30/01/2009

Antimatière…

AntimatièreL

 

                            Un politicien a déclaré "il n'est pas de problème que l'absence de solution ne finisse par résoudre".

D'abord, je voudrais saluer l'honnêteté d'un homme qui parle si bien de son métier. Et sans langue de bois. Ne vous arrêtez pas encore au sens profond. Ne remarquez pour l'instant que la franchise et la clarté du propos. C'est pas tous les jours…

Ensuite, je voudrais vous faire observer la très grande modestie de cet aveu. Voilà un homme qui a compris que son action risquait d'être plus néfaste que son abstention dans la tentative d'une solution. Et pour arriver à tant de modestie il faut beaucoup d'expérience et d'introspection. Etre capable aussi d'ouvrir les yeux sans préjugés ni complexe de supériorité.

En somme, cet homme a remarqué que le cours des choses qui donne du temps au temps finit en raison de son action biologique par trouver la bonne voie. Celle-ci apparaît par tropismes successifs ou parce que la société des humains finit par trouver les meilleurs chemins. Il va de soi que le rôle du politique doit alors se limiter à poser des garde-fous.

Evidemment, on peut faire l'analyse inverse et penser que cet homme est démissionnaire. Il jette l'éponge… Il n'a pas pu ou pas su trouver les leviers qui mènent aux solutions. Vous remarquerez cependant que plus les politiques apportent des solutions, plus nous souffrons. Les Israéliens "résolvent" le problème palestinien depuis longtemps… Nos gouvernements belges n'arrêtent pas de trouver des solutions pour résoudre nos problèmes… Résultat? Aggravation!… Bush qui vient de se faire jeter à coups de babouches a "solutionné" l'Irak… on a vu ce que ça a donné!… Les Plans soviétiques ont anéanti le pays! Les technocrates mettent les terres en jachère puis doivent les ranimer quelque temps après…

Non, finalement, je crois que notre homme a raison. Le but des politiques ne doit pas être de trouver des solutions mais de veiller à ce que le pire ne devienne jamais certain! Qu'ils ne cherchent pas à se valoriser par des solutions. L'une des premières choses qu'on vous apprend à Sciences Po c'est que le rôle des politiciens n'est pas de faire le bonheur des gens mais d' empêcher les malheurs et de fluidifier les rouages de la société! L'ennui c'est que ça c'est pas médiatique et la plupart du temps ils ne voient rien venir… Et voilà pourquoi ils nous pourrissent la vie avec les meilleures intentions… CQFD?  *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : politicien, probleme, solutions |  Facebook |

Commentaires

Le meilleur prince... ... est celui qui gouverne le moins.
L'enfer est pavé de bonnes intentions...
Un certain J.Chirac pratiquait avec art cette maxime, on sait ce que cela a donné, mais on ne sait pas si plus d'activité de sa part n'aurait pas donné pire résultat encore. Zompolitics, oubliez-nous !

Écrit par : CCRIDER | 30/01/2009

Désolé de te contredire, mais ils me semblent de plus en plus envahissants, de plus en plus mêle-tout, de plus en plus contraignants, de plus en plus sûrs d'eux-mêmes et d'être, en plus, comme le sirop Typhon, la solution ultime, la panacée miracle, alors qu'ils ne sont que des petits autocrates avides de pouvoir et de nos biens.

Écrit par : l'as | 30/01/2009

Alors, CCRIDER, le meilleur prince est celui qui ne gouverne pas du tout, donc il est inutile.

Écrit par : Ben | 31/01/2009

il faut quelqu'un qui gère les aspaects communs de la vie en société. Mais il n'y a aucune fatalité à ce que ce poste soit héréditaire et confié à des familles pour lesquelles l'intelligence et l'honnêteté sont des concepts purement théoriques.

Écrit par : Mishima | 02/02/2009

Il y a un petit je ne sais quoi dans ton texte qui me fait penser au "couple" ML/DR cherchant à finaliser une "solution" (qui pourrait bien être "la solution finale" et rester elle aussi historique) plutôt que d'en chercher d'autres.
Même s'il est souvent caricatural et d'humour cynique (c'est ce qui marche, tu en es la preuve) je suivrai avec un intérêt l'émission de JC Defossé de mercredi soir qui permettra au moins sa savoir si notre RETEBOEUF joui encore de liberté d'expression ou si ce sont les "couples" ML/DR et BP/NS qui ont "gagné".
Quant à gagner, ce que personne ne saura jamais, c'est ce qu'ils auront eux-même gagné dans la situation et sur le compte de qui !

Écrit par : Martine | 02/02/2009

DANS QUEL ETAT ILS GERENT… Il faut que quelqu'un gère mais qu'est ce que gérer? Tout est là. Est ce brandir des menaces pour hypersécuriser et taxer? Est-ce la démagogie et être surpris par tous les imprévus? Ou est ce anticiper, respecter et piloter le changement dans une perspective?
Quant à JC Defossé, ce type balance n'importe quoi (tout ce qui entre fait ventre… vendre?)sur les ondes avec un petit discours d'intro et de conclusion sur un ton grand reporter. C'est un nul. Pour le 11 septembre il s'est planté. "ah oui, j'avais pas regardé dans le détail" Il balance aussi bien des films de propagande qu'autre chose.

Écrit par : Amadeus | 02/02/2009

bien d'accord je dis simplement que si nous voulons des équipements collectifs, il faut qu'on rassemble des moyens et qu'on les affecte. Les Athéniens de la grande époque considéraient que la vraie démocratie c'est celle qui fonctionne par tirage au sort. Et pour le poste le plus élevé protocolairement (Epistate des Prytanes) on tirait au sort tous les jours. Le quidam élu recevait les clés de la ville et du trésor un jour au soir, il était logé et nourri au Prytanée (à l'Hôtel de ville),il y passait la nuit et la journée du lendemain et signait les documents nécessaires. Au soir, il remettait le tout à son successeur. On ne pouvait occupet le poste que deux fois au cours de sa vie.
Les actes étaient datés à la fois selon le calendrier et selon l'identité du quidam.
du Style :la troisème année de la vingt-quatrième olympiade, au mois d'Hécatombeion, Amadeus fils de Macramus étant épistate des prytanes, il a plu à l'assemblée et au peuple..etc, etc

c'était la séquence éducation permanente
je vous raconterai une autre fois pourquoi démocratie et fiscalité sont liés.

Écrit par : Mishima | 02/02/2009

Gérer c'est anticiper, respecter et piloter le changement dans une perspective ..... tout en mesurant les risques, à ses propres frais, en sachant s'arrêter à temps et en avouant éventuellement être un mauvais gestionnaire !

Écrit par : Martine | 02/02/2009

où as-tu trouvé le clown sur l'image??? quelle bonne idée que de le placer là...

Écrit par : thérèse | 03/02/2009

Les commentaires sont fermés.