  Facebook |

29/07/2008

Gargamel

GargamelL

                                Oh là, je vous arrête tout de suite! Je vous sens venir: votre petit fils est le plus mignon de tous les adorable, il n’y en a jamais eu un plus beau, etc. Bref, toutes les preuves de votre mauvaise foi et de votre parfaite partialité. Parce que le plus tout ça, c’est le mien, point barre!

Quand on m’a annoncé sa naissance, j’ai chialé comme une madeleine. Oui, bon ça va, je sais que je suis con, mais c’est comme ça. M’énervez pas. Mon petit fils c’est comme une Montgolfière. Quand j’ y pense ça fait un gros coup de chaleur et je me sens monter... monter, encore plus fier.

Maintenant il a trois ans. Bien dans sa peau, volontaire, volontiers poète aussi, il a des talents et des faiblesses, normal, quoi. Parfois, je  l’emmène toucher le ciel près de l’aéroport. Ou bien je fais les courses avec lui et on ré-invente tout! On chasse les choux-fleurs, on parle aux pommes qui se cachent sous plastique, aux asperges menaçantes, on triomphe du saucisson de porc mort dans une terrible lutte... on attaque le rayon chocolat en faisant sauter les tablettes dans la charrette comme dans une corrida chocolat, on se recoiffe avec une brosse de trottoir, on se déguise avec les salades, bref, on s’en donne à coeur joie! Il hurle de rire et j’adore ça. Il n’y a rien de plus mignon que le rire énorme d’un enfant. L’autre jour, on avait quand même réussi à avoir toutes les rayonneuses du supermarché à la fois pour nous chercher une friandise que ma fille m’avait demandé de ramener et qu’on ne trouve que chez elle en France... Je me marrais. Un vrai dessin de Sempé, toutes ces bonnes femmes adorablement en train de sonder tous les rayons pour ma petite star! ;-))

Ce matin, ma femme et moi, on a vécu un merveilleux moment. Eh oui, cette petite merveille vit loin et nous ne la voyons qu’une fois par mois environ. Mais ce matin... ma femme ouvre un tiroir pour prendre des serviettes et... tombe nez à nez avec Gargamel. Vous connaissez Gargamel? C’est un vilain sorcier qui voulait faire une soupe de Schtroumpfs! Nous avons encore les maisons pleines de schtroumpfs de ma fille quand elle était gamine et Alexis joue avec!

Il a l’air déterminé Gargamel! Subitement, c’est comme si Alexis était entré dans la pièce. C’était son petit univers imaginaire qui lui avait fait cacher Gargamel au fond du tiroir... Son rêve qui reprenait vie ce matin.

Nous nous sommes regardés... On avait pas l’air con tiens avec nos coups de chaleur dans la Montgolfière... Presque les larmes au yeux devant ce micro-gargamel qui nous invectivait de son doigt levé. Nez à nez avec Alexis! C’est fou ce qu’ils peuvent laisser comme cratères dans les cœurs quand ils s’en vont, hein... Les vôtres aussi? Oui, mais vous, vous êtes tellement partiaux et subjectifs, vous...  *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amour paternel, grands-parents |  Facebook |

28/07/2008

Automatic save…

UndoL

 

                                En dehors du Dreft liquide et de l'iPod, c'est quoi pour vous les plus grandes inventions de tous les temps? La roue avant que les radars n'existent? Le téléphone avant qu'il soit portable? L'antibiotique avant le Sida? La télévision avant TF1 et RTL? Oui, tout ça c'est très bien, mais aucune de ces inventions n'a la classe d'une machine à vous téléporter ou à voyager dans le temps. Ça ce serait classe pour le génie humain! Plus que le flic à couper le beur à coups de crosse ou la gomme à mâcher anti-tabac! Je vous zesplic…

Dans la vie, dès que vous laissez tomber un verre, il est cassé et la colle n'y pourra pas grand chose. Défiguré, le verre. Vous tuez un administratif obtus qui l'a bien cherché et vous regrettez: trop tard. En taule!… Vous regrettez la cuite de la veille… Gueule de bois… Vous mentez à votre belle-mère? Impossible de revenir en arrière, il faut expier. Et des expiateurs qui ont fait le voyage à Jerusalem à plat ventre pour se faire pardonner, il y en a eu.  Parce l'Eglise avait inventé la confession, le regret et le pardon. C'est déjà ça, mais ça ne vous permet pas d'effacer le passé! Il reste dans votre casier  judiciaire que vous avez dans votre conscience! D'autres avaient inventé la gomme, mais la gomme ça laisse toujours une trace, surtout si vous avez un peu appuyé sur le crayon d'erreur!

Eh bien, figurez vous que la plus grande invention de tous les temps vous l'avez chez vous, dans votre ordinateur, même si vous l'avez acheté chez Carrefour. C'est la fonction Undo… Je vous zesplic.

Avec la touche undo, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, nous pouvons revenir complètement sur nos erreurs! Undo et fini! Parti, pfouittt, oublié comme si ça n'avait jamais existé. Génial.  Vous avancez dans le temps mais vous pouvez toujours revenir en arrière. Ça me laisse toujours pantois. Extraordinaire. Et je me prends à rêver d'un monde où on pourrait boire comme quatre et bouffer de la fine cuisine jusqu'à s'en faire péter la panse et puis… undo! Oups! On a eu le plaisir mais sans les inconvénients. Vous fricotez grave avec votre belle soeur, vous prenez un pied pas possible et puis… zou, undo, hop, fini! Oublié. Mais vous avez eu le plaisir!  Vous piquez du pognon à la banque, vous partez en voyage, vous vivez le paradis et puis au retour, hop… fini! Undo. Vous vous mariez mais ça marche pas terrible… Clic! Undo! Et basta pour  les avocats, la mauvaise foi et le reste.  Undo! C'est pas génial, ça? Vous avez mangé du cassoulet et vos humeurs vous échappent en public… Hop! undo!… Les autres ont eu le plaisir et vous, pas la honte! Ou le contraire, c'est vous qui voyez.

Eh oui, la fonction Undo nous laisse mettre un pied dans cet au-delà où le temps des bêtises est réversible… Et c'est bon… Malheureusement nous ne sommes pas aussi évolués que les ordinateurs et nous vivons plutôt sous le régime de l'automatique save… en permanence… Pauvres de nous!
*;->)

27/07/2008

Comptable démiurge

Comptable-démiurgeL

                                Imaginez que vous soyez né comptable. Ne riez pas, c'est arrivé à plus d'un*. Mais alors que certains en ont fait un métier honnête, d'autres ont su en faire un réel tremplin vers la puissance divine. Généralement petits et étriqués, ces gens là ont trouvé dans l'artisanat comptable, une jouissance de la construction d'empires à coups d'achats et vente d'hôtels rue de Rivoli sur les cases du Monopoly. Le respect qu'on leur portait croissait parallèlement à leur surface financière alors que la considération pour eux augmentait en proportion inverse de leur moralité. Vous suivez?

Un jour, riches, puissants et épurés de toute forme de scrupule, ils ont eu besoin de légitimer leur grandeur et de la sublimer en quelque sorte. Lui donner un nouveau statut qui ne serait plus ni matériel comme les actifs de leur banque, ni virtuel comme leur respectabilité mais carrément spirituel. C'est l'Art qui allait leur offrir cet ascenseur canonisant.

Nos comptables qui avaient frayé avec les ministres saumon-rose, se mirent à faire semblant de comprendre le sens caché de pitreries inqualifiables et portèrent ainsi leur aura loin au-dessus de leurs contemporains et mortels. Vous avez noté? Les autres en devenaient mortels… Et, après tout, si des gens aussi réalistes et objectifs que des financiers de premier plan dépensaient des fortunes à acheter des bêtises multicolores, vulgaires, sales, voire scatologiques, c'était bien qu'il y avait quelque chose à comprendre que nous n'avions pas compris! La même chose qui avait fait que nous, nous n'étions pas riches et banquiers, sans doute…

Et voilà la légitimation en train. Parce que si tout comptable honnête veille à ce que les chiffres obéissent à la rigueur mathématique, tout comptable riche exploite les failles du système et la subjectivité des désirs, loin de la rigueur des chiffres. Retour à la subjectivité et entrée de plain pied dans le blanchiment de la moralité argentée sur poivre et sel.

Quel bonheur dès lors de se promener dans une exposition la veille de son ouverture, marchant sur l'eau et propulsant la valeur des œuvres par un simple mouvement de lecture de leurs titres ou auteurs… Etre le Créateur des Valeurs, le Grand Comptable de la Beauté, celui qui étend le pouvoir de son argent à la reconnaissance du Beau Artistique. Donner vie aux œuvres, aux artistes, pérenniser les Créateurs ou les jeter dans les ténèbres de l'Histoire de l'Art.

Le pouvoir d'acheter, d'ordonner au Temps, à la Valeur, au Beau, faire et défaire les Artistes… le comptable marche sur l'eau… preuve de sa valeur divine… tant qu'il n'ouvre pas la bouche pour tenter de qualifier l'inqualifiable.  *;->)

 

*J'attends vos commentaires… Pourtant vous savez que je suis un être mauvais!

19:00 Écrit par Amadeus dans Art | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : art actuel, pinault, biennale, grossier, insultes |  Facebook |

26/07/2008

La confiance règne…

Confiance-règneH

 

                Je vous ai pas fait venir pour vous dire que j’adore les champignons... Pourtant je les adore. Le mot n’est pas trop fort. Ma femme c’est pire. Elle est partageuse et pas égoïste pour un sou. Mais... devant une assiette de cèpes elle est capable de vous mordre si vous faites mine de lui prendre sa gamelle... Et tout ça me fait penser à une autre histoire de mes frères. Je vous esplic.

Mon deuxième frère qui vit comme un Espagnol, et ça tombe bien vu qu’il vit en Espagne, avait été suivre des cours pour apprendre à choisir les champignons sans risquer d’envoyer toute la famille dans un monde meilleur.

