28/11/2008

La crise de l'automobile…

Crise-automobileL

 

                                Vous vous souvenez des charbonnages? fermés après une longue agonie sociale et économique. Et l'acier? "Rationalisé"… dans la douleur. Eh bien c'est au tour de l'automobile! Oui oui, l'automobile, la bien plus noble conquête de l'Homme que le cheval, cette merveille qui nous accompagne depuis plus d'un siècle.
Mais alors que l'acier et le charbon avaient subi une crise de concurrence internationale qui avaient eu raison de nos industries, l'automobile, elle, est l'objet d'un meurtre, d'un assassinat à bout portant.

Nos politiques s'étonnent comme des courtisanes effarouchées. Il est question d'aides massives au secteur… Les industriels sont pointés du doigt comme des incapables de l'adaptation… alors que l'automobile s'est adaptée à tout ce qu'on lui a demandé: sécurité, confort, performances, économies d'énergie, moindre consommation, etc. La vérité c'est que les politiciens abattent l'automobile dans le dos depuis des années!

Il y a la manipulation de l'inconscient collectif: la voiture première cause de mortalité… (c'est faux et de loin, mais c'est ce qu'ils ont réussi à faire croire), il y a les radars flingueurs, les permis à points, des péages sur les routes, des casse-vitesse (qui suscitent donc beaucoup de pollution), des parcmètres et parkings impayables, des réduction de couloirs de circulation, des primes à l'abandon de la voiture, des taxes de roulage, de mise en circulation, le racket sur le prix du pétrole, etc. Maintenant que tout ça a porté ses fruits, eh bien l'industrie de la voiture s'effondre… Ça vous étonne? Moi pas! Eh bien eux, les polytocards, ça les surprend. Notez, ils anticipent si peu qu'ils se ramassent tout de face dans leur bêtise. Et ils n'ont encore rien compris, ils parlent aujourd'hui d'une nouvelle taxe carbone en France!

Imaginez que l'on n'ait pas laissé s'envoler le prix du pétrole comme on l'a fait. Les gens n'auraient pas cherché à abandonner leur voiture attachée à un arbre dans la forêt… Imaginez qu'on n'ait pas rendu le centre ville impayable en voiture, on n'en serait pas à déplorer que les gens achètent de plus en plus sur internet et que les magasins attractifs s'en aillent en laissant la place aux nightshops et autres boutiques de téléphone vers le Maroc et le Burkina Fasso, non? Mais les polytocards ne pensent pas comme ça. Ils ne voient que la taxe à court terme, la répression et pensent être des visionnaires écologistes quand ils tuent tout un secteur de l'économie… Tout ça parce que au lieu de demander de nouvelles avancées à l'automobile comme encore moins de pollution et de consommation, on jette le bébé avec l'eau du bain… Mais dites moi, que ferons-nous sans autos?

Il m'arrive de rencontrer un lobbyiste de l'industrie automobile française auprès de la CE. Ce qu'il me raconte du futur de l'automobile et des dégâts pour l'économie est réellement terrorisant comme film catastrophe… *:-0(

Commentaires

Tout cela est tellement prévisible! Mais nous serons quelques uns à rigoler comme des baleines lorsque nous verrons toute cette bande de nuls arrogants avec leur nez dans leur ...

Écrit par : l'as | 28/11/2008

Arsène Lupin? Ton texte est parfait, Amadeus, sauf que les politocards ne sont pas surpris des dégâts qu'ils infligent à l'économie. Ces ravages sont voulus et planifiés. Et l'étonnement des élus est simulé. On dit que les politiciens sont déçus de leurs dommages car cela donne l'illusion qu'ils sont humains. Or l'électeur engageant un officiel pour voler sait nettement qu'il engage une crapule. Mais quand la crapule saccage tout alors qu'elle devait seulement voler sans douleur, comme Arsène Lupin, l'électeur comprend qu'il a ruiné sa vie, sa famille et son pays en confiant les pouvoirs à des pervers. Comme la révolte violente est la seule façon de détacher le braqueur de son butin, et que l'électeur est lâche, puisqu'il ne prend pas un flingue pour aller voler lui-même... Le gâcheur de bulletins de vote s'illusionne que son élu est corrigible, que parler le rendra honnête. Nier la réalité, déformer sa perception, pour ne pas encaisser le coup de mur de la voir comme elle est vraiment: désespérante.

Écrit par : Ben | 30/11/2008

Et si... ...on se faisait Amish ! Z'ont pas l'air malheureux dans leur carriole, évidemment un cheval ça pète... taxe carbone too. Mdr
Prévisible ? z'avez une boule de cristal l'as ? Quand on voit l'histoire de l'auto et son évolution, là je dirais : nous sommes tous coupables et nous avons tous maintenant notre nez dans notre ... fumier de cheval, bientôt. Sont dépassé par les évènements, qui ne le serait pas dans notre monde de fous ? rigoler comme des baleines...hé ho.. fait a peine mes 115 kg, baleine vous même
(en toute amitié hein !)

Écrit par : Pierre DUFLOS | 01/12/2008

Les commentaires sont fermés.