22/01/2008

Je suis non-ferreux!

Non-ferreuxChaque fois qu'on me plante une sonde dans ma vie de consommateur pour mieux me faire sodomiroiter des offres commerciales par la suite… je trouve que les questions sont mal foutues. C'est vrai, on vous demande par exemple si vous aimez beaucoup-un peu ou pas du tout ou si vous détestez carrément. Je suis frustré parce que ça ne représente aucunement mon point de vue qui est plus fin et complexe que ça.

On vient encore de me faire le coup pour me vendre une pile d'assiettes à mes initiales. Mais c'est pas que j'aime ou que j'aime pas! C'est que je m'en fous complètement. Ils devraient formuler: qu'est ce qui se rapproche le plus de votre point de vue: j'adore -j'aime -je tolère -j'aime pas-je m'en fous, allez vous faire…- c'est pas moi qui décide ça dans le ménage - je suis daltonien et je vois pas les initiales - je suis trop maladroit pour avoir de la vaisselle à mon nom - c'est contre mes goûts - ça s'oppose à mes principes anti-bourgeois - c'est juste bon pour les flamands, etc.
Là au moins, on pourrait vraiment s'exprimer plutôt que de donner des réponses qui reflètent si peu ce que je pense entre quatre choix débiles.

Mais non, ils continuent. Et c'est toujours comme ça. Un jour que je voulais visiter une exposition de produits industriels j'ai du m'inscrire. Dans la liste des cases à remplir je devais indiquer le secteur auquel j'appartenais… Longue, la liste: chimie, énergie, plastique,  métallurgie, industrie, non-ferreux, bois, hydraulique, etc. J'ai regardé tout ça avec perplexité parce que qu'aucune catégorie ne me représentait…

Après avoir relu la liste je me suis dit qu'à défaut de pouvoir tomber dans une catégorie, je pourrais au moins en choisir une qui ne soit pas mensongère. J'ai donc choisi de me mettre dans la catégorie non-ferreux. C'était ce qu'il y avait de moins faux puisque je ne suis effectivement pas ferreux, que j'ai toujours préféré le vin à l'eau fut-elle ferrigineuse et que ça ne faisait pas de moi un menteur!…  C'est ainsi que je me définis désormais: non-ferreux. Notez, j'ai retenu le truc et il me va bien: non ferreux, non croyant, non abstinent sexuel, non conformiste, non socialiste, non raciste, non alcoolique (enfin, pas excessivement), aimant le café non sucré, les plats non congelés, détestant les jours non fériés, etc. A l'inverse de ce qui vous définit trop précisément par des catégories, la non-définition laisse le champ ouvert, le seul qui soit garant de votre liberté d'être et de penser. Non peut-être?… comme on dit à Bruxelles pour dire oui! Pas cons les Bruxellois…    *;->)

19:34 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

12/01/2008

Saligault et Millau…

SalligautBL

 

                    Qui a une bonne clôture électrique à me céder? Mais non, j’ai pas de vaches, je vous zesplic!

Vous vous souvenez de la séquence de «La vie est un long fleuve tranquille» où le médecin découvre que son infirmière de maîtresse a échangé les berceaux? Il est assis dans la pénombre et n’arrête plus de dire «la saaaaloppe! La saaalope! Laaaa saaalopppe!
Ça m’est arrivé ce matin! Non pas de berceaux échangés! Mais: laaaaa saaalop’!

Ma chienne avait attaqué la poubelle de la cuisine pendant la nuit. Et me voilà avec une raclette et une serpillière en train de ramasser et de nettoyer de grand matin. Je vous décris la cuisine nouvelle: petit marc de café sur son lit de cendres de mégots avec reste de béchamel sur couennes de fromage. Saloperies d’artichauts poilus au reste de glace de fraise. Petite nage de poisson avancé avec peaux et arêtes pendantes et  restes de croupions de poulet mal rongés dans sauce moutarde pimentée à la cendre de Marlboro (oui, on avait un fumeur à la maison hier soir). Crasses diverses et dégueuli de restant de soupe sur sa petite salade flétrie. Puanteurs de chou-fleur et sa garniture de gras de fond de poêle. Enfin: parfum de vieux journal et d’épluchures de pommes de terre saupoudrés de cendres.

