04/02/2010

Qu'est ce que la télévision?

 

TélévisionL

 

             Imaginons un instant que l'automobile ayant été inventée, on l'ait exclusivement destinée à faire du rodéo et des courses de côte.   Imaginez qu'aujourd'hui les médicaments soient en vente libre dans les épiceries… Vous imaginez les dégâts? Oui, je sais que c'est idiot. Pourtant c'est exactement ce qui se passe avec la télé. Je vous zesplic.


Ce qui a fait la puissance de motivation de Hitler c'est la radio, un media "chaud"*. Ce qui dégrade depuis cinquante ans les cerveaux à petit feu, c'est la télé, à froid… 


Si l'on avait confié la télévision au ministère de l'éducation nationale ou de la culture dès sa sortie plutôt que de la mettre sous la tutelle des publicitaires par les PTT, on n'en serait pas là. Tout est une question de vision de départ… En bref, ce qu'ont considéré les gouvernements à l'époque de l'apparition de la télé c'est pas le contenu mais le media. Dès lors c'est comme pour les sciences: tant que quelque chose est de l'ordre du possible, on y va tout droit… Bombe A, génie génétique, pesticides, micro-ondes des émetteurs GSM, téléréalité…


Si la télévision avait reçu pour mission d'être le prolongement de l'école en allant vers la documentation et la culture, nous serions plus instruits et donc plus compétitifs sur la scène internationale et sans doute aussi plus aptes à résoudre nos problèmes intérieurs! Mais ce n'est pas ce qui a été fait! On a confié la télévision à Néron… Elle a généré ses propres produits pour décerveler les gens et alimenter la publicité. Patrick Lelay, ex-PDG de TF1 l'a dit de façon parfaitement explicite: "Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible"…** 


Nous disposons donc de ce qu'on pourrait appeler un "ennemi intérieur" qui vide peu à peu nos cerveaux, insidieusement. Les effets pervers sont terribles. La culture de passivité a réduit dangereusement la lecture, qu'il s'agisse de journaux ou de livres. La culture du zap (télécommande) et de l'audimat ont déjà envahi le comportement citoyen et la démocratie: les intentions de vote fluctuent d'un jour à l'autre… On ne change plus d'opinion, on zappe. Pourtant ARTE a démontré que le modèle d'une télévision culturelle plutôt que celui du Panem et Circences ("du pain et des jeux" à Rome) était tout à fait viable…   *;->)


PS: l'alibi du journal télévisé comme information est désastreux. Un journal télévisé tient tout entier dans un quart de page de journal… Quant aux images qui valent mille mots, la plupart du temps elles comblent du vide avec des non-images de ce dont on parle.


* Le sociologue canadien MacLuhan a fait la différence entre media chaud et media froid. Le media chaud est par exemple la radio. Les commentateurs radio de match de foot s'étranglaient parce qu'il devaient décrire et tout dire. Ça chauffait! A la télé, ils sont à l'aise parce que l'on voit ce qui se passe. Les commentateurs se contentent d'avis légers. Media froid… parce qu'il y a la vision plus le son. 


**"Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective business, soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. […] Or pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible". Patrick Le Lay, juillet 2004

 

 

09:30 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : television, media, macluhan |  Facebook |