25/08/2008

Pourquoi on s'arrête de rire?

Pourquoi-on-s'arrêteL

                                    Vous connaissez l’histoire de la pomme qui, percutant le cerveau de Newton lui fit poser cette question fondamentale: pourquoi les choses tombent elles vers le sol et pas vers le ciel! A question anodine, réponse inouïe…

Eh bien, aujourd’hui, sans qu’il soit nécessaire qu’une pomme réveille mes neurones, je raconte une histoire à mon fils.
C’est l’histoire d’un acteur belge qui lorsqu’il était jeune traversait un grand boulevard en voiturette d’handicapé. Arrivé au bord du trottoir, une voiture s’arrête gentiment, il remercie d’un sourire, sort de sa charrette qu’il pousse rapidement de l’autre côté de la rue pour s’y rasseoir devant l’automobiliste médusé! 

Mon fils rit de bon cœur, puis s’arrête de rire! Qu’il ait ri, soit. Mais qu’il ait cessé de rire… Pourquoi? Mon histoire était toujours drôle… Je n’avais rien changé! Eh bien, comme ça, sans raison, mon fils s’arrête de rire! J’en ai conclu que l’histoire avait cessé d’être drôle dans sa tête puisqu’elle était toujours drôle dans l’absolu. Oui, mais pourquoi? Qu’est ce qui s’est passé?

Après tout, si nous n’arrivons pas à comprendre le rire, peut-être que se demander pourquoi on s’arrête de rire nous éclairerait!

Eh bien, je crois que l’humour, qui provoque le rire, est une colle essentielle à l’Être humain. Normalement, tout s’enchaîne: l’avant, l’après, le haut et le bas, etc. Tout a une place et une forme dans notre esprit. Mais si quelque chose vient à se contredire, à former une association impossible, une forme diforme, alors le rire se déclenche et recolle les morceaux fêlés et distants dans notre esprit. Lorsque c’est recollé, on ne rit plus! On a intégré la chose.

Si je vous dis, «si t’en reveux, y en rena»… je joue avec les formes des mots de telle sorte que vous en compreniez le sens mais que vous en refusiez la forme. Résultat… vous riez! Mais lorsque le travail de décodage et d’acceptation ou de rejet a été opéré par votre cerveau, quand la fêlure introduite pas l’humoriste ou la loufoquerie naturelle du monde est cicatrisée, vous cessez de rire!

C’est pourquoi les politiciens, contre les apparences, ne sont pas de vrais humoristes. Parce qu’avant même qu’ils commencent à agir on cesse de rire! Staline disait qu’un peuple heureux n’a pas besoin d’humour… Ben nous on va encore en avoir besoin un long moment, non?

*;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rire, humour |  Facebook |

Commentaires

le décodage ? mon prof de linguistique s'amusait avec cela, en nous parlant de ce gosse qui habitué à voir un entonnoir noir, avait voulu acheter un entorouge..ou de cet anglophone qui ne comprenait pas que trois avions c'était "a formation et pas a threemation".
Blague à part, c'est la base pour comprendre une langue, ce décodage.
les dieux païens riaient, en Gaule, en Scandinavie, à Rome, en Grèce, c'est le christianisme qui est austère et très ch....
Tout comme son épigone socialiste d'ailleurs

Écrit par : Mishima | 26/08/2008

Les commentaires sont fermés.