Un jour, rentrant du boulot, il tombe sur un terrain vague bourré de délicieux champignons qui poussaient au nez et à la barbe des citadins plus habitués à les acheter en barquettes bleues que de les cueillir dans les champs. Il te me nous fait une razzia de deux grands sacs de chez Delhaize et nourrit sa famille morte de peur sous la contrainte de son nouveau savoir.

Le lendemain, toujours vivant, il décide de repasser par le champ. Et re-bingo, les champignons avaient repoussé dis donc! Il te refait une razzia mais cette fois-ci, il avait emporté plus de sacs et le soir, gentil, il passe chez ses frères pour distribuer des champignons. Ma femme et moi très heureux! On se régale avec une merveilleuse omelette.

Puis, il s’en va chez mon frère intellectuel, qui accepte les champignons avec un rien de suspicion, se laisse convaincre après avoir demandé cinq fois s’il était certain qu’il n’y avait pas de risque.

Mon  frère pas encore espagnol à l’époque, me raconte ça hilare en me disant «tu n’as pas idée! Il ne me fait pas confiance! C’est fou, j’ai du insister! Je crois qu’il se méfierait si je lui apportais des fraises, celui-là! Attends, je vais l’avoir» ... et le lendemain, il téléphone à mon frère intellectuel pour lui faire une farce:

- Dis, tu as déjà mangé les champignons?
- Non, dit mon frère intellectuel fonctionnaire... pourquoi?
- Ouf, je suis rassuré, mais écoute, c’est parce que je me suis trompé et ceux que je t’ai apportés sont dangereux en fait!

Et là, mon frère intellectuel fonctionnaire abonné au gaz:
- Non, mais ne t’en fais pas, je n’avais pas confiance et je les ai jetés!

Vous imaginez sans peine l’arroseur arrosé pas encore Espagnol à l’époque, par sa blague!...  Il poussait des cris de putois!  *:->)

25/07/2008

Ma fête de la musique à moi...

Ma-fête-de-la-musiqueL

 

                Je n’aime pas écouter la musique avec mes lunettes. Elles mettent une vitre entre le fruit des sons et moi. Alors, je les descends un peu sur le nez, mais là, c’est le flou qui perturbe la présence. Il m’arrive de fermer les yeux mais... la réalité vient à manquer de quelque chose.
J’écoute plus la musique et j’essaie d’oublier mon âge pour quelques minutes précieuses en dehors du temps. J’aime Duke Ellington, mais j’aime presque toutes les musiques. Sa musique à lui est d’abord un vaste espace dans lequel je peux me mouvoir qui se déplace autour de moi. Puis, c’est un univers de couleurs et de timbres. Et enfin c’est une musique qui se réinvente à chaque instant avec la puissance d’un homme qui était manager, compositeur, créateur et pianiste fulgurant. Il joue du piano comme personne. Sous sa force, le piano devient un instrument graphique qui impose des traits d’architecte pour donner des signaux à son orchestre ou des mains plaquées comme les grosses brosses du peintre.

La fantaisie, la surprise, les élasticités, les lumières et couleurs, tout me surprend et tout me promène dans l’imaginaire. Ce sont des tableaux de Delacroix ou de Picasso. On en sort rajeuni, irrigué et  comme ressuscité. Mais Dieu que l’oxygène des grands espaces est capiteux. Tout cela pétille de vie. Faites cet essai: coupez le son de la télé quand passe un ensemble qui joue Bach (et j’adore la musique classique, baroque, et Bach évidemment). Vous verrez les musiciens agités à l’unisson de gestes saccadés. Faites la même chose avec un orchestre de jazz et voyez cette décontraction, cette entente démocratique dans laquelle chacun peut s’exprimer. C’est notre monde, notre époque. Celle dans laquelle on se sent bien. C’est nous, quoi.

Après Duke, pour revenir sur terre, je mets quelques pièces de Joe Pass à la guitare sèche ou quelque chant de Bach pour passer de la chaleur du soleil aux ombres de l’été...
Eteindre ces musiques, c’est sortir du soleil, c’est rentrer entre les murs de la maison, retourner à la vaisselle qui n’est pas encore faite.

Mais c’est aussi comme sortir d’une piscine.
On garde le frais sur soi et en soi pendant un long moment. Et puis, les pensées prennent le relais et convertissent ces moments de transport en nouvelles forces pour vivre à nouveau dans la réalité...
C’est quand même autre chose que d’institutionnaliser le tapage nocturne...  si je peux me permettre... 
  *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Art | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fete de la musique, musique |  Facebook |

24/07/2008

Service après vente…

Service-suisseL

 

                    Tout ce qui rentre fait ventre disait-on dans les provinces françaises… Oui, mais quand les vendeurs de voitures se sont empiffrés de votre commande, adios! Faut que je vous raconte l'histoire de mon ami suisse.

D'abord, il est Suisse! Ça veut dire qu'il a une conception de la fiabilité et du service après vente qui s'apparentent aux vœux de chasteté et de dévotion au client proches de ceux d'un Trappiste. Pour tenter de vous éclairer sur la conception suisse du service après vente, imaginez-vous qu'une grande marque avait proposé une promotion identique à tous les pays d'Europe: un verre avec une bougie à faire flotter dedans pour Noël à l'achat de trois minicassettes. Tous les Européens qui ont acheté ça ont fait flotter la bougie pour Noël et puis basta, ils ont utilisé le verre pour boire. Sauf les Suisses qui ont demandé de nouvelles bougies l'année suivante! Eh oui… service après vente!

Mon ami suisse, lui, avait deux VW depuis toujours. Bien que célibataire il ne peut s'imaginer être en panne pour servir ses clients. Donc, deux VW. Il les remplaçait l'une et puis l'autre au fil des années. Un jour, mécontent du service, il a menacé le réceptionniste: "si ça continue, je vais changer de marque!". La fois suivante il insistait: "vous ne me croyez pas, parce que j'ai toujours acheté mes voitures chez VW, mais vous allez voir, je finirai par changer de marque. Puis… "je n'ai aucune crédibilité quand je vous dis que je vais changer de marque parce que j'ai toujours acheté des VW, mais vous allez voir"! Eh bien on a vu ce qu'on allait voir. Je vous zesplic.

Par un beau matin, le voilà qui se pointe chez VW et son réceptionniste favori, dans la file des clients: "bonjour, je viens pour entretenir ma voiture, premier entretien". Le réceptionniste prend note du nom et demande la clé. C'est là que ça devient drôle…

Le réceptionniste: "mais c'est une clé de Mazda que vous me donnez!". Et là, mon ami fait un bond en l'air et hurle: "ah, je vous avais prévenu! Vous ne m'avez jamais cru, vous vous foutiez de ma g… en ne faisant pas les entretiens demandés, eh bien vous avez eu tort! La voilà ma nouvelle voiture! Et c'est plus une VW! Je vous avais prévenu!"

Là-dessus, il a repris sa clé et s'en est allé satisfait! La vengeance est un plat qui le démangeait froid depuis un moment! Le réceptionniste en a toujours les yeux ronds. Les clients de la file aussi, d'ailleurs…  *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suisse, service, entretien |  Facebook |

23/07/2008

Connu pour être célèbre…

Connu-célèbreL

 

                                    Pour faire une carrière cinématographique, il suffit de prendre un sujet bien crade et de le traiter avec du sexe et de la violence. Le martyr d’une enfant victime d’un pédophile. Il suffit de montrer tout dans le détail avec des scènes d’horreur insoutenables, puis de prétendre que c’est l’expression de votre dégoût et que c’est par devoir de mémoire que vous avez créé ce film afin que seul l’amour recouvre désormais les enfants, et hop! le tour est joué. Vous êtes un grand cinéaste! Cannes s’ouvre à vous.

Pour devenir célèbre il faut arriver à passer deux fois à la télévision. A partir de ce moment là vous pouvez prétendre à passer une troisième fois et là... hop, on ne sait plus pourquoi mais on vous invite sur tous les plateaux! Connu pour être célèbre! Comme Paris Hilton. Bon, vous n’êtes pas encore une star, parce que cela nécessite un moignon de talent mais vous êtes déjà un pipole. Arrangez vous pour b… dans une piscine et vous êtes devenu une star! Pensez à trouver un nom qui vient d’ailleurs. Loana par au hasard…

Pour réussir en politique, prenez un sujet dont personne ne veut: la zoophilie, par exemple, et luttez contre les préjugés bourgeois qui consistent à condamner cette pratique. Parlez de la souffrance de ces gens qui doivent cacher leur amour pour un chien ou un mouton et ce qui va avec... Faites vous le chantre de la liberté, de l’amour et de la misère morale dans laquelle la société plonge les zoophiles. Changez le nom de la zoophilie en Frolicamour, par exemple. Ou katpattamour. Ou Totalamoureux, référence à la fidélité absolue de l’animal. Ou Fidamour... Cherchez un peu. Puis, pour mieux faire passer ce premier stade ne tardez pas à parler de possibilités de mariage et d’adoption. Je vais trop loin? Pas du tout, l’Histoire vous aidera avec la référence à Mowgli, si bien élevé par une louve. Sans parler de celle de Rome, de Romulus et Remus qui ont fondé Rome après tout...

Pour faire partie du Gotha, et avoir l’air d’un intellectuel qui a terminé ses recherches, son évolution et son œuvre au pont qu’elle a eu raison de ses cheveux, se raser le crâne. Conserver néanmoins une boucle d’oreille afin qu’on vous prenne pour un athlète intellectuel rebelle de haut niveau complet qui a gagné la coupe du monde.

Et puis ne vous en faites pas. Une jeune chanteuse que l’on interviewait a déclaré que si elle ne réussissait pas en tant que chanteuse elle ferait auteur-compositeur... Et puis si ça marche pas elle fera Bush ou prix Nobel sans doute? A moins qu’une grande carrière d’éboueuse ne la ramène à la réalité... *;->(

18:00 Écrit par Amadeus dans Con | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : star, pipole, celebrite, trash |  Facebook |

22/07/2008

Avions

AvionsL

 

                        Il m’est arrivé de survoler le monde. Je me suis étonné comme un enfant de voir au décollage de tel Boeing 747 qui passait au-dessus de la côte que cette petite jetée canadienne sur la mer fut si stable... que la mer jamais ne la dépassat seulement de quelques centimètres. Harmonie entre océan et humains.