Et tout ça sur le carrelage plus les traces de marc sur les tapis du living.

Vous commencez à voir? Bien sur, j’exagère un peu, on n’a pas mangé tout ça, mais je vous livre en une fois tout ce qu’il m’est déjà arrivé de nettoyer suite aux appétits gastronomiques raffinés de ma bestiole domestique préférée! Et dire qu’on les aime! Mais je la regarde autrement depuis que je vois ce qu’elle est capable de faire des étoiles Michelin! Et l’addition, c’est moi qui l’ai payée, plus le service!

Donc, j’ai décidé d’électrifier ma poubelle! Pour créer un réflexe de pavlov dans sa petite tête!: poubelle = orgasme électrique! Et là, peut-être que ça va cesser! Ou alors, le mort-aux-rats… mais ça me semble un peu radical. Enfin… pas trop forte la clôture hein! Je tiens pas à électrocuter mon petit fils qui vient ce week-end!

En tout cas, plus question qu’elle essaie encore de m’embrasser sur la bouche! Déjà que j’étais pas trop pour… *;->)

18:20 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

01/01/2008

Vivement 2009…

Chien et biscuit
Bon, c'est le lendemain de réveillon. Ne me remerciez pas mais j'ai pensé que secouer un peu vos neurones pourrait vous être plus utile que le café de ce matin. Je vous zesplic mon réveil. Si vous avez l'estomac sensible ou le moral un rien perturbé par les vapeurs de hier soir, ET moyennant un mot d'excuses de vos parents, je suis prêt à vous dispenser de la lecture de mon élucubration du jour parce que ça pourrait mal tourner. Si j'insiste sur le mot d'excuse c'est parce que certains en profitent toujours pour faux-fuyer… Bon, j'y vais.

Ce matin, je me lève et qu'est ce que je m'aperçois-je au moment d'aller faire le café? Que mon chien a déshonoré son pédigrée en retournant la poubelle dans la cuisine afin de se faire son réveillon à lui. Hiroshima après le traitement A… c'est rien à côté de la cuisine après mon chien… Là, vous avez beau être calme de nature, endormi de réveillon et ami des bêtes vous vous réveillez en flèche et cherchez votre Kalachnikov cadeau de Noël pour abattre votre labrador d'un ultime pruneau dans le groin.

Mais vous connaissez ma femme… "tu vas pas abattre cette pauvre bête qui n'a rien eu, elle pour son réveillon, un premier de l'an en plus, tu risques de casser la porcelaine avec cette Kalachnikov, ta mère va arriver et elle va t'en vouloir si tu tues le chien"… bref, vous remettez le meurtre au lendemain, vous rangez la kala avec les petites cuillères et vous entamez le déminage de la cuisine: une tranche de saumon avec une feuille de salade molle, de la mayo avec du biscuit gluant, de la viande mélangée à de la bave d'huître, de la crème pâtissière dans du coulis de roquefort, du chocolat au Chambertin vinaigré… Beurk, dis-je à ma femme, tu as vu toutes ces saloperies que ce sale chien est capable d'ingurgiter, ça me fait v…!
Oui, me dit-elle, mais tu as mangé la même chose hier soir!
Peut-être, mais pas dans cet état là!
Ah non dit ma femme, il y avait la décoration avec le persil. Mais dans ton estomac, c'est exactement comme ça!

Ben oui, quand on y pense… Et c'est pour y avoir pensé que je me suis précipité dans le local le plus exigu de la maison d' où j'ai pas fini de rebobiner le réveillon 2007! Bon, je vous laisse, je sens que le hors d'œuvre et les bulots sont sur le départ, là… Vivement 2009!   *;->)

18:28 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

13/12/2007

TV Vaudeville ou interville?…

MN-télé101L

Il y a quelques mois, la télé est retournée à l'état sauvage. Réparer? "Une télé de dix ans? Vous n'y pensez pas! Ça va vous coûter une nouvelle, etc." On avait oublié ça jusque samedi passé où on s'est souvenu que la télé existait. Ma femme est partie en acheter une avec mon fils. Un coup de tête parce que moi, j'étais un peu grippé. Or, vous ai-je déjà expliqué que ma femme est une femme? Elle vous dit: "je suis au magasin, nous sommes deux à vouloir prendre la dernière en solde, alors dépêche toi de me répondre: je prends du plasma ou LCD? Et HDMI c'est important? Et Full HD ou HD ready, et…"  etc. que des obscénités techniques. Et quand vous lui dites que vous devez vous renseigner ou comparer, elle vous traite de nul et vous raccroche au nez en se demandant pourquoi elle vous a épousé.

