31/10/2009

Souvenir de Provence…

Souvenirs-provenceL

 

                         L'été passé, en passant par la Provence, ma femme voulait rapporter un souvenir. Faut vous dire que ma femme veut toujours ramener des souvenirs.

Généralement elle les oublie dans la poche de la portière de voiture et je retrouve le souvenir fondu et bien collé au fond. Souvenir… Ou alors, elle les laisse dans les plis d'un guide touristique à moins qu'elle les range à la cave et qu'on ne les retrouve que lorsque la date de péremption… Elle ramasse aussi des fleurs, des cailloux, des chardons qui s'accrochent dans le tapis de sol du coffre de la voiture… bref les souvenirs c'est la spécialité de ma femme. Et l'infection de la bagnole. Parce que la caractéristique des souvenirs de ma femme c'est de … se faire oublier sauf les nuisances! Surtout si ils fondent au soleil comme le nougat…

Mais là, en Provence, elle voulait absolument un souvenir. A Aigues Mortes elle voulait quelque chose de typique… Aïe. Ça c'est le pire. J'ai suggéré des coquillages de la plage… Comme elle les oublie dans la voiture, j'arrive à limiter les dégâts. Parce que la nappe toile cirée avec des olives de Provence… Joli sur le marché avec l'assssent qui se promène…  mais parfaitement cornichonnesque à la maison! J'ai suggéré un santon de Provence. Coloré, sympa, pas encombrant et remisable dans un coin de la maison. Et cassable par une femme de ménage standard. Mais ça ne suffisait pas. Elle voulait de jolis tissus typiques de la région. Et nous voilà dans un magasin rempli de tapis, nappes, draps de lit, mouchoirs, serviettes, tout rien que provençal… Je craignais le pire!

Ma femme explore toute la boutique, en palpant les tissus et en les déployant avec l'aide de la commerçante provençale en robe de Provence. Déjà ça, ça aurait du me mettre la puce à l'oseille…

La voilà donc qui décide d'acheter des tentures. Des mètres de tissu à caser dans le coffre. C'est pas la place que ça prend le problème mais les menaces dès que j'y touche ou dépose quelque chose à côté… Dessus, j'oserais pas. Trop risqué!

Je me suis donc intéressé au tissu, tant qu'à faire… Et quelle ne fut pas ma surprise en rencontrant les étiquettes d'instruction de lavage de constater que ce tissu venait d'une fabrique… chinoise pour le compte d'une société… belge! Ouf! C'était pas tombé loin… On est revenu d'Aigues Mortes sans autre souvenir que ce que je viens de vous raconter!

*;->)

17:15 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : provence, souvenirs de vacances |  Facebook |

28/10/2009

Sidinternet…

SidinternetL

 

                                 Les week-end ne me valent rien. Voilà que mon cerveau m'a de nouveau fatigué. Et comme je suis lent d'esprit il peut pédaler des heures avant de percoler une idée la plupart du temps loufoque. Quoique… Quoique cette fois, il m'a sorti un truc qui n'est pas faux, je vous zesplic.

Voilà, dans les années 80, qu'est ce qui est apparu? On peut lever le doigt mais on n'en profite pas pour faire les pitres, d'accord? Sinon j'arrête tout de suite. Oui, toi, au fond du Luxembourg… Le Sida? Oui, bonne réponse. Alors, c'est quoi la caractéristique du Sida? Oui, il tue mais à part ça? C'est une maladie auto-immune, un virus qui trompe vos défenses et en profite même pour prospérer. Qui a dit "comme l'Etat ou les banques"? C'est toi, Charles Roi? Tu sors! Comment? Je m'en tape que ton père soit socialiste wallon, tu sors. J'ai même pas peur et NON, je n'ai pas besoin d'une nouvelle maison avec piscine.