J’ai vu les montagnes ou l’Ecosse sous les brumes au petit matin en parlant avec un physicien indien, le Groenland sous les neiges, le Labrador, ou New York, la ville, les rues, j’ai vu le nouveau Mexique, les couleurs de l’Afrique, la pointe des pôles... le Gange tortueux ou le Nil si africain, j’ai vu ces ciels bleu nuit, ces couchers de soleil un jus d’orange à la main. J’ai aimé ces ronronnements si fluides et constants des réacteurs, j’ai été fier en montant dans le premier Airbus, j’ai souri aux hôtesses ou à ce commandant de bord qui me décrivait, un café à la main, ce cumulus de 60 mille nautiques. J’ai adoré que mon commandant de bord soit une femme de l’âge de ma fille, j’ai tant aimé m’envoler de Bruxelles et prendre un petit déjeuner au-dessus du Montblanc.

Mais j’ai aussi été ému de voler en planeur, de vibrer dans les courants d’air sur les Pyrénées, adoré être lâché pour la première fois au-dessus du ciel avec mon premier planeur. J’ai été ému aux larmes quand les ailes pliaient et que le vent soufflait. J’ai adoré ces moteurs bruyants, facétieux, je repensais à St Ex et à ses rêves, j’ai repensé à tous ces hommes et ces femmes, parce que des femmes il y en eut dans l’aviation, je reste ému en regardant un avion décoller. J’ai emmené mon petit fils il y a quelques jours voir les avions atterrir. J’ai été si heureux qu’il veuille se rapprocher, toucher les avions, nous avons partagé ce rêve. Il était sur mes épaules pour être plus près du ciel. Là où ça ‘ciel’ tellement la mer que l’on se sent s’élever...

On ne parle pas d’avion comme d’un objet. Ce n’est pas un bateau dont les Anglais eux mêmes disent ‘She’. Non, on parle d’un avion comme d’une grâce, comme d’une fusion entre ciel, rêve et matérialité. Là où tous les mouvements deviennent doux et lents, une grâce absolue. Quel que soit l’avion. On ne l’aime pas pour sa tôle mais pour son immatérialité, pour son aptitude à réaliser les rêves.

Pour moi, un avion sera toujours ça. Toujours ce médium entre monde et imaginaire. Instrument de passion, stradivarius du rêve. Le plaisir de la vague sans son poids. On le caresse, on lui associe le cuir, la complicité, on vit ensemble le même sentiment de fragilité devant l’Univers et la même compassion devant les souffrances. Merci aux humains du passé de l’avoir inventé, de l’avoir fait et tant qu’à mourir, je souhaite que ce soit en avion au-dessus de la cordillère des Andes...

18:00 Écrit par Amadeus dans Cœur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : avion, emotion, voler |  Facebook |

21/07/2008

Mousson belge…

MoussonL

 

                      Sachez d’abord que je ne vous en veux pas d’avoir décidé d’entrer en hibernation. Je n’aurais pas tout ce boulot, je ferais pareil. Sur combien avez-vous réglé la minuterie? Une semaine? Un mois? Six mois?

J’en ai tellement marre de ces pluies que je compte me faire lyophiliser par esprit de contradiction.
Il pleut des louches. Ca n’arrête pas. Même les voitures commencent à déteindre. C’est désespérant. Je remets mes vêtements d’hiver. Il fait froid. ma chienne est trempée en une minute de pipi dehors. L’eau est crachée des gouttières comme de fontaines. C’est vraiment la saison des pluies sans les avantages des tropiques.

On voit des gens dans les rues qui cherchent à acheter des cadeaux de Noël par réflexe pavlovien. D’autres courent au cimetière avec des pots de chrysanthèmes en plastique - tout ce qu’ils ont trouvé!- J’ai vu un accident de planches ce matin entre deux cadres avec attaché caisse et costume croisé accrochés à leurs voiles. Les diabétiques fondent. Les marchands de poisson rentrent leurs étales de peur de réveiller les branchies.
En Belgique on a inventé l’eau H365o. Donnez nous notre pluie quotidienne. Les rats se réfugient dans les boîtes aux lettres, les camions dans les arbres et les animaux sur des ferries en veillant que les portes soient bien fermées. Les fleuves sortent de leurs cours, l’inflation aidant, ils seront bientôt côtés en bourse. Mon coiffeurs organise des séances de shampooing  collectif dehors. J’accroche des couches culottes à me semelles. Au sec... blup.

Je vous l’ai dit? La dernière fois qu’il a plu comme ça, ils ont mis tous les animaux dans un bateau et ils se sont tirés ailleurs. Comme les Sénégalais.

Mais en ce mois de juillet, par je ne sais quel réflexe syndical ou consumériste, les gens se rebiffent. Cette pluie là est de trop. Pas juste, usurpée, léonine, fiscalement inacceptable. Politiquement incorrecte. Politiquement? Pas tout à fait puisqu’un ministre écolo belge vient de proposer que la pluie soit taxée! Quiconque la laisserait s’échapper des gouttières plutôt que de la récupérer dans une citerne, se verrait fiscalisé.

Il pleut aussi des impôts en Belgique... Pendant ce temps là, les Belges fuient le pays. La diaspora belge dans les pays de soleil ... Les Belges demandent l’asile politique pour persécution pluviométrique. En tout cas, moi je me tire demain! J'ai mis le blog en automatique et les textes sortiront pendant que moi je me réfugie en vacances!
*;->)

18:00 Écrit par Amadeus | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pluie, ete belge, mousson |  Facebook |

20/07/2008

Amour Amidon

Amour-amidonL

 

                                J'ai un ami anglais qui est entré dans la vie par la grande porte. Enfin, porte c'est peut-être pas le mot. A vous de décider.

Déjà, le type est assez spécial. La peau ravagée par le tabac, la mèche anglaise qui lui tombe sur le front, une voix ravagée par le tabac, plutôt grand mais amaigri par le tabac, bref, vous avec compris: ravagé par la cigarette. Cela dit c'est un type marrant et plein d'humour. Mais alors plein. Comme son tabac: qualité anglaise.

Il m'a raconté comment il avait fait l'amour la toute première fois de sa vie. Il était en Egypte pour son service militaire. Un week-end, ses copains se sont parfumés, brillantinés et habillés pour aller voir les filles. Ça s'est terminé dans les endroits glauques du coin chez les Nefertitis payantes… Comme il y avait plus de soldats anglais que de Nefertitis, ils faisaient la file, les épaules perpendiculaires au bassin, comme on fait en Egypte. Si vous voulez mon avis, je trouve que ça manque de romantisme, le payant. Mais des jeunes recrues en manque de vitalité sexuelle et de danse des ventres… Bon, bref, c'est comme ça.

Quand son tour arriva, la belle Nefertiti, que nous appellerons Laure, le mit dans un tel état que le malheureux, n'y tenant plus, se déshabilla plus vite qu'un dessin animé de Tex Avery! J'ai oublié de vous dire qu'il portait une chemise blanche à manchettes et que lesdites manchettes avaient été suramidonnées et surrepassées par l'armée anglaise de nombreuses fois. Dans sa précipitation, il ne voulut pas prendre le temps de défaire les manchettes et tenta de passer les mains à travers. Mais elles résistaient et il finit par tirer sur sa chemise pour qu'elle partacusse avant qu'il ne précoce le fruit du prépuce sans avoir pu atteindre la Nefertiti. Il tira si fort que la chemise s'en allit en apesanteur… mais pas les manchettes qui venaient de céder par excès d'amidonnage. Nu comme un ver, le pantalon sur les godasses, le sexe en haut-relief et les manchettes devant sa Cléopâtre… La classe! Il aurait pu saluer la reine d'Angleterre sous un bonnet, à poil! C'est ainsi qu'il entra dans la vie en grand seigneur, les trois pyramides à l'arrière-plan et sous l'air approbateur du Sphinx qui en avait pourtant vu d'autres…

J'ignore si cette ruée vers Laure, oui c'est pour ça que je voulais lui donner un prénom, fût couronnée de feu d'artifice précoce ou non après qu'il s'en fut amidonné à cœur joie, mais je peux vous dire que mon ami en parlait toujours avec émotion dans la voix!  *;->)

19/07/2008

Effet de serre et chocolat…

Effet-de-serre-chocolatL

 
                                        Bon, je vais vous épargner les jeux de mots du style «on est chocolats». Ça ne peut qu’alourdir le propos. Mais quand même, on entend de drôles de trucs.

Qu’il n’y ait plus d’eau dans 50 ans… en Belgique c’est une menace qu’on arrive pas à prendre au sérieux. Faut pas pousser… Donc, on se lave joyeusement les dents avec un hectolitre. Là, pour rincé, on est rincé.

Alors on nous culpabilise avec notre nouveau jouet du salon de l’auto: gaz à effet de serre! Dans cinq ans, il fera si chaud ici que vous pourrez prendre des bains de soleil en maillot sur votre terrasse en janvier. Ça aussi, en tant que Belge… je dirais que c’est tout bénef! Personne va porter plainte, alors dès que les autres ont le dos tourné, on en profite pour donner des grands coups d’accélérateur qui accélèrent le processus pour pouvoir profiter plus vite des bains de soleil. Et d’ailleurs, les autorités nous aident en multipliant les casse-vitesse et les embouteillages pour l’intensité de la serre. Ils n’ont pas réalisé que plus c’est chaud, plus les glaces fondent et plus les Flamands vont avoir les pieds dans l’eau… hi-hi! (je pouffe!).

