11/10/2009

Consommateurs de culture…

Consommateurs-de-cultureL

 

                    Il y a une expression qui revient de plus en plus souvent dans les bouchées double langage des ministres: il faut que chacun puisse consommer de la culture. Arrêtons-nous une minute parce que l'expression n'est pas anodine.

Il y a dans le concept de consommation, l'idée du passage. Je mange, j'avale et pour le reste je vous renvoie à l'expression chère à Pierre de Coubertain: l'important c'est de partir pisser, voire plus… Bref, la chose avalée vous fait plaisir au palais, vous donne éventuellement une idée de satiété et puis basta: éli-mi-nez!

C'est donc une vision de la culture comme "avoir" et pas comme complément de l'Etre. Or, la culture n'est pas quantitative, elle est qualitative en ce sens qu'elle fait grandir l'être. L'érudition pure est quantitative. Mais lorsqu'elle est bien choisie, elle vous améliore qualitativement parce qu'elle vous apporte des structures nouvelles de raisonnement, de pensée, de vision du monde.

Oui mais voilà. La culture qui mène à l'Être est un produit à faible valeur et faible taxe ajoutées. Il est donc bien plus intéressant d'en faire un produit commercial, un produit qui se contente de l'Avoir… Les commerçants ont groupé dans le même fnac les livres de Kant et les disques de Johnny Haliday. Culture! Appellation jamais contrôlée d'origine… Le même terme d' "auteur" étant utilisé pour le créateur de la Recherche du Temps Perdu ou celui de la Danse des Canards, il fallait le protéger!  En fait, il ne s'agit que de protéger le commerce des multinationales qui s'enrichissent en vendant la corde de Marx pour les faire pendre. On trouve ainsi la promotion de nique ta mère et autres incitations œdipiennes ou non dans les "œuvres" de ces "auteurs".

Et voilà, la boucle est ainsi bouclée. La culture devenant n'importe quoi, on peut la consommer et donc en faire un produit commercial.
Et si ça ne vous plaît pas, c'est le même prix!

C'est pourquoi je suis contre la loi HADOPI, contre la protection de ceux qui ruinent l'idée même de culture en en faisant un produit de consommation. Qu'importe que les "majors" disparaissent. Ce sont des vendeurs de plastique et rien d'autre! Si le plastique n'est plus nécessaire pour vendre de la musique, tant pis pour eux et basta! Et je compte bien sur internet pour ruiner une mauvaise pratique qui s'est installée et qui nous tue la Culture Être au profit de celle de l'Avoir!

18:00 Écrit par Amadeus dans Société | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : lang, bozar, barbarie, culture, albanel |  Facebook |

18/12/2008

But atteint…

ButAtteintL

 

                            Ça y est, on y est. Je vous zesplic. Il y a bien longtemps, France Gall  a inventé l'école chantait Charlemagne. Bon. le but c'était que le peuple soit moins con. En France, l'école de Jules Fery visait cet objectif aussi. Rendre le peuple plus intelligent, plus cultivé, mieux apte à créer de la Civilisation. Oui mais voilà, plus on rendait le peuple moins con, plus il avait moins tendance à obéir et ça c'est plus embêtant néanmoins en plus.

C'est pourquoi, ils ont changé leur fusil d'épaule. Les socialistes ont compris les premiers qu'en rendant le peuple plus ou moins con on allait pouvoir le tondre plus facilement. Sitodi, sitofi. On a fait marche arrière sur ces idées folles à la France Gall. On a vu arriver Jack Lang avec sa fête du tapage nocturne, Bertrande Lanoé avec son Paris Plage, la Gay Pride, les colonnes de Burren, les dimanche sans voitures, les roller parties en ville et voilà les grandes illuminations des villes comme des vitrines de grands magasins pour Noël.

