21/06/2010

Pourquoi nous sommes au sommet de la pyramide alimentaire…

Pyramide-alimL

 

Vous aimez la science? C'est amusant, la science. Plein de surprises, de trucs fous et on peut même faire péter la planète rien qu'avec ça! Et ce qui est bien avec la Science c'est qu'on peut faire des progrès tout le temps sans jamais atteindre le bout ni même la solution à ce qu'on cherche. Regardez la recherche sur le cancer par exemple! On n'arrête jamais de faire des progrès et les patients, eux, n'arrêtent pas de mourir. Pratique, non?

Là, j'ai un beau sujet d'interrogation scientifique. Pourquoi sommes nous au somment de la pyramide alimentaire? Parce que nous sommes plus malins que les salades et les animaux? Oui, certes. Mais il y a une autre explication. Plus logique et définitive. Vous ne voyez pas? Je vais vous aider.

Vous mangeriez du serpent, des insectes ou des escargots, vous? Enfin, pour les escargots, j'adore ça, alors l'exemple est mal choisi. Mais enfin, il y a des choses que vous ne mangeriez pas, comme de la carbonnade flamande par exemple. Enfin, moi, je pourrais pas en manger. Et c'est pas seulement parce que je goûte déjà à la tout aussi flamande organisation de ma commune que l'on va bientôt sauscissionner…

Non, la vraie raison pour laquelle on est au sommet de la pyramide alimentaire, c'est parce qu'il n'y a personne qui accepterait de nous bouffer! On est trop impropres à la consommation avec toutes les saloperies qu'on mange dans le bas du caddie de la pyramide. Oui, je sais, il y a bien quelques requins et autres espèces qui manquent de discernement et arrivent à nous manger. Mais comment le leur reprocher? C'est qu'ils ne lisent pas les étiquettes. Lisez les étiquettes des produits que vous achetez et vous verrez pourquoi la plupart des animaux n'ont pas envie de surplomber notre position!

Tiens, ça me donne une idée, ça. Parce que ce qui se passe avec la pyramide alimentaire pourrait bien se passer aussi avec la pyramide de l'intelligence… Je veux dire que nous sommes peut-être allés un pas trop loin dans l'Evolution… Voilà pourquoi nous ne sommes pas écologiques et que nous tuons la planète, d'après certains. Du coup je les trouve logiques tiens! Ils ont peut-être raison de vouloir nous renvoyer à l'âge des cavernes et même avant… *;->)

16/10/2008

Stephen Hawking

Stephen-HawkinsL

 

                        Lorsque Einstein a tiré la langue à un photographe, il ne savait pas qu'il posait un geste fondateur. Subitement, on pouvait être un grand scientifique tout en étant un homme comme les autres. Il a haché menu tous les liens de convenance qui étaient tissés depuis longtemps entre Intelligence, Savoir, Pensée, Science, Sérieux. Un encéphalien dont les cheveux semblaient faire fumer son cerveau pouvait être le plus grand scientifique tout en étant parfaitement incongru comme un sale gosse. C'était bien la preuve que l'on attendait que l'intelligence est bien séparée de notre misérable vie de singe.

Un pas de plus a été franchi avec Stephen Hawking, physicien britannique qui réfléchit aux origines de l'Univers, aux "densités infinies locales" (entendez "les trous noirs") et à une "théorie du tout"*.  Il est actuellement professeur à Oxford et ses travaux sont considérés dans le monde entier. On nous dit qu'il adosse ses théories au "principe de croissance finie mais non bornée"…  Joli! Ça s'invente pas! On croirait entendre Salvador Dali.

Oui mais voilà, cet homme n'était pas brillant à l'école, déconnectant ainsi ce qui traînait encore: on peut être génial et mauvais aux études. Ceci confère à nouveau au génie une immanence extra-terrestre.

