11/10/2009

Consommateurs de culture…

Consommateurs-de-cultureL

 

                    Il y a une expression qui revient de plus en plus souvent dans les bouchées double langage des ministres: il faut que chacun puisse consommer de la culture. Arrêtons-nous une minute parce que l'expression n'est pas anodine.

Il y a dans le concept de consommation, l'idée du passage. Je mange, j'avale et pour le reste je vous renvoie à l'expression chère à Pierre de Coubertain: l'important c'est de partir pisser, voire plus… Bref, la chose avalée vous fait plaisir au palais, vous donne éventuellement une idée de satiété et puis basta: éli-mi-nez!

C'est donc une vision de la culture comme "avoir" et pas comme complément de l'Etre. Or, la culture n'est pas quantitative, elle est qualitative en ce sens qu'elle fait grandir l'être. L'érudition pure est quantitative. Mais lorsqu'elle est bien choisie, elle vous améliore qualitativement parce qu'elle vous apporte des structures nouvelles de raisonnement, de pensée, de vision du monde.

Oui mais voilà. La culture qui mène à l'Être est un produit à faible valeur et faible taxe ajoutées. Il est donc bien plus intéressant d'en faire un produit commercial, un produit qui se contente de l'Avoir… Les commerçants ont groupé dans le même fnac les livres de Kant et les disques de Johnny Haliday. Culture! Appellation jamais contrôlée d'origine… Le même terme d' "auteur" étant utilisé pour le créateur de la Recherche du Temps Perdu ou celui de la Danse des Canards, il fallait le protéger!  En fait, il ne s'agit que de protéger le commerce des multinationales qui s'enrichissent en vendant la corde de Marx pour les faire pendre. On trouve ainsi la promotion de nique ta mère et autres incitations œdipiennes ou non dans les "œuvres" de ces "auteurs".

Et voilà, la boucle est ainsi bouclée. La culture devenant n'importe quoi, on peut la consommer et donc en faire un produit commercial.
Et si ça ne vous plaît pas, c'est le même prix!

C'est pourquoi je suis contre la loi HADOPI, contre la protection de ceux qui ruinent l'idée même de culture en en faisant un produit de consommation. Qu'importe que les "majors" disparaissent. Ce sont des vendeurs de plastique et rien d'autre! Si le plastique n'est plus nécessaire pour vendre de la musique, tant pis pour eux et basta! Et je compte bien sur internet pour ruiner une mauvaise pratique qui s'est installée et qui nous tue la Culture Être au profit de celle de l'Avoir!

18:00 Écrit par Amadeus dans Société | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : lang, bozar, barbarie, culture, albanel |  Facebook |

Commentaires

Bravo, bravissimo!! Je m'incline, et je crie avec vous: "Mort aux marchands de plastique!"

Écrit par : EricZ | 12/10/2009

La culture... ...une vaste déchetterie. De temps en temps sur le tas on trouve une belle chose à voir ou écouter ou a savoir. La plupart du temps, on n'y trouve que le reflet de la connerie humaine et une bande d'adorateurs tordus qui nous font sentir qu'on est vraiment bête de ne pas savoir apprécier, la culture officielle..encore un instrument pour asservir son voisin. Et bien sûr ca se commercialise..si en plus ca peut rapporter des sous..
Un silex ne suffira plus, qu'on m'apporte une lame bien tranchante !

Écrit par : Pierre | 13/10/2009

J'aime bien l'image... Celui-là, on ne pourra pas dire de lui qu'il est un tuyau digestif relié à de la moelle épiniére...
:-)

Écrit par : Tony | 13/10/2009

Les commentaires sont fermés.