L'ennui c'est que l'image de la nouvelle télé était tellement mauvaise que lundi, j'ai tout remballé au magasin. Remballé c'est le terme d'ailleurs… Pas évident. On en a choisi une autre mon fils et moi. Il était 19:30 quand ma femme téléphone: "où êtes-vous, j'ai oublié mes clés ce matin —à cause de vous— et je suis devant la porte de la maison, magnez vous" et elle raccroche. Chez ma femme c'est surtout la façon de raccrocher qui est signifiante, plus encore que les commentaires.

Là, sous stress, on s'est dépêché de choisir une autre télé et quand on l'a enlevée, la dame macédonienne qui me livrait une grande boîte a ajouté avec un sourire sadique: "à transporter debout im-pé-ra-ti-ve-ment sinon la dalle de verre va casser" et elle m'a fait les gros yeux. Nous étions là avec le break de mon fils et une caisse qui devenait de plus en plus grande en approchant de la voiture… Et définitivement plus grosse que la voiture quand elles se sont retrouvées face à face…

Après un combat acharné pour faire comprendre à la caisse qu'elle devait entrer dans la voiture, qu'elle était à nous maintenant et qu'on l'avait payée, et démonté tout l'arrière de la voiture, nous nous sommes trouvés à la démonter cette foutue caisse. Non, pas le reste de la voiture, la caisse de la télé. M'énervez pas. Tout ça sous la pluie, le vent qui emportait les mousses et cartons, les quolibets des jeunes qui attendaient le bus en flamand et puis le pire: ma femme pendue à son téléphone pour nous prouver que tout était de notre faute.

Ce sont des moments où vous regrettez de ne pas avoir pratiqué le Yoga depuis votre plus jeune âge, d'être téléspectateur, de vous être marié par amour et de ne pas croire suffisamment en une instance supérieure alors que vous êtes en plein châtiment du démon…
Enfin, tout ça c'est du passé, maintenant…

*;->)

15:29 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/12/2007

Wolfgang Amadeus Bozart…

Wolfgang-Bozart
Faut que je vous raconte. Je suis un passionné des belles choses. J’aime le génie humain, la finesse d’esprit, l’intelligence créative. Vous vous en seriez déjà un rien douté. Mais si je suis admiratif devant la beauté des raisonnements de Voltaire ou Kant, si j’admire Einstein, si je reste pantois devant Proust ou Satie, tous ces gens viennent d’être relégués au rang d’amateurs… Parce que si j’estimationne ces grands esprits, je n’en reste pas moins fasciné devant la beauté de l’inutile des grands du cirque.  Restez pas là les yeux ronds, je vous zesplic.

Un gars embrasse sa femme, ajuste sa cravate et s’en va prendre sa voiture pour aller au bureau de grand matin. Il monte dans sa voiture, met le contact et la bagnole s’effondre de l’avant droit…
Sous l’essuie glace, un petit mot qu’il découvre alors: j’y suis désolé missieu mais j’avais absolument bisoin d’une roue et je l’ai empruntée de votre voiture. Mais… je vous la rerendre demain…
Le type râle un coup, met sa roue de secours et s’en va raconter l’histoire à ses collègues de biro. Le lendemain matin, il re-lèche sa femme, reprend son attaché-caisse et reva vers sa revoiture. Surprise: la roue était revenue, posée contre la voiture. Parole, le mec! Et sous l’essuie-glace: mille merci! J’avais bisoin roue mais la voilà et pour faire pardonner moi, voici aussi deux places de concert pour aller écouter Bozart!

Le type un rien décontenancé, remet sa roue en place et suggère donc à sa femme de l’emmener au concert écouter Wolfgang  Zapateus Bozart dans la salle du même nom. Ils s’en vontent donc et passent une très agréable zoirée. Ça va, vous suivez? Bon… C’est là que ça se corse, comme disent les Siciliens qui sont mauvaise langue.