Eh bien, l'internet fonctionne un peu de la même façon. Il a été conçu par l'armée qui voulait un réseau qui ne puisse pas être interrompu. Vous envoyez un message de Bruxelles à Ostende mais pas de bol, les écolos viennent de faire péter la ligne téléphonique. Avec le téléphone c'est fini. Ça passe plus. Mais le principe de l'internet c'est de découper l'information et de la passer par petits paquets intelligents bien fermés. Si ils rencontrent un obstacle, ils rebroussent chemin et s'en vont vers leur destinataire par une autre voie même s'ils doivent y aller par Tokyo! Quand tous les petits paquets sont arrivés dans votre Mac par des voies différentes, ils sont vachement contents de se revoir et votre ordinateur les remet dans le bon ordre. Génial.

Mais comment voulez-vous que les Etats ou la police arrête ça! Ça a été conçu pour que rien ne puisse l'arrêter! Comme le virus du sida. Impossible de bloquer une frontière, ça passera par une autre. Bref, plus rien ne s'oppose à ce qu'une conscience planétaire et non plus nationale s'impose. On pourrait même imaginer des Etats internet qui se créeraient d'après leurs citoyens où qu'ils soient et non plus par la géographie. Qui a dit, comme avec le pape? Qui ça?… Encore une remarque et j'arrête! Je poursuis. On s'organiserait entre nous et on se révolterait contre nos états locaux! Vous imaginez le capharnaüm? Tout devient possible. Qui a dit "Surtout le pire"… Bon, j'arrête! Qui a dit "ça tombe bien?". *;->)

13:00 Écrit par Amadeus dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : internet, sida, civilisation |  Facebook |

25/10/2009

Macraméthérapie

MacrametherapieL

 

                       Faut que je vous raconte un truc. Ce matin, alors que mon cerveau était encore en train de booter et l'écran pas encore allumé, la RTB parlait d'hippothérapie, du latin Hip hop qui veut dire canasson et du vieux flamand Vanbever qui veut dire sale con si mes renseignements sont exacts. C'était quoi la question avant que vous me forciez à faire de la généalogie du vocabulaire?

Ah oui, l'hippothérapie qui soigne les enfants par les cheveux. A ne pas confondre avec la poulothérapie qui les soigne en allant visiter un poulailler, le gynécée des coqs. C'est vrai, on ne dit pas coquailler mais poulailler. Vous en pensez ce que vous voulez. Pas confondre non plus avec la canithérapie qui ne consiste pas à manger ses semblables mais à caresser un chien. Tout ça vient à la suite de la thérapie par les plantes, la saladothérapie phytoplantaire, l'opérathérapie qui traite les délinquants par l'assistance aux séances de répétition de l'orchestre, la pédalothérapie qui guérit de l'automobilite, l'aromathérapie qui ferait même démarrer des motos russes, la respirothérapie qui a une action relaxante sur le coccyx, etc. etc.

Ben oui… Si vous dites aux gens de manger des légumes pour leur santé ils s'en tapent. Si vous appelez ça carotthérapie, les gens se bourrent de carottes. Simple, non? Idem pour le sport et tout le reste. Mais surtout, on est devenu tellement dégénéré qu'on ne peut plus aller spontanément vers ce qui nous ferait du bien: manger des fruits, caresser un chien, respirer les odeurs de la ferme pour développer des anticorps, etc. Mais si vous dites à des parents: faites les respirer dans une ferme, ils ne vous croient pas. Appelez-ça lisierthérapie et ils y courent!