Mais il y a mieux ou pire… L'aspect immatériel de l'intelligence lui est conféré par la maladie dégénérative qui le paralyse progressivement et le prive de la parole. Installé de travers comme un pantin dans une chaise à roulettes d'handicapé hyper-sophistiquée, il utilise sa bouche pour la piloter et actionner son clavier d'ordinateur embarqué. Une voix synthétisée lit ce qu'il écrit ce qui accentue le côté robotisé du personnage.

Son génial travail indique que l'intelligence n'est pas dépendante de la matérialité! On y verrait presque la preuve que le corps pourrait bien être l'ultime handicap à la pensée…

Si bien que l'on reste perplexe devant nos contemporains.  N'admirent-ils pas ses travaux autant pour leurs valeur que pour la "qualité" du handicap?… Ne serait-ce pas une motivation pour les étudiants en astrophysique de malbouffer et de ne pas faire de sport pour accéder rapidement à la charrette roulante qui les propulsera vers le génie?  Bon, ça va, c'était juste pour dire une bêtise… *;->)

*Unification théorique des force électromagnétique (l'électroménager!), force gravitationnelle (la terre qui tourne autour du soleil), force nucléaire forte (la bombe atomique ou la centrale nucléaire) et force nuclaire faible (on peut scier de l'acier et déchirer une feuille de papier).

02/06/2008

Les enfermés dehors…

Quotien-de-connerieL

 
                                Va falloir suivre aujourd'hui parce qu'on va mettre fin à un vieux problème qui nous pourrit la vie. Je vous zesplic.

Si par exemple vous dites comme ça sans y penser que votre médecin est un con les autres zappent cette information en pensant que votre langage dérape un peu mais que votre médecin n'a pu faire qu'une petite erreur. Pas possible autrement. Votre médecin ne peut pas être un con puisqu'il est tombé dans l'intelligence de par ses études et son statut. Ouaip, eh bien c'est là qu'on se trompe: l'intelligence ne protège pas de la connerie! Ni les études!

Je milite d'ailleurs pour que l'on reconnaisse cette différence fondamentale. Nous connaissons tous des gens qui ont fait des études brillantes ou qui sont qualifiés d'intelligents et qui sont des cons! Mais des vrais, hein! Des cons. C'est pourquoi je souhaite que l'on crée un indice de connerie. Il existe bien un calcul du QI. Pourquoi pas son pendant, le QC, ou quotient de connerie? C'est relevant, non? Et l'un n'a pas d'incidence sur l'autre. Ce sont deux choses différentes. D'ailleurs nous connaissons tous de brillants esprits qui s'électrocutent bêtement ou se retrouvent "enfermés dehors" à tous les coups. On pourrait d'ailleurs les appeler comme ça: les enfermés dehors! Le type qui a fait une thèse brillante mais qui est incapable de planter un clou sans démolir la maison.

L'ennui c'est qu'à cause d'une confusion évidente on pense que l'intelligence immunise contre la connerie, on n'y voit pas clair, on se culpabilise de traiter quelqu'un de con ou on est classé excessif et malotru. Enfin, ça ne vous arrivera plus, désormais. On peut être con et intelligent à la fois. D'ailleurs notre époque nous le démontre tous les jours de façon de plus en plus dramatique! Tout se passe comme s'il y avait à la fois de plus en plus d'intelligence mais de plus en plus de connerie. Contrairement à ce que je disais, ce serait peut-être lié. Prenons un exemple simple: vous achetez un bidule électronique dont l'invention et la matérialisation ont nécessité une tonne d'intelligence et vous découvrez que l'ingénieur a oublié un truc majeur et qu'en plus le mode d'emploi est abscons! Inutilisable!

Idem pour les politiques et tout le reste qui nous entoure. On dirait que plus on monte le curseur de l'intelligence, plus la connerie croit proportionnellement. Comme si la connerie était l'incontournable effet pervers du médicament intelligence… Pourquoi je vous raconte tout ça? Pour que vous puissiez traiter les gens autour de vous de cons quand ils le méritent et sans que ça vous complexe anymore! Merci qui?  *;->

16:54 Écrit par Amadeus dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : humour, qi, intelligence, betise |  Facebook |