De retour à la maison, après un petit verre de détente à la sortie du concert, ils découvrent que leur maison est aussi vide qu’un frigo après le passage d’un ado…

C’est pas beau ça? C’est pas du grand génie humain? C’est pas plein d’imagination, ça? Moi, je reste admiratif. Alors, excusez-moi, mais Einstein, Kant, Arsène Lupin, Bozart en personne et même notre ministre des finances, ils peuvent aller se refringuer! Trop beau comme coup!

Skon peut-être cons hein, nous…  *;->)

 

Cher lecteur. J'écris à "l'aveugle" tant que vous ne vous manifestez pas. Un simple vote quel qu'il soit suffit pour me dire que vous avez lu… Et c'est complètement anonyme. Merci d'y penser. N'hésitez pas non plus à commenter! Plus on est de fous… ;-)

22:34 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

30/11/2007

Le monde des anges…

Monde-des-angesL

 
                        Depuis la découverte des trous noirs, ces étoiles massives qui en fin de vie s’effondrent sur elles mêmes et créent un point d’une densité telle qu’il avale tout ce qui passe, étoiles y compris, on se demande ce qu’il peut bien y avoir derrière… Du coup, des physiciens se sont dit qu’il devait être possible d’emprunter cette voie comme raccourci spatio-temporel si vous voulez. Cela permettrait d’effectuer des voyages impossibles actuellement aux confins de l’Univers. J’attends ça avec impatience parce que je bute de temps en temps contre des impossibilités qui me torturent… Je vous zesplic.

Il m’est arrivé quelques fois dans la vie de rester tétanisé devant la beauté d’une femme… L’autre jour encore, invité à un mariage, je tombe en arrêt  devant une jeune femme sublime, de celles que j’emmènerais immédiatement sur une autre planète en état d’apesanteur! Oui mais voilà… elle n’a que vingt ans… et j’en ai trois fois plus…
Et cet amour absolu résisterait-il à notre condition terrestre? Je ne la reverrai jamais. Vous avez lu? Jamais! Mais cette rencontre était pour moi tellement intense que j’ai bien du faire l’état des lieux avant de pouvoir et devoir accepter cette expulsion immédiate du paradis terrestre qui était là à portée de main…

D’abord, son âge et surtout le mien… ensuite la distance qui nous sépare—c’était en France— et puis mon éthique et enfin mon statut d’homme marié…
Le détail qui tue!

Décidément, tout nous séparait. Que faire sinon accepter ma condition d’humain qui ne peut atteindre les anges sans qu’ils disparaissent comme des bulles de savon par le fait même de les avoir regardés… Terrifiant!

C’est là que le trou de ver me passionne! Je l’attends avec impatience, celui-là! Vous imaginez un couloir spatio-temporel entre mon statut marital et le monde des anges où réside ma découverte? Nos âges seraient resynchronisés, les distances abolies, le mal inexistant, je retrouverais ma virginité, rien que la perfection de l’éther!…

Bon, ben je vous laisse, je dois encore vider le lave-vaisselle et ma femme va bientôt rentrer! Si elle me trouve ici en train de glander en pensant aux anges, je vais prendre un trou noir sur le râble pas piqué des… vers!

*;->)


19:52 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : humour, coup de foudre, amour, infidelite |  Facebook |

28/11/2007

Et vous, que faites vous de votre vie?…

Voix-de-son-maître
Etes vous de ceux qui pensent que le bonheur est le résultat de circonstances favorables ou, au contraire, que les circonstances favorables viennent quand on décide d'être heureux? Sale question, hein!

Vous êtes médecin? Bravo. Mais vous ne faites que réparer les accros pour que les gens vivent plus longtemps, pas forcément plus heureux… Et encore, je parle même pas d'acharnement thérapeutique! Vous êtes brillant informaticien? Encore bravo, mais vous êtes en train d'installer BigBrother dans le monde, ce qui rendra les gens malheureux à plus moins long terme! Vous êtes inutile, comme moi qui fait de la pub? désolé… Vous êtes pilotes? Bravo, mais… pollution, etc. Bref, c'est pas évident de donner un sens à sa vie. Pas donné à tout le monde!

