26/03/2008

Chassés du paradis céleste

Chassés-paradis-celesteL

 
                Vous vous souvenez des tableaux de Seurat, les jolies dames en robes longues et chapeaux traversant de beaux espace d’été? Ou les belles héroïnes façon Anouck Aimée avec chevaliers servants dans les jardins à la française et robes à froufrous? La claaasse.
Hier, j’assistais à un grand mariage. Un ami de mon fils. Un site merveilleux du Brabant Wallon. Champagne, robes longues ondoyant paresseusement sur la pelouse, serveurs stylés, petits anges de compagnie, lâcher de colombes blanches... nous étions dans une autre époque. Tout fleurait bon les jeunes filles en fleurs... Ah, les cerceaux des demoiselles de nos passés historiques... Nous étions projetés dans un temps différent, un monde désenglouti qui revivait quelques heures dans la magie d’un décor, des révérences et des baise-mains. Encore que, si je me suis fendu de quelques baise-mains, ma femme refusait obstinément de faire la révérence à qui que ce soit: ‘c’est pas la Reine d’Angleterre quand même!’. Mais ma femme est Française républicaine et nous sommes des roturiers!

Quoique... tout a une fin et nous dûmes bien la tirer cette révérence pour quitter cette enceinte hors du temps, traverser le porche nos étoiles dans les yeux... et nous fracasser brutalement sur ce cri:
‘Ta gueule Charlotte!’

Comme on m’appelle rarement Charlotte et que ce n’est pas non plus le nom de ma femme, je regarde par côté et découvre une jeune fille de 15 ans qui rosit légèrement en voyant mon étonnement. Je regarde le gars, un jeune du coin, 15 ou 16 ans le GSM rivé sur l’oreille... qui croit utile de se justifier: ‘ben oui, je suis au téléphone, quoi, merde!’.

Subitement, j’étais chassé du Paradis céleste. J’étais recraché sur cette terre, ce bas monde, plus vite que prévu, avant même d’avoir pu me défaire de mon nœud de cravate. Les colombes venaient d’être flinguées en vol, les étoiles dans les yeux explosaient sous la pression terroriste de ce mutant et les révérences avaient pris un solide coup de pied au cul qui ricochait sur les baise-mains comme dans un film passé à l’envers. Je me demande si ce garçon sera un jour capable de faire le tour de sa voiture pour ouvrir une portière à Charlotte... Et si l’idée d’un baise-main lui vient ce sera sans doute avec la définition qu’en donnait cet humoriste: il y a un début à tout!...

Alors, je me tourne à nouveau vers Charlotte et lui dis, l’air très distingué