10/06/2010

J'ai fait un rêve…

 

RêveL

 

 

J'ai rêvé que je me réveillais avec une douleur au pied et une allergie due à un temps appelé printemps. Je me levais, il faisait froid, gris et il pleuvait des gouttes avec un bruit sinistre. C'est là que j'ai été pris d'un besoin et j'ai réalisé que j'avais un égout dans le bas du dos par lequel sortaient des matières peu ragoûtantes. 


Je me suis orienté vers une salle d'eau et j'ai réalisé qu'il fallait que je me lave. En fait, j'accumulais de la saleté, même sans rien faire. Une sorte de suintement que l'on appelait sueur. Etrange. Mes ongles avaient poussé durant la nuit.


J'ai allumé la radio. un truc appelé gouvernement venait de tomber. Le pays allait éclater et des gens avec un accent bizarre et des mots lourds plein la bouche voulaient étrangler la communauté à laquelle j'appartenais. Des politiciens (?) nous pourrissaient la vie avec des menaces contre lesquelles ils avaient toujours les mêmes "solutions": lois, surveillance, sanctions, racket… 


Pour manger, j'ai eu besoin d'argent. Il fallait travailler. J'étais pas forcément contre mais il n'y avait pas de travail. Et les produits que l'on voulait me vendre étaient malades, pollués, industrialisés, insipides ou trop agressivement goûteux. Les artistes étaient devenus fous mais un système financier épouvantable nous suggérait que c'était nous qui ne comprenions rien. Et beaucoup faisaient des efforts pour essayer de comprendre en vain…


Sur la route, les caméras et radars m'empêchaient d'utiliser mon automobile. J'étais perplexe. D'autant que les routes étaient défoncées et que des affreux sauveurs du Peuple avaient dilapidé l'argent en promesses fallacieuses… 


Revenu à la maison, j'ai réalisé que du poil vert sortait du sol et envahissait tout. J'ai allumé la télé. Il y avait un documentaire sur ce qui entoure la terre. C'était très très grand. Et nous tournions comme des fous autour d'une étoile brûlante dont seule une mince atmosphère nous protégeait. Plus loin, ce genre d'étoiles existait par milliards. Pire, des cailloux épouvantables menaçaient de nous réduire en bouillie… cela s'était déjà produit plusieurs fois dans l'histoire de la terre. 


J'ai commencé à être pris de tremblements. Je suis affolé. Je ne sais où me réfugier. Quelqu'un pourrait-il me réveiller, s'il vous plaît? C'est urgent!


*;->0

 

10:36 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : drole de vie, nihilisme, absurde |  Facebook |

17/04/2009

Encore un suicide sur les rails d'un train miniature!

Suicide-train-L

 

                    Vous pensez que seuls les grands trains peuvent tuer? Que les trains miniatures ne peuvent pas? Vous vous trompez… Je viens encore d'être témoin d'un suicide sur une voie ferrée miniature Marklin. Je vous zesplic.

Un jour, j'ai vu un type qui a avait gagné le championnat mondial de cracheurs de noyaux d'olive. Mondial! Ça vous épate pas vous? Il mettait un noyau dans sa bouche, gonflait les joues et tapait dessus avec ses poings. Le noyau était éjecté à une dizaine de mètres. Puis, un autre jour, j'ai vu un gars qui était champion de France de l'imitation du cri de cochon. Non non, un Français, pas Dehaene. D'ailleurs lui ne le fait pas exprès et je vous demanderais un peu de respect. C'est déjà assez triste comme ça. En plus, ce blog est surveillé et si vous dites n'importe quoi on va pas s'en sortir. En tout cas, pathétique mais presque, l'imitation du cri de cochon. Impressionnant. D'ailleurs il paraît qu'il y a peu de différences entre notre ADN et celui du goret mais bon… On n'y peut rien quoique ceci explique peut-être cela que je ne détaillerai pas ici, m'énervez pas.

Alors je me demandais comment on pouvait devenir champion du monde ou même de France du cracher de noyau d'olive ou de l'imitation du cri de cochon. Faut foutrement avoir rien à faire ou n' avoir aucun autre talent. Mais ça c'est pas possible, on a tous quelque chose à faire qui nous amuse et on a tous un talent cochon, caché, plutôt. Je n'ai vu qu'une explication: il faut souhaiter démissionner du genre humain, se dire que tout est tellement con, faux, malhonnête ou absurde qu'il n'y a plus qu'à se faire sa petite absurdité à soi. Philosophique, finalement. Quand j'ai eu compris ça, je me suis dit que je respecterais ces gens dorénavant.

Oui mais les petits trains, alors? Eh bien c'est pareil. Quand vous ne croyez plus dans l'humanité, que tout vous semble vain, que vous vous méfiez de votre propre aptitude à penser, que vos conclusions philosophiques sont qu'il n'y a plus qu'à se tirer une balle dans la tête, vous vous suicidez virtuellement en développant un train miniature qui occupe tout votre cerveau pour rien. Le chemin de fer du nénant. La conquête de l'ouest et là pour le coup, vous y êtes à l'ouest! Et c'est ainsi que Marklin ou Fleischman vous permettent de vous suicider par décomposition cérébrale et sans passer par les douleurs vulgaires et inconvenantes de la balle dans la tête et de la flaque de sang incongrue… Pouah! *;->)

09/09/2008

Du bonheur d’être Belge…

BonheurL  

                            Il est toujours difficile de comprendre comment pensent les autres. Pas évident. Il existe des signes. Par exemple, regardez des Anglais faire la file devant un arrêt de bus à Londres ou regardez les Français à Paris… Comme la Belgique a toujours été une énigme pour moi, j’essaie de trouver des signes. L’un d’eux m’est un jour apparu comme la matérialisation évidente de l’Esprit belge: le carrefour Léonard dans la forêt de Soignes. Un chef d’œuvre de la mentalité que nous partageons… Enfin pas trop, j’espère.

