16/08/2008

Comment aggraver la situation?

aggraver-la-situation_2L

                            Lorsqu’on a vu arriver «Touche pas à mon pote» il y a des années, j’ai pensé que ça allait aggraver le problème et non le résoudre parce que ça niait la réalité plutôt que de la traiter. C’était faire l’autruche. Tant et si bien que l’on a vu monter la tête peu sympathique de Lepen dans les élections... Des années plus tard, on a entendu des Maghrébins en charge d’intégration, déclarer eux-mêmes que Touche pas à mon pote avait été contre-productif.

Pourtant, on recommence à nier la réalité par peur des mots et par autruchisme politiquement correct.

Alain Finkelkraut, le philosophe français qui regarde la réalité en face, a osé dire que c’étaient des délinquants et qu’ils étaient d’origine maghrébine. Il faisait remarquer qu’il était interdit d’accuser mais qu’il était autorisé de parler de discrimination positive... Cela revient à avouer qu’ils sont bien maghrébins quand il s’agit de la solution proposée mais pas quand il s’agit de leurs exactions! Belle hypocrisie que la nôtre! Belle démagogie!...

Du coup, la presse l’interroge, l’accuse de mettre le feu, d’être raciste, etc. Lui, se contente de dire qu’il faut regarder la réalité en face et qu’il faut dire les choses. Camus disait «mal nommer les choses c’est ajouter à la misère du monde». Ne pas reconnaître un problème c'est le laisser pourrir au lieu de tenter de le résoudre. Le résoudre ce n'est pas renvoyer les coupables dans leur pays d'origine mais aider à leur meilleure intégration et freiner les immigrations massives. Mais nous poursuivons dans nos erreurs, comme de bonne autruches…

Nous feignons de croire que nous allons intégrer six millions de musulmans en France sans perdre notre âme! Moi, j’attends le jour où ils vont exiger de pouvoir crier leurs prières depuis les toits des immeubles quatre fois par jour... Va-t-il falloir museler nos cloches pour que les muslims décrochent, comme on a vu avec la question du voile?... Nous feignons de croire que les pays africains peuvent nous rejoindre «à terme» et nous les étranglons avec la Banque Mondiale et autres exigences qui nous sont propres... Nous feignons de croire que l’écologie c’est s’empêcher de vivre pour que chantent les petits oiseaux, nous feignons de croire qu’avec les Chinois et leurs 7% de croissance par an nous aurons du travail dans 10 ans. Nous feignons de croire que nous aurons des pensions. Nous feignons de croire que les plus démunis pourront se chauffer l'hiver prochain… Et nous ne cessons d'aggraver la situation.

Nous vivons cela tous les jours par angélisme, celui que je combats notamment en m’acharnant à ne surtout pas parler politiquement correct dans mes textes. Je refuse d’être un mouton. Les moutons finissent tous tondus et avec du persil dans les oreilles... Eh oui... Et moi, ça me chatouillerait en plus! 
*;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

la prière dans l'islam c'est cinq fois par jour, hélàs, pas quatre.
Sinon,je livre à la sagesse des blogeurs et commentateurs ce proverbe afghan dégotté au détour d'un roman en partie lisible de Mauriece G Dantec "offre un cheval à celui qui dit la vérité, il en aura besoin pour s'enfuir".

Écrit par : Mishima | 16/08/2008

Excellent article, Amadeus! Avec mon amitié pour toi et ta famille.

Écrit par : Tony | 17/08/2008

Les commentaires sont fermés.