24/12/2008

Qu'est ce qu'un journaliste?

JournalisteL

 

                        Des événements remarquables, des trains qui déraillent, il n'y en a pas tous les jours pour alimenter le rouleau de papier avec lequel le journaliste torche le monde qui nous entoure, jour après jour. Il est donc devenu un percolateur destiné à transformer la banalité en événement. L'événement du journaliste est le scoop.

Le but étant d'éviter la constipation événementielle qui serait néfaste à la vente, il pratique son métier en laxatif de la réalité.
Le corps du texte quant à lui est destiné à jeter de l'huile sur le feu afin de susciter un retour de flamme intéressant qui nourrira le prochain titre… le scoop. Ainsi va le journaliste…

Peu lui importe que l'image mentale que l'on tire de ses lignes doive tout à l'amalgame du mikado et si peu à la structuration documentée.
Quiconque a déjà été interviewé par un journaliste aura été consterné par l'image renvoyée de ce qu'il a pu lui dire. Quiconque détient un savoir dont parle un journaliste perdra confiance en son propre savoir…

Rien n'est plus représentatif de la difficulté de communiquer que le travail du journaliste. Ce n'est que normal puisque le but n'est pas de savoir mais de couper suffisamment la parole à celui qui répond pour qu'il trébuche et produise un lapsus: un scoop. Le but n'est pas d'informer mais de susciter l'achat, le retour de l'audience.

Tant d'impudence dans la tourmente de notre univers ne va pas sans ruades de la part de ceux qui sont torchés par la plume aux caractères de plomb du journaliste. Mais il ne craint rien. Comme le juge dont il est interdit de commenter les décisions ni de vérifier par Alcotest sa faculté à les prendre, le journaliste critiqué pousse des cris d'orfraie pour l'honneur de la démocratie, de la liberté du droit d'informer et de la noblesse de son intouchable profession. Une profession dans laquelle tordre la réalité c'est faire preuve d'opinion, l'objectivité n'existant pas de leur propre aveu, leurs erreurs le prouvent à souhait…

En revanche, lorsqu'un journaliste décide de faire son travail convenablement, lorsqu'il est grand reporter courageusement sur le terrain ou se passionne pour son sujet comme Jean Quatremer de Libération en poste à Bruxelles, il contribue à l'avancée de la démocratie et de notre information. Mais ceux-là sont rares. Comme par hasard ce sont eux aussi qui sont ouverts au dialogue avec les lecteurs et ne craignent pas l'internet… Choisissez bien vos sources hein…
*;->)



18:15 Écrit par Amadeus dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : journaliste, critique, information, humour |  Facebook |

Commentaires

Quatremer voir son blog, l'article du 19/12 et aussi les commentaires des lecteurs !
Joyeux Noël

Écrit par : Martine | 25/12/2008

Les commentaires sont fermés.