Faut donc pas nous en raconter à nous. Sauf que… là, j’ai une vraie inquiétude. Je vous zesplic.
Le gaz carbonique s’accumule. Les arbres font leur possible mais il y en a trop du gaz. Et les arbres on les met en planches. Donc il y en a moins, en plus. Les océans non plus n’en peuvent plus, en moins. Alors il y a trop de gaz. L’ennui, c’est que plus il fait chaud, plus ça s’emballe… Ah… ça c’était pas prévu… Et du coup, me demandez pas pourquoi, il ne pleut plus dans les pays tropicaux.

Vous vous en foutez? Ben non… voici pourquoi. Je bois peu de thé, alors si les arbres à thé ne reçoivent plus leur flotte, on en rajoutera ici. Idem pour les caféiers. Pour les citronniers, ils n’ont qu’à arroser. Mais il y a plus grave: les arbres à cacao! Si ceux là ne reçoivent plus d’eau, on est marron! Et ça, pour un Belge, c’est pas possible! Imaginez la vie sans chocolat! Vous pouvez? Moi pas! C’est la seule chose qui arrive encore à me faire supporter tout ce que les politiciens nous mettent sur le dos. Alors, une vie sans chocolat…

Du coup, je fais pied de plume sur mon accélérateur… je parle aux arbres pour les encourager, je me déodorise avec des pétales de rose, j’évite de manger des harricots blancs pour protéger la couche d’ozone et j’ai un autocollant sur ma voiture:  je freine aussi pour le chocolat!  *;->)

18/07/2008

Bagnole cafteuse…

Bagnoles-cafteusesL

 
                                    Il y a quelque temps, je décide de rendre visite au concessionnaire qui m’a vendu ma voiture. Une bonne petite. Econome, bonne ménagère de la route et le feu au ventre quand il faut. Sans compter qu’elle est jolie et pleine de charme. Je me suis même fait à son accent teuton. Bon, je passe sur les grivoiseries faciles. C’était juste pour voir si vous écoutiez.

Le garagiste, le brave homme, auquel je demande de comprendre pourquoi un voyant reste obstinément allumé au tableau de bord, me fait ouvrir le capot. Il revient avec un godemichet électronique muni d’une prise imposante qu’il plante derechef  dans un plombage de mon auto (Derechef: quelqu’un peut-il me dire ce que cela veut dire, siou plaît? j’entends toujours ça et je connais pas ce mot, il s’impose comme ça sans que je l’aie appelé, se met dans mon texte sans s’essuyer les pieds. Mais qu’est ce qu’il fout là? En plus je le trouve pas beau).

Il s’en va à une quinzaine de mètres de là pour consulter un ordinateur monté dans un dressoir à roulettes électronique. Il tapote sur les touches, le brave homme. Et voilà ma voiture qui commence à cafter: “c’est pas l’airbag, c’est la ceinture qui marche pas». Laquelle? «Eh bien c’est celle du conducteur», le tout sur air gnangnan. Elle continue: “eh puis, vous savez, j’ai été conduite à 225 km/h et puis ils m’ont même montée dans les tours dans la zone rouge, à fond la caisse!. Et y zont pas fait ça qu’une fois, hein! Et même que si la police apprend ça... et puis, comment on va faire pour la garantie si mon moteur casse et que lui, là, vous prétend qu’il m’a bien conduite, gna gna gna”.

La brave homme: “ah, aaah!” Avec un clin d’oeil: “on aime rouler!”

Moi qui n’ai jamais poussé cette voiture au-delà d’un orgasme dominical standard, qui n’ai jamais fait que titiller de loin le 180 en Allemagne, juste une fois et avec complexe, voilà que ma voiture s’offrait des séances bestiales avec quelqu’un. Mais qui? Mon chien? Parfois je laisse les clés sur le tableau de... pendant que le chien... mais, non, pas le chien. Il aime pas les bagnoles d’ailleurs et j’ai un mal fou à le faire monter. Je ne vois que...

Le soir, apéro pour l’anniversaire de ma fille... Tout le monde est là. Je raconte l’histoire de ma voiture et comment elle a cafté tout ce qu’elle savait comme une gamine de 5 ans. Mon fils passe instantanément dans la zone rouge. 8.000 tours de langue pour expliquer comment, dans quelles circonstances, pourquoi....
Eh... je lui avais prêté ma voiture un week-end. F’ra chaud quand je recommencerai!   *:->)

PS: Histoire vraie. Votre voiture enregistre ce que vous faites, dorénavant… Pour protéger la garantie. Plus question de dire que vous l'avez jamais poussée dans les tours!

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : vitesse, entretien, bagnole, cafter |  Facebook |

17/07/2008

Météologie…

PrévisionsL

                                                Je suis consterné par le niveau des informations à la télé. Visions partisanes des politiques qui utilisent la télé comme tribune pour leurs intox, informations insuffisamment documentées qui aboutissent à des contrevérités, reportages insipides sur la fabrication du saucisson dans telle région, montée en épingle d'une grue qui est tombée sur une maison mais rien sur l'Europe ou presque… Tout est à jeter. Ah non, sauf une chose: la météo! Ça c'est bien fait.

La météo est bien documentée, ils savent même quel est l'indice de fiabilité de leur information. Ils vous le disent: 5 ou 4 ou 3 etc. Mais en général ils ne se trompent pas beaucoup. Faut dire qu'un bon vieux cumulus ne va pas aller vous raconter des salades, lui. Il est pas démagogue! Il cherche pas à vous intoxiquer! Vraiment, la météo est le meilleur travail journalistique des infos télévisées.

Mais dites, j'y pense… si on arrive à être aussi précis avec des masses de vapeur qui se promènent dans le ciel au gré du vent… il y aurait peut-être quelque chose à faire pour arriver à prévoir les nuisances de Louis Michel ou de Laurent Fabius, non? Oui, on sait qu'ils sont nuisibles, mais on pourrait prévoir comment pour les cinq jours à venir! Au lieu de ça on ramasse leurs usines à gaz verbales qui nous font suffoquer! Non seulement on ne devrait plus les interroger et leur tendre le micro pour qu'ils vous crachent leurs venins mais en plus on pourrait prévoir globalement ce que le parti ou l'Assemblée va produire dans les jours qui viennent. Et l'économie? Et le social, et le communautaire?… la Belgique existera-t-elle encore à la fin de l'été?

Idem avec les journalistes! On ne leur demande plus des phrases choc ou des questions idiotes auxquelles tout le monde sait que personne ne répondra. On ne leur demande plus de tendre des perches macrophoniques aux tribuns pour leur donner l'occasion de tribuner! Non, simplement on leur demande un travail d'analyse et de prévision comme pour la météo avec un indice de fiabilité. Et on cesse de désinformer les gens ou de leur faire peur.

J'ai pas des bonnes idées moi? Un journal entier de météo politique, météo économique, météo sociale, etc. Ah, attendez, on me dit que c'est très difficilement réalisable… Pourtant, vous savez, pour les nuages c'est d'une complexité tellement inouïe qu'il faut des supercalculateurs géants pour prévisionner des milliards de points dynamiques. Y aurait-il plus de cohérence dans la vapeur, le vent et les nuages que dans un parti politique ou à la bourse? Et les calculateurs ne sont-ils pas plus fiables que les journalistes? Je m'demande!  *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : meteo, politique, desinformation, tendances |  Facebook |

16/07/2008

Mon mariage a été arrangé à mon insu…

Mon-mariage-arrangéL

 
                                J’ai épousé ma femme à cause de Hitler... Partez pas! C’est vrai! Je vous zesplic...
Ben oui, ce cinglé était venu faire un peu de tourisme ici avec armes et bagages. Surtout les armes, d’ailleurs. Mon père avait 17 ans. Le gouvernement belgicain craignant que les jeunes soient envoyés en Germanie, leur a ordonné de prendre un vélo et de descendre dans le sud de la France afin de constituer une réserve de recrutement «pour si jamais»...

Mon père a pris son vélo et hop, à Biarritz avec l’appellation CRAB... Pas élégant mais signifiant: «Centre de Recrutement de l’Armée Belge». Il a travaillé à la ferme dans un village pyrénéen pour améliorer son ordinaire.

Quand les Belges restés au pays ont acquis la certitude qu’ils seraient désormais une nation allemande pour 1000 ans et sans espoir de redevenir steak et moules frites, les CRABs ont été rappelés et mon père a repris ses études. Quelques années après, à sa majorité, il s’est engagé dans l’armée US comme GI pour faire rentrer tous les touristes armés dans leur pays d’origine contrôlée... par les Alliés cette fois.

Attendez, ça va plus être trop long. Vous voulez un café ? Faites comme chez vous. Bon, donc, après cette période de tourisme intense et passionnel, mon père a épousé ma mère (plus logique que ça tu meurs!), ils ont fait des enfants dont un qui vous écrit et ils sont partis en vacances en passant volontiers dans le petit village pyrénéen pour revoir les gens dont mon père avait partagé le travail et la table. Et quelle table! La Gascogne...

On approche de la fin, là. Courage. Du sucre dans le café? Ça vient.

Mes parents ont acheté une maison pyrénéenne, planté des fleurs et l’eau courante. Ils ont refait la toiture, placé du carrelage et des des portes pendant que je m’occupais de ma nature profonde avec une des filles du groupe de jeunes que nous étions.

On s’ennuyait à mourir: pas de Playstation, pas de MP3, pas de kif, pas de musique tecno, pas de T-shirts marrants, pas de MacDonlad, personne avec des anneaux dans le nez, des perles agrafées sur la langue, pas de nanas en noir avec des bottes militaires, pas de TF1 et RTL, rien je vous dis! On était là à se gratter le ventre en attendant Madona et les autres. Pour se distraire on faisait du théâtre, on apprenait à jouer d’un instrument, on faisait de la montagne, que des conneries!

Alors on grattait le ventre de sa voisine plutôt que le sien et c’est comme ça qu’un jour on est passé du grattage au mariage... et on s’est mariés ma femme et moi.

