20/03/2010

Vous y croyez encore, vous, au progrès?

 

ProgrèsL

 

 

                   L'idée de progrès a été d'abord de se protéger de la nature par le feu, par exemple, puis de démultiplier vos forces par l'invention des pièges et des arcs à flèches ou de la roue. Puis on a aboli les distances avec le téléphone, l'avion, etc. Un beau jour on est passé des forces (le vent, l'eau, le bœuf,…) à l'énergie. (La différence c'est que l'énergie est une force convertible et transportable). Puis on a inventé le bouton et, point culminant, la télécommande qui vous permet de ne plus même sortir de votre fauteuil. Puis j'ai inventé le dressage de mon chien pour me ramener la télécommande! La boucle était bouclée!


Oui mais maintenant le progrès est parti dans l'autre sens! On a inventé le self-service. Avec le supermarché on a pu se faire le service soi-même. Avec les automates on a pu se taper la pompe à essence! Avec le bricocenter, non seulement on doit aller se chercher les conseils et les produits mais en plus il faut se faire tout soi-même. Quand sont apparus les PC, on a viré la moitié de ma secrétaire et j'ai pu me taper mon courrier. Aujourd'hui ça s'accélère: je dois m'imprimer mes photos, réparer mon ordinateur et dans les supermarchés on doit se scanner les produits! Je trie mes poubelles, je dois gérer ma banque sur internet et c'est pas tout! Avec les Tapez un tapez deux tapez trois, on peut se farcir le boulot de la réceptionniste qu'ils ne veulent plus payer!


Et vous savez quoi? Non seulement j'ai acquis les compétences du garçon de salle, de l'épicier, du plombier, du menuisier, de l'électricien, du pompiste, de l'informaticien, du photographe, de l'éboueur, de l'employé de banque, de la réceptionniste et que sais-je encore… mais tout est devenu plus coûteux. Et avec toutes ces compétences on ne trouve plus de boulot! Cherchez l'erreur!


Et c'est pas fini! Les écologistes vous feront pédaler dans votre voiture pour avancer, vous devrez bientôt planter vos salades, élever des poulets (clic), réparer vos dents à domicile avec des produits bio,  flasher vos propres excès de vitesse et vous dénoncer. Tout ça pour votre bien et pour le progrès. Déjà, Degas reçu par Mallarmé qui venait d'acquérir le téléphone lui demanda en le voyant courir à la première sonnerie: alors c'est ça le téléphone? On vous sonne et vous courez?…


Dites, vous y croyez encore, vous, au progrès? *;->(

 

09:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : do-it yourself, progres, brico |  Facebook |

Commentaires

progrès ??? Bonjour Amadeus,

Progrès ? quel progrès ? Maintenant je dois encore éplucher mes patates moi-même, il y a 20 ans c'était pareil !!!

Écrit par : Intimidator | 20/03/2010

Sans compter que depuis qu'on a inventé le féminisme... ... y a plein de corvées qu'on doit se taper et qui incombaient à nos mères!!!
Ah! Il est beau le progrès!
;-)

Écrit par : Tony | 20/03/2010

Bonsoir Amad, le régrès, tout le monde sait ce que c'est : Javeaux, Mickey, Reynders ou Di Roupette qui promettent des jours meilleurs.

Aïe! Vous êtes vraiment godiche au point de croire que les Méchants Loups vont vous parler avec une autre voix que celle de la Mère Grand quand ils vous invitent en Guest Star à leur souper aux chandelles? Faut être une tourte endormie sous plusieurs couches de pâte pour croire à toutes leurs professions de (mauvaise) foi, non?

Quant au progrès... Ce n'est pas le contraire du régrès. Ce serait trop simple.

Le progrès, c'est remplacer la sueur par les machines. Le régrès, c'est inventer John Ludd pour casser ces tue-fatigue. Le progrès, c'est fermer les usines à double tour pour empêcher les Luddites d'obliger les ouvriers à remouiller leurs chemises. Le régrès, c'est inventer les syndicats pour forcer les patrons à ne pas utiliser les machines à plein rendement, ceci afin de ne pas remplacer les paresseux par des robots. Le progrès, c'est créer de nouveaux métiers, pas encore c...ables par les syndicats. Le régrès, c'est faire grève pour obliger à utiliser malgré tout des tire-la-crampe-et-le-bilan-dans-le-rouge. Le progrès, c'est délocaliser. Le régrès, c'est surtaxer les entreprises non délocalisables, et le reste de travail qu'elles procurent. Le progrès, c'est pousser les gens à tout faire eux-mêmes. Le régrès, ce sera les empêcher de faire tout seuls ce que dix chômeurs auraient pu faire en plus de temps, et plus mal qu'eux...

Mais le régrès n'a pas que des inconvénients : le peu qu'il reste d'activité physique économiquement rentable ne suffit plus à éviter aux Miss et aux Misters de Tous les Pays de ressembler à des pièces montées boursouflées de Chantilly. En rendant le travail trop cher, le régrès nous oblige désormais à nous dépenser pour assembler les kits qui prennent la place des artisans disparus. Nous nous dirigeons à pas de géant vers un monde où tout sera devenu IKEA : les bagnoles, les maisons, la plomberie, l'électricité, le chauffage, les vêtements, la (mal)bouffe...

Et ce régrès sera un progrès : il fera perdre quelques kilos à ceux qui se sentiront obligés d'améliorer l'ordinaire.

Et dans ce cas-là, vive le régrès; à bas le progrès!

Écrit par : l'as | 22/03/2010

Les commentaires sont fermés.