23/11/2008

Les fornithorynques

FornithorynquesL

 

                                    j'en sors plus! je sais plus où donner de la tête. Vous connaissez la dernière? Y a un mec transsexuel père et mère déjà… enceinte pour le deuxième fois. Quand je faisais des bruits bizarres, mon chien se secouait la tête. Là, je fais comme lui! Je me secoue. Je yoyote de la touffe. Je suis pas sur d'avoir bien compris. Allez, on se repasse la bande plus lentement. Un mec… transsexuel… oui, soit… enceinte… Ah… il était DEVENU un mec alors… père et mère… pour la deuxième fois!. Et… il est marié avec une femme. Donc, homosexuel en plus.

Vous trouvez pas qu'il charge un peu la barque, çui-là? Et attendez, il est allé se chercher ses petites graines au brico, je suppose. Bouturé, j'imagine, parce qu'à ce niveau d'inversions on ne parle quand même plus d'insémination…

Vous imaginez la situation des gosses? La déstructuration?… Fête des pères et des mères sur la même personne… C'est quoi le cadeau, là? Une pipe avec en sous-titre: ceci n'est pas une pipe?Vous zallucinez pas, vous? Déjà que son téléphone fait des photos, son appareil photo du film et sa caméra des photos… Oui, c'est ça, pourquoi pas un père qui fait un enfant… pendant que la mère coupe du bois pour l'hiver. Non mais ces gosses ce seront des ornithorynques ou des okapis ou que sais-je, mais ils peuvent être que des croisements entre délires créateurs!

Toutes ces idées se bousculent dans ma tête. J'ai l'impression de vivre en apesanteur. Je vois le plafond à mes pieds et le whisky du capitaine Haddock faire des bulles dans l'espace. Je me sens comme le Chevalier de Montmirail dans les Visiteurs, un genou par terre et implorant Dieu les mains jointes sur son épée! Seigneur, ils sont devenus fous! J'ai beaucoup péché, tu m'envoies un juste châtiment mais entends ma prière et mon désarroi.

Mais le plus grave c'est que ces gens ruinent mon commerce Amadeus. Concurrence déloyale. Comment voulez-vous que j'invente des trucs plus loufoques que ça? Pas possible! D'ailleurs on me traiterait de fou si j'inventais des machins pareils. Eh bien non, plus personne ne réagit… Bon, allez, moi je vais me prendre un calmant, hein, j'en sors plus, là.    *;->0

Commentaires

*oo* Oui...quelle cata pour ces p'tits bouts-là !

"Fornithorynques" ... ;-)))

Écrit par : Loo | 23/11/2008

Tony was here. :-)

Écrit par : Tony | 23/11/2008

oui, il paraît que c'est le progrès : mon père est devenu maman et ma mère hait mon père. Sans compter mon frère qui est masseur au couvent des saints pères.
C'est encore et toujours le même processus : pour exister le politique a besoin d'un problème. S'il n'y en a pas,on l'invente et puis on ...échoue à le régler. Mais cela fait vivre l'auteur du problème, l'opposition à l'auteur du problème, les groupes de "citoyens conscientisés" ou de "not-in-my-backyard". Avec un peu de chance on développe un observatoire du problème ou une administration du problème avec des postes répartis à la volée.
Regardez le b....l des inscriptions dans le secondaire :150 ans que ça fonctionnait. Il a fallu qu'Arena s'en mêle et que Dupont essaye de démêler. Ou celui du numerus clausus en médecine.

Écrit par : Mishima | 24/11/2008

Superbe analyse dialectique de Mishima… …qui inverse les termes de la proposition. Sous votre plume, ce n'est plus l'activité des hommes qui utilise la démocratie comme outil de régulation mais l'outil qui a besoin de la vie des hommes pour faire exister son clergé… Je suis assez d'accord.

Écrit par : Amadeus | 24/11/2008

Dans un sens comme dans l'autre.. ...le point positif, c'est la pipe/minette autoréalisée sans "contraintes".
Ho ! excusez moi, ce sont mes hormones qui ont parlés. Vieux cochon que j'me dit !

Écrit par : Pierre | 28/11/2008

Les commentaires sont fermés.