01/06/2009

Parabole pas de bol…

Parabole-pas-de-bolL

 

                                          Accrochez vous, ça va pas être politiquement correct. J'ai vu un programme fantastique sur Arte. C'était sur tous les animaux qui étaient arrivés chez nous par le hasard des transports de fruits et autres exotismes légumineux: serpents, crocodiles, lézards, tortues californiennes, perruches du Tibet, crabes chinois, etc.

Tout se joli monde se développe joyeusement: les crabes chinois attaquent la biodiversité des fleuves de l'Elbe, les perruches du Tibet nidifient à merveille dans nos villes et chassent nos oiseaux, les termites d'Afrique ont trouvé refuge dans nos métros et nous rongent de l'intérieur, faudra plus aller au zoo bientôt. Le zoo sera dans la ville. On attend les requins marteau, les lamas pas dalaï, quant aux vautours espagnols, ils commencent à remonter parce que les derniers règlements européens qui empêchent l'abandon des carcasses les privent de nourriture en Espagne. Ils doivent maudire les fonctionnaires de l'UE, les vautours. Ils se sont installés en France où la fiscalité n'est pas la même. On va bientôt les voir attaquer nos chiens. Enfin ce qu'il va en rester parce qu'avec les nouvelles normes d'hygiène, depuis que vous devez recueillir ses déjections et lui ripoliner l'anus à chaque émission, plus personne n'en veut… Restera plus que les chômeurs à boulotter pour les vautours. Mais c'est pas gras un chômeur, en principe. Je suggérerais donc aux vautours de s'attaquer aux écologistes. Entre copains ils peuvent s'entraider. Je m'égare à nouveau.

Néanmoins, toutes ces espèces qui migrent et pas qu'à moitié (oui, les migrateurs, vous suivez ou je dois vous écarter du radiateur?), menacent nos espèces à nous qu'on a. Tiens, prenez une tortue californienne. En Californie elles ont la vie dure! Pas de sécurité sociale et struggle for life! Elles ont appris à se battre pour survivre. Et subitement, elles arrivent ici où il y a à manger, des indemnités et des soins gratuits. Elles ne s'intègrent pas, maltraitent nos tortues bourgeoises qui ont perdu l'habitude de se battre pour vivre et leur font la peau jour après jour tout en détruisant leur biotope!

Et puis c'est peut-être mieux comme ça après tout. C'est moral. Si nos tortues sont connes elles peuvent disparaître! Elles n'ont que ce qu'elles méritent!… Toute ressemblance avec fortuite (c'est le nom de la tortue d'ici) ne peut que nous aller comme un gant…
*;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : immigration, competitivite |  Facebook |

Commentaires

La mondialisation vous embrouille? Attendez de voir l'universalisation. Je sens venir une grosse complication quand les extraterrestres des cent milliards de planètes habitées viendront ici avec leurs microbes, les graines de leurs plantes accrochées à leurs semelles qui tomberont ici, et leurs animaux familiers pour qui nous serons peut-être du gibier.

Écrit par : Ben | 01/06/2009

pour Ben : nous ne sommes déjà que du gibier qui ne sait même pas toujours reconnaître les vrais prédateurs.

Pour M :

Tu as oublié la berce du Caucase, la renouée du Japon, les coccinelles asiatiques, les grenouilles rieuses, etc .... pourtant rien n'arrêtera "l'évolution". Sans doute finira-t-il par y avoir métissage tout comme dans les populations ; métissage ou alors dégénérescence, c'est au choix.

Écrit par : Martine | 02/06/2009

Les commentaires sont fermés.