Laisser dériver les gosses à s'éclater les oreilles en MP3 avec pour toute sagesse l'apprentissage du nique ta mère, produit de tels désastres qu'un psychologue a eu l'idée d'emmener une bande de sales gosses aux répétitions de l'opéra pendant des semaines. La délinquance a chuté en vrille! Et pratiquement plus de récidives! Ils ont appris le travail, la passion de la perfection, le temps humain de l'artisanat. Toutes ces choses jetées avec l'eau du bain de la Civilisation…  Tsss… *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : therapies, modes |  Facebook |

23/10/2009

Un tantinet…

TantinetL

 

                    Vous et moi avec les têtes de pomme qu'on a, suffit qu'un rambo sécuritaire standard vous voie sans votre ceinture de sécurité pour qu'il vous colle un PV. Bardaf. Il n'en va pas de même pour tout le monde…

Tiens, Polanski. Il a un peu niqué une gamine mineure contre son consensus de plein gré (Coluche se serait marré un moment avec le mot consensus, vous pensez pas? Marc Moulin disait que faire un consensus ne devait pas faire plaisir à Sus… diminutif de Suzette à Bruxelles). Puis il arrosé la minette de pognon pour qu'elle retire sa plainte avant de fuir les USA dans une cavale dorée. Il a joué la montre pour la prescription… A propos de montre c'est la Suisse qui l'a rattrapé.
Mais des voix s'élèvent: un tel artiste… on ne le met pas en taule.  Et pourquoi donc pas sivouplaît? Un viol c'est un viol, non?

Parmi les défenseurs, la voix de ce bon monsieur Mitterrand. Ceux là ils ont tous tout faux, dans la famille. Quand c'est pas le président et ses frasques extraconjugales, amicales ou politiques et son fils qui escroque l'Afrique ou sa femme qui défend Fidel Castro, c'est ce bon Frédéric Ministrrand qui se fend d'un livre sur sa sexualité un tantinet… comment dire… Non, tantinet c'est suffisant. Mais rassurez-vous, il ne s'agissait que d'amour. Et de souffrances… Vous n'imaginez pas la souffrance d'être un homosexuel sensible à la persécution et d'avoir assez d'argent pour céder à ses bas instincts satisfaits à Bangkok ou ailleurs. Pauvre Frédéric. Qu'est ce qu'il a du souffrir. Surtout si il se faisait fouetter! Va savoir… En tout cas, maintenant, il a cette teigne d'extrême droite à Lepen sur le dos… Plus les socialistes qui ne lui pardonnent pas d'avoir vendu son nom à la droite!

Mais voilà, aujourd'hui, il suffit de dire que l'on est artiste et l'on peut tout faire. Pratique, non? Notez, j'ai une idée pour Polanski et Frédéric: on les exile tous les deux sur une île du Pacifique et je veux pas savoir ce qu'ils font ensemble. Comme ça ils auront le tourisme, le sexuel, les transgressions et tout le reste.

Et qu'un tsunami les emporte!  *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : medias, artistes, art, paf, polanski, mitterrand |  Facebook |

20/10/2009

Où vont les filles?

Les-fillesL2

 

                  Faut que je vous parle d'un problème embêtant pour les femmes. Voilà: les femmes ont trusté le terrain de l'occupation mentale des zoms pendant de longues années,… siècles et même millénaires, n'ayant pas peur des mots. Vous connaissez les femmes! Elles ne vous lâchent pas les baskets comme ça. Eh bien c'est pas si sur… Je vous zesplic.

Un jour vers 1900, alors qu'elles vaquaient (quoi, "à leurs occupations"? On n'est pas obligé d'ajouter "à leurs obligations" chaque fois qu'on utilise le verbe vaquer qui vient de "vacher" en allemand qui signifie fairesondevoirsansprécipitationmaisavecconsistanceetraison. Oui, je sais, leurs mots sont parfois longs, pas ma faute). Donc, alors qu'elles vaquaient à leurs occupations, les femmes ont vu débouler les voitures. Subitement elles allaient devoir partager le temps d'occupation mentale avec les bagnoles qui ont très tôt passionné les mecs. Pas au point d'oublier les femmes. D'où le joli titre de ce magazine  "Culbuteurs*, le magazine des zoms et des moteurs". Mais les femmes avaient encore leur place auprès de leurs tarzans quand la voiture était au garage, surtout la nuit…

Un autre jour que les femmes vaquaient (elles vaquent beaucoup), est arrivée l'informatique. Et ça, ça a drôlement changé le paysage! Parce que là, la passion envahit jusqu'à la nuit. La part d'occupation du terrain mental chez les zoms se réduisait encore.