Tiens, j'en connais un qui fait mieux que nous. Helmut Lotti. Ce garçon qui avait commencé sa carrière par une honorable pratique de garçon de café, a été promu crooner. Il chante toutes les guimauves qui lui tombent sous la main, fait macérer ses attributs de garçon de café (surtout garçon, là) dans le miel et a réussi à faire du bal de l'après-midi pour retraités et taxi-boys, un succès retentissant et planétaire. Il a vendu tellement de disques qu'il a reçu 72 disques d'or et 76 de platine. Rien qu'en Belgique, il a vendu pour un seul de ses disques 600.000 exemplaires… Et vous? Rien! Comme moi!

Alors je sens poindre votre jalousie: oui, mais il vend que du sucre chanté, c'est de la musiquette pour retraités emperlousés à perruques. Oui, peut-être, mais quand vous pensez à la quantité de bonheur qu'il fournit, même au poids, ça fait des tonnes de bonheur. Des mottes de bonheur. Du bonheur comme de la mayonnaise sur votre cornet de frite à la foire du midi? Oui, mais tout plein! Des "clottes" de bonheur. Et je me demande… est ce que le pape préfère Helmut Lotti ou les informaticiens? Helmut Lotti ou les médecins? Helmut Lotti ou… vous? Eh bien, je crois qu'il préfère Helmut Lotti…

Je vous encourage à réfléchir profondément sur ce sujet, parce que finalement, votre belle activité élitiste, c'est bien, mais n'a-t-elle pas plus d'effets secondaires qu'une bête activité comme celle de Helmut Lotti? Et au total, n'est elle pas d'un égoïsme consternant?

Y en a là-dedans, hein?!  *;->)

Cher lecteur. J'écris à "l'aveugle" tant que vous ne vous manifestez pas. Un simple vote quel qu'il soit suffit pour me dire que vous avez lu… Et c'est complètement anonyme. Merci d'y penser.

19:17 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

26/11/2007

Un caractère explosif…

Terre explosion
Marre. Y zéxagèrent. Un coup c'est une augmentation d'impôts, un coup une nouvelle interdiction, puis les vaches folles, on ne sait plus où donner de la tête. On se bat tous les jours pour garder le moral malgré les incessantes bûches qu'on nous assène sur le crâne et vous vous demandez quand ça va s'arrêter un moment. Non-non, on en remet une couche: les Tchétchènes, les Palestiniens, les victimes des pédophiles, l'augmentation des cancers et que sais-je encore. Tout en haut de l'échelle il y a les vapeurs des écologistes avec le réchauffement de la planète parce que notre survie est en jeu. Là… va falloir s'en occuper. Mais c'est pas le sujet.

Le réchauffement de la planète n'est rien à côté de ce qui nous attend avec le volcan Yellowstone. Je vous zesplic.

Le Yellowstone est un joli parc américain qui est surtout un beau grand volcan de 20 km sur 80. On vient de découvrir que quand on marche dans le Parc on marche en fait dans le cratère du volcan dormant! D'où les geizers! Mazette! Il a des habitudes à la mesure de ses dimensions… si je peux dire. Contrairement à Paris Hilton qui est connue pour être célèbre, le Yellowstone est célèbre pour être inconnu, en tant que volcan! Et pourtant… Il a des problèmes gastriques de temps en temps. En général, quand ça le prend, son indigestion est telle qu'il vous crache assez de cendres dans l'atmosphère pour obscurcir l'ensemble de la planète pendant une dizaine d'années. Il fait tellement noir et irrespirable qu'il détruit quatre-vingts pour cent de ce qui vit… Sympa, le machin. Bon, cela dit, ne vous en faites pas trop si vous devez vider votre lave-vaisselle parce que ça ne le prend que tous les 600.000 ans. Enfin, dépêchez vous quand même parce que la dernière fois qu'il nous a fait une indigestion c'était il y six cent… quarante mille ans et… et… les spécialistes disent qu'il manifeste des signes d'impatience… Le sol s'est élevé de 1 cm par an dans le Yellowstone depuis 1920. Seulement depuis trois ans il monte de 7 cm par an…

On peut le comprendre. Quarante mille ans de retard… Vous seriez pas impatient, vous? Tiens, au fait, je vais vérifier si j'ai sorti le chien…

Bonne journée! Bon moral!

