07/07/2010

La cerise sur la conscience…

 

Cerise-conscienceL

 

 

Hier, je me rasais, et qu'est ce que j'aperçoive dans le miroir qui racontait le feuillage de mon cerisier? Un merle en tongues qui se mettait une lampée de mes cerises façon goinfre. Un coup de bec dans la plus rouge, un coup de bec dans celle de droite, un coup de bec pour papa… bref, il les niquait toutes et se marrait. Quand je me suis approché de la fenêtre en battant des ailes, il m'a regardé avec l'air de dire "même pas peur". De toute façon, j'aurais pas pu passer la journée à battre des ailes dans ma salle de bain.


Moi, j'aime les oiseaux. Déjà parce qu'ils volent sans carte d'embarquement ni besoin de relever sa tablette ni zotesse de l'air qui fait le singe pour vous montrer des instructions de sécurité dont personne n'est jamais revenu en cas d'accident, mais soit, c'est pas le sujet. Cela dit, mon amour des oiseaux a tendance à peiner en côte quand il s'agit de mes cerises. J'ai pas planté cet arbre il y a 33 ans pour que ces ptérodactyles low cost viennent me piquer mes cerises.


Et me voilà donc rasé, je saute sur mon Mac et hop, google rayon prédateurs, aigles, rapaces en tout genre. J'attrape quelques images, les agrandis, les noircis, imprime et colle tout ça sur mes vitres. Là, les bouffeurs de cerise ailés font un grand détour. Ils paniquent rien qu'à la vision d'un profil de rapace. Un peu comme vous quand vous voyez le ministre du budget ou un steward de mes deux parcmètres , on va dire. Capito?


Toutes ces bestioles ne touchent plus mon cerisier qui peut développer ses cerises à l'aise. Oui mais voilà, j'ai un problème. Je culpabilise. Quand je pense au courage de ces bidizoiseaux pour nourrir leurs petits, quand je pense aux prédateurs comme les chats, quand je les revois en hiver le plumage gonflé dans le froid pendant que je me chauffe au gazprom sibérien, quand je vois tout ça je me dis que j'ai pas le droit d'être aussi égoïste, que je dois partager. Je vois l'œil de Nicolas Hulot qui me regarde au fond du puits. Je me sens vilain. Pourquoi rien n'est-il jamais simple?


D'un autre côté, si je retire mes prédateurs de sur la vitre, le ministre des finances va-t-il retirer ses formulaires rapaces? J'en doute!

Je me suis encore une fois mis dans de beaux draps avec ce cerisier et ma culpabilisation congénitale. Dire qu'il y a des gens heureux qui font des poires williams sous verre et qui n'ont pas tous ces problèmes!   *;->)

 

10/06/2010

J'ai fait un rêve…

 

RêveL

 

 

J'ai rêvé que je me réveillais avec une douleur au pied et une allergie due à un temps appelé printemps. Je me levais, il faisait froid, gris et il pleuvait des gouttes avec un bruit sinistre. C'est là que j'ai été pris d'un besoin et j'ai réalisé que j'avais un égout dans le bas du dos par lequel sortaient des matières peu ragoûtantes. 


Je me suis orienté vers une salle d'eau et j'ai réalisé qu'il fallait que je me lave. En fait, j'accumulais de la saleté, même sans rien faire. Une sorte de suintement que l'on appelait sueur. Etrange. Mes ongles avaient poussé durant la nuit.


J'ai allumé la radio. un truc appelé gouvernement venait de tomber. Le pays allait éclater et des gens avec un accent bizarre et des mots lourds plein la bouche voulaient étrangler la communauté à laquelle j'appartenais. Des politiciens (?) nous pourrissaient la vie avec des menaces contre lesquelles ils avaient toujours les mêmes "solutions": lois, surveillance, sanctions, racket… 


Pour manger, j'ai eu besoin d'argent. Il fallait travailler. J'étais pas forcément contre mais il n'y avait pas de travail. Et les produits que l'on voulait me vendre étaient malades, pollués, industrialisés, insipides ou trop agressivement goûteux. Les artistes étaient devenus fous mais un système financier épouvantable nous suggérait que c'était nous qui ne comprenions rien. Et beaucoup faisaient des efforts pour essayer de comprendre en vain…


Sur la route, les caméras et radars m'empêchaient d'utiliser mon automobile. J'étais perplexe. D'autant que les routes étaient défoncées et que des affreux sauveurs du Peuple avaient dilapidé l'argent en promesses fallacieuses… 


Revenu à la maison, j'ai réalisé que du poil vert sortait du sol et envahissait tout. J'ai allumé la télé. Il y avait un documentaire sur ce qui entoure la terre. C'était très très grand. Et nous tournions comme des fous autour d'une étoile brûlante dont seule une mince atmosphère nous protégeait. Plus loin, ce genre d'étoiles existait par milliards. Pire, des cailloux épouvantables menaçaient de nous réduire en bouillie… cela s'était déjà produit plusieurs fois dans l'histoire de la terre. 


J'ai commencé à être pris de tremblements. Je suis affolé. Je ne sais où me réfugier. Quelqu'un pourrait-il me réveiller, s'il vous plaît? C'est urgent!


*;->0

 

10:36 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : drole de vie, nihilisme, absurde |  Facebook |

02/06/2010

Je m'occupe de votre pension…

PensionsL

 

Faut que je vous parle d'un truc. Urgent. Les pensions. On en parle beaucoup en ce moment. A la télé, on voyait par exemple un ministre, un opposant sociaclique et un économisse. Tous ces gens débattaient autour de trois solutions possibles: puisque la pyramide des âges nous montre que le toutankamon boom exigera de plus en plus d'argent et qu'il n'y aura plus assez de cotisants… on peut 1/ diminuer les pensions… ce qui sera fait mais qu'on n'ose pas dire encore, 2/ augmenter les impôts mais ça commence à bien faire…, 3/ allonger le temps de travail, encore faut-il qu'il y en ait… sinon on va payer pour un chômeur ce qu'on ne paiera pas pour un retraité. Kifkif…

Oui mais dites… ils oublient une solution! La principale! C'est que si il n'y a plus assez de cotisants d'après la pyramide, on pourrait peut-être en refabriquer! Et je suis volontaire! Bien sur, je ne suffirais pas. Et je ne plais pas à toutes les femmes qui rêvent peut-être de quelqu'un de moins loufoque et plus intelligent. Plus beau aussi. Ben oui! Les femmes ont des goûts variés. Certaines vont même jusqu'à épouser des politiciens!

Alors, vous me connaissez un peu maintenant, vous savez que je ne suis jamais à court de bonnes idées. Et j'en ai eu une. Géniale.

Voilà, les gens adorent jouer au lotto. Ça les attire. Ils dépensent des paquets de pognon là-dedans. Ils ont bien moins de chances que de gagner un cancer auquel ils ne croient pas mais c'est au lotto qu'ils jouent! Et pas au cancer! Pourtant, celui-là, ils se l'attrapent en général sans se fatiguer. Allez comprendre!

Bon, donc, il suffirait de vendre les boites de pilules au lotto, en librairie. Mais 1% des boîtes serait bidon. Une chance au grattage, une chance au tirage … paf, enceinte! Et 1%, mais en jouant souvent, ça fait pas peur de tomber enceinte et en même temps ça repeuplerait solidement avec 12 boites achetées par an! En cas de bingosse, le couple toucherait un abonnement viagra à vie en plus. Vous imaginez les prénoms? Dans le temps, le petit dernier qu'on n'attendait plus on l'appelait benjamin et celui qu'on avait voulu on l'appelait désiré pour bien montrer que c'était pas du hasard. Là, on verrait apparaître des petits Bingo-Star, des Subito-Benito, des Euromilien, Jaquepotte-Edouard, etc.

Quand je vous dis que j'ai que des bonnes idées!  *:->)

09:15 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : pensions, escroquerie |  Facebook |

23/05/2010

Poule!

PouleL

 

                              Vous vous souvenez de la banque du sperme en liquidation judiciaire? Si si, c'est arrivé. Je suis très friand de ces cornichonneries où l'absurdité du monde que nous élaborons nous éclabousse soudainement par télescopage… paf! En informatique ça s'appelle un bug, ce qui nécessite le redémarrage du système.

Mais nous n'avons pas droit au redémarrage. Comment voulez-vous redémarrer un connard en espérant que cette fois… Comment redémarrer le code civil et ses règlements abscons? Comment redémarrer l'Europe et ses normes de soutiens-gorges à manches longues comme m'écrivait Mishima? Comment redémarrer nos zélus?… Impossible…

Hier, j'ai encore bu du petit lait. Enfin, siliconé parce que… Je vous zesplic.

Le fabricant de prothèses mammaires Poly Implant Prothèse (PIP… ça s'invente pas), est en liquidation judiciaire. Eh oui, vous savez comment ça va: la concurrence, le marché, les prothèses chinoises fabriquées pour un bol de riz, le marché de l'occasion, bref la demande augmente mais l'offre aussi, alors…

Donc, les travailleurs de la prothèses mammaire sont fâchés. Dans le temps, ils auraient monté des calicots, auraient demandé le soutien (ça s'invente pas non plus) de la Région ou de l'Etat mais en l'état actuel les grévistes deviennent durs du chapeau! Alors ils menacent de mettre la main au feu et de faire péter leur usine…

Moi, je veux être là, ce jour là! Vous imaginez l'explosion? Surtout qu'un tuning mammaire pas encore implémenté comme on dit en informatique, ça ressemble à une méduse! Vous voyez ça d'ici toutes ces méduses en train de partir dans l'atmosphère lors de l'explosion? Des A, des B, des C… D… Ce serait rigolo, non? On pourrait faire un tir aux claies si on vient avec sa carabine! Ce serait bien la première fois qu'on pourrait crier "poule" et paf! En plein vol. Fantasmatique pour le moins! Y a pas à dire mais on vit une époque formidable, hein!

