12/09/2008

Les progrès du discours…

Progrès-discoursL

 

                            Imaginons que vous soyez un assassin qui fait du mal pas qu'à des mouches et vous avez flingué un employé de banque par exemple. S'en sortir est tout à fait faisable pourvu que vous profitiez des derniers progrès des politiciens et des artistes. Je vous zesplic.

D'abord, il va falloir expliquer qu'il a l'air très mort mais qu'en fait, sa mémoire donnera encore plus de force à ses idées et de vie à son action sur terre. Ses enfants grandiront dans le respect de l'image d'un père iédalisé. Déjà, vous passez pour un type intéressant. Ensuite, vous dites que vous l'avez flingué de face par respect pour lui et par sens de l'honneur. Là, vous êtes quelqu'un de bien. Puis, vous déclarez que vous n'avez tiré qu'une seule balle pour limiter les émissions de CO2 et qu'en plus vous utilisez des balles bio et dégradables qui risquent pas d'endommager le tube digestif des vers. Quant à votre revolver vous l'avez acheté dans le commerce équitable, d'ailleurs le canon est en aggloméré de maïs. Vous êtes quelqu'un de respectable.

Ensuite, vous expliquez que cette personne était dans une position philosophique épouvantable qui le torturait intérieurement parce qu'il se devait à la fois d'être quelqu'un de bien pour élever ses enfants, rayonner socialement et vivre sa Foi Chrétienne et à la fois de contribuer au grand capitalisme par son emploi dans la banque. Vous l'avez libéré de ce paradoxe intérieur ravageur. Et vous avez lutté contre le grand capital et œuvré pour une meilleure répartition des richesses entre eux et vous. Vous n'avez pas braqué une banque, vous avez tenté de rétablir un équilibre. Vous commencez à voir? Ça ouvre des perspectives, non?

Pourquoi je vous raconte ça? Parce que les politiques parlent comme ça pour nous rouler dans la farine. Et le marché de l'Art aussi. En ce moment Jeff Koons, ancien traider qui a trouvé le moyen de se faire encore plus de fric avec une "bulle artistique" qu'avec la bulle financière, réalise des petits ballons en acier ou des petits cochons en plâtre qu'il vend des fortunes. Après avoir friconvolé avec la Ciccolina, il est parvenu maintenant à pondre ses œufs de coucou à Versailles. Vous imaginez sa jubilation? Il se fout du monde et de tout le monde et arrive à transformer Versailles en Disneyland tout en gagnant des fortunes. Et je l'entendais expliquer ce matin qu'il faisait un art simple pour respecter les gens… Un génie, quoi! Un vrai! Et vous, que faites vous pour devenir génial?   *;->(

18:00 Écrit par Amadeus dans Art | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : arts, koons, langue de bois, culture officielle |  Facebook |

Commentaires

un art simple pour respecter les gens… NO COMMENT! Moi, pour devenir génial, je lis le blog de mes amis...
;-)
Tu devrais peut-être y penser aussi.
:-(

Écrit par : Tony | 13/09/2008

quoiqu'il en soit, il pourra toujours balayer toutes les critiques possibles et imaginables d'un revers de main, sortant simplement la carte du "je n'oblige personne à aimer (et acheter) ce que je fais.." C'est ca la réussite ! ca mérite le respect..

Écrit par : oli | 15/09/2008

et il porte mal son nom le bougre... parce que s'il y en a un qui a oublié d'être con c'est bien lui qui joue justement de la connerie humaine (ou inhumaine suivant le point de vue sous lequel on se place). moi ses ballons de baudruche je connais un clown qui fait les mêmes dans des goûters d'anniv pour enfants et crois-moi, même si les parents les trouvent chers les ballons ils ont à mon avis cadeau l'Oeuvre d'Art!
et à Versailles non mais, on est où là? héhoooo!y a quelqu'un aux commandes du ministère de la culture?

Écrit par : mimi | 18/09/2008

Les commentaires sont fermés.