04/08/2008

Du l’Art ou du cochon?

Du-l’Art-ou-cochonL

 

                            «Ainsi font font font les petites marionnettes…» Et «tourne tourne joli moulin, frappe frappe petites mains, joli moulin a bien tourné»… etc? Ou «A la pèche aux moules moules moules… je ne veux plus aller maman»… Vous avez chanté tout ça? Oui, certainement, mais je doute que vous le fassiez encore spontanément dans votre voiture pour vous détendre. Eh oui, ça vous est passé.

Il y en a un à qui c’est pas passé! Panamarenko. Petit, il faisait semblant de voler et promenait ses petits avions au-dessus de sa tête en faisant «vrouuuum», puis il a lancé des avions en papier dans sa classe. Mais au lieu de devenir pilote, l’animal, il s’est mis à matérialiser ses avions de papier pour en faire son métier. Il dessine des faux plans, fait des faux avions, des faux trucs à voler, des fausses archives de l’aviation et … veut qu’on le prenne pour un vrai artiste et un vrai poète… Cherchez l’erreur.

Notez, ça laisse des perspectives pour votre futur: vous faites des faux bottins de téléphone, des faux testaments et vous demandez qu’on vous compare à Rimbaud. Avec des fausses factures vous voudriez devenir ministre de l’économie, non?

Aujourd’hui, on ne demande plus à l’artiste d’inventer des formes nouvelles mais de distraire le peuple. C’est Disneyland appliqué à l’Art. Et tout le monde d’adorer, de s’étonner. On entre même ces trucs au chausse-pied dans les musées! Et si vous comprenez pas pourquoi c’est du l’art c’est la preuve que c’est bon! Vous vous rendez compte? On vous traite de con et on attend que vous vous en serviez comme preuve du génie d’un petit malin! Aujourd’hui, le génie ne se mesure plus à la grandeur de l’artiste mais à la connerie suggérée des amateurs ! Fallait le faire quand même!

Eh bien c’est fait. Avec Panamarenko, le travail de l’étalagiste pour supermarché en période de Saint-Nicolas est devenu du l’art. Normal! Plus personne ne sait ce qu’est l’Art, ni les historiens, ni les philosophes, ni les critiques ni même les artistes. Vous croyez que j’exagère? Que nenni! Ils le disent eux-mêmes! Et s’en lamentent dans des livres, articles, etc. !

Alors, si vous aimez les étalages et les trucs marrants style Gaston Lagaffe, allez y, c’est amusant, c’est drôle et j’irais volontiers me distraire si c’était exposé à Disneyland. Mais là, dans un musée, c’est de l’usurpation d’identité et de l’escroquerie intellectuelle. Sans un seul label de qualité… sans garantie,… le faux érigé en Beaux-Arts!* Allez-y, mais en connaissance de cause! Parce qu’en Art comme pour le reste, il faut se méfier des imitations. Pa… cotille… Pire! *;->)

*Lire «La guerre du faux» de Umberto Eco

Commentaires

je reviens de vacances et je me bidonne. bravo pour avoir dégommé ce fumiste. Et entartons les fumeux cornichons (copyright Noêl Goddin)

Écrit par : Mishima | 04/08/2008

Les commentaires sont fermés.