J'adore les bugs de la Société!   *;->))

*:->)

23/04/2010

Le Soir, nouveau charbonnage…

 

LeSoirL

 

               Faites un détour, achetez un journal qui vous encombre dans le métro ou vous interdit de conduire, pour vous dispenser une information déjà dépassée, et largement par la radio et internet…, en vous salissant les doigts et en vous empestant d'une mauvaise odeur. Et en plus c'est payant! Alors que sur internet l'info date d'il y a cinq minutes à peine, est facile à zapper et gratuite! Même les titres de toute la grande presse! Le seul avantage restant de votre journal est de l'utiliser pour allumer le feu ou emballer vos épluchures de pommes de terre… ce que vous ne pouvez pas faire avec un article d'internet! Je caricature mais…


Oui, le journal se meurt. Le Soir vient de mettre cinq agences de pub en compétition pour trouver un futur à la vente d'information papier! Comme si des publicitaires pouvaient quelque chose*! On n'appelle pas le jardinier quand la maison s'effondre! Tous les quotidiens vous vendent des encyclopédies, des squelettes et autres pour subsister! Et s'il faut passer au tout numérique, ils cherchent désespérément un "nouveau modèle économique". Comme les aciéries devant l'Inde! Ils arriveront à ralentir la chute comme Les Echos qui envisagent d'offrir un iPad avec abonnement de trois ans mais ne l'éviteront pas! Le journal papier c'est fini à terme. Ma fille qui vit à Paris me disait: "si tu ne vivais pas dans une ville de province (Bruxelles…;-) mais à Paris, tu réaliserais qu'on ne peut plus lire le journal dans le métro que sur un iPod!".


La presse quotidienne est le prochain charbonnage à subsidier… Oui, mais alors comment payer les grands reporters? Comment…? C'est l'Amérique qui le fera. Elle seule peut subsidier des gratuits et payer les reporters par son économie ouverte et sa masse critique économique. Au détriment de la liberté de penser et de la pluralité. C'est elle qui empêchera les modèles payants. La gratuité fera entrer tout le monde dans le rang de la pensée unique américaine de Google ou d'autres. Du pain, des jeux, des journaux gratuits… Et qu'on ne vienne pas me chanter l'air de l'indépendance de la presse avec les journalistes avides de scoops idiots, d'information tronquée et d'approximations indignes d'une profession qui se revendique comme telle. Nous sommes en grand danger. Internet ne fait qu'entériner les faiblesses d'une profession qui a joué l'émotion, la cupidité et la facilité tout en se drapant dans les alibis éthiques comme les politiques. A de rares exceptions près comme Jean Quatremer, journaliste de Libération,  sur son blog, par exemple ou quelques autres qui, eux, ne sont pas lus par le grand public.


Bon vent, Le Soir (qui devrait s'appeler désormais Le Crépuscule!)…  *;->(


Sur les derniers chiffres d'audience de la presse belge:

http://www.pereubu.be/?p=1217

 

15/04/2010

Y-a-t-il quelqu'un qui parle polonais dans la salle?

 

PolonaiseL

 

                   Ça devient urgent. Je vous zesplic. La dame qui faisait le ménage chez nous vient de prendre sa retraite. Bonne belge aux qualités de cheval brabançon, puissance et ardeur au travail, elle a travaillé chez nous métronomiquement deux fois par semaine pendant 24 ans. Oui, ben c'est fini! Terminé. Fini sa discrétion, son honnêteté, ses compétences, sa gentillesse que nous avons dûment rémunérées et agrémentées de vacances, etc. On s'est donc mis en quête d'une remplaçante. Oui mais voilà. Les Flamandes veulent plus travailler chez les francophones, les Wallons peuvent pas arriver jusqu'ici vu l'état des routes, etc. Reste la délocalisation vers les pays émergents. En l'occurrence les Polonais.


Très organisés, les Polonais. On appelle une société spécialisée et hop, on reçoit une ou deux ménagères blondes et un plombier en promo pour trois polonaises. Enfin presque. Mais vous savez, qui trop étreint s'y met. Oui, dans le pétrin! … Vous suivez ou vous rêvez au printemps, là?


Et les Polonaises défilent. L' une pendue à son GSM pour les devoirs de ses gosses, l'autre a des migraines brutales, la troisième est à aller chercher et reconduire à mi chemin entre Cracovie et Louvain et toutes ont des absences. Bref on jongle pour avoir toujours deux présences par semaine. Y doit plus en rester en Pologne pour les zotsèques du président… Celle d'aujourdhui est arrivée à l'improviste en l'absence de ma femme. Au lieu de s'attaquer au scherzo ménager habituel, elle s'est mise à nettoyer les choses les plus précieuses avec l'énergie des chars russes à Varsovie mais comme elle était pendue au GSM il n'y avait pas moyen de lui parler pour l'arrêter. J'ai fini par faire barrage de mon corps quand elle allait attaquer un objet de famille très ancien et fragile avec l'ardeur d'un carwash là où il nous fallait une douce nocturne chopinienne. Elle approchait dangereusement des haut-parleurs de mes enceintes avce un Monsieur Propre en Pschit et une éponge qui gratte avec son dos… Mais c'est pas le pire. 


Le pire c'est que toutes ces courageuses jeunes femmes ne parlent que le heavy polonais et l'anglais lite de chez lite. C'est pourquoi, si vous pouviez me traduire "cuvette de WC" en polonais, ça m'aiderait parce que ça commence à devenir urgent. J'ai essayé en anglais mais elle m'a envoyé une baffe évitée de justesse. Si quelqu'un d'entre vous dans la salle parle polonais… merci d'avance.  *;->0

 

17:15 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : femme de menage, polonaise |  Facebook |

14/04/2010

Singeries…

 

SingeriesL

 

                    L'intelligence. Vaste sujet.  Je viens de voir une émission qui parlait de l'intelligence des oiseaux. Depuis peu d'années on découvre qu'avoir une cervelle d'oiseau serait plutôt un compliment. Parce qu'on a découvert qu'à l'inverse de ce que croyaient les scientifiques depuis le 19eme siècle où l'on mesurait l'intelligence d'après les circuits de transfert de l'information d'une partie à l'autre du cerveau, les oiseaux ont développé une méthode bien à eux et qui est très efficace. On en connaît qui sont capables de fabriquer un outil pour fabriquer un autre outil pour atteindre leur but! Mieux que les primates! Si proches de nous! L'aptitude à planifier un projet! Bigre!


Evidemment on peut avoir deux conceptions des choses: soit chercher la preuve absolue de ce qui fait la différence entre les animaux et nous… mais on n'arrive pas à trouver… Soit se dire que peut-être, nous sommes seulement dans un prolongement d'intelligence sans limite bien précise. Ce qui rend plus modeste et nous emmène vers plus de respect du monde animal. C'est là que je me situe.


Parce que chaque fois que l'on croit avoir trouvé une limite bien tranchée entre animal et humain, bardaf… tout s'écroule! On trouve un animal capable de langage, de fabrication d'outil, de reconnaissance de son image dans un miroir, d'affection, voire même d'humour… La seule différence qui nous resterait serait l'Art mais comme on a viré l'Art à la poubelle depuis les années 90…


Tiens, ça m'inspire, ça! Et si plutôt que de s'efforcer à trouver sans résultat tangible une différence nette chez l'animal, on faisait le contraire? Et si nous recherchions chez les humains des individus dont on ne peut vraiment pas dire qu'ils sont apparentés au monde animal? Ah! Là ça devient encore beaucoup pus difficile mais beaucoup plus clair, aussi! Combien d'humains connaissez vous capables de rivaliser avec des oranoutangs ou des chimpanzés? Répondez sincèrement… Beaucoup, non? Mais capables de rivaliser avec d' autres humains? Peu, non?


Eh oui, voilà… CQFD! Nous sommes très proches, voire inférieurs, du règne animal tel qu'on l'a imaginé longtemps… Consommateurs de hamburgers, d'Ikéa, de pensée unique politique, d'achat de subitos, de sécurité routière et d'écologie primaire… 

Bref, moins j'admire les politiciens, plus j'admire les animaux…  *;->)

 

09:30 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : intelligence animale |  Facebook |

18/03/2010

Tout est de ma faute!

 

Ma-fauteL

 

           Vous savez que je suis un être méchant, non? Tous les jours. Mais comme il est difficile de tenir un secret pour soi tout seul, je vais passer aux aveux. Normal. Il n'y a pas de criminel qui puisse garder un secret dans son for intérieur. Un jour, il faut parler. Et comme je suis un grand bavard…


Vous aurez sans doute ne pas ignoré que l'hiver fut imprévisible et froid. Vous n'êtes pas sans le savoir plus que l'ignorer. Votre ignorance n'a pas loupé non plus le constat que la neige est apparue et disparue en zig-zag pendant des mois… Vous n'êtes pas non plus sans ignorer du chef que la neige a entraîné de la boue et que la boue a détruit les routes de Monsieur Daerden pendant son sommeil éthylico-comptable? Jusqu'à faire de grands trous qui ont failli interrompre gravement cette chronique le jour où ma voiture est partie en qu(en)ouille sur une descente d'autoroute pire qu'un fromage à trous… Vous n'êtes pas non plus sans bétifier pire qu'un écologiste sur le fait que tout ça crache des saloperies sur vos voitures…


Vous avez du changer vos essuie-glaces, votre paillasson, faire re-toiletter le chien, récurer votre trottoir, repolir vos roulements à billes, etc. Pendant que moi je me marrais de vous voir faire. Je me promène d'un air désinvolte au volant de ma voiture et je me marre. Mais maintenant, je peux vous l'avouer, tout ça c'est ma faute. Je suis le seul coupable. Vous pouvez me tester génétiquement et comparer avec les cristaux des flocons. C'est mon code sans gêne éthique.