Mais si le père Adolphe avait continué à faire des autoroutes plutôt que de faire du tourisme, eh bien je serais pas là pour vous écrire...Comme quoi ça tient à peu de choses... et que c’est bien à cause ou grâce à Hitler selon les jours, que je vivorce (ben oui, y a du tirage!) avec ma femme! *;->)

Bon, je vous rends à vos occupations de grattage... Pour le tirage, c’est vous qui voyez.
*;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : hitler, mariage, conjugal |  Facebook |

15/07/2008

Cormoran…

cormoransL

 
                            Pas facile d'expliquer les choses aux autres. Par exemple, pour vous expliquer les ondes radio, on vous a sans doute montré qu'un caillou jeté dans l'eau provoque des petites vagues, des ondes. C'est pas tout juste parce que les ondes radio peuvent se propager dans le vide absolu, mais ça donne une idée. Quant il s'agit d'expliquer l'entropie ou d'autres concepts complexes, ça devient franchement difficile. Ça m'est arrivé avec mon petit-fils ce week-end. Il m'a demandé ce que c'était que les impôts. Il a de ces questions, celui-là, je vous jure… Enfin, quand faut y aller faut y aller. J'y fautyallé.

Je cherchais un exemple. Pratique ça les exemples pour esspliquer quelque chose. Oui, je sais, comparaison n'est pas raison mais quand même.  Et là j'ai trouvé. Je vous zesplic.

Il existe en Chine des pêcheurs qui ont trouvé un truc génial. Ils ont repéré que les Cormorans adoraient les poissons et qu'on pouvait les apprivoiser pour nous approvisionner… Ils envoient donc le cormoran chercher le poisson. Mais le cormoran n'est pas plus con que vous et moi, il bouffait le poisson en l'avalant vite fait avant que le pêcheur eût le temps de le lui prendre. Il eût donc l'idée de mettre une petite cordelette autour du long cou du cormoran si bien que celui-ci ne peut plus rien avaler! Il revient avec son poisson et hop, le pêcheur s'en empare alors qu'il essaie de le déglutir.

J'ai donc raconté ça à mon petit-fils en lui expliquant que c'était ça les impôts. Vous travaillez, vous attrapez de l'argent avec votre travail et au moment où vous allez le déglutir, c'est à dire le dépenser, l'Etat le rattrape par la queue et vous le prend! Et vous, vous restez là comme un cormocon avec votre cordelette autour du cou. Cruel, non? C'est du moins ce qu'a estimé mon petit-fils. Il ne trouve pas ça gentil et m'a assuré qu'il enlèverait vite la cordelette dès qu'on essaierait de la lui mettre autour du cou. Pauvre bout de chou… il ne se rend pas compte qu'elle est en titane la cordelette… sans parler d'une autre corde au cou! Mais c'est pas le sujet.

Et voilà comment mon petit-fils a bien compris ce qu'était l'impôt. Et vous, vous voyez comment, maintenant que vous connaissez cette histoire? *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : taxes, cormoran, peche |  Facebook |

14/07/2008

Une chouette bande de copains…

Chouette-copainsL

 
                                        Carla Bruni vit sa vie matrimoniale comme une carrière professionnelle. C'est un peu normal, d'ailleurs. Parce qu'elle fait carrière en chantant ce que toutes les femmes chantent dans leur salle de bain et ça fait des ventes… Pas mal, non? Alors elle fait carrière avec sa vie amoureuse.

Elle a commencé petit. Un éditeur. C'est pas mal pour un début, un éditeur. Puis, rapidement, petite correction de trajectoire, elle a préféré le fils de l'éditeur. Plus cultivé: prof de philosophie. Quand on murmure des chants pour s'endormir avec des petits poèmes pour cartes postales, c'est bien comme promotion sociale, non? Notez, elle venait déjà d'une famille fortunée italienne, tout allait bien. Mais y avait un truc qu'elle avait pas encore essayé: femme de président de la république portative et démontable du 14 juillet.

Côtoyer les grands de ce monde! Elle en a de la chance Carla. Rencontrer la Reine d'Angleterre, oui enfin, celle-là est un rien tarte mais folklo. Disons plutôt le Président des Etats-Unis, tiens… encore que lui c'est quand même une catastrophe planétaire sur deux pattes et il a pas l'air fute-fute… bon, prenons plutôt… le président de l'UE… enfin, lui il est très insipide… Moins insipide le Président Polonais… pas génial mais fascinant à ce point de débilité! Karamba, encore raté… Zapatero? Très socialiste et pas franchement transcendant. Le premier ministre belge? Bof trop débile… Non, disons… le président israélien? Pas très fréquentable non plus. Les Palestiniens? Le Syrien? Non, pas vraiment sympas. Ah, j'y pense: la Chine! Passionnant la Chine. Oui, mais faut s'asseoir sur pas mal de principes…, Berlusconi? Avec son sourire carnassier pour dessin animé de Tex Avery, il fait peur, non? Albert de Monaco? Oui… mais pas vraiment puissant.  Le damalilaba? TRès religieux quand même. Reste Bel Laden. Fascinant mais dangereux. Notez, Sarko est capable de l'inviter pour un défilé d'un prochain 14 juillet. Il est comme ça Sarko: on dialogue! Mais quand même, ça doit pas être jojo l'invitation des copains pour le week-end chez les Sarko-Bruni…

Non, finalement, je l'envie pas. Je préfère mes potes à moi. Nettement plus sympas, amusants, chaleureux et beaucoup moins impliqués dans des trucs sanglants ou éthiquement discultables! Bah,  quand elle aura compris ça, qu'est ce qu'elle épousera de mieux cette fois? Un cosmonaute? Un magicien? Le pape? Jean Claude Vandamme?… Les paris sont ouverts!  *;->)

17:01 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : carla, sarko, grands du monde, copains |  Facebook |

13/07/2008

Qouta plafonné…

QuotaL

 
                        Voilà, je vous explique: nous, les hommes, on a été programmés pour réacter comme dirait Jean Claude Vandamme, aux seins des dames. C’est comme ça, on n’y peut rien, c’est pour l’espèce de reproduction, vous remettez les mots dans l’ordre que vous voulez. C’est programmé dans la puce centrale de mon cerveau, pas le reptilien, l’autre: le triceraptor cortex. Toutes les versions sont touchées: XP, NT, OBS-CD, etc. depuis la version beta qu’on a d’ailleurs pas encore réussi à vraiment dépasser entre Pithécanthrope et Einstein, mais j’aimerais que ces dames ne m’interrompent pas avec leurs sarcasmes quand je parle sinon je perds la bretelle de mes idées.

Voilà. On est pro-gram-més. Bon, dans la vie de tous les jours on arrive quand même à aller de la machine à café jusqu’à son bureau avec un gobelet plastique brûlant sans le renverser quand on croise le dernière recrue du DRH. Mais sur la plage, la dite recrue recrute! Elle enlève son Wonderbra pendant que vous buvez votre Interbrew et se promène le nez en l’air (ça fait remonter les seins depuis Cléopâtre) dans une ambiance de Fuckingam Palace. Du coup, t’arrives plus à faire tes mots croisés qui commencent à vibrer devant tes yeux, deviennent des mots fléchés façon Cupidon, puis mots à censurer quand tu jures que cette s... pourrait aller se rhabiller  le temps que tu trouves la définition de “frustration balnéaire” en quatre lettres...

Or, vous avez investi en mots croisés vu que le yotte c’était pas encore pour cette année..., vous avez peu de jours pour les rentabiliser et si on commence à vous empêcher de les faire vous perdez tout: le chant des sirènes, la location "tout ça pour ça" et les mots croisés, bref, des vacances pourries. En plus vous avez l’air minable parce que votre femme en train de frire à côté de vous n’ est pas distraite et poursuit ses mots croisés. Votre toxico mamy en prend un coup avec la belle. Fin de journée, elle en a fait plus que vous! Elle vous nargue! Et vous, vous pouvez même pas raconter ce qui vous a empêché de faire vos mots croisés, à votre femme! Vous ramassez un bonnet... d’âne.

Alors marre! C’est pourquoi je suggère un quota plafonné de seins nus sur les plages. Sondage: pour ou contre le quota? Ou une autre suggestion? Help, j’ai besoin de votre soutien!

18:00 Écrit par Amadeus dans Con | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : seins, plage, vacances |  Facebook |

12/07/2008

Nucléaire et hamburger

Nucléaire-et-hamburgerL

 
                                        je suis toujours étonné par l'aptitude des gens à changer le sens des chiffres par leurs croyances.

Tiens, je vous donne un exemple: le naziseme a fait une cinquantaine de millions de morts. Dix millions sont des Juifs, Tsiganes, homosexuels,… Horreur absolue? Bien sur! Absolue. Le communisme, lui, en a fait cent millions dans le monde. Deux fois plus. Horreur absolue? ben non. Il n'est pas interdit d'être communiste ni de créer un parti communiste alors que les partis nazis… Ah oui, vous dira-t-on mais on ne peut pas confondre les deux parce que le communisme avait une bonne intention. Sans doute, mais des bonnes intentions comme ça ça s'appelle des crimes contre l'humanité, bonnes intentions ou pas. Et vous connaissez un seul régime communiste dans le monde qui ne soit pas passé par l'éradication des libertés et les massacres? Ils commencent petits facteurs sympas et ils finissent par vous construire des goulags et des asiles…psychomatraques.

Aujourd'hui, les Américains veulent empêcher l'Iran d'enrichir de l'uranium. Trop dangereux. Et toute la communauté internationale d'emboîter le pas des Américains. Notez, il n'y a jamais que les Américains qui ont fait des dégâts volontaires avec du nucléaire… Oui mais, les deux bombes atomiques larguées sur des villes japonaises ont fait 135.000 et 150.000 morts. C'est beaucoup? Ben nettement moins que le coca et le hamburger par excès de sucre et de cholestérol! Il y a environ 750.000 décès par maladie cardiovasculaire aux USA par an!

Mortalité: je serais Iraniens, je négocierais comme ceci: vous, les Américains, vous renoncez au coca et au hamburger dans le monde et chez vous et nous renonçons au nucléaire. Donnant donnant. Clair! On fera du bien à tout le monde.