Tout ça ne serait rien si il n'y avait des conséquences gênantes. Comme les femmes se révoltent avec leurs méthodes traditionnelles dans le registre: "t'as vu l'heure pour aller te coucher? T'as pas bientôt fini de perdre ton temps sur cette machine?", etc,. les mecs deviennent franchement homos par paquets et ne veulent plus de leur lessive ordinaire même pour deux barils au lit. Enfin, vous voyez ce que je veux dire, je suppose, parce que je suis plus très sur de mon côté. (Quant à Axe, mon Synt-patron, y a longtemps qu'il a démissionné). Les mecs tombent homos les unes derrière les autres. Alors je pose la question… Ne serait-il pas temps pour vous, les filles, de vous signaler à Yann Brutus Arguments et son hélico pour le sensibiliser?  Ou comptez-vous vraiment nous lâcher les baskets mais sans retour cette fois? J'angoisse!   *;->)

*Le culbuteur était une pièce qui inversait le mouvement vertical venant du villebrequin pour actionner la soupape. Deux par cylindre. Comme son poids induisait une inertie, il limitait la vitesse de rotation du moteur, raisonpour laquelle on l'a remplacé par l'arbre à cames. Et la came c'est autre chose!

13:19 Écrit par Amadeus dans Société | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : macho, informatique, culbuteurs |  Facebook |

16/10/2009

L'enseignement par le biodégradable…

MajusculesL

 

                     Vous savez comment on fait un sac plastique biodégradable? C'est très con, je vous zesplic.

Les bactéries n'aiment pas le plastique. Comme vous n'aimez pas non plus manger du plastique, encore que vous soyez capable de manger beaucoup d'autres saloperies qu'on vous vend pour de la bonne alimentation roulée sous les aisselles comme des doubitchus. Si vous connaissez pas les doubitchus, revoyez votre DVD du Père Noël est une ordure, un grand classique qui restera comme un monument du XXeme siècle. Je ne le répéterai pas.

Donc, les bactéries n'aiment pas le plastique. C'est à cause de ça qu'elles ne mangent pas les sacs plastiques et que, donc, ils ne sont pas biodégradables dans la nature. Pour les forcer à dégrader le plastique, on a conçu des molécules plastique dans lesquelles il y a de l'amidon. Ben oui, comme pour vous! On mélange de l'huile de palme hypercholestérolémiante sous l'appellation "graisse végétale" et vous avalez parce que ça a le goût du chocolat! Vous flinguez votre système cardiovasculaire mais c'est pas grave, vous avez acheté…

Les bactéries voient une belle molécule d'amidon bien sucrée et hop! Ils vous l'avalent… avec la molécule de plastique et le tour est joué! Ils recyclent le tout. Font pas le détail! Comme vous avec le chocolat Côte d'Or et d'autres… Y sont pas les seuls! Surveillez les étiquettes, je tiens à vous garder comme lecteur!

Ma femme veut faire apprendre à recopier les majuscules à mon petit fils en lui faisant recopier… des poèmes! "Regarde le joli poème". Mais mon petit fils s'en tape son poétique coquillard. J'ai donc conseillé à ma femme de lui faire recopier des gros mots ou des bêtises marrantes! Là, il va faire comme les bactéries! Il va avaler les bêtises marrantes avec les majuscules! Et Hop! Il aura appris les majuscules.