*;->)

16:51 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Veni Vidi Velu…

Cerveau-lavage

 

Ma coiffeuse Wendy est une adorable petite flamande de 29 ans, mince, joliment galbée et pétillante du regard. Surtout le mien. Mais là, ce matin, elle avait les deux mains dans le shampooing mousse costaud d'une paroissienne suralimentée de plus de 60 ans, s'apprêtant à la mutiler d'une permanente. J'ai donc du me contenter d'une adolescente peu dégrossie dans toutes les sensualités du terme.

Elle a commencé par m'ébouillanter, ce qu'elles font toutes, avant de commencer à me masser le cuir chevalu mais avec une telle insistance des doigts, une telle douceur combinée à la force persuasive de ses caresses que je me mis à regretter que ce fut mon crâne qui se trouvut sous ses doigts! Ce crâne qui n'est sensible habituellement qu'à ce qui entre par les oreilles, les yeux ou les autres input!

J'allais me résigner quand je me suis souvenu que j'étais tout à fait capable de raccorder des choses aussi invraisemblables que des ordinateurs à de la HiFi et que sais-je encore. En plus, j'ai lu quelques documents sur la toute puissance de l'esprit humain. Je décidai donc de me ruer sur les connexions, de débrancher les fils génitaux pour les reconnecter directement sur le cuir chevelu et vice -encore un cas de le dire- versa. Une petite correction logicielle pour reparamétrer les entrées-sorties du cerveau et j'ai pris une jouissance sans égale à ce massage jaculatoire (cherchez pas dans le mauvais tiroir, jaculatoire signifie prière courte qu'on adresse au ciel avec un vif mouvement de coeur. Encore qu' une fontaine jaculatoire lance un jet d'eau à grande hauteur par la force de la pression- Littré- mais soit). Ce fut le premier orgasme occipital dégagé derrière les oreilles avec la raie à gauche que je connussusse…

Et voilà comment ce moment trivial devint une grande page de vécu pour mon existence. Ah, et vous voulez savoir ce qu'a pu produire la connexion du cuir chevelu sur le sexe? Eh bien c'est simple: c'est le texte que vous lisez en ce moment!

;-)

12:39 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : jouissance |  Facebook |

20/11/2007

Erotisme du bocal…

FlutiauL
 
 
 
                Mon fils est rentré d'Espagne. Il m'a apporté un gros bocal joufflu de pêches au sirop. Non, vous n'y êtes pas. Je parle d'un bocal de trente centimètres de haut bourré de pêches au sirop. Il l'a déposé sur la table du salon. Celle qui est devant moi quand j'écoute de la musique, comme tous les soirs.

Evidemment, les pêches sont confinées. Elles vous prennent de ces allures de fesses callipyges dans cette luminosité beige et orange… Vous avez déjà remarqué combien la nature nous offre des couleurs qu'aucune photo ne saura jamais rendre? Une lumière tellement vivante, tellement lumineuse… Et voilà, ça trône sur ma table. Et trône n'est pas un mot creux… Mon dieu… J'y vois tour à tour… Mais non, laissez moi vous raconter.

Ce soir, j'écoutais une merveilleuse voix du jazz et quelque chose m'interpellait comme on dit aujourd'hui. Quelque chose qui dépassait la musique. Eh oui, vous y êtes, c'était le bocal… Ces fesses serrées, à moins que ce ne fussent des seins contenus dans un bustier transparent… Cette volupté toute pleine de vie de ces fruits trop gonflés de soleil et trop contenus par le bocal… Ces rondeurs d'un pays qui ne connaît pas les brumes matinales qui se dissipent à 22 heures sans s'être conformées aux prévisions de la météo… Quelle volupté! Quel plaisir visuel! Quelle agression sexuelle! Et tout cela sans quiproquo, sans précaution politiquement correcte! Cette délectation sans retenue si ce n'est celle des pêches serrées les unes contre les autres dans la volupté du sirop… Oui, je sais, je suis un mec… avec des fantasmes fruitiers incontinents! Mais quel bonheur!

Plus besoin de lingerie fine! La contention de ces fruits voluptueux sans les artifices de la broderie! Ces fantasmes gustatifs sucrés et fruités de la plénitude du paradis terrestre sans les emmerdements du péché originel!