Non non, je suis pas prétentieux. Je ne délire pas. Je suis responsable de tout. Comment? Eh bien, chaque fois qu'un rayon de soleil apparaissait, je courais faire nettoyer ma voiture au carwash. Effet garanti!… Et méfiez-vous parce que je viens d'y repasser. Et j'ai pris le nettoyage le plus cher en plus! Bas de caisse, wax, nonowax, tapis de sol et tout et tout. 


Je vous raconte pas ce qui va vous tomber dessus dans les jours qui viennent! Enfin… faute avouée est à moitié pardonnée, non?


*;->)

 

09:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : carwash, routes wallonnes, meteo, aveux |  Facebook |

14/03/2010

Qualités et défauts…

 

Qualités-défautsL

 

                         J'ai un ami qui a des problèmes. L'homme est brillant. Très brillant, d'une intelligence très supérieure. De plus, c'est quelqu'un de bien avec des valeurs éthiques parfaites et un altruisme étonnant dans l'absolu et encore plus pour un patron d'entreprise d'aujourd'hui. Faut dire que son entreprise fait quinze personnes. Mais il a aussi les défauts de ses qualités. Et comme ses qualités sont immenses… cela l'empêche de réussir à la hauteur de ce qu'il mérite.


Mon cas est très différent. Moi, j'ai les qualités de mes défauts, je dirais. Et comme mes défauts sont immenses… j'espère que les qualités… mais j'en suis pas sur quand même.


Oui, c'est ça l'existence… Et tout ça m'interpelle… Et si les qualités ne conduisaient qu'à des défauts. Et les défauts à des qualités? Parce qu'enfin, on n'entend jamais dire que quelqu'un à les qualités de ses qualités ni les défauts de ses défauts? Eh oui, pour avoir des qualités, il faut des défauts! Parce que les qualités ne conduisent qu'à l'inverse. CQFD.


Dans le fond, je suis peut-être un type bien ou intéressant malgré moi! Du coup, tout ceci me suggère de cultiver mes défauts plus que mes qualités. Ce que je ne manque pas de faire, d'ailleurs…


L'ennui c'est que tout ça fonctionne comme la physique quantique. Quand vous exprimez vos noirceurs, personne ne pense à vos qualités! Pourtant… ce serait mieux et plus logique. En revanche, dès que quelqu'un dit de vous que vous avez des qualités, il se trouvera toujours un autre pour minimiser vos talents… Là aussi, voilà bien la preuve qu'il vaut mieux exprimer vos défauts parce que là il y aura toujours quelqu'un pour essayer de vous relever: "il n'est pas tout noir, je le connais, il a aussi des qualités". C'est comme ça que ça se passe, non?


Bon, donc, concluons parce que nous n'avons pas que ça à faire: dorénavant, je vous suggère de bien choisir vos défauts et de les vivre pleinement. Non seulement vous développerez des qualités mais en plus on vous trouvera très humainement sympathique.

Quand je vous dis que j'ai que des bonnes idées! Merci qui?  *;->)

 

09:15 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : qualites, defauts |  Facebook |

01/03/2010

Du biphénol A

 

BIPHENOL-L

 

                      Dans la vie, tout est une question de choix… Par exemple, entre le cru et le cuit entre mer et montagne, entre le rouge et le vert, bref. Eh bien, pour la mort c'est la même chose. Il faut choisir. 


Tiens, on vous dit qu'il faut porter un préservatif pour éviter les maladies et surtout le terrible sida qui tue plus sûrement le couple que la vie en commun. Encore plus vite, je veux dire. Vous risquez de mourir de faim sexuelle comme l'âne de Buridan.


Mais qu'est ce qu'on apprend maintenant? Que les préservatifs contiennent du biphénol A, une émanation des produits qu'on met dans le caoutchouc et le plastique pour les rendre agréables… Et le biphénol A est cancerigène. Alors, à nouveau, il faut choisir mais entre le sida et le cancer cette fois. Pas facile comme choix. Mais j'ai peut-être trouvé une solution, je vous zesplic.


Du biphénol A on en trouve partout actuellement: dans les bouteilles en plastique qui contiennent l'eau avec laquelle vous é-li-mi-nez ou dans les bouilloire électrique qui lâchent leur biphénol à chaque coup de chaleur… Et dans plein d'autres produits. L'ennui c'est que non seulement ça vous fiche le cancer mais qu'en plus ça inhibe les traitements CONTRE le cancer Bref, on n'est pas dans la mouise.


Les premières directives pour mettre fin à ces méfaits, concernent les biberons. Eh oui, on s'est rendu compte que ces foutus biphénols avaient une incidence négative sur les mécanismes sexuels masculins et féminins… Ils sont donc désormais interdits dans les tétines et biberons et je vois dans vos yeux brillants que vous avez compris!


Il suffit de remplacer votre marque de préservatifs habituels par des tétines. Une petite goutte de colle au bout pour l'étanchéité et le tour est joué. Hop! Et c'est pas tout: nouvelles sensations garanties. En plus, la tétine est quand même plus romantique que le préservatif qui n'est vraiment pas appétissant… notamment dans les travaux pratiques succionnels. Quant au biberon, on peut l'utiliser AVEC sa tétine comme sextoy. Suffit de revisser l'embout et ça le fait. Et même plus besoin de cacher distraitement l'objet anodin.


Ya pas à dire mais j'ai que des bonnes idées, quand même. Qu'est ce qu'on dit? Merci qui?   *;->)

 

09/01/2010

Ça dandine du popotin d'éhappement

 

DandineL

 

               Quelle matinée, mes amis! Il neige. J'aime bien la neige. Ça change les sons, ça réchauffe les intérieurs, ça rend les gens marrants et ça vous fait de jolis décors comme dans les vitrines de l'Innovation des années 50 que les jeunes qui me lisent encore bien au chaud dans leurs Pampers n'ont pas pu connaître. Les pauvres.


En plus, ce matin, je suis allé patiner. Mais pas patiner comme un con avec des patins payés chers et en prenant froid! Non, je patine en voiture avec mon allemande à propulsion (ce que l'on appelle erronément traction arrière). Vous n'imaginez pas les avantages, je vous zesplic.


Vous croisez des gens qui vous toisent avec leurs bétaillères à traction avant qui passent partout sans plaisir aucun, si ce n'est celui de mépriser les Béhèmes et les Mercédès trois jours sur 365 que compte une année honnête non bissexuelle ou tile qui en compte un de plus mais c'est pas le sujet.


Moi, non seulement je m'amuse plus qu'eux pendant 362 jours, mais en plus j'ai encore plus de plaisir à patiner trois jours par an bien au chaud dans ma voiture et sans devoir investir dans des patins multicolores vulgaires. Et vous n'imaginez pas la volupté de sentir son arrière-train de dandiner, ce qui rappelle des bons vieux souvenirs dont une copine pour laquelle je faisais ça avec un immense plaisir. Mais ça non plus c'est pas le sujet et je ne voudrais pas faire de vous des voyeurs. Non, ici, ça m'évoque ces patineuses qui filent en marche arrière avec leur cul pointé et surmonté d'une queue de lapin bien ronde comme le Pampers déjà évoqué ci plus-haut sur une musique aussi éculée que la position de la patineuse. Je trouvais ça idiot à regarder mais c'est très agréable à faire, finalement. Le tête à queue ça donne des idées, d'ailleurs…


Devant la Poste, j'ai eu un problème. Plus moyen de repartir. Des jeunes précieux me toisaient en rejoignant leurs stupides tractions. Ils ne m'auraient pas aidé et pensaient: "bien fait pour ta pomme, prétentieux". J'ai donc invité le vieux à se mettre au volant de ma voiture et j'ai commencé à pousser. Du coup, par sympathie pour le vieux, des jeunes sont venus m'aider… Et hop, ça a marché. Ben quoi, faut être un peu rusé quand on a une voiture à propulsion. Mais qu'est ce qu'on rigole! Et au moins je commence bien l'année avec ma bonne foi et du positivisme!*;->)

 

09/11/2009

Faites demi tour dès que possible!

Faites-demi-tourL

 

                           Il y a huit jours et sans être enceinte (que je sache) ma femme a émis l'envie soudaine brutale et intense de visiter la mer du nord française. La côte d'opale. Dimanche soir, la météo prévoyait un temps mitigé mais clément pour le week-end suivant. Mardi, la météo révisait ses pronostics et prévoyait un week-end maussade. Mercredi elle alertait: mauvais week-end venteux… Jeudi on nous annonçait un remake du déluge! Mais ma femme est taureau. Et pyrénéen encore comme taureau! J'ai dit souvent que si les Ardennais ont la tête dure, les Pyrénées sont beaucoup plus hautes que les Ardennes!

Nous voilà donc partis contre le plein gré de mon su et nous nous arrêtons chez des amis très agréables du côté d'Arras. Jusque là le week-end était réussi. A cinq heures nous les avons quittés pour aller vers la mer: Berck. Beurk par la pluie! Parce que nous nous enfoncions dans la tempête. La chambre d'hôte était parfaite. Mais nous étions seuls… Pas un autre touriste! Sinistre… Au Resto, pareil. Seuls! Biens soignés, ah ça oui! Mais seuls! Le GPS hurlait: faites demi tour immédiatement. Pas con celui-là!