Tout se passe comme si les politiques étaient devenus de GO de la vie citoyenne. Bientôt on va vous retirer l'argent et vous aurez un collier de perles autour du cou. Pire, avec les illuminations, c'est carrément le jardin d'enfants. Tout ça avec l'aide de TF1 pour rendre le peuple con.  Oui, je sais, je veux dire encore plus con. Comme ça on peut mieux le rançonner sur la route et tout et tout. Pas mal non?
Et pratique, parce que les attaques au radar paient les activités récréatives et la bonne image que tout cela donne vous apporte des voix aux élections. Parfois, certains vont un peu trop loin, comme Bush avec son jeu vidéo en Irak. Falit peut-être pas. Mais dans l'ensemble, ça marche bien ce truc. Et qui rouspète? Personne! Qui se plaint du l'art de cochon qu'on met sur les ronds-points avec notre argent? Personne. Nous sommes tous anesthésiés. Moi, quand je dis des trucs comme ça dans une assemblée on cesse de me regarder et on dit aux autres "il est sarcastique, lui, hein,". Sarcastique? Que nenni! Je suis très très en-dessous du cynisme de nos politiciens qui nous font une société de rats musqués.

Ils ont commencé par nous mettre dans un club med, puis dans un jardin d'enfants et bientôt nous serons dans des parcs avec des grelots au-dessus de nos têtes… Brrr, je suis vraiment inquiet sur ce que seront les contemporains de mes petits-enfants, moi… *;->(

17:45 Écrit par Amadeus dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : ps, lang, delanoe, politique, demagogie |  Facebook |

25/10/2008

Je ne décolère pas…

Décolère-pas-L

 

 

                                    J'étais invité l'autre jour à une soirée à l'austère Palais de Justice de Bruxelles, ce monstre kitsch de l'architecture coloniale belge. Pour ses 125 ans, on y expose une série "d'œuvres" du l'art actuel. Que des conneries dont d'ailleurs quatre sacs poubelles jetés par terre: une "œuvre"… Ou ces quatre personnages nus "enculés" par des télescopes qui les traversent de l'anus à la bouche… On vise par l'anus… Nous avons eu droit à une visite commentée par une jeune femme plein d'enthousiasme pendant une heure sous de la "musique", à savoir des bruits très dérangeants. Consternation,  honte. Surtout devant une pitrerie baptisée "hommage à Michelange" qui aurait mieux fait de s'appeler insulte à…

Devant mon mépris, il s'est trouvé des gens pour me dire que c'était mon avis personnel alors que j'ai expliqué à ces gens dans une conférence il y a deux ans déjà quels étaient les réels fondements de l'Art qui pouvaient nous aider à y voir clair. Et voilà…  Les gens entendent, écoutent éventuellement mais n'intègrent pas.… C'est pourtant simple!

Si je dis que les pédophiles sont des criminels, personne ne me dira que c'est mon avis personnel… Si je suggère qu'il faut manger de la sciure et des crottes de nez en expliquant que c'est une grande création culinaire, personne n'en mangera! Si je prétends qu'un embouteillage de klaxons urbains n'est pas de la musique personne ne m'opposera que c'est mon avis personnel… Il y a des limites morales sur la pédophilie et "naturelles" sur les autres points. Mais il n'y a aucune limite naturelle sur notre sens de la vision. Quant à la morale, pour ce qu'on en a encore à f… Alors on se fout de nous, on nous présente des pitreries sans nom et dans le Palais de Justice ultra-conservateur en plus…

Ce ne sont pas les "œuvres" qui m'ont désespéré le plus ce soir. Ce sont les gens qui continuent à écouter religieusement les bêtises qu'on leur raconte, persuadés qu'ils sont que s'ils veulent être ouverts, modernes et intelligents, ils doivent essayer de comprendre… Plus aucun argument sensé ne les atteint! La logique, l'analyse, l'intelligence ne les concernent plus dès qu'il s'agit du l'art actuel. Il y a comme un "politiquement correct" qui les réduit à néant.

Que l'on s'amuse de ces pitreries est une chose. Je m'amuse aussi devant les vitrines de Noël des grands magasins… mais je n'en fais pas de l'Art! C'est effrayant, consternant, honteux. Une insulte à l'esprit humain. A moins que ce soit l'ultime démonstration de notre déliquescence. celle des artistes comme celle du public. Et comme j'ai eu l'occasion de le dire un jour dans un chahut étudiant à Marcel Brothaers qui exposait ses casseroles de moules: vous faites un art de poubelle, ne vous étonnez pas d'avoir un public de poubelle.… 
*;->(