23/04/2010

Le Soir, nouveau charbonnage…

 

LeSoirL

 

               Faites un détour, achetez un journal qui vous encombre dans le métro ou vous interdit de conduire, pour vous dispenser une information déjà dépassée, et largement par la radio et internet…, en vous salissant les doigts et en vous empestant d'une mauvaise odeur. Et en plus c'est payant! Alors que sur internet l'info date d'il y a cinq minutes à peine, est facile à zapper et gratuite! Même les titres de toute la grande presse! Le seul avantage restant de votre journal est de l'utiliser pour allumer le feu ou emballer vos épluchures de pommes de terre… ce que vous ne pouvez pas faire avec un article d'internet! Je caricature mais…


Oui, le journal se meurt. Le Soir vient de mettre cinq agences de pub en compétition pour trouver un futur à la vente d'information papier! Comme si des publicitaires pouvaient quelque chose*! On n'appelle pas le jardinier quand la maison s'effondre! Tous les quotidiens vous vendent des encyclopédies, des squelettes et autres pour subsister! Et s'il faut passer au tout numérique, ils cherchent désespérément un "nouveau modèle économique". Comme les aciéries devant l'Inde! Ils arriveront à ralentir la chute comme Les Echos qui envisagent d'offrir un iPad avec abonnement de trois ans mais ne l'éviteront pas! Le journal papier c'est fini à terme. Ma fille qui vit à Paris me disait: "si tu ne vivais pas dans une ville de province (Bruxelles…;-) mais à Paris, tu réaliserais qu'on ne peut plus lire le journal dans le métro que sur un iPod!".


La presse quotidienne est le prochain charbonnage à subsidier… Oui, mais alors comment payer les grands reporters? Comment…? C'est l'Amérique qui le fera. Elle seule peut subsidier des gratuits et payer les reporters par son économie ouverte et sa masse critique économique. Au détriment de la liberté de penser et de la pluralité. C'est elle qui empêchera les modèles payants. La gratuité fera entrer tout le monde dans le rang de la pensée unique américaine de Google ou d'autres. Du pain, des jeux, des journaux gratuits… Et qu'on ne vienne pas me chanter l'air de l'indépendance de la presse avec les journalistes avides de scoops idiots, d'information tronquée et d'approximations indignes d'une profession qui se revendique comme telle. Nous sommes en grand danger. Internet ne fait qu'entériner les faiblesses d'une profession qui a joué l'émotion, la cupidité et la facilité tout en se drapant dans les alibis éthiques comme les politiques. A de rares exceptions près comme Jean Quatremer, journaliste de Libération,  sur son blog, par exemple ou quelques autres qui, eux, ne sont pas lus par le grand public.


Bon vent, Le Soir (qui devrait s'appeler désormais Le Crépuscule!)…  *;->(


Sur les derniers chiffres d'audience de la presse belge:

http://www.pereubu.be/?p=1217

 

Commentaires

Il ne faut pas être pessimiste et jeter le bébé avec l'eau du bain. Ni jeter la pierre aux nouvelles technologies d'ailleurs. Sans les gsm photographiant, facebook et twitter, nous n'aurions rien su des émeutes en Iran l'an dernier. Obama ne serait sans doute pas devenu président sans sa maîtrise de twitter. Et l'homme le plus populaire en Chine est un blogueur,comme toi.
Ce que l'on vit , c'est la fin du rôle prédominant de la presse papier.
Au 19è elle était anarchique et d'une virulence extrême.Plus personne n'oserait signer les textes publiés dans les journaux au temps de l'affaire Dreyfuss. Puis est venu le temps de l'institutionnalisation, des financements publics et du politiquement correct. Aujourd'hui,on approche de l'obsolescnce de ce modèle.
Au fil du 20è siècle, on est passé de "c'est dans la gazette, donc, c'est vrai", à "je l'ai entendu au poste (de radio)", puis à "vu à la télé" pour finir par "je n'existe que si je suis présent sur le net".
Ce que l'on y gagne, c'est la multiplicité des points de vues et leur fraîcheur.Ce qu'on y perd c'est l'autorégulation des grands médias et la déontologie journalistique.
Reste à voir comment s'organiser pour profiter des avantages de la nouvelle situation en en atténuant les inconvénients.

Écrit par : Mishima | 23/04/2010

Vu à la télé… Belle réflexion. J'adhère pleinement, Hervé.

Écrit par : Amadeus | 23/04/2010

ne nous leurrons pas "l'actunet" ne va pas tarder à être payante aussi puisque tout n'est que question de "freak" et il sera même et une fois de plus "joué" sur les emplois.
Il doit y avoir +/- 12 ans que je n'achète plus un seul journal papier pour leur préférer une "revue de presse" non pré-sélectionnée si ce n'est par moi et ça va du Soir à Al Jazira en passant par Libé, le Nouvel Obs, la DH, la Libre, CNN, RTL, Retebeuf, etc ....
Ai-je été plus ou moins dupe ou dupée pour autant ? J'ai comme un (sérieux) doute !

Écrit par : Martine | 23/04/2010

There ain't non such thing as a free lunch, Martine.
C'est bien triste mais c'est comme ça.

Écrit par : Mishima | 23/04/2010

Bien sûr Mishima mais nous avons tous toujours le pouvoir de décider de faire régime ! :)

Alors, un petit boycott de l'actunet payante ?

Écrit par : Martine | 24/04/2010

c'est une hypothèse onpeut aussi remplacer la version papier du journal par un abonnement à la version pdf, voire à l'édition pour Ipod et bientôt Ipad. (Soit dit en passant, je me demande si elle va démarrer cette tablette).

Écrit par : Mishima | 24/04/2010

Les commentaires sont fermés.