Ce dimanche, le déluge a insisté. Les paysans mettaient leurs bêtes dans des bateaux pour se tirer… Brouillard, brumes, pluie, vent… Enfin, nous avons pu nous réfugier dans un Chopi qui vendait du vin bien moins cher que chez Delhaize d'après ma femme… Sauf qu'avec le prix du carburant… Mais enfin. Une heure gagnée de perdue. Toujours ça de pris… Puis un marché au poisson. Huîtres, tourteaux, cabillaud, beaucoup moins cher d'après ma femme… si on compte pas le prix du carburant, je disais entre mes dents… Puis refuge dans un restau. Prix valable sans le prix du gazoil… Ben oui, faut tout compter!

Le GPS disait tout le temps "faites demi tour immédiatement" depuis la veille, ce que je criais haut et fort également. A Ambleteuse quand ma femme a voulu voir la mer mais que la mer était derrière la brume, elle a finalement accepté de nous écouter! On a donc fait demi tour immédiatement. Et retour Bruxelles par une route extrêmement encombrée, avec ralentissements, arrêts, quatre clignotants, et cela jusque dans Bruxelles même!  Bref, pas terrible, le week-end, le plus mauvais depuis ma naissance si l'on excepte le temps passé avec les amis.

Mais le prochain sera super! Le pinard, le poisson et tout ça sans embouteillages ni dépenser un litre de carburant…! Ça va être génial!
*;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : week-end, gps, faites demi tour |  Facebook |

31/10/2009

Souvenir de Provence…

Souvenirs-provenceL

 

                         L'été passé, en passant par la Provence, ma femme voulait rapporter un souvenir. Faut vous dire que ma femme veut toujours ramener des souvenirs.

Généralement elle les oublie dans la poche de la portière de voiture et je retrouve le souvenir fondu et bien collé au fond. Souvenir… Ou alors, elle les laisse dans les plis d'un guide touristique à moins qu'elle les range à la cave et qu'on ne les retrouve que lorsque la date de péremption… Elle ramasse aussi des fleurs, des cailloux, des chardons qui s'accrochent dans le tapis de sol du coffre de la voiture… bref les souvenirs c'est la spécialité de ma femme. Et l'infection de la bagnole. Parce que la caractéristique des souvenirs de ma femme c'est de … se faire oublier sauf les nuisances! Surtout si ils fondent au soleil comme le nougat…

Mais là, en Provence, elle voulait absolument un souvenir. A Aigues Mortes elle voulait quelque chose de typique… Aïe. Ça c'est le pire. J'ai suggéré des coquillages de la plage… Comme elle les oublie dans la voiture, j'arrive à limiter les dégâts. Parce que la nappe toile cirée avec des olives de Provence… Joli sur le marché avec l'assssent qui se promène…  mais parfaitement cornichonnesque à la maison! J'ai suggéré un santon de Provence. Coloré, sympa, pas encombrant et remisable dans un coin de la maison. Et cassable par une femme de ménage standard. Mais ça ne suffisait pas. Elle voulait de jolis tissus typiques de la région. Et nous voilà dans un magasin rempli de tapis, nappes, draps de lit, mouchoirs, serviettes, tout rien que provençal… Je craignais le pire!

Ma femme explore toute la boutique, en palpant les tissus et en les déployant avec l'aide de la commerçante provençale en robe de Provence. Déjà ça, ça aurait du me mettre la puce à l'oseille…

La voilà donc qui décide d'acheter des tentures. Des mètres de tissu à caser dans le coffre. C'est pas la place que ça prend le problème mais les menaces dès que j'y touche ou dépose quelque chose à côté… Dessus, j'oserais pas. Trop risqué!

Je me suis donc intéressé au tissu, tant qu'à faire… Et quelle ne fut pas ma surprise en rencontrant les étiquettes d'instruction de lavage de constater que ce tissu venait d'une fabrique… chinoise pour le compte d'une société… belge! Ouf! C'était pas tombé loin… On est revenu d'Aigues Mortes sans autre souvenir que ce que je viens de vous raconter!

*;->)

17:15 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : provence, souvenirs de vacances |  Facebook |

17/09/2009

Des nouvelles de Drosophile Shimano

DrosoL

 

Vous vous souvenez de Drosophile Shimano? Mais oui, c'est ce gars qui s'était allumé parce que j'avais dit du mal des cyclistes irresponsables qui se croient à l'abri de toute signalisation routière. Il avait un peu déraillé en se trompant de selles lorsqu'il me lança que je le faisais ch…

Eh bien je l'ai revu tout à l'heure par hasard en train de brûler un feu rouge tout en pratiquant un bras d'honneur vers les automobilistes. Il avait ses yeux de mouche fumés, sa tenue en lycra jaune, vert pomme et violet, ses godasses de donneur de sperme et son short en charbon actif. Ah, j'oubliais le casque Bonux en polystirène protubérant qui a toujours l'air de tenir sur le crâne comme s'il portait son cerveau au-dessus de sa tête.
 
Sacré Drosophile. Il me fera toujours rire, tiens. Notez, c'est sympa de sa part de faire le pitre en rue sur un vélo alors que personne ne le paie pour ça. Non seulement il risque de se faire écraser, mais en plus il respire les gaz d'échappement et il porte gravement atteinte à sa prostate et à ses facultés de reproduction, ce qui manque pas de selle. Qu'il ne se reproduise pas est une bonne chose, me direz-vous. Certes. Ça lui enlèverait son caractère exclusif. Mais de là à ce qu'il laisse sa santé en rue pour nous faire rigoler, là… je suis admiratif.

J'essayais comme ça, par pure curiosité, d'imaginer son petit chez lui. Je l'imagine vivant dans un deux pièces cuisine avec son vélo accroché au-dessus de la télé pour pas prendre trop de place. Dans l'évier de la cuisine, une chambre à air en réparation et une gourde en rinçage. Sur la cheminée, à côté du thermo, ses trophées au Beau Vélo de Ravel… Quelques chambres à air et pipettes sur la table basse et un tube néon pour vous charmer tout ça.  Un portrait de lui en tenue drosophile à côté d'une jeune gourde en robe de mariée avec du rouge à lèvres qui a débordé au coloriage. Et la télé calée sur eurosport. Sans parler du petit coussin sur le canapé pour soulager ses fondements tant mis à mal par la selle…

Vous voyez, Drosophile Shimano a une vie passionnante et très engagée. Il s'endort en suçant sa roue tous les soirs en pensant qu'il contribue à soulager la planète. Pauvre Drosophile. Bah, il faut de tout pour faire un monde, hein. Si vous voulez le voir en pipette et en os, il sera sera là à Bruxelles dimanche et sans voitures pour son heure de gloire écoloromantique avec tous les religieux de la pompe à mélo écologique. et l'organisation Beau Ras le Bol de Vélo *;->)

 

PS: j'adore le vélo mais je ne suis ni grégaire, ni carnavalesque, ni écologiste primaire.

08/09/2009

Détenu grippal…

Détenu-grip-L

 

                 Ça y est, j'ai attrapé la grippe à V1-V2 qui m'a atteint plein pot. Je pense que j'en viendrai à bout et pas le contraire. Mais uniquement si je survis à mon confinement, parce que je ne peux plus sortir.

Oui mais voilà, j'ai plus rien à grailler. Alors j'ai attaqué les vivres qui datent d'avant les vacances… Conserves et congélateur. Je vous zesplic.

J'ai commencé par les sardines. C'est bon les sardines. Oui mais dix ou douze boîtes, après vous prenez les portugais… en grippe! J'ai trouvé deux boîtes de soupe qui étaient tombées derrière un meuble à la cave et que je me promettais de déloger depuis 2003. C'était déjà ça de pris.

Après j'ai attaqué les surgelés. Les restes de pains d'une autre époque, jetés dans le congélo plutôt que dans la poubelle pour se donner bonne conscience. J'ai fait des mélanges improbables parce que des trucs sont soudés par le froid: une vieille saucisse d'abord cuite pour la conserver quelques jours de plus, puis congelée avant les vacances mais inséparable siamoise d' une portion de cabillaud. J'ai complété par un reste de pâtes d'il y a trois jours… Mais comme le résultat était bizarre, j'ai agrémenté avec la béarnaise Devos-Lemmens qui restait. Hmm yabon avec des pâtes!  Et au moins ça masquait le goût de la saucisse.

Là, j'attaque les épinards en branches avec des champignons qui devenaient noirs au frigo. J'ai mis de la crème vanille d'un frisko soudé à une portion de purée parce que la crème fraîche manquait… Je mange des framboises au casse-noix à la sortie du surgélateur.  Et je vous raconte pas les problèmes d'identification de tous ces restes quand ils sont à l'état de cadavre blanchi ratatiné façon Hitchcock dans les tiroirs du frigo… Il faut vraiment avoir faim! Bref j'invente la cuisine du détenu grippal.

Et ma femme dans tout ça, me direz vous. Ah, bonne question. Merci de me la poser. Eh bien ma femme considère que je suis mauvais pour accommoder les restes. Elle tient une preuve de plus de l'infériorité des mâles. Je crois qu'elle teste mes aptitudes à la survie pour quand les écolos nous contraindront au zéro-déchet… Bon, je vous laisse, je dois décongeler des suppositoires contre la toux soudés à une croquette. Délicat à utiliser sans dégel préalable. Dans les deux sens…  *;->)

 

La rentrée se traine un peu. Soyez sympa, pensez à communiquer l'adresse du Macram d'Amadeus à vos amis et relations qui ont mauvais esprit !  ;-)

Merci d'y penser!

