24/03/2009

Chantez les!

Chantez-lesL

 

                                Si vous avez une bonne idée, une très bonne idée qu'on risque de vous la piquer, vous devez la protéger avec un brevet. Et là vous êtes parti pour les dédales les plus fous et des coûts épouvantables. A renouveler tous les ans… Et attention, pas question de décrire simplement votre idée. Tiens, imaginons que vous ayez travaillé du chapeau et inventé le truc du même nom. Pas question de dire "une protection pour la tête  avec un bord pour protéger de la pluie". Non, vous allez devoir décrire tous les types de chapeaux possibles du béret basque au Sombrero en passant par le melon, le Panama, le bonnet d'âne et dire qu'il peut être boule ou pointu. Sinon…

Protéger ses idées est très difficile. Alors je voudrais aider ici les jeunes inventeurs qui me lisent. Vous me connaissez, je ne recule jamais devant une bonne idée et si je peux faire plaisir…

Voilà: pour protéger votre idée, faites en une chanson. Là, vous pouvez inscrire les paroles à la Société des Auteurs et hop! votre projet est protégé plus surement que si vous aviez déposé un brevet! Eh oui, si vous pensez "nique ta mère", suffit de le chanter et c'est protégé comme patrimoine de l'humanité. C'est pas une bonne idée, ça?

Et puis, vous imaginez un peu les brevets, désormais? Vous imaginez la formule d'un médicament décrite dans une chanson? Bon, ça fera pas un tube à essai ni même à la radio. Mais votre formule est bien protégée. Parce que si un autre essaie de l'utiliser, il va devoir payer gros pour avoir violé une chanson! En plus, vous pouvez faire un canon à plusieurs voix pour décrire les variantes lipophiles ou hydrophiles. Pas con, quand même!

Et vous imaginez toutes les chansons qui passent à la radio avec rien que des descriptifs d'inventions? Allons, la plupart du temps on écoute des chansons dont on ne comprend pas les paroles. Il y a quelques années on entendait une chanson qui disait "C'est Nowel, c'est Nowel, c'est nowel"… et en fait c'était "sail away, sail away, sail away…". Donc c'est pas gênant de pas comprendre les paroles. Evidemment, faut pas que ce soient des descriptifs de produits trop… sexuels ou dangereux. Mais dans l'ensemble ça tient l'eau, non?
*;->)

Commentaires

Oui, ça tient l'eau! Moi, je me suis désinscrit de la bande à SABAM. Je ne voulais pas tomber pour association de malfaiteurs !
Sont fous, ces gars-là!
Juste pour mettre un cachet sur un écrit en 1989, je n'avais rien payé ou presque. Puis, voici qu'un beau matin, ils sont tombés du lit avec l'idée de me faire payer l'entreposage de mes scribouillages.
'Tain d'sa soeur! Quelque chose comme 30€/an pour qu'une cochonnerie écrite sur le bord d'un comptoir de café se fasse bouffer par les mites sur une de leurs étagères!!!
Minghia ! Comme je me suis énervé!!! Je leur ai dit que c'était fini entre nous et qu'ils pouvaient me considérer comme définitivement mort et jeter mes restes dans l’huile d’olive!
Dorénavant, si je crois avoir eu une idée, je - en chair et en os, sain de corps et d’esprit - la scelle, l’adresse à moi personnellement à mon sodomile légal et me l'expédie de personne par la poste, en recommandée à moi-même.
Je n'ouvre pas le colis et l'entrepose proprement pour que le timbre et son reçu fassent foi de témoigner contre moi.
Si un fils de sa mère fait le mariole, je débarque chez le juge avec mon paraclet et son costar de croque-morts plein de pellicules et dans un éclair alors que les anges descendus du ciel sonnent de la trompette, accomplis le miracle qui donnera la preuve que je suis bien le Créateur en personne... tadaa !!!
;-)

Écrit par : Tony | 24/03/2009

Tiens, je vois sur skynet-blogs que vous aimez la photographie.
Je vous invite donc à visiter mon blog.
Bonne soirée.
Yvon.

Écrit par : Yvon | 24/03/2009

Les commentaires sont fermés.