09/05/2009

Evoluons…

EvoluonsLL

 

                            Vous avez vu l'orthographe? Fini. Aux orties! Encore un de ces vieux trucs dont on ne savait plus qui faire. Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Je n'en voudrai jamais à quelqu'un d'avoir une orthographe faiblarde. A chacun sa vie et ses difficultés. Il n'y a donc pas de mépris… sauf peut-être pour les ingénieurs qui eux, n'ont pas de circonstances atténuantes… L'un d'eux m' a quand même écrit qu'il voyait des gras de ciel à New York… Ça laisse songeur.

Oui, ben de toute façon, maintenant il ne va plus devoir s'en faire. On vient de réformer tout ça. L'orthographe ne sera plus une cause de divorce entre un prof et son élève. Notez, si je peux me permettre, qu'il y a des élèves nuls qui ne récoltaient un point sur 20 que parce que l'orthographe était bonne… Là, cette possibilité tombe à zéro, désormais. Et puis, qu'est ce qu'on va faire des correcteurs orthographiques qui vous corrigent vos mots pendant que vous tapez? Comment les désactiver? Vous savez vous? Vous pouvez m'aider?  Et les codes du savoir-vivre? Ça vous ringardise! Vous avez l'air de sortir d'un autre monde. Regardez à quoi on voit que les vieux sont vieux, hein? Oui, c'est ça: ils sont hyper-polis et donc hyper-hypocrites!

Donc, après la disparition des livres scolaires au profit des polycopiés et des classeurs aux anneaux déglingués, après l'élimination du latin et de la lecture par syllabes, après l'abandon des punitions corporelles (je rappelle que même les chats mettent des petites raclées à leurs gosses et qu'ils sont très bien élevés…), après l'abandon de l'uniforme, la suppression de l'orthographe, qu'est ce qui reste à régresser?

Si vous me demandez mon avis, je dirais… voyons… les quatre opérations. Additionner, soustraire, multiplier, diviser… tout ça n'a plus aucun intérêt puisqu'on a des calculettes pour faire ça. D'ailleurs, pourquoi apprendre à écrire. On a oublié la calligraphie il y a bien longtemps. Sans que cela ne nous change quoi que ce soit. On pourrait tout aussi bien abandonner l'écriture manuscrite cette fois. On a des claviers pour ça! Et bientôt des systèmes de reconnaissance vocale! Et le code de la route? Ce n'est plus utile avec les radars et casse vitesse.

Il y en a des choses à supprimer pour devenir plus évolués, vous trouvez pas?  *;->)

28/06/2008

De l’enfermement pédagochic…

NataschaL


 
                        Tout à l’heure je traverse un centre commercial, j’évite une gamine entrain de se mettre du chocolat glacé sur le pif, la robe, les mains et le reste sur moi quand elle s’est retournée sans faire gaffe… La mère me lance un regard noir: «peut pas faire attention, çui-là?»

Puis, je continue ma course et un ado à casquette de 16 ans en pousse un autre violemment: je ramasse ses deux coudes dans mes côtes… Le mot excuse ne faisait pas partie de son vocabulaire, il a simplement dit «shit»… C’est plus court…

A ma droite, des moutards étaient en train de s’échanger des crottes de nez et de rendre leur mère folle parce qu’en plus elle devait s’occuper de la petite dernière qui voulait pas lâcher le lot de dix barres chocolatées… La poussette m’a roulé sur le pied. La mère non plus n’avait pas une conception fort élaborée du mot excuse: "pu…  "!

Un vigile était en train de récupérer des GSM des poches de rapeur d’un ado à la grosse voix, gros boutons et gueule de thon… n’ayons pas peur des mots. L’ennui c’est que son copain était en train de me piquer mon billet de 50 zorros dans la poche de ma chemise. Je l’ai compris quand j’ai voulu payer plus loin…

Bon, j’ai eu de la chance de faire mes gosses à une époque où ils ne poignardaient pas encore le prof de dessin et où l’audace consistait à aller à l’école avec des Sebago plutôt que les souliers vernis. Les bottes gothiques d’aujourd’hui, vendues avec l’assortiment de boucles d’oreille pour la langue et la teinture verte pour les cheveux n’étaient pas encore d’application. Mais ça change… Ça a bien changé…