C'est pas une bonne idée, ça? Les Américains qui redeviennent minces, la couche d'ozone qui ne doit plus supporter le méthane généré par les mangeurs de Hamburgers et les vaches qui le deviennent (hamburger), les lieux historiques débarrassés des affreuses enseignes colorées… que du bénef pour tout le monde.

Et si vous me demandez par quoi commencer, je suggère le hamburger et les boissons sucrées. Beaucoup plus nuisibles que le nucléaire jusqu'à présent!  *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Con | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : hamburger, nucleaire, malbouffe, cholesterol, obesite |  Facebook |

11/07/2008

Camelots!

Camelots-L

 
                            Et voilà ma p'tite dame… vous placez le légume bien droit sur la râpe et vous poussez vers le bas. Comme ça. Un coup à gauche, un coup à droite, comme quand vous votez! Pareil. Vous faites pas de politique? ben vous allez avoir le temps d'utiliser cette râpe géniale alors, pour préparer des merveilles à votre famille…

J'adore les camelots. Dès que je peux, je plonge sur les marchés comme un enfant qui voit une foire en passant en voiture. Je cherche tout de suite LE gars qui va étonner mes yeux d'enfant avec un produit cornichon fabuleux. Vous savez, le genre de bidule qui vous fait penser que si il entre dans votre vie, votre existence va changer, qu'elle va devenir félicité, que toutes vos pesanteurs vont se transformer en grâces.

L'été passé, à Cahors, j'ai acheté un petit rouleau en caoutchouc dans lequel toute gousse d'ail se déshabille en moins de deux. Inutile, il faut le laver après, ça vous empêche pas d'avoir les mains odoriférées… mais c'est magique. On place la gousse, on fait rouler avec le plat de la main et hop! on reçoit la gousse toute nue! Et moi je suis émerveillé. Comme un gosse. Des produits comme ça, j'en ai plein les tiroirs. Un tas de trucs idiots mais qui ont chacun une fonction magique. Tiens, toujours pour l'ail, d'ailleurs, j'ai un galet en aluminium. Vous passez vos mains là-dessus et… fini les odeurs d'ail sur les doigts! Et je vous parle pas des aiguiseurs miracles, des décapeurs surnaturels, des cisailles qui vous abattent un baobab avec un geste du petit doigt, des découpeurs de légumes qui vous font des sculptures façon Arcimboldo*, des casse-noix providentiels et j'en oublie des tonnes.

Mais surtout… surtout… ce que j'adore, ce sont les boniments des camelots. Leurs jeux de mots, leur verve, les allusions grivoises aux ménagères qui pouffent de rire dans leurs poings… Trop mignon.

En plus, la qualité de ces produits n'est en général pas camelote! J'ai acheté un couteau de cuisine il y a 20 ans avec un affreux manche en plastoc bas de gamme. Mais… le type plantait des gros clous et les sciait avec le coûteau! 20 ans après, il marche toujours aussi bien! Le gars ajoutait hilare: "Attention madame, c'est pas du monoprix, tartoprix, saloprie, ça! Rien que du bon!  

Ah oui, alors! Rien que du bon! L'été des camelots et des marchés s'ouvre à nous! ne les loupez pas? A quand une émission téléréalité sur les camelots? *;->)

10/07/2008

L’Elixir touristique du père maladroit…

L’Elixir-touristiqueL

 
                                Daudet est pour moi le symbole de la candeur bien vécue. Quelqu’un qui a compris et appliqué le mot du Christ: “heureux les coeurs simples”. Pour accéder à cet état, il a choisi de s’aider de la Provence. Son moulin y sourit toujours et le mistral souffle ses belles lettres.

Toutefois, comme je ne suis pas le seul à le savoir, les abords du moulin commencent à ressembler à la ville à la campagne. On a donc implanté un parking, payant, automatique, avec barrières et  tickets électroniques et un surveillant, récent immigré hollandais à l’accent écartelé entre provençal appris sur le tas et hollandais pur jus, habillé en costume de sous préfet aux champs en synthétique et trop grand pour lui.
Bientôt, les dépendances, boutique de souvenirs, machines à café, toilettes et lavabos automatiques en suffisance, seront installées dans un batiment neuf jouxtant le moulin.

Dès qu’elle en aura les moyens, la start-up qui gère l’ensemble dans le cadre subsidié du “plan emploi-chômage plus jamais ça”, achètera une jeep qu’elle recouvrira de triplex peint imitant un petit train pour promener les touristes. Il suffira d’élargir l’entrée du moulin pour que le petit train puisse le traverser. La visite dure un quart d’heure et se termine dans la boutique souvenir. Le plan de cession à EuroDisney est d’ailleurs déjà prévu. On pourra acheter des petites boules style «rosebud» avec le moulin dedans. On les retourne et les particules retombées de Tchernobyl descendent joliment sur le paysage...

Un moteur animera alors les ailes paires sur lesquelles de grandes banderolles aux couleurs de Mickey, Donald et Dingo seront déployées. Sur les ailes impaires, les sponsors pourront valoriser Coke pour l’une et Orangina secoué pour l’autre. Ces boissons seront vendues dans des godets aux couleurs de l’Elixir du Père Gaucher.
Toutefois, la négociation bute sur un point de détail: l’éradication des lapins de la propriété. Ils sont susceptibles de ronger les câbles de l’électronique des animations du son et lumière. Les amis du Moulin de Daudet pensent, eux, qu’ils doivent être protégés parce qu’ils font partie de la poésie de l’endroit. Les verts se sont prononcés: les lapins sont également nuisibles au maïs cultivé à l’ancienne dans le pré voisin.

C’est toujours comme. On en attend un retour aux libertés de la nature… et on ramasse toutes les interdictions, même les plus folles: comme de laisser courir mon chien dans la nature! Paraît que ça fait peur aux oiseaux! Et hop, en laisse! Comme nous désormais…
*;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : daudet, vacances, moulin |  Facebook |

09/07/2008

Le parcours de maman…

ParcoursL

 
                                    Ingrid Betancourt a été libérée. Ah, chez vous aussi… Vous le saviez déjà. Désolé, je savais pas que vous le saviez déjà… Mais récapitulons.
2 juillet: Ingrid Betancourt est libérée par les forces Colombiennes à jeun sans l'aide des banques suisses et pendant que les gardiens des Farc étaient légèrement distraits même qu'ils ont pas entendu les hélicoptères peints en blanc. Ingrid, habillée Indiana Jones par galiano sort d'un vrai avion. Elle embrasse tout le monde sauf son mari et récite 10 Ave et un Pater parterre sur le tarmac pour remercier Sainte Rita de l'avoir rendue à sa patrie, la Colombie qu'elle aime tant et porte dans son cœur. Elle est devenue ultracatho en détentention. L'alimentation? La beauté de la nature? Allez savoir…
Jo et Zette, les enfants d'Ingrid, vont chercher un avion chez Nicolas Sarkozy qui leur prête aussi un médecin-ministre du droit d'ingérence pour retrouver maman colombine.
3 juillet:  Zette remet en pleurant à maman les six poèmes de la fête des mères qu'elle avait gardés dans le tiroir de sa table de nuit avec son doudou. Tout le monde pleure. Maman les porte dans son cœur (deuxième ventricule).
4 juillet: Zette, Jo et maman reviennent en France avec le ministre ingérant dans l'avion gratuit. Maman sort la première et descend l'escalier pour fouler le sol de sa deuxième patrinité: la France qu'elle porte dans son cœur (troisième ventricule). Elle est reçue par Nicolas Pipole et la première guitariste de France. Elle l'embrasse sur la bouche pour sentir l'haleine de fraîcheur qu'il fait régner sur la France. Duduche même pas jalouse avec ses éclisses toujours aussi roses. Elle déclare qu'elle est française et colombienne et que son cœur est à la fois là-bas et ici comme le sucre dans le lait chaud ou Carla dans le bruni. Elle aime tout le monde et le dit avec des yeux Hush Puppies.
5 juillet: les médecins mettent maman sur le pont et constatent qu'elle a été miraculeusement préservée malgré les tortures. Puis, elle se promène avec Villepin, l'ennemi juré du petit Nicolas depuis la cour de récréation précédente. Elle l'aime aussi.
6 juillet: maman va prier à la messe pour que la première guitare de France ne pète pas une corde dans le concert des nations mais Ségoreine pète un câble et accuse le petit Nicolas de ne pas avoir libéré maman.
7 juillet: Maman est reçue au sénat,  au jardin d'acclimatation, à l'assemblée nationale, à l'académie française, au Panthéon. Elle déclare qu'elle fêtait le 14 juillet en mettant une chaussette rouge, un T-Shirt blanc et un pantalon bleu (authentique).
8 juillet: elle adresse un message de paix au G8 et leur demande de travailler pour le bien des peuples, tous pris en otage par le prix du pétrole et le refus de la CE de réduire la TVA.
9 juillet: Maman fait une apparition chez le Pape qui n'en croit pas sa dioptrie et la canonise.
10 juillet: Maman s'envole vers la lune avec la navette spatiale pour apporter la paix dans l'espace intersidéré et nous envoyer un nouveau message: commercez les uns les autres. Paris Match est le premier à comprendre et publie un numéro spécial.
12 juillet: Maman est nommée présidente mondiale faisant fonction. Sa patrinité est désormais la Colombie, la France et le Monde. Ségoreine voit des nains partout, surtout cambrioleurs!  