C'est quand même pas compliqué l'enseignement! Surtout pour des garçons! Suffit de les entraîner sur un terrain de transgression et c'est gagné! Pour les filles c'est l'inverse! Apprenez leur des conneries et elles vous rétabliront l'ordre du monde. En apprenant les majuscules! Comme les mecs! Même mieux! Simple, non?   *;->)

11/10/2009

Consommateurs de culture…

Consommateurs-de-cultureL

 

                    Il y a une expression qui revient de plus en plus souvent dans les bouchées double langage des ministres: il faut que chacun puisse consommer de la culture. Arrêtons-nous une minute parce que l'expression n'est pas anodine.

Il y a dans le concept de consommation, l'idée du passage. Je mange, j'avale et pour le reste je vous renvoie à l'expression chère à Pierre de Coubertain: l'important c'est de partir pisser, voire plus… Bref, la chose avalée vous fait plaisir au palais, vous donne éventuellement une idée de satiété et puis basta: éli-mi-nez!

C'est donc une vision de la culture comme "avoir" et pas comme complément de l'Etre. Or, la culture n'est pas quantitative, elle est qualitative en ce sens qu'elle fait grandir l'être. L'érudition pure est quantitative. Mais lorsqu'elle est bien choisie, elle vous améliore qualitativement parce qu'elle vous apporte des structures nouvelles de raisonnement, de pensée, de vision du monde.

Oui mais voilà. La culture qui mène à l'Être est un produit à faible valeur et faible taxe ajoutées. Il est donc bien plus intéressant d'en faire un produit commercial, un produit qui se contente de l'Avoir… Les commerçants ont groupé dans le même fnac les livres de Kant et les disques de Johnny Haliday. Culture! Appellation jamais contrôlée d'origine… Le même terme d' "auteur" étant utilisé pour le créateur de la Recherche du Temps Perdu ou celui de la Danse des Canards, il fallait le protéger!  En fait, il ne s'agit que de protéger le commerce des multinationales qui s'enrichissent en vendant la corde de Marx pour les faire pendre. On trouve ainsi la promotion de nique ta mère et autres incitations œdipiennes ou non dans les "œuvres" de ces "auteurs".

Et voilà, la boucle est ainsi bouclée. La culture devenant n'importe quoi, on peut la consommer et donc en faire un produit commercial.
Et si ça ne vous plaît pas, c'est le même prix!

C'est pourquoi je suis contre la loi HADOPI, contre la protection de ceux qui ruinent l'idée même de culture en en faisant un produit de consommation. Qu'importe que les "majors" disparaissent. Ce sont des vendeurs de plastique et rien d'autre! Si le plastique n'est plus nécessaire pour vendre de la musique, tant pis pour eux et basta! Et je compte bien sur internet pour ruiner une mauvaise pratique qui s'est installée et qui nous tue la Culture Être au profit de celle de l'Avoir!

18:00 Écrit par Amadeus dans Société | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : lang, bozar, barbarie, culture, albanel |  Facebook |

08/10/2009

L'informatique est elle un système à bilan positif?

INFORMATIQUE-L

 

                         Nous sommes comme ça. Qu'un truc nouveau apparaisse et nous voulons être les premiers à plonger. Mais est ce toujours un bien? Disons tout de suite que je fais la différence entre les effets pervers et la "bottom line" comme on dit en entreprise. La ligne de résultat final qui est bénéficiaire ou non. Par exemple, le médicament a des effets pervers mais si son bilan global est plus positif que négatif… bah… on supporte. En revanche, si le fait de prendre ces médicaments vous fait accoucher d'enfants difformes…

Dans le même ordre d'idée, je vous propose de nous intéresser un instant à l'informatique. Fascinant l'informatique. Génial! Presque miraculeux. Mais à quel prix?

