14/03/2010

Qualités et défauts…

 

Qualités-défautsL

 

                         J'ai un ami qui a des problèmes. L'homme est brillant. Très brillant, d'une intelligence très supérieure. De plus, c'est quelqu'un de bien avec des valeurs éthiques parfaites et un altruisme étonnant dans l'absolu et encore plus pour un patron d'entreprise d'aujourd'hui. Faut dire que son entreprise fait quinze personnes. Mais il a aussi les défauts de ses qualités. Et comme ses qualités sont immenses… cela l'empêche de réussir à la hauteur de ce qu'il mérite.


Mon cas est très différent. Moi, j'ai les qualités de mes défauts, je dirais. Et comme mes défauts sont immenses… j'espère que les qualités… mais j'en suis pas sur quand même.


Oui, c'est ça l'existence… Et tout ça m'interpelle… Et si les qualités ne conduisaient qu'à des défauts. Et les défauts à des qualités? Parce qu'enfin, on n'entend jamais dire que quelqu'un à les qualités de ses qualités ni les défauts de ses défauts? Eh oui, pour avoir des qualités, il faut des défauts! Parce que les qualités ne conduisent qu'à l'inverse. CQFD.


Dans le fond, je suis peut-être un type bien ou intéressant malgré moi! Du coup, tout ceci me suggère de cultiver mes défauts plus que mes qualités. Ce que je ne manque pas de faire, d'ailleurs…


L'ennui c'est que tout ça fonctionne comme la physique quantique. Quand vous exprimez vos noirceurs, personne ne pense à vos qualités! Pourtant… ce serait mieux et plus logique. En revanche, dès que quelqu'un dit de vous que vous avez des qualités, il se trouvera toujours un autre pour minimiser vos talents… Là aussi, voilà bien la preuve qu'il vaut mieux exprimer vos défauts parce que là il y aura toujours quelqu'un pour essayer de vous relever: "il n'est pas tout noir, je le connais, il a aussi des qualités". C'est comme ça que ça se passe, non?


Bon, donc, concluons parce que nous n'avons pas que ça à faire: dorénavant, je vous suggère de bien choisir vos défauts et de les vivre pleinement. Non seulement vous développerez des qualités mais en plus on vous trouvera très humainement sympathique.

Quand je vous dis que j'ai que des bonnes idées! Merci qui?  *;->)

 

09:15 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : qualites, defauts |  Facebook |

Commentaires

Il y a aussi le "Tipp Ex" des défauts... Pas pour les masquer mais pour les corriger!
La correction faite n'empêche pas les autres de voir qu'il y a eu correction et se demander ce qu'il y a là-dessous. Sont malins, les bougres!
La plus grosse offense qu'on m'ait faite dans la vie tient dans cette phrase: tu es trop gentil pour être honnête.
Elle remonte à 1983; sur cette blessure je ne peux pas à mettre du "Tipp Ex", hélas!
Par contre, la plus grosse flatterie fut la suivante: "Bon parmi les mauvais et mauvais parmi les bons, tu es un bon à rien capable à tout! ".
;-)
Au fait, pour l'expo d'hier à Ciney, tu n'as rien perdu. Je suis entré à 10H15 et sorti à 11H.
Heureusement, il y avait une charmante vendeuse de saucisson à la sortie... je ne suis donc pas rentré bredouille : saucisson d'âne, de cerf, de chèvre, à l'ail et à la tartiflette.

Écrit par : Tony | 14/03/2010

Bonsoir Amadeus, les défauts sont le ciment de la cohésion sociale : n'importe qui, si excellent qu'il soit, devient fréquentable, ou même supportable, dès qu'on lui en reconnaît.

Il suffit de voir le succès des émissions, articles, livres, relatant les petitesses ou bassesses des célébrités pour s'en convaincre.

Si ces dernières se contentaient d'être exceptionnelles, personne ne les supporterait. Mais dès qu'on identifie leurs imperfections, subitement, elles semblent redevenir humaines.

Est-ce le signe de la nullité intrinsèque de l'espèce humaine? Sans doute. Mais plutôt que de s'en désoler, il est préférable de reconnaître que la perfection est inacceptable, et que les défauts doivent être cultivés.
;o)

Écrit par : l'as | 14/03/2010

Bonsoir l'AS J'approuve. Paul Watzlawick en fait de très belles démonstrations dans un de ses livres. Notamment cette infirmière qui est détestée par tous parce qu'elle fait tout parfaitement. Mais elle vit avec la crainte de faire une erreur. Watzlawick lui demande de faire une petite faute professionnelle tous les jours. Du coup… elle redevient sympathique et ne vit plus dans la hantise de faire une erreur!

Alors oui… cultiver ses défauts peut être payant!… ;-)

M

Écrit par : Amadeus | 14/03/2010

la physique quantique c'est comme bander.
C'est quand on commence à y réfléchir que ca devient difficile.

Écrit par : Mishima | 15/03/2010

Les commentaires sont fermés.