Pour quatre routes qui doivent se croiser, les concepteurs de ce chef d’œuvre administratif ont accumulé toute la panoplie des signaux routiers. Je crois qu’il n’en manque pas un. C’est la chapelle sixtine du signal routier. Vous pouviez mesurer votre QI rien qu’à la vitesse à laquelle vous étiez capable de traverser le carrefour. On voit bien que le Belge veut tout faire dans les règles. L’ordre c’est l’ordre. Mais à ce point de mise en ordre, plus aucun esprit humain ne peut percevoir et assimiler autant de stimuli sémantiques en aussi peu de mètres… En d’autres termes, le Belge pense que si tout y est, on ne peut rien reprocher à Kafka. Un peu comme si vous déversiez une tonne de touches de piano en prétendant que vous avez livré toutes les sonates de Mozart… Oui, certes… Même chose que les lois en Belgique. Il y en a tant que même les avocats ne s’y retrouvent plus. Notez, pour les lois, c’est pratique. Ça permet de tout interdire ou autoriser selon l’humeur du juge. Il y a toujours une loi applicable. Au passage, ça ruine des gens parce que l’avocat n’était pas au courant d’un codicille…

Revenons au Léonard: de plus, comme il existe un flux ininterrompu de véhicules qui viennent de toute l’Europe du nord pour aller vers toute l’Europe du sud… si vous veniez de Boitsfort, traverser le flux relevait de la cascade pour film d’action. Il vous fallait repérer les signaux qui concernent votre bande de roulement et pas celles des autres, les assimiler et agir en conséquence. Puis, lorsque cinq camions-murs laissent un «blanc» avant le mur suivant, vous démarriez en trombe et traversiez. Ma femme ne s’y est jamais aventurée! Elle est même furieuse que je passe par là! Trop de risques. Elle a mis un cierge à Saint Léonard pour me protéger.

Le pire qui me soit arrivé au Léonard, c’est par un beau soir d’hiver glissant alors que mon embrayage commençait lui-même à patiner… J’avais des voitures derrière moi, il fallait que j’y aille. J’étais en première ligne… Je me souviens de grosses gouttes de sueur… Les mains moites. J’avais passé la première… J’attendais en tremblant. Puis, subitement, j’ai cru voir un blanc et j’ai emballé le moteur, lâché l’embrayage, klaxonné, mis mes grands phares et suis passé in extremis. Je peux vous dire que les aventures de Terminator, à côté de ça, c’est de la bibine.

Enfin, maintenant, ils l’ont fermé carrément pour ceux qui viennent de Bruxelles! Sans aucune  signalisation pour prévenir les étrangers évidemment… Faut quand même pas exagérer! Signaliser oui; signaler, jamais! Ça doit être ça l'esprit belge…  *;->)

18/03/2008

Paix des ménages et technologie…

Paix-menageL

 
                La carte routière est le moyen le plus sur de créer une scène de tourner ménage… Vous prenez la route, vous arrivez presque à destination et là, Madame essaie de s’y retrouver avec la carte à l’envers pour être dans le sens de la marche, mais se trompe parce que vous avez fait demi-tour et trois minutes après vous êtes tous les deux en train de hurler et de vous dire des tas de trucs qui étaient pas prévus dans le contrat de mariage…

Avec le GPS vous pouvez voyager à l’amiable sans flagrants délits de vulgarité… Une voix suave qui ne perd jamais patience, vous guide avec une telle perfection que vous passeriez bien la soirée avec elle à l’arrivée après avoir abandonné votre épouse contractuelle dans la forêt la plus proche. Encore que, sans dispute, pas de raison d’abandonner votre épouse. Le GPS est un couple à trois tout à fait parfait dans lequel chacun est à sa place. Sauf que, si vous n’explosez plus à cause de Michelin, comment allez-vous libérer vos soupapes? Mais c’est pas le sujet…

La technologie vous permet aussi d’accéder à d’autres situations apaisantes. Par exemple, un jour nous marchions ma femme et moi en rue. Elle n’arrêtait pas de parler pour me démontrer avec force preuves que j’étais un idiot de mari et se demandait comment je pouvais être aussi bête! Comme elle n’arrêtait pas de regretter notre retard qui était inexorablement commis et donc impossible à rattraper sans machine à remonter le temps, j’ai fini par déclencher la composition automatique de son numéro sur mon GSM. Le sien a sonné, elle s’est interrompue et j’ai pu lui dire que j’arrivais pas à en placer une! Elle a mis trois secondes avant de réaliser que c’était moi qui l’appelait, m’a regardé l’air interrogatif et a fini par me taper dessus avec le téléphone. Je dis pas que ça m’a permis de parler, mais ça a eu le mérite de décoincer la conversation du sujet pour entamer la suivante sur le fait que je gaspillais l’argent avec mon téléphone!…

Bon, avec ma femme c’est pas simple, mais avec d’autres ça marche très bien! Faites l’essai! Ça surprend et puis, au téléphone vous pouvez dire des choses que vous pouvez pas dire de vive voix. C’est comme ça. Bizarre, hein? Néanmoins, on compte se faire un petit souper en tête à tête par GSM interposés ma femme et moi un des soirs! Histoire d’en apprendre un peu plus chacun sur l’autre! On invitera GPS aussi, pour si jamais on danse! J'ai toujours été nul pour orienter mes pas…
*;->)

17:36 Écrit par Amadeus dans Amour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : humour, mariage, conjugal, texte, lire, absurde |  Facebook |