D'abord, rien que la gestion du spaghetti de fils, câbles et rallonges à doubles prises en-dessous de votre table vous ferait regretter de vous être équipé.. Après, les installations de nouvelles versions peut vous faire perdre des jours de votre précieuse Existence… Ensuite, les pitreries des incompatibilités et les dysfonctionnements impactent directement votre système nerveux. Gravement! Avec FaceBook vous vous soumettez directement à BigBrother! Vos navigations sur internet réduisent vos temps de sommeil et accroissent votre chance d'être piraté… Et tout ça pour quoi? Quelques mails, un jeu? Un album photo avec Picasa? Une recette de carottes aux poireaux sur Internet? Me lire…, développer votre obésité par excès de sédentarité? Franchement… entre effets pervers et effets carrément nocifs, qu'en pensez-vous? Et c'est pas tout!

Les radars-prétextes de sécurité pour vous vider les poches et les comptes en banque -un racket d'état-, les hackers qui vous piratent 178 millions de cartes de crédit, les erreurs qui vous demandent de payer avant de rouspéter, les courriers qui vous appellent "cher sexe" suivi de votre nom parce que le préposé n'a tapé ni madame ni monsieur à la rubrique sexe…, les répondeurs "tapez un, tapez deux, tapez trois…" etc . les acharnements avec menace de saisie si vous ne payez pas la facture de 0 euros qui vous a été envoyée, la perte vertigineuse de vos informations…

Bref, pertes de temps abyssales, flicage, cornichonneries kafkaïennes, soupes de câbles, obésité et piratage, l'informatique n'est pas un outil de bonheur qui vous fait gagner du temps. C'est une machine à rendre des choses possibles dont les effets pervers et les nuisances dépassent probablement les bienfaits…   *;->)

05/10/2009

C'est quoi avoir de la chance?

Pas-de-chanceL

 

                        Aujourd'hui je vais vous parler de la chance. Et de la malchance, forcément. Vous vous dites comme ça "l'euromillion ce sera de toute façon pas pour moi, inutile de jouer…" Jusque là, je vous rappelle la pub: 100% des gagnants ont tenté leur chance. Si vous ne la tentez pas… Quoique, quoique, même quand je la tente, je gagne pas. J'ai essayé, pas plus tard que la semaine passée. Pire, la chance est tombée sur un type que je connais même pas. Doit pas être génial celui-là. Comme quoi… l'argent n'est pas moral. Il chançonne n'importe qui.

Enfin, vous vous dites qu'après tout, par rapport aux SDF ou aux malheureux qui meurent de faim dans le monde, y a pas à se plaindre. Effectivement. Ça remotive après l'immense déception de l'euromillion qui est allé dans la poche de ce crétin, appelons-le comme ça si vous voulez bien désormais, qui a peut-être des tendances pédophiles que ça m'étonnerait pas, tiens, mais je veux pas être mauvaise langue.

Je disais donc que vous vous estimez finalement dans un pays de cocagne. Et moderne! Avec plein de radars. Eeeet m…, je recommence à déprimer… Parce que pays de cocagne, pays de cocagne, je veux bien moi, mais y a quand même des trucs où on n'a pas eu de chance.

Tiens, par exemple: ces nuages gris et lourds. Joli pour les peintres tourmentés mais pas pour jouer dehors. Et que dire du mauvais goût de la majorité des habitants de ce pays pour les couleurs noir et jaune par exemple, qui vont pas du tout ensemble.

Mais surtout, il y a un truc où on a complètement manqué de chance. C'est nos immigrés. Les Américains, ils ont eu les Mexicains. Un peu bruyants mais sympas. Et puis ça vous fait des fêtes, des jolies couleurs et des tacos et plein de trucs marrants à manger et ils portent leurs enfants sur le dos comme des mignons Koalas. Nous on a le couscous. C'est bon le couscous. Mais c'est tout. Tiens, si on avait importé des Brésiliens en masse, on aurait eu plein de jolies filles plantureuses en bikini avec des bracelets dorés sur des chevilles bronzées qui auraient dansé dans les stations de métro et dans les rues! Au lieu de ça, côté filles, on a ramassé celles avec des housses noires! Je vous dit, on manque de bol dans ce pays.  *;->)

11:50 Écrit par Amadeus | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : belgitude, chance, carnaval, rio |  Facebook |

01/10/2009

Ruut… bonheur!