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : sante, prevention, grippe a |  Facebook |

02/09/2009

Doudou balistique!

Doudou-balistiqueL

 

                  J'ai déjà eu l'occasion de vous parler de mon petit -fils. Six ans. Un fameux bonhomme, celui-là. Oui, je sais, je ne suis pas objectif quand je parle de lui et surtout quand je prétends qu'il est bien mieux que tous les autres. C'est lui qui prétextait le Ramadan pour pas manger ses légumes… Il a encore eu le don de m'enthousiasmer durant la quinzaine où j'ai eu le bonheur de l'avoir en vacances.

Déjà, quand ma femme lui a signalé qu'il y avait des vilains mots qu'il ne fallait pas dire il lui a rétorqué que si on les avait inventés c'était pour les utiliser… Logique…: "Pourquoi on les a inventés, alors?"

S'agissant des objets idiots que je lui avais dessinés avec des ailes il m'a déclaré que c'était plus un aéroport mais un aérodrôle! "C'est amusant, on peut jouer avec les mots, hein papou!". Le fruit ne tombe jamais loin de l'arbre, me direz-vous, mais là je les reçois sur le crâne comme la pomme de Newton.

Hier, il a trouvé un truc qui le prédispose à une grande carrière d'ingénierie militaire spatiale… Je vous zesplic…

Sous notre grange pyrénéenne, des hirondelles viennent nicher depuis la nuit des temps! Enfin, depuis que la grange existe. C'est mignon ces hirondelles qui viennent nourrir toutes ces bouches jaunes ouvertes en losange. Mais l'autre jour ça a failli mal tourner. Mon petit-fils n'avait rien trouvé de mieux que de ré-inventer le missile balistique. Pour cela, il lançait son doudou, un petit ours mâché et remâché particulièrement dodu et mou, en l'air. Le but était d'atteindre les nids d'hirondelles… Le doudou balistique sol-air pour utiliser le langage en vigueur dans l'armée de l'air.

Je suis intervenu à temps parce qu'il était arrivé à atteindre un nid. Il était moins une. Vous imaginez… si un écologiste était passé par là à ce moment, j'étais dénoncé à la Komandantur locale et bon pour quelques années de travaux forcés en faveur des hirondelles. La frayeur rétrospective!
Et pas question de le charger lui uniquement! Non seulement, je serais responsable de ses agissements mais en plus, lorsque ma femme lui a demandé pourquoi il avait donné des coups de pied à son frère, il a répondu: si c'est moi, je ne m'en souviens pas en tout cas…

Je pense qu'il pourrait aussi être avocat ou politicien, celui-là!   *;->)

29/08/2009

Le bonheur de ma chérie…

Bonheur-chérieL

 

                        Le bonheur est un idéal de pourceau, disait Einstein. Réfléchissez et vous verrez la profondeur de cette pensée… Mais c'est pas le sujet. Le sujet c'est le bonheur version ma femme.
Ma femme a une conception du bonheur qui dépasse de loin celle des bouddhistes. Vous vous souvenez que pour les bouddhistes, suffit de ne plus avoir envie pour ne pas vivre frustré. C'est ça le bonheur. Un peu comme Coluche: dites nous ce que vous voulez, on vous apprendra à vous en passer. Pareil pour ma femme, sauf qu'elle, c'est encore mieux. Je vous zesplic.

Nous passons quelques jours chez des amis français qui ont une superbe et très grosse demeure ancienne, pratiquement un château, près de Cahors dans le Lot. Des centaines d'hectares… Trois dépendances dont chacune serait une belle maison de campagne en soi… Ma femme: eh bien je leur laisse! Tu imagines l'entretien? La toiture… Et les vols… Et les problèmes d'héritage? Dieu merci, c'est pas pour moi. Rassure toi ma chérie, c'est pas à nous!

Plus tard, nous passons un après-midi chez des amis à Toulouse. Là aussi, piscine, très belle et grande maison dans un joli parc. Ma femme: tu as vu ces arbres? Ça doit leur mettre plein de saloperies dans les gouttières! Et l'entretien! Et puis cette terrasse couverte, tant qu'à l'avoir aussi grande, elle est pas pratique, je préfère pour eux que pour moi. Rassure toi, ma chaigrie, c'est pas pour toi! Tu y as échappé! J'y veille!

On visite une propriétaire récoltante dans le Minervois. Courageuse, heureuse de son métier et de vivre dans les vignes ensoleillées. Ma femme: Eh bien, avec ce soleil, et les maladies de la vigne, les touristes, le travail que ça représente et tout ça, c'est pas pour moi! Mais ma chichie, rassure toi, nous n'avons pas non plus de vignes!

Un après-midi, dans le soleil des Pyrénées, nous croisons un joli petit cabriolet décapotable. Ma femme: j'en voudrais pas! Pour se ramasser des coups de soleil, avoir froid en hiver et se faire voler par des malfrats qui percent la toile… Du calme, ma chutenvrille, nous n'avons pas de coupé décapotable. Et tu vois, tu es pleinement heureuse grâce à moi: je n'ai pas de château, pas de vigne, pas de décapotable et pas de jolie maison toulousaine avec une belle piscine ombragée! T'en as de la chance, hein! Elle en a de la sagesse, hein ma femme!

Je commence à comprendre pourquoi elle m'a préféré à Alain Delon ou Georges Clooney, mais du coup je me pose des questions sur moi…
 
*;->)

25/08/2009

Ils s'en tapent!

S'en-tapentL

 

- Allo…, vite, c'est pour signaler un accident qui s'est passé juste devant nous qui…
- Bienvenue au service des urgences médicalisées de l'autoroute. Pour nous signaler un accident, tapez un, pour obtenir des conseils, tapez 2.
- 1
- Pour cet accident, si la personne est consciente, tapez 1. Si elle est inconsciente, tapez 2.
- 2
- Pour un ou plusieurs bras ou jambes cassés, tapez 1. Pour un traumatisme du tronc, tapez 2. Pour un traumatisme du crâne ou de la face tapez 3.
- 3
- Si la personne saigne, tapez 1. Si elle ne saigne pas tapez 2.
- 2
- Si la personne est inconsciente mais qu'elle respire, tapez 1. Si elle ne respire plus ou difficilement, tapez 2.
- 2
- Vous avez choisi l'option 2. Si la personne est de religion catholique tapez 1. Si elle est protestante, tapez 2. Si elle est de confession juive, tapez 3. Si elle est muslmane, tapez 4. Pour tout autre religion, tapez 5.
- 1
- Merci d'avoir communiqué cette information, un opérateur catholique va prendre votre appel… Nous nous occupons de votre appel… Merci de patienter… Nous nous occupons de votre appel… Tous nos prêtres correspondants étant occupés et les morgues saturées, veuillez rappeler plus tard. Nous vous remercions de votre confiance…

Vous n'y croyez pas? Moi non plus je ne croyais pas que France Telecom fut déjà devenu BigBrother de la sorte, que les autoroutes n'ont pratiquement plus d'humains aux caisses, que le monde se déshumanise à grande vitesse. Et pourtant, entre radars et automates, Big Brother est bien là! Et les commissions informatiques et libertés ou autres organismes n'y ont vu que du feu… Ils ne se rendent même pas compte des implications de tout ceci. Ils n'ont aucune vision intégrée de ces nouvelles technologies en rapport avec la morale, la Société et les droits de l'Homme. Et plus simplement: quand les gains de productivité seront tels qu'ils élimineront tous les emplois et salaires, qui pourra se payer les produits des robots?   *;->)

09/07/2009

Pour la burka au bureau

PourBurkaL

 

                             La burka est une pratique moyenâgeuse qui humilie les rapports hommes-femmes et qui prend des allures de manifestation permanente et conquérante. Je ne suis donc pas pour une nouvelle loi qui l'interdirait mais pour l'application de celle qui existe déjà et qui interdit de se promener masqué en dehors du carnaval! D'ailleurs,c'est ce que pratiquent certaines communes belges qui se réfèrent à cette loi.

Cela dit, chacun est libre de faire ce qu'il veut dans des lieux moins publics que la rue. Et s'il est un endroit où la burka serait bienvenue c'est le bureau! Je vous zesplic.

Avec la burka au bureau, toutes les femmes seraient égales et les zoms ne leur feraient plus la cour! Les danses du ventre seraient gommées par la longue robe noire. On pourrait éventuellement distinguer les secrétaires des cadres en autorisant des couleurs de burka différentes. Mais guère plus de signe distinctif que ça. Ce serait aussi une source d'économies pour les femmes qui cesseraient de se sentir obligé d'aller s'habiller chez Machin avec des vêtements griffés ou dégriffés. D'ailleurs, cela ajouterait beaucoup au sérieux de l'entreprise. Parce qu'aujourd'hui, entre les caleçons fleuris, les décolletés de compétition et les maquillages de guerre du sexe, il y a de quoi être déconcentré dans votre travail si vous êtes un mec au bureau un tant soit peu équipé d'une libido dans la fleur de l'âge.

Fini les problèmes de secrétaires et patrons, les harcèlements divers et les couples qui éclatent. Fini le favoritisme pour telle ou telle. Seules leurs qualités de travail seraient appréciées.   Et si l'une fait une erreur, impossible de la retrouver! C'est là qu'on verrait apparaître une vraie solidarité féminine! Enfin, les femmes n'auraient plus de complexe d'âge ou d'embonpoint. Tout cela serait masqué par la burka et la longue robe noire.

Ah… je vois que vous commencez à être de mon avis. Ou alors vous êtes de ceux qui… au bureau… Enfin, ça vous regarde. Mais moi, je crois que nous avons tout à gagner avec la promotion de la burka au bureau. Et surtout les femmes! Franchement, ça vaut le coup d'être essayé.