Dites, si on les renvoyait toutes les deux chez les Farc dans sa jungle? Je commence à fatiguer, là… *;->)

18:15 Écrit par Amadeus dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : ingrid, betancourt, liberee, saturation |  Facebook |

08/07/2008

Le Centre Pom Pom Pidou…

PompompidouL

 
                            Ça fait un moment que je rêve de vous parler du Centre Pom Pom Pidou… Oui, je sais, c'est facile comme jeu de mot. Mais tellement juste…

On dirait que plus la science et les techniques s'avancent dans le sérieux, plus l'Art se ridiculise, se saborde et s'exclut. Comme s'il voulait nous quitter, se chassant lui-même hors du Temple. Toutefois, comme il a quelques titres de noblesses dans l'histoire humaine, on est plus enclin à lui pardonner ses errements et même à essayer de comprendre un Sens supérieur qui serait caché sous l'épaisse couche de cornichonneries! Les exégètes inventent des histoires à dormir debout pour expliquer que tout ça est intelligent. Leurs signifiants, leurs référentiels culturels, leurs logiciels discoureurs sont tels qu'ils ajoutent le mépris de la critique au mépris déjà fourni par les "œuvres". Et comme un malheur n'arrive jamais seul, les grands financiers participent au mouvement et lui apportent la crédibilité de la fortune que vous et moi n'avons pas été capables d'amasser, nous…

Pom Pom Pidou est la garantie officielle de l'Etat et du Ministère de la Culture. Le sceau. On y pratique les expositions justificatives. Mais la moindre chose qui passe par Pom Pom Pidou se doit d'être présentée "smart"… Interactive… Participative… On y pratique le non événement comme des révélations divines. On y expose des bouts de plastique et ficelles comme des élévations de ciboires. Le Centre est devenu un Hub culturel de transit entre le passé à détruire et le futur suicidaire. Avec son air de raffinerie de pétrole recyclée aéroport, il accueille tous ceux qui veulent expier par l'alibi culturel, le fait de pratiquer le métro boulot dodo pour l'ultime bassesse: nourrir sa famille en gagnant de l'argent.

En visitant le Pom Pom Pidou vous n'apprendrez rien si ce n'est de l'inutile, vous ne ferez que consommer votre temps avec un alibi et vous en sortirez comme quand vous avez fini un paquet de chips: toujours aussi affamé. Vous aurez seulement calmé un agacement des doigts dans un emballage léger.

Finalement la seule culture qui s'en sort là, c'est celle des Africains qui viennent jouer du tamtam, des cracheurs de feu et des jongleurs apprentis qui s'en donnent à cœur joie, ravis sur le parvis. Et là j'applaudis. Enfin une justice! Bref, la maladie de la vache folle fait déjà rage mais qui s'en rend compte?

*;->)  

18:00 Écrit par Amadeus dans Art | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : pompidou, culture frelatee |  Facebook |

07/07/2008

Plaisirs pharamineucétiques...

PharamineusétiquesL

 
                                Samedi, je faisais la file à la pharmacie. Devant moi, une dame déjà déguisée été et fashion victim. J’étais pressé...

La dame:
- Bonjour, je voudrais une boîte de Touristil.
- Touristil ou Touristal?
- Euh?...
- Le Touristil c’est les nausées en voiture et Touristal c’est contre les... enfin... quand il faut aller vite pour les ... enfin vous voyez.
- Ah non, Touristil, alors.
- en suppositoires ou en spray?
- en spray.
- aah, je suis désolée, je dois vous le commander. Je n’ai que les suppositoires, mais ils sont très efficaces aussi.
- oui mais c’est pas pratique sur les parkings d’autoroute quand on a le mal de voiture. Le spray est plus facile quand même.
- oui, mais moins efficace... sinon, je peux vous donner Degueulium. C’est nouveau.
- ... je ne le connais pas...
- c’est très bien, vous savez et en plus ça bloque le mécanisme de vom...
- oui, mais simplement je le connais pas. Ou alors ?...
- je peux vous commander le Touristil pour cet après-midi. Ça je peux faire.
- Mais on va partir dans une heure.
- Aaah... lààà je peux paaas...
- bon, alors je voudrais aussi du Barbecudol, du Clubmedil...
- Je n’ai plus de Barbecudol mais je peux vous donner du Scampidolan si vous allez à la mer.
- Ah? Bon... C’est mieux que le Shitofresh?
- Oui, beaucoup mieux, ça c’était bon dans les années 60, comme le Touristal. Et pour le Clubmedil, je vous recommande plutôt le Seinnudol, c’est un peu comme le Plagilium mais ça vaut aussi pour la montagne. Sinon, le Bikinolan qui n’est pas mauvais du tout parce qu’il répartit le bronzage, même sous les zones couvertes, par exemple si vous vous endormez avec votre Cosmopolitan sur le ventre ou si vous oubliez vos lunettes solaires.
- Bien, mettez moi les meilleurs, alors, je ne sais pas moi.
- D’accord, et je vous donne gratuitement un échantillon gratuit de Mortecouille pour revigorer Monsieur en vacances (clin d'œil appuyé de la pharmacienne) et un autre de Valsdezetiket au credulium de perlinpipette, c’est une nouvelle formule plus efficace...

*;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Marketing | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : pharmacie, epicerie, humour |  Facebook |

06/07/2008

Ils se feraient moins mal en tombant

AltitudeL

 
                                        Ce qui me gène dans les accidents d'avion, c'est qu'ils se font fort mal en tombant. L'altitude est dangereuse, on sait ça depuis longtemps. On l'a dit et répété, mais il se trouve toujours des gens pour faire le pitre sur des échelles ou avec des avions.

Or, plus vous allez haut plus vous vous faites mal en tombant. Clair. L'altitude est le facteur aggravant des accidents d'avions, comme la vitesse est le facteur aggravant dans les accidents d'auto.
Et que croyez-vous que fait la police? Rien! Elle laisse voler les avions en altitude. Ils ont pourtant des radars, ils pourraient verbaliser! Mais non, ils laissent faire. Or, pour aller haut, il faut aller vite! Sinon vous décollez pas! Là aussi, vous ajoutez un facteur aggravant: celui de la vitesse. Ils cumulent ceux là! Altitude + vitesse…  Personne pour verbaliser, ça vous fait des accidents en free tax, si vous voulez.

Cerise sur le gâteau, les avions roulent même pas sur des routes. Donc, ils s'en écartent et donc ils se rentrent dedans. Il règne un de ces  turbo-bordels là-haut, je vous dis pas*.

Pourtant, on pourrait facilement résoudre ce problème. Vous me connaissez, j'œuvre pour le bien du monde. Je ne suis jamais avare d'une bonne idée pour aider. Et là, j'ai des suggestions. Je vous zesplic.

Par exemple, il faudrait avant toute chose que les avions volent moins vite. Pas plus de 130 par exemple dans le ciel. Ensuite il faut qu'ils volent moins haut. Pour pas se faire trop mal en tombant. A cinq mètres au-dessus du sol par exemple. Enfin, il faudrait qu'ils circulent sur des rails parce qu'on m'a dit que les pilotes étaient souvent bourrés. Je vous l'avais dit, ça? Non, pas encore. Un jour, j'en ai vu un au bar à Genève Cointrin. Il attendait que les passagers embarquent. Son copilote veut lui resservir un whisky… Réponse du commandant: "non merci, je dois conduire quand j'arrive à Bruxelles". Vous y penser ce que vous y vouler, hein…

Oui, me direz-vous, mais un avion qui reste au sol sur des rails ça existe et ça s'appelle un train! Ben oui. Vous avez presque tout compris. Pour expliquer le reste je dirais qu'un automobiliste qui doit rouler à 120, 70, 50, 30, 0 avec les jours sans voitures km/h et se faire vomir sur des casse-vitesse, ça s'appelle un homme des cavernes. Enfin, on y va tout droit! *;->)


*D'autant plus que depuis peu, les avions peuvent se croiser à 200 mètres de différence d'altitude alors qu'avant c'était 400. Aux familles des passagers nous présentons nos condoléances anticipées.


05/07/2008

Le Suisse et les Balinaises…

Tulipes-Suisses-L

 
                                Je n’aimais plus offrir des fleurs. Ce jeu d’équivalences entre valeur monnaie et importance de l’obligation caractérisé par le «un bouquet à COMBIEN?» du fleuriste… et puis cette facilité qui dispense d’une réelle intention de faire plaisir, cette attention déléguée aux végétaux par procuration… tout ça me dérangeait.

Le point culminant de l’offre de fleurs-obligations fut sans doute atteint par un de mes amis, brillant mais rustre, un samedi matin. Il sonne, j’ouvre la porte et son bras part comme un uppercut à la boxe pour me flanquer un bouquet de tulipes sous le nez: «tiens, tu donnes ça à ta femme, mais si ça fait des allergies ou des trucs comme ça pour les gosses, tu jettes ça par la fenêtre, pas de problème, salut, tu vas bien?»… Je connais mon ami… je me marrais.

Le bouquet reçu et mis dans un joli vase — nous aimons les tulipes— nous avons travaillé ensemble l’ami et moi mais je le voyais tourner fréquemment la tête vers les fleurs. Celles-ci se laissaient aller comme seules les balinaises le font (c’est comme ça que nous appelons les tulipes parce qu’elles arrondissent leurs tiges comme les danseuses balinaises tracent de jolis mouvements dans l’espace avec leurs bras). J’ai fini par lui poser la question: qu’est ce qui ne va pas?

- Mais regarde ça, mon vieux! Ces foutues fleurs ne valent rien! Elles sont pas fraîches! Je me suis fait rouler!
- Non, ne t’en fais pas, c’est normal, toutes les tulipes font ça! Il aurait fallu mettre moins d’eau, peut-être.
Mais il ne voulait rien savoir et s’est excusé pendant le repas et encore en nous quittant. Le lendemain matin, dimanche, à l’heure des Témoins de Jéovah, coup de sonnette. C’était mon ami avec de nouvelles tuilpes!
- Tiens, tu donnes celles-ci à ta femme. On m’a garanti qu’elles étaient bonnes, cette fois-ci! Et tu jettes les autres avec toutes mes excuses.
Ah oui, vous ai-je dit que mon ami est Suisse?… Ponctualité, fiabilité!

Alors, un jour que j’étais invité chez des amis, à la question du prix du bouquet chez le fleuriste, j’ai répondu par de vraies intentions: je voudrais un bouquet dans des teintes pastel…, je voudrais que les fleurs se découvrent au milieu des teintes vertes variées…, je voudrais que les fleurs du milieu soient plus bas que les autres pour qu’on les découvre en entrant dans le bouquet… , je voudrais une note de parfum frais… je… une touche de nacre?

