03/02/2009

Comment on devient mouru?

DevenirMouruL

 

                                Ça vous a jamais frappé tous ces gens intelligents qui se prennent en pleine tronche un cancer qu'ils n'avaient pas vu venir? Tentons d'y voir clair. Voilà, il y a un petit truc qui vous gratte et vous voulez pas embêter votre médecin avec ça. Ou le contraire: vous lui en racontez tellement qu'il ne fait plus attention… Et subitement, paf, ça démange vraiment…

Votre toubib qui voit rien donne le coup d'envoi pour ferdaizexamens. Le premier spécialiste ne trouve rien, il vous passe à la radio qui vous passe au cardiologue qui se fait dribbler dans le dédale des couloirs par le néphrologue qui trouve rien non plus mais vous envoie en penalty dans le camp du spécialiste suivant qui, dans un magnifique coup de tête, vous expédie de l'autre côté du terrain hospitalier et là c'est goal! Le dernier de la chaîne trouve ce que vous avez après trois mois de zexamens et de cheminement de votre cancer… Carton rouge pour le ballon: vous! Il ne vous le dit pas mais avertit votre médecin dans votre dos pour vous laisser angoisser encore un week-end.

Votre médecin vous raconte des contes pour enfants: "tout n'est pas perdu, on a fait des progrès mieux que Sylvie Vartan, évidemment il est un peu tard, on peut jurer de rien mais j'ai de bons espoirs, il y a 50% de chances"… Bref, il était passé à côté. "Je l'avais pas vu, la médecine n'est pas une science exacte…", dit-il l'air absent. Merci l'artiste, des exemples comme ça j'en ai quelques-uns… dans mon terrier d'amis, sous terre je veux dire, que je célèbre en novembre.

C'est une particularité du cancer, ça ne vous attaque vraiment que quand on a trouvé ce que vous avez! Avant c'est sournois, après c'est galopant. A se demander pourquoi le mettre au jour! On vit mieux avant! Parce que là vous perdez vos poils, la voix, votre montre à cause de la mémoire qui s'en va aussi, et on vous fait avaler des cocktails de vitamines et de poison d'if et que sais-je, qui vont vous donner le sentiment que vous avez une rémission… de trois jours. Les infirmières que vous voyez parlent autrement: plus proche, plus maternel, plus doux… Normal, vous avez cessé d'être dangereux. C'est le signe. Là, vous avez gratté la dernière case de vos chances et vous allez disparaître subito.

Bon, j'ai plus de place mais l'histoire n'était de toute façon plus très longue… Il y a bien encore des épisodes sympas en charcuterie et avec de la morphine mais… pour une autre fois peut-être?

Surveillez-vous… Ne laissez rien passer, hein… Take care… Le médecin en a peut-être dans la tête. Mais c'est vous qui êtes dans votre peau! Pensez-y…
*;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : rire, medecins, mort, medecine |  Facebook |

Commentaires

mais même quand on est suivi ... suivi pendant quinze ans par un cardio, je viens de subir un double pontage. Le cardio me prescrivait des béta-bloquants, des vasodilatateur et un tas d'autres petites pilules.
Et il y a quelques jours, il m'avouait qu'on aurait du me faire ces pontages il y a plusieurs années .. alors pourquoi il ne les a pas faits faire ...
Mais une cinquième coronaro a été nécessaire et la réunion de trois experts pour la décider ...
Et la cerise sur le gâteau, il me dit que j'ai eu beaucoup de chance car j'aurait pu faire un grave infar à tout moment depuis plusieurs années.
Allez en attendant je suis en convalescence.
Bonsoir

Écrit par : aramis-dingo | 03/02/2009

c'est facile... ...de dire qu'il faut vivre chaque jour comme si c'était le dernier!!!
Tu as raison, faut rien laisser passer... mais excuse-moi de te le dire car tu sais mon affection pour toi... qu'est-ce que tu te prends la tête avec ces histoires de cancer???
;-)

Écrit par : Tony | 03/02/2009

Journée mondiale contre le cancer aujourd'hui 7.600.000 dans le monde et 55.000 nouveaux cas découverts en Belgique chaque année ; quand on vous dit de profiter de la vie !
Pour être passée par là deux fois en 10 ans tant pour la thyroïde que pour un poumon, je ne peux que confirmer ce que tu dis : d'abord on ne sait pas, on surveille, on cherche partout, on ne trouve rien, puis on trouve mais on ne sait toujours pas quoi exactement et encore moins dire ce que c'est avec certitude (cette phrase : "la médecine n'est pas une science exacte" je l'ai aussi entendue) parce que même un pet scan ne peut déterminer le cancer avec certitude que quand il a une certaine dimension (et avec un peu de malchance quand il y a déjà des métastases).
Une fois la décision d'opération prise par les médecins (sur base finalement d'une boule de cristal et par mesure de sécurité, on ne sait pas si c'est la vôtre ou la leur et je parle d'hôpitaux universitaires) vous vous faites charcuter soit tout à coup "en urgence", soit après des mois d'anxiété et vous devez encore attendre quelques semaines pour avoir toutes certitudes que c'était BENIN !
J'ai eu du bol allez !

Écrit par : Martine | 04/02/2009

il y a eu une manif pour en finir avec la mort, fin janvier, organisée par une association d'artistes déjantés.
Sinon, vous connaissez les proverbes desprogiens :
Noël au scanner, Pâques au cimetière.
ou encore
Plus cancéreux que moi, tu meurs
pouf pouf.

Écrit par : Mishima | 04/02/2009

Tony a raison... .. tu nous fout la trouille mais c'est tellement vrai

Écrit par : Pierre | 04/02/2009

Nouveau métier à clientèle garantie, un filon ! Quand j'ai vu le mot "néphrologue", dans cet article, Amadeus, j'ai cru lire "nécrologue", ce qui serait un toubib de la mort. Mais pour ne pas empièter sur la profession de médecin légiste, il faudrait que le nécrologue ne s'occupe que la mort à venir, pas de la mort déjà venue.

Écrit par : Ben | 04/02/2009

Les commentaires sont fermés.