Quoique… Non, je pense à un truc. Je connais un peu les femmes. Elles auraient tôt fait de porter leur burka en s'autorisant dans cet anonymat, à porter des minijupes, bas résilles et autres atours compensatoires agressifs… Finalement, pas si bonne que ça mon idée. Bon, allez, j'ai rien dit, on continue comme avant! *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : burka, sexe au bureau |  Facebook |

11/06/2009

Papemichets…

 

papemichetL

                 Attention, ça va saigner, parce qu'il commence à m'énerver celui-là!

Le problème c'est que ce pape entre dans les détails! C'est pas un visionnaire! Plutôt que de s'intéresser à l'Esprit de la lettre et déclarer qu'il faut "aller dans le sens de la Vie mais que chacun fasse selon sa conscience", il entre dans les détails: le préservatif et la nature du caoutchouc, par exemple. Ou l'avortement avec ou sans  gants de latex? etc. Ce type, bien que théologien, n'a pas compris le sens du mot Esprit. Il pense au ras des pâquerettes et des fleurs bleues de l'amour. Ce faisant, il est à mettre dans le même tabernacle que l'Ayatollah Khomeini. J'ai lu les textes de l'Ayatalloah. Il y décrit ce qu'il y a lieu de faire avec vos toilettes si par mégarde vous y laissiez tomber une feuille du Coran… Il définit le nombre de chameaux qu'il faut donner au beau-père pour épouser sa fille… etc.

Alors, venir expliquer ce qu'il faut faire ou ne pas faire avec le préservatif, excommunier les violées avortées, tenter (je dis bien tenter dans lequel il y a le mot tentationné) de gérer la vie sexuelle des prêtres, tout ça me semble relever d'un pharisianisme primaire tout juste bon aux négociations sur la saussiscission de Bruxelles, Halle, Vilvorde!

Bientôt, il va nous déclarer qu'il ne faut pas utiliser la langue dans le cuninlingus. Aux dames il recommandera de ne pas "sucer les zoms par respect pour ma crosse". Même le baiser sera qualifié "d'échange de bactéries inutile à la reproduction de l'espèce". (Dites, heureusement que son espèce à lui n'est pas reproductible…). Le godemichet est à proscrire parce que, dit-il "il ne conduit qu'à des fantasmes et pas à la vie. il conduit à la surconsommation de piles qui sont très polluantes pour la planète, tout comme le savon pour la vaisselle".

Ah mais, attendez, je sais ce qui lui a donné l'idée de s'intéresser d'aussi près aux godemichets! C'est que dans le mot godemichet il y a le mot God! Ah bon… désolé, j'ai mis du temps à comprendre. Bon, ben ça fait rien, on les appellera papemichets désormais… *;->)

 

Ci-dessus à gauche: un pape hurlant du grand peintre irlandais Francis Bacon (1909-1992).

03/06/2009

Fesse phone…

Fast-fesse-phoneL

 

                                    Ma modestie dut elle en souffrir -ça commence bien- il faut que je vous raconte ce qui vient de m'arriver. Le genre de truc que Feydeau, vous savez le maître du théâtre de boulevard, aurait aimé. Je vous raconte.

Hier après-midi, je quitte une réunion de prospection. J'avais évidemment remarqué la présence d'une jolie praline dans l'assistance des cadres présents. Oui, par praline j'entends une femme séduisante et désirable. C'est mon expression favorite. N'y voyez rien de méprisant, que du contraire. Ça suggère une volupté intense et rare, une douceur fondante et festive dans un emballage de tentation. Avant de partir, nous échangeons tous nos cartes de visite électroniques de portable à portable. Pratique! Et je rentre chez moi. Attendez, c'est après que ça devient drôle.

Vers 22 heures, au calme devant ma télé, mon téléphone fait vibrer ma cuisse gauche. Un peu surpris, je découvre sur l'affichage que c'est la praline qui m'appelle… Je décroche. Allo? Pas de réponse mais je commence à entendre une conversation un peu lointaine. Praline, appelons la comme ça, voulez-vous, avait manifestement appelé mon numéro avec ses fesses sur son portable… Je tends l'oreille et découvre qu'on parle de ma présentation de l'après-midi… Intéressant. Encore que le sujet passe rapidement de la présentation à ma personne… Et là, j'apprends que Praline, me trouve à son goût et en parle avec envie à une amie… Je vous passe les compliments inattendus sur mon physique, mes yeux, les mains, la voix, et j'en passe pour conclure que je suis une belle bête et que si je lui demandais gentiment, elle dirait pas non. Texto! Que voulez-vous, tous les goûts sont dans la nature, hein. Elle se demande comment faire pour passer au-dessus de son patron et traiter l'affaire avec moi…

Elle parle d'une réunion à 17 heures qu'elle ferait traîner un peu, enfin, toutes ces choses possibles quand on veut arriver à ses fins. Rires. "Je dois absolument aller chez le coiffeur mais mes horaires… et puis j'ai plus une seule tenue de saison… ". Bref… le bonheur est dans les prés…miss. L'ennui c'est que l'amie lui suggère de ne pas mélanger travail et vie privée. Peut pas se taire celle-là? Parce que Praline a acquiescé. Et là, je suis perplexe… Qu'est ce que je fais? Je prends l'affaire ou la praline? Dites lui rien, elle sait pas que je sais…

Y a pas à dire mais ils sont diaboliques ces téléphones portables que l'on commande désormais directement avec ses fesses et qui fait vibrer votre cuisse devant la télé! Acte manqué ou réussi? Enfin, la définition du baise main n'était-elle pas: il faut un début à tout…
*;->)

PS: A l'intention des jaloux et jalouses, je signale que j'ai inventé toute cette histoire!

26/05/2009

Ça a le mérite d'être honnête…

Merite-honnêteL

 

                                     Je reviens de chez mon enfoiré de médecin avec son humour au marteau piqueur. Mais c'est pas le sujet. Le sujet c'est mon rapport à la salle d'attente.

Il existe une société qui rachète à vil prix tous les invendus des magazines hebdos ou mensuels et qui, moyennant paiement, les redistribue dans les salles d'attente des médecins, dentistes, coiffeurs, etc. Bon.

Ces magazines m'interpellent au niveau du mental qu'a pas le moral deux fois…

D'abord, comme ce sont des magazines que je ne lis jamais comme "poils de cul et mirages du monde, le magazine des têtes couillonnées et des glands de ce monde", je découvre des trucs sur nos princes qui nous gouvernent… pas ou si mal. Et quand j'apprends une nouvelle affaire d'arrière-train entre Fluptilde et Soulippe, je me passionne. Puis je tombe sur un article santé, un sur maigrir pour l'été et un sur la nouvelle Rolls, j'ai envie de tout lire mais paf! je suis interrompu au milieu de ma lecture par le toubib qui éjecte le client en cours de rechute. C'est tellement frustrant que ça me stresse quand je lis, ce qui fait monter ma tension, ce qui me vaut des traitements qui ont un effet direct et néfaste sur mes érections matinales que c'est pas le sujet non plus. Tout ça pour un article de magazine pour trisomique.

Mais c'est pas tout… Ces magazines ont un deuxième effet néfaste, c'est que vous léchez vos doigts pour tourner les pages, donc vous reléchez les doigts des autres et vous marquez votre territoire viral pour le suivant… Si le précédent lecteur vient du Mexique vous vous prenez la grippe chili con carne d'un coup, d'un seul dans votre tronche de zozo gringo. Logique.

Je me suis donc dit que j'allais en toucher un mot à mon médecin. Parce qu'on vous tape sur le crâne avec les écrans plats pour vous inciter à vous laver les mains toutes les trente minutes pour massacrer les bactéries et autres virus, mais personne ne s'occupe des magazines viraux des médecins… Sa réponse m'a un peu découragé…: "ben quoi, ça entretient mon fond de commerce, non?".
Au moins, ça a le mérite d'être honnête! Il est bien ce type. Au marteau piqueur.  *;->)

PS: je voudrais préciser à l'intention des malcomprenants que tout ce que j'écris ici est toujours très exagéré et que si je fréquente mon médecin depuis si longtemps c'est que c'est un type sympa et bon médecin. Un rien spécial, c'est vrai… mais là c'est l'hôpital qui se moque de l'infirmerie!

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : contagion, medecins, grippe, masques, hygiene |  Facebook |

11/05/2009

Ethologie et Hamburger

EthologieL

 

                       L'éthologue (étude du comportement animal) Konrad Lorentz a montré que le poussin qui sort de l'œuf reconnaît la première chose qui bouge devant lui comme étant… sa mère. Et il la suit. Ça peut être un train électrique une poule ou un socialiste, peu importe. D'ailleurs, en Belgique, les socialistes… Ah, pardon, je m'égare.

Les humains ont aussi ce genre de comportement. Ainsi, Proust a montré que si vous mangiez une petite madeleine dans un contexte donné, ce contexte vous reviendra à l'esprit quand vous remangerez une madeleine.

Un jour, un monsieur américain qui s'appelait Hamburger eut l'idée d'en fabriquer et de les vendre. Puis, il lut Proust et se dit que s'il faisait de ses restaurants des endroits festifs où les parents vous emmènent quand vous êtes en congé, chaque hamburger susciterait un bien être psychologique qui vous rendrait heureux!

C'est ainsi que monsieur Hamburger fit du repas BigreMac une drogue à l'insu de votre plein gré comme disait le coureur cycliste. Vous pensez emmener vos enfants dans un repas rapide qui mange pas de pain… et vous les conditionnez grave pour la malbouffe! C'est pas tout. L'industrie du disque se dit que l'on pourrait faire la même chose. En matraquant un peu des musiquettes simples, on pouvait en droguer les gens pour qu'ils les achètent. Et ça a marché!