RuutBonheurL

 

                             Comment ça, vous connaissez pas Ruut Verhoeven? Pas personnellement, je comprends, mais rien qu'à son nom vous aurez déjà compris que c'est pas l'inventeur du makoulele à trois cordes! Ah, vous voyez que vous en savez déjà plus que ne pensiez, rien qu'avec le nom. On continue? Ruut… Plutôt Zotlandais, non? Sérieux oui, drôle, j'en doute avec un nom pareil. Ah ben voilà, ça s'appelle des préjugés de ma part. Parce que Ruut Vermachin, lui, des préjugés il en a pas. Je vous zesplic.

Ce brave Ruut a essayé de déterminer le pays où l'on était le plus heureux. Obstetriquement, hein, pas avec des impressions et des préjugés subjectifs comme j'ai moi. Et quel est le pays gagnant? Je vous le donne en mille et vous pouvez le garder aussi mille fois, d'ailleurs… Vous voyez pas? Vous donnez vos glandes au chat? Bon. Eh bien the Winner is l'Islande! Je comprends mieux maintenant pourquoi vous étiez tous en vacances en Islande cet été. Apparemment j'ai loupé quelque chose, là… Mensurations du bonheur: 69/81,5 (69 années de bonheur pour 81,5 de vie) en Islande. Ah, la morue surpasse la bouillabaisse, non? Puis vient la Suisse. Le chocolat sans doute (65/81). Dans la liste on trouve aussi l'Autriche, la Suède, la Finlande, le Danemark, la Norvège… le Canada et le Mexique en 10eme place… Ça sent pas les statistiques manipulées, tiens, ça… Notez, le racket et les enlèvements contre rançon à tous les coins de rue ça peut apporter du piquant à l'existence et créer du bonheur… Luxembourg, Zotlande, Irlande… Colombie (à mon avis l'enquêteur avait fumé de la pure, là), Nouvelle Zélande… La Belgique (57/78) vient après l'Espagne et le Costa Rica, quand même. Je m'en serais douté. Ensuite, Allemagne, USA puis France…, le pays de la bonne cuisine, du vin, du tourisme et de toutes les gloires sociales et avancées des droits de Lomme, pourtant! (52/82).

A voir le nombre de pays nordiques en tête on se dit que les critères de bonheur choisis sont ruutement pas les nôtres: climat…, charme des restos, etc… Mais il y a un critère intéressant qui me laisse perplexe: c'est la différence entre nombre d'années de vie et nombre d'années de bonheur  dans son étude. En Suisse l'écart est de moins de 16 ans tandis qu'en Belgique il est de 21 ans! Ce qui signifie que, quelque soit le taux de bonheur… il y a un purgatoire! Il est de 30 ans en France! 35% d'années à se faire c… pour atteindre le nirvana français! Ça laisse rêveur. La question c'est de savoir quand? L'enfance? La vie active? Ou après? Je pencherais bien pour penser que c'est durant la vie active avec taxes et radars, tiens… *;->(

Source: l'Internaute
Ruut Verhoeven, statistiques du bonheur, Bonheur en France,


LE BONHEUR CONSERVE
Le Quotidien du Médecin du 28 Août rend compte du travail du sociologue hollandais Ruut Verhoeven qui a synthétisé une trentaine d'études menées chez des personnes saines ou malades. Se sentir heureux est associé à une longévité augmentée de 7,5 à 10 ans, un facteur aussi puissant que l'absence de tabagisme.
L'auteur s'étonne en conclusion de son article que l'investissement dans les techniques d'aide au bonheur à l'école, par coaching spécialisé, dans les media soit si faible, "une carence du marché, étant donné le nombre de gens qui ont le sentiment qu'ils pourraient être plus heureux".