La fleuriste eut l’air étonné, puis, elle est entrée dans la poésie. Plus tard je l’ai offert presque à regret. Je l’aimais bien moi ce bouquet. Le donner, c’était vraiment s’en séparer: un don. Et puis… la personne qui l’a reçu a été heureuse de découvrir qu’il avait été fait pour elle quand je lui ai raconté ce que j’avais voulu faire. Depuis lors, je compose toujours mes bouquets comme ça. C’est sans doute plus fatigant! Mais c’est tellement plus agréable de rendre la vie aux fleurs et à nos amitiés! Ah les Suisses et les Balinaises…  *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tulipes, qualite suisse |  Facebook |

04/07/2008

Déchirements…

Déchirements-L

 
                    Je vais vous raconter une belle histoire qui se termine mal. Et j’arrive pas à la digérer... Bon, voilà...

Vous êtes fou amoureux tellement que vous pouvez pas attendre d’avoir refermé la porte de l’appartement pour vous grimper dessus et libérer vos pulsions les plus folles. Pensez ensuite à ces milliards de spermatozoïdes qui foncent à toute allure sur le circuit et à ce micro-Schumacher qui atteint l’embryon avec une bouteille de champagne qu’il secoue pour bien montrer qu’il a gagné. Et l’embryon de se développer, puis vient la séquence si émotionnelle et vive de l’accouchement et tout ce qu’il faut d’amour et d’efforts pour faire vivre ce petit bout qui devient enfant... qui marche... qui parle... qui vit, qui tombe, se relève mille fois, progresse, avance, étudie, apprend à nager, à lire, à compter, à faire du judo, à jouer du piano, même mal, mais ça fait rien, il vous faudra supporter sa batterie, là au moins il est bon, même si c’est bruyant...

Le talent a un prix... tout comme la patience des parents. Ouf! Il a 18 ans! Il fait des études, il a une petite copine qui excite le père; sa première bagnole, sa première médaille de gagnant au bowling un samedi soir... tout! Vous êtes fiers hein? Ouaip... sauf que ça va s’arrêter net. Il est engagé, premier job. Oui, mais l’époque... peu de boulot... les Chinois... etc. Bref, il est engagé aux Beaux Arts ou au Cinquantenaire pour les grandes expositions thématiques. Vous êtes re-fiers, hein? Allez, avouez! Normal après tout ce que vous avez fait pour lui et tout ce qu’il a fait pour lui-même, aussi!

Oui mais voilà... son job n’est pas celui que vous aviez espéré pour une si belle et si grande aventure humaine de la Vie. Il est à côté de la caisse où l’on paie les billets. Les gens disent «deux entrées» à travers « l’hygiaphone» et puis ils paient, reçoivent leurs tickets et s’éloignent. C’est là qu’est votre enfant. En beau costume. Il prend votre billet, le déchire et vous le rend. Il a fini. Vous pouvez entrer.
Vous vous rendez compte un peu? Cette société à la con a créé un emploi: déchirer votre ticket!... 12 ans d’école minimum... la course du spermatozoïde et tout... tout ça pour ça! Je n’arrive pas à y croire!  Il doit y avoir dans cette fonction une importance que je ne comprends pas... ou alors quelque chose d’autre qui m’échappe...

Philosophiquement quelque chose en moi se révolte chaque fois que je tombe sur une personne humaine à qui on a donné pour rôle sur cette terre de déchirer les tickets! Désolé, il y a un truc que je comprends pas... Mais il y en a tant au jour d’aujourd’hui... Je suis peut-être trop sensible, j’ai peut-être un respect mal placé pour l’Humain... *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : job, mepris des humains |  Facebook |

03/07/2008

Help! Qui a bouffé toutes mes cerises?

cerises-L

 
                            Moi pas comprendre. Mon cerisier était PLEIN de ces trucs rouges avec des queues vertes... Il y a 13 ans, mon fils, qui avait entendu que nous souhaitions maîtriser un peu la croissance de l’arbre, a voulu bien faire et nous a coupé toutes les branches... du bas!  Depuis lors, on doit monter sur une échelle avec un râteau au bout du bras pour en attraper une... sur ce croisement entre cocotier et cerisier (de la racine coco: mon fils et cerisier: l’arbre)...

Mais, l’an passé, ma femme a trouvé une autre méthode: «tu sais, le plastique pour peindre, celui qu’on met au sol..., on va secouer l’arbre et les cerises vont tomber dedans». Y en a là-dedans... Bon, on secoue les branches avec le râteau et les cerises tombent comme une céleste manne sur ta... fraise. Sans jeu de mot.
Cette année, le cerisier a encore grandi de quelques centimètres, mot dans lequel il y a quand même «mètre»! Donc, voilà ma femme repartie avec son râteau... qui m’ordonne de secouer le cerisier comme un... prunier...  Y a des raisons: c’est que sans canicule, les cerises tiennent trop à leurs... queues! Donc... nous sommes restés à ramper sur le gazon... «sans chemise, sans pantalon»... dit la chanson. Là c’était sans cerises et l’air con.
J’ai émis l’idée que les cerises n’étaient pas assez mures. (Sans jeu de mot!) «Oui, mais Y doit bien y en avoir qui sont mures, dans le tas, non?». Ben non... ou alors les queues sont de chez queues de qualité .com ...  Bref. Ma femme: «mauvaise foi masculine..., paresse..., tu préfères les payer que les cueillir...»

Trois jours plus tard... elle entre brutalement dans mon bureau et hurle: «où sont les cerises?» Je saute le long du mur les bras en l’air: «je sais pas... je suis innocent!... j’ai un alibi». Elle insiste: «toutes les cerises ont disparu! Ne me dis pas qu’elles se sont envolées!». D’abord je savais même pas que ça volait des cerises. Ensuite, j’y ai pas touché. Je le jure sur la tête du pommier.

Hypothèse 1 Les avions passent vraiment très bas ici juste au-dessus de nous... Mais ils peuvent quand même pas ouvrir les hublots, non?

Hypothèse 2 Le chien les a mangées... mais bien que goinfrissime, le Labrador est court sur pattes et ne saute pas à plus d’un mètre cinquante. Il peut agiter les oreilles mais il n’a jamais pu prouver qu’il pouvait voler de cette façon. Exit le chien.

Hypothèse 3 Les merles pillent systématiquement les arbres. Oui, mais où mettent-ils toutes ces cerises? A la caisse d’épargne? Réservée aux noisettes, en principe...

Hypothèse 4 Il nous arrive d’avoir nos voitures couvertes d’un sable rouge qu’une tornade au Sahara a ramené ici... Je ne vois plus que ça: il y a eu beaucoup de vent ces derniers jours, il a emporté les cerises et est en train de les semer au Sahara...

C’est mon explication préférée parce que pour une fois, ce sont les pauvres qui reçoivent les produits des riches...  Mais je n’ose pas imaginer ce que donnera la prochaine tempête à Tahiti qui va nous faire pleuvoir des noix de coco de leurs cerisiers!...
*;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cerises, cueillir |  Facebook |

02/07/2008

L'Evolution déconstructiviste…

Evolution-L

 
                            Etes-vous bien sur d'avoir tout compris de l'Evolution? Parce que ça a l'air simple comme ça, mais ça pourrait bien être plus compliqué que ce que vous croyez. Je vous zesplic.

Recommandations écologistes en 1980
On n'a pas de pétrole mais on a des idées… Ramassez vos papiers gras si vous picniquez. Préférez une voiture à pot catalytique. Placez des boudins au pied de la porte d'entrée pour éviter que le froid entre. Votez pour les Verts. Choisissez des poulets élevés sous la mère plutôt que les hormones… Vous vous sentirez mieux.

Recommandations écologistes 2007
Allez faire vos courses avec des sacs réutilisables. Laissez votre voiture au garage. Prenez les transports en commun quand ils sont pas en grève ou asphyxiez-vous à vélo. Ou alors roulez à l'huile de friture. ne laissez pas couler l'eau quand vous vous brossez les dents. Chauffez vous au solaire. Triez vos déchets. Travailler plus pour gagner plus est un état d'esprit déplorable qui vise un mode de vie égoïste et dangereux pour la planète*. Politiciens, venez aux pieds de Nicolas Hulot pour faire acte d'allégeance à la divinité écologiste.

Recommandations écologistes 2015
Allez chercher vos produits bio autorisés et mangez les sur place pour éviter les emballages. Evitez d'acheter un vélo dont la fabrication est fort polluante, pour remplacer votre voiture confisquée.  Glandez. Adhérez au zéro déchets en renonçant à consommer des produits manufacturés. Les oranges, citrons, bananes, Kiwis etc. sont coûteux à transporter. C'est pour cela qu'ils sont désormais interdits. Evitez de vous chauffer et portez des vêtements naturels non teints. Les journaux ont enfin disparu pour la protection des forêts. Politiciens, prêtez serment sur le grand livre vert et respectez les ordres qui vous seront donnés. Vive le Peuple recycleur.

Recommandations écologistes en 2025
Choisissez une grotte bien exposée au soleil pour éviter de faire du feu. Evitez de vous chauffer avec du sapin, essence qui brûle trop vite. Ne jetez pas les peaux des bêtes que vous tuez pour manger: faites en des vêtements chauds. Enterrez les restes de vos repas. Evitez de faire des enfants, pollueurs en puissance… Ne jetez pas vos préservatifs en caoutchouc naturel: chiquez les pour les recycler. Respectez les autres. Maintenant que les politiciens n'existent plus, n'hésitez pas à consulter le chef du village.  
Notre grand projet écologique démontre de façon éclatante que nous avions raison.

Vous avez mieux compris, maintenant? Vous êtes vert? Eh bien tant pis! Fallait réfléchir avant et bien voir où vont les écologistes à la noix.

*;->)

*Sic! C'est ce qu'un politicien français écologiste vient de déclarer.

18:00 Écrit par Amadeus dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : ecologie, evolution, deconstruction |  Facebook |