Avec cette méthode on arrive à vous faire acheter n'importe quoi. C'est ainsi qu'aujourd'hui on vous fait empiffrer des pizzas synthétiques livrées en scooter, des boissons hyperdiabétiques, de la graisse végétale (huile de palme) hypercholestérolémiantes ou des bonbons qui vous dévissent les dents.

Pourquoi je vous raconte tout ça? Parce que le chanteur Bashung est mort et qu'à entendre les commentateurs je me suis mis à me dire que j'avais raté quelque chose… que son talent m'aurait échappé… Ben non. A l'écouter de plus près c'est à lui que le talent avait échappé…

Eh oui, à bouffer n'importe quoi dans des atmosphères festives, on finira tous drogués à la connerie universelle.  * ;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : culture, mediocrite, malbouffe, pipole |  Facebook |

25/04/2009

Le courrier sauté aux cinq parfums…

Courrier-baguettesL

 

                     J'admire toujours les gens chez qui tout est bien rangé, avec une cuisine toute propre où tout a une place, SA place. C'est pas le cas chez moi… Il y a un acharnement de la méchanceté des choses qui s'égarent ou qui cassent au mauvais moment que je n'arrive pas à bien comprendre. Tiens, je vais vous raconter la boîte aux lettres.

J'ai placé une nouvelle boîte il y a quelques semaines. Verticale, en acier inox pour pas qu'elle rouille comme la précédente. J'ai donné une clé à ma femme et j'en ai gardé une. Equitable. Ma femme s'est empressée de paumer sa clé et m'a donc accusé d'en avoir une de trop qui était peut-être même la sienne que j'aurais ramassée par erreur. La bonne foi de ma femme ne connaît pas de limites. Le purgatoire a été inventé pour elle, je crois.

Elle a donc embarqué ma clé. Tous les jours je dois m'exercer comme un chimpanzé auquel on demande un effort intellectuel s'il veut gagner une banane. J'ai essayé d'insérer la pince à saucisses pour attraper les enveloppes mais l'articulation est trop grosse pour la fente de la boîte. J'ai essayé le papier collant qu'on laisse pendre mais c'est trop aléatoire comme jeu de foire où vous gagnez pas souvent la montre dorée en plastique avec Mario peint dans le cadran. J'ai essayé le fil de fer. L'enveloppe monte et monte et monte et… choit mollement. Vous êtes là avec votre bout de fil de fer comme une pie qui a trouvé un couteau. Et la tête des voisins…

L'autre jour, me voilà dans un restau chinois avec des amis. On nous apporte des baguettes dont il faut séparer les deux brins en cassant le bois. Vous pensez, ça a fait tilt! Tout le monde se demandait pourquoi j'empochais les baguettes sans les séparer… Le bout est biseauté. Juste ce qu'il faut pour attraper une enveloppe et la remonter jusqu'à la sortie! Manque de bol de riz, ce matin l'enveloppe convoitée était tombée horizontalement. Baguettes trop courtes. J'ai  attaché une rallonge qui altère d'autant la dextérité et la précision. Mais je suis quand même parvenu à récupérer mon courrier administratif aux cinq parfums d'emmerdements, les relevés de banqueroute chop soey, les prospectus laqués et les nems à factures avec mes baguettes. J'étais tellement fier que je m'attends à recevoir un régime de bananes entier un de ces jours pour mes performances intellectuelles simiesques appliquées. Y a pas à dire, mais chez moi, le courrier ça se mérite… il n'y a jamais rien de simple comme chez les autres…  *;->)

23/04/2009

Où en sont mes résolutions?

Bonnes-résolutionsL

 

                   Au Nouvel an, j'ai pris des bonnes résolutions. C'était le moment. Le Champagne, le foie gras, les lampions, vous savez comment ça va, on est prêt à signer n'importe quoi et à promettre tout ce qu'on veut. Et après ça coince. J'avoue que cette année, jusqu'ici, je me suis bien planté.

Par exemple, ma première résolution était de gagner au loto. Trois mois se sont passés et j'ai toujours rien gagné. Zéro. Nada. Même pas 5 euros pour avoir l'air moins ridicule. Pourtant, ça c'était une résolution importante pour moi. Sinon, je vois pas comment je vais payer l'avion pour ma seconde résolution qui était d'émigrer loin pour fuir ce pays de fous! Loupé. Enfin, il me reste neuf mois mais c'est mal barré.

Ma troisième résolution était que mes amis cessent de mourir en 2009. Qu'ils fassent une pause parce qu'à la vitesse où ils s'en vont, je vois pas où je vais encore trouver des alibis pour sortir le soir. Vous imaginez ma femme? Moi: je m'en vais chez Daniel ce soir. Elle: tu vas au cimetière? Moi: non pourquoi? Elle: ben il est pas mort fin de l'an passé? Moi: … Je n'y pensais plus. Difficile d'accepter, alors on gomme l'info dans le cerveau. Il va falloir que je tienne une de ces comptabilités… Pas évident. Et ils font rien pour faciliter ma résolution: cancer de ci, cancer de ça… Si ça continue ils vont bientôt imprimer un faire-part collectif.

Une autre résolution était que j'arrêterais d'écrire mes textes. Mais qu'est ce que je fais alors de toutes ces idées qui me sont suggérées jour après jour par la folie du Monde? Je jette? Je fais semblant de pas entendre? Difficile!

Quant à ma résolution de perdre du poids, elle prend les allures de publicité mensongère. Et rien à liposucer. Si encore je pouvais hyberner comme un ours ou une marmotte pendant l'hiver et perdre pour l'été sur les plages les déjeuners trop arrosés… Mais avec les avions qui passent ici au-dessus, même les cimetières ils évitent de les mettre par ici. Ça pourrait en réveiller quelques uns…

Tout ça m'apprendra à prendre des résolutions à bout portant dans un moment d'euphorie!  *;->)

17:30 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : resolutions, promesses, bonne annee |  Facebook |

20/04/2009

Paradis fiscaux

Paradis-fiscauxL

 

                   Y a un truc qui me chipote… On n'entend plus parler que de paradis fiscaux. On veut les casser, les empêcher de nuire, de recycler de l'argent sale, etc. Dans la liste grise, le croirez-vous: la Belgique! Pas pour moi en tout cas, mais c'est pas le sujet.

Donc, il n'y en a plus que pour l'abattage des paradis fiscaux. Et on vous explique que c'est pour moraliser le monde, la finance, empêcher les méchants de mettre le système économique à mal, etc.

Je vous raconte tout ça parce qu'il y a un truc qui me chipote. C'est qu'on nous manipule nos occiputs plus sûrement qu'un coiffeur avec son shampooing et ses petits doigts emperlousés de bagues vulgaires comme faisait remarquer mon Maître, le regretté Pierre Desproges. Et que Dieu ne touche surtout pas à son âme…

Parce qu'enfin, nous avalons toute cette propagande sans réagir et même en épousant les théories: les riches sont des méchants qui ont gagné injustement leur argent avec des parachutes dorés, voire avec des malversations comme des politiciens socialistes et qui recyclent leur argent sale dans des paradis fiscaux. Point barre barre.

Mais ça vous trouble pas ce mot? Paradis fiscal! Allons, réfléchissons une seconde. Si ces pays sont qualifiés de paradis fiscaux c'est bien par opposition à autre chose! Cette autre chose c'est donc le contraire du paradis! Et ce contraire c'est l'enfer, non? Et cet enfer, ce serait pas où nous sommes par hasard? Ben oui! Bon sang mais c'est bien sur! Nous sommes tous dans l'enfer fiscal et comme chacun sait, le diable a horreur du paradis! Voilà pourquoi il nous raconte tous les jours qu'il faut supprimer les paradis fiscaux! CQFD !

Ah ben je suis drôlement content d'avoir compris ça. Notez je m'en doutais un peu mais c'était confus dans ma petite tête. Et c'est ça qui m'ennuie depuis si longtemps! Je suis en enfer avant même d'avoir été passé au tribunal du jugement dernier! Même pas en garde à vue. Non non, en enfer fiscal! Avec vous et tous autant que vous êtes à me lire pour sourire un peu et échapper à votre condition sur cette basse terre. Eh oui, le diable est partout, même où on satan le moins à le trouver!  Ooops ma langue a fourché!  *;->)

15/02/2009

Le cul et les oreilles…

Cul-oreillesL

 

                        Il y a cinq ans, j'ai voulu remplacer les enceintes de ma chaîne Haute Fidélité. Je me suis fixé un budget et j'ai commencé à chercher. Après avoir parcouru quelques auditorium et beaucoup lu sur la question j'avais fixé mon choix sur deux superbes produits dont les critiques disaient le plus grand bien et après écoute j'ai acheté deux enceintes magnifiques et au double de mon budget… Caprice… Plaisir de la volupté d'un son tellement présent. Bah, on ne fait pas des folies tous les jours. Et c'est quand même pour pas mal d'années de plaisir.

Arrive un ami. Il admire les enceintes et en demande le coût par curiosité. Une fois que je l'ai eu ranimé, il s'étranglait: quoi? T'y as payé ce prix là? Mais tu es fou! Tout ça pour du bruit!
Je commençais à complexer et je me suis mis à réfléchir. Eh oui c'est de l'argent. J'ai donc cherché à motiver mon achat en lui disant que j'aimais beaucoup la et même les musiques, mais aussi la qualité, le fruité des sons et des harmoniques, choses qui disparaissent absolument avec les chaînes standards. Mais ça n'a pas suffi et je suis passé pour le dernier des cinglés. Mais vous savez comment ça va, une fois que le cerveau se met en route, il devient difficile de l'arrêter.