Je marchais, pensif, quand subitement mon regard fut attiré par un visage frais, empreint de pureté avec un regard clair et profond qui me rappelait l’espoir mystique de Sainte Thérèse de ses yeux… sur la couverture de Paris Match à la devanture du libraire. Ah… Y aurait-il encore des jeunes de 18 ans pleins de tant de beauté intérieure? Oui! J’ai cherché son nom, elle s’appelait Natascha Kampusch. Mais, dites moi, c’est pas la petite autrichienne qui a été enlevée et  recluse pendant près de dix ans sous la domination d’un détraqué? Mais si! C’est elle, je me souviens de son nom maintenant! Ah ben ça alors…

Je dois pas être dans le bon à mon avis… mais ça me suggère d’enfermer les gosses pour les éduquer au jour d'aujourd'hui! Jean-jacques Rousseau avait-il donc raison? Les gens naissent bons et c’est la société qui…   On dirait… J’sais pas… Bon, je vous laisse, j’ai des trucs sur le feu… C'est peut-être moi qu'il faut enfermer…
*;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : jj rousseau, education, enfants |  Facebook |

26/03/2008

Chassés du paradis céleste

Chassés-paradis-celesteL

 
                Vous vous souvenez des tableaux de Seurat, les jolies dames en robes longues et chapeaux traversant de beaux espace d’été? Ou les belles héroïnes façon Anouck Aimée avec chevaliers servants dans les jardins à la française et robes à froufrous? La claaasse.
Hier, j’assistais à un grand mariage. Un ami de mon fils. Un site merveilleux du Brabant Wallon. Champagne, robes longues ondoyant paresseusement sur la pelouse, serveurs stylés, petits anges de compagnie, lâcher de colombes blanches... nous étions dans une autre époque. Tout fleurait bon les jeunes filles en fleurs... Ah, les cerceaux des demoiselles de nos passés historiques... Nous étions projetés dans un temps différent, un monde désenglouti qui revivait quelques heures dans la magie d’un décor, des révérences et des baise-mains. Encore que, si je me suis fendu de quelques baise-mains, ma femme refusait obstinément de faire la révérence à qui que ce soit: ‘c’est pas la Reine d’Angleterre quand même!’. Mais ma femme est Française républicaine et nous sommes des roturiers!

Quoique... tout a une fin et nous dûmes bien la tirer cette révérence pour quitter cette enceinte hors du temps, traverser le porche nos étoiles dans les yeux... et nous fracasser brutalement sur ce cri:
‘Ta gueule Charlotte!’

Comme on m’appelle rarement Charlotte et que ce n’est pas non plus le nom de ma femme, je regarde par côté et découvre une jeune fille de 15 ans qui rosit légèrement en voyant mon étonnement. Je regarde le gars, un jeune du coin, 15 ou 16 ans le GSM rivé sur l’oreille... qui croit utile de se justifier: ‘ben oui, je suis au téléphone, quoi, merde!’.

Subitement, j’étais chassé du Paradis céleste. J’étais recraché sur cette terre, ce bas monde, plus vite que prévu, avant même d’avoir pu me défaire de mon nœud de cravate. Les colombes venaient d’être flinguées en vol, les étoiles dans les yeux explosaient sous la pression terroriste de ce mutant et les révérences avaient pris un solide coup de pied au cul qui ricochait sur les baise-mains comme dans un film passé à l’envers. Je me demande si ce garçon sera un jour capable de faire le tour de sa voiture pour ouvrir une portière à Charlotte... Et si l’idée d’un baise-main lui vient ce sera sans doute avec la définition qu’en donnait cet humoriste: il y a un début à tout!...

Alors, je me tourne à nouveau vers Charlotte et lui dis, l’air très distingué: ‘ben oui, ta gueule Charlotte! Tu vois pas qu’il est au téléphone, merde!’...

Si bien que je me demande encore si je préfère le ridicule de la révérence aux injonctions choisies de notre galanterie contemporaine ou le contraire. J’arrive pas à choisir, là... *:->))

18:15 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : humour, education, jeunes, macrame |  Facebook |