Je ne sais pas encore si je m'abandonnerai aux délices du sirop ou si je me complairai dans l'amour platonique de la pêche sans pêcher… Allez savoir. Jusqu'au jour où quelqu'un détruira mes rêves en violant bêtement ce bocal avec un stupide ouvre-boîte sans se rendre compte de ce qu'il aura saccagé… La vie est étrange quand même… Voilà que j'érotise du bocal…

*;->

18:46 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : humour, espagne, peches, erotisme |  Facebook |

16/11/2007

J’agis pour un Monde Meilleur…

Au-secoursL

                                Un jour mon fils me dit comme ça: «et toi, qu’est ce que tu fais pour le bien du Monde en dehors de râler sur les Flamands, la sécurité routière et les taxes?». Là, oui, je me suis dit que je devais me sentir plus concerné par les problèmes du monde. Depuis lors, je me suis engagé dans plein d’actions utiles pour les autres et la planète.

Au Printemps, j’ai participé à un sitting Grand Place pour l’amélioration de l’emploi et la réduction du chômage.
 
Le lendemain j’ai participé au grand lâcher de ballons contre le réchauffement avec l'association "tout va très bien madame la banquise". Nous étions très émus en pensant aux mamans ours qui ne pouvaient plus nourrir leurs petits. On a pleuré tous ensemble.

En été, j’ai fait la marche de pèlerinage à pied vers Lourdes contre le cholestérol.

Après j’ai participé à la pétition contre la constipation, véritable fléau de notre époque dans nos sociétés évoluées.  Il y a quinze jours, j’ai participé au mechoui contre le racisme et à la kermesse aux boudins de la Croix Rouge. J’avais des doutes sur la provenance du boudin, mais bon…

Après, j’ai participé à la messe contre le gavage des oies homosexuelles.

Ce soir, je vais au concert contre l’incontinence et demain je fais une manif «touche pas à mon pot» pour les personnes âgées.

Et la semaine prochaine il y a la marche de protestation contre l’aérophagie des nouveaux nés. Ça remplit pas mal les week-ends… Seul truc que j'ai loupé: le suicide collectif contre la mérule avec la secte Omega3.

Je me sens mieux. J’ai meilleure conscience, je passe des moments chaleureux avec des nouveaux amis. Je dois plus aller me confesser, je gagne des indulgences et je suis dispensé de penser par moi-même puisque je participe à tout ce qui est intelligent….

Pendant ce temps là, les Chinois travaillent bêtement en ne pensant qu’à eux, les Indiens se cultivent égoïstement, les Brésiliens fabriquent de nouveaux avions comme s’il n’y en avait pas assez, les Africains écrivent avec humour et intelligence, les extrémistes musulmans s’amusent avec l’invention de Monsieur Nobel et plein de gens font plein de bêtises pour survivre comme des idiots. Moi au moins je m'occupe des vrais problèmes de monde et j'agis!

*;->)

 

10:30 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : politique, manif, humour |  Facebook |

14/11/2007

Du bon usage de la climatisationne…

ClimL

 
                            J'ai un frère qui habitacion en Espagne où il a concepcionné ses enfants avec une belle tolédane. 'Tendez, c'est pas ici que c'est intéressant. Ça vient.

Il a un ami banquier très sympa de 50 ans qui a deux filles très jolies et parfaitement espagnoles puisque tout est espagnol autour de mon frère. Sympa, le banquier. Je le connais aussi pour avoir soupé avec eux et avoir essayé de draguer ses filles au cours du mariage de ma nièce mais j'étais déjà un peu trop âgé et j'ai du ranger mes banderillas et mon habit de lumière. Raté de picador…

Or voilà-t-y qu'un jour, le banquier était chez lui. Pour faire court et passer à la séquence intéressante, je dirai simplement qu'il était tout nu dans son lit par un jour de chaleur. Et le mot chaleur convient plutôt bien parce que sa femme de ménage Maria Conception sans sa valise en carton ni en peau de toro était aussi nue que lui et dans le même lit, prête à toute conceptionne pour le coup. Ben oui, vous savez ce que c'est la chaleur en Espagne, vous?

Et voilà-t-y pas que la femme du banquier rentre inopinément à la maison et découvre les malheureux souffrant de la chaleur en chaleur dans le lit, dis donc.
Lui: attends, ce n'est pas ce que tu crois…
Elle: ben… c'est pas que je sois trop croyante, mais là…
Lui: il faisait chaud, je me suis couché dans le lit pour me reposer et je dormais…
Elle: oui, mais elle? désignant la femme du manège de ménage…
Lui: je ne sais pas, moi, elle a eu trop chaud sans doute et elle s'est couchée là… Elle devait être fatiguée aussi;
Elle: Oui, mais nue!
Lui: ben oui, il faisait très caliente!
Elle: Et la clim? Pourquoi t'as pas mis la clim? C'est pas fait pour les chiens, la clim!
Lui: Oui, mais faut rien exagérer! Il ne faisait quand même pas à ce point chaud pour mettre la clim dans toute la maison! C'est pas écolo! Ça coûte cher la clim!

Et voilà! N'avouez jamais. Moi, ce que je trouve intéressant dans cette histoire c'est que la femme ait accepté la discussion et que le mari ait été assez balourd pour utiliser cette défense… mais bon, les Espagnols ont été conquis par les Wisigoths… Ça laisse des traces, no?

*;->)

22:19 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : espagne, adultere |  Facebook |

Si trouille et famille trash…

Si-trouilleL

 
                        …vous aimez… autant que ce soit avec les horreurs d’ Halloween. Oui, je sais, c’est con Halloween. Une fête qui est même pas d’ici. Déjà en perte de vitesse, paraît-il. Mais maintenant que j’ai un petit fils de 5 ans plus interactif qu’un Nintendo, ça me plaît Halloween. Je vous raconte le mien? Accrochez-vous, on a fait dans l’hyper-scato. Je vous zesplic.

Réunion de famille en Normandie, ces derniers jours. Faut imaginer le tableau: la belle-mère qui est au ciel mais dont on ne se débarrasse pas du fantôme comme ça sous le simple prétexte qu’elles est quand même certifiée morte depuis quelques années. Dans le rôle de la sorcière… Puis, ma belle-sœur qui en tant que proffe à la retraite a quelques certitudes pédagogiques non-retraitées, elles. Puis ma femme, ma fille, son mari, enfin vous voyez la fresque familiale.

Pour s’assurer qu’on ne mourirait pas de faim comme disait Yvan Dautin (chanteur français), nous avions emporté du cramique, notre bon pain belge aux raisins du dimanche! Nous papotions autour du petit-déjeuner, nous laissant aller à la douce évocation des tuiles que les socialistes français allaient encore se taper sur la tronche avant les prochaines élections, quand mon petit-fils extracta avec peine une énorme crotte de son nez, brune et noire, ratatinée, maléable à souhait qu’il contempla l’œil coquin en la faisant rouler entre son mini-pouce et son index avant de se la boulotter d’un coup sec dans son adorable petit bec d’enfant de quatre ans. Au grand dam des dames, précisément.

Puis-je vous demander un instant d’attention et de calme s’il vous plaît. Concentrez vous une seconde parce que jamais au grand jamais je n’arriverai à vous décrire l’ambiance d’horreur que cette scène pourtant de la plus belle eau halloweenesque a pu susciter… Faut que vous fassiez une part du travail!

La belle-mère s’est désintégrée dans l’azur, le père n’était pas content et a tenté de rattraper l’éducation pour le futur destin de son fils qu’il venait de voir s’effondrer côté bonnes mœurs; ma fille leva les yeux vers le ciel des sorcières. Moi, je me marrais et mon petit-fils pouffait de plus belle.

C’est alors que, pour arrêter un tant soit peu les foudres des valeurs familiales qui étaient en train de déferler, mon petit-fils révéla que la crotte de nez n’était qu’un raisin de cramique que le vilain coco avait fait semblant d’extirper de son nez. Notez, ça ne rassura le clan qu’à moitié…

La seule déception quant à l’impact de la crotte-raisin vint de la tante belle-sœur qui ne se démonta point. D’un ton blasé, elle lâcha: oh, tu te crois malin, mais je suis sure que c’est encore ton grand-père qui a dû t’apprendre une telle horreur!

Y a pas à dire, je suis repéré. Mais on a fait fort pour Halloween, là! Et mon petit fils a adoré le raisin et le reste!

*;->)