Un jour que je rendais visite au dit ami, il m'a montré son nouveau salon. Il venait de s'acheter deux superbes canapés en daim et deux fauteuils la semaine d'avant. J'ai admiré, puis en ai demandé le prix. Le total valait bien plus cher que mes enceintes! Et là, c'est venu tout seul: quoi? Tu as payé ce prix là? Mais c'est effrayant! —"Oui, me dit-il mais qu'est ce qu'on est bien assis! On s'y sent bien, et toi tu as bien acheté tes enceintes!". Et c'est là que je suis devenu féroce…

Mais mon vieux, tu me traites de fou mais je te signale que tu viens de dépenser plus d'argent pour ton cul que pour tes oreilles! Plus d'argent pour t'avachir que pour te cultiver!

Eh oui, c'est ça la vie. On dépense souvent plus d'argent pour ses bassesses que pour les hauteurs… Ça fait réfléchir, hein! Vous trouvez pas?   Bon… je crois que je vais encore me faire pas que des amis avec ce texte…
*;->)

03/02/2009

Comment on devient mouru?

DevenirMouruL

 

                                Ça vous a jamais frappé tous ces gens intelligents qui se prennent en pleine tronche un cancer qu'ils n'avaient pas vu venir? Tentons d'y voir clair. Voilà, il y a un petit truc qui vous gratte et vous voulez pas embêter votre médecin avec ça. Ou le contraire: vous lui en racontez tellement qu'il ne fait plus attention… Et subitement, paf, ça démange vraiment…

Votre toubib qui voit rien donne le coup d'envoi pour ferdaizexamens. Le premier spécialiste ne trouve rien, il vous passe à la radio qui vous passe au cardiologue qui se fait dribbler dans le dédale des couloirs par le néphrologue qui trouve rien non plus mais vous envoie en penalty dans le camp du spécialiste suivant qui, dans un magnifique coup de tête, vous expédie de l'autre côté du terrain hospitalier et là c'est goal! Le dernier de la chaîne trouve ce que vous avez après trois mois de zexamens et de cheminement de votre cancer… Carton rouge pour le ballon: vous! Il ne vous le dit pas mais avertit votre médecin dans votre dos pour vous laisser angoisser encore un week-end.

Votre médecin vous raconte des contes pour enfants: "tout n'est pas perdu, on a fait des progrès mieux que Sylvie Vartan, évidemment il est un peu tard, on peut jurer de rien mais j'ai de bons espoirs, il y a 50% de chances"… Bref, il était passé à côté. "Je l'avais pas vu, la médecine n'est pas une science exacte…", dit-il l'air absent. Merci l'artiste, des exemples comme ça j'en ai quelques-uns… dans mon terrier d'amis, sous terre je veux dire, que je célèbre en novembre.

C'est une particularité du cancer, ça ne vous attaque vraiment que quand on a trouvé ce que vous avez! Avant c'est sournois, après c'est galopant. A se demander pourquoi le mettre au jour! On vit mieux avant! Parce que là vous perdez vos poils, la voix, votre montre à cause de la mémoire qui s'en va aussi, et on vous fait avaler des cocktails de vitamines et de poison d'if et que sais-je, qui vont vous donner le sentiment que vous avez une rémission… de trois jours. Les infirmières que vous voyez parlent autrement: plus proche, plus maternel, plus doux… Normal, vous avez cessé d'être dangereux. C'est le signe. Là, vous avez gratté la dernière case de vos chances et vous allez disparaître subito.

Bon, j'ai plus de place mais l'histoire n'était de toute façon plus très longue… Il y a bien encore des épisodes sympas en charcuterie et avec de la morphine mais… pour une autre fois peut-être?

Surveillez-vous… Ne laissez rien passer, hein… Take care… Le médecin en a peut-être dans la tête. Mais c'est vous qui êtes dans votre peau! Pensez-y…
*;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : rire, medecins, mort, medecine |  Facebook |

02/02/2009

Timbré

TimbréL

 

                        Il y a un truc qui me terrorise dans l'existence, c'est le facteur. Ici, c'est une grande blonde jolie jeune fille sur sa mobilette. Ça devrait faire passer la pilule! Eh bien non, je reste terrorisé Je vous raconte comment ça se passe.

Il va être 11 heures. Mon rythme cardiaque s'accélère, je commence à devenir moite. Je n'arrive plus à me concentrer. J'attrape des tics nerveux et la souris de mon ordinateur m'énerve. Je …ate des …ouches sur le clavier. Le taux d'erreurs monte en flèche jusqu'au moment où j'entends la légère pétarade de la mobilette. Alors je monte un rien la radio pour couvrir le bruit. Mais pas trop pour être sur de ne pas le rater… Et c'est d'abord le grincement du frein que j'entends à des maisons d' avance. Un rien… mais je l'entends. C'est fou ce que j'ai l'ouïe fine dans ces cas là, des millions de fois plus fine que quand ma femme me parle! Je me demande…

Puis, j'observe sans me faire voir si la postière est devant ma maison… Oui… va-t-elle déposer sa mobilette et venir vers la maison ou s'en prendre simplement à la boîte aux lettres. Dans les deux cas, j'angoisse, le cœur est dans la zone rouge du sur-régime. L'horreur. Puis elle s'en va et je décompresse un peu. C'est là qu'il va falloir faire preuve de courage et aller vers la boîte… L'ouvrir… ne pas regarder ce courrier tout en ne ratant rien… Puis ouvrir dans un acte de courage surhumain les enveloppes des lois sociales et autres assurances, taxateurs, TVA, administrations diverses et variées qui risquent de ruiner ce que j'ai gagné le mois passé! D'un coup, comme ça, par pur droit de cuissage de l'électeur… comme les Seigneurs du passé s'arrogeaient le droit de "cuisser" les jolies soubrettes ou paysannes qui leur plaisaient… Tiens, c'est une idée ça… Après tout ce qu'elle m'a fait vivre comme angoisses, je devrais peut-êre essayer ça avec ma postière! C'est quand même mieux que de lui envoyer un chien et ses crocs! Enfin tout est relatif parce que je n'ai jamais été un amant très doué… et même j'aurais été un très mauvais violeur, mais quand même… il y a un début à tout! Qui n'essaie rien n'a rien… Tant va la cruche à la boite qu'elle pourrait bien se prendre un oblitéré, recommandé ou non!

Bon, assez fantasmé. Jamais je n'aurais osé vous parler de mes troubles obsessionnels compulsifs du courrier si je n'avais découvert que… nous sommes nombreux dans ce cas là et de plus en plus nombreux. C'est peut-être de là que vient l'expression " timbré"…
*;->)

18:07 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : poste, courrier, facteur, angoisses, nouvelles |  Facebook |

07/01/2009

Et vogue la galette!

VogueGaletteL

 

                            Ah, les rois de l'or, de l'encens et du Mir liquide (ils ne savaient pas encore pour le pétrole, sinon ils en auraient apporté aussi). J'adore avoir la couronne des rois. J'ai toujours détesté que ça tombe sur quelqu'un d'autre. Après il faut attendre un an complet pour que revienne une chance de l'avoir. Ça vous laisse le temps de cuver votre déception, mais quand même, c'est long. C'est pas que j'y pense toute l'année mais c'est l'idée qu'il va falloir attendre un an…
Et encore, cette attente ne vous donnera pas la certitude de l'avoir! C'est très dur à vivre, ce moment précis où la couronne vous échappe et arrive bêtement sur la tronche d'un autre qui arbore un sourire satisfait et niais. Je trouve qu'il n'y a rien de plus idiot que quelqu'un d'AUTRE que VOUS avec une couronne des rois. D'ailleurs, la plupart du temps, la couronne trop grande lui glisse autour de la tête comme un collier de clébard. Bien fait. N'est pas roi qui veut…

Mais un jour, comme je prenais un vieux journal pour essayer de ne plus y penser, je suis tombé sur un article qui parlait d'un socialiste. Et c'est ça qui m'a donné l'idée de forcer un peu le destin pour la prochaine galette des rois. Evidemment, j'ai du attendre un an, mais quand la date est revenue, j'ai cherché une galette avec une fève séparée à placer soi-même comme un suppositoire dans la chair de la galette. Pratique et plus sur que le petit bonheur malchance.

J'ai donc repéré un point saillant sur la galette et j'ai placé la fève juste en-dessous avec un large sourire carnassier. Puis j'ai réglé la dimension de la couronne au diamètre de ma tête et j'ai attendu tranquillement la fête. On a mis la galette à table et les enfants étaient très excités. L'aîné était à moitié couché sur la table avec ses deux coudes la tête au-dessus de la galette. Il a dit "moi je veux ce morceau là!" en pointant mon point saillant avec son petit doigt: "on dirait une montagne"… Bardaf.

Ah non, dis-je, on ne choisit pas son morceau! Mais ma femme a insisté… si ça fait plaisir au petit, ça n'a pas d'importance… Je pouvais pas insister, c'eut été louche. Et hop, une année de perdue. Cette année, les petits n'étaient pas là et j'ai re-préparé mon coup. La fève suppositoire, le repère saillant et vogue la galette. Mais comme elle fût un peu secouée avant d'arriver à table, la fève a voyagé dans une cavité intérieure et… c'est mon fils qui a eu l'air con avec sa couronne.

Je serais pas très bon comme socialiste, je crois… Enfin, comme eux, j'ai eu de la galette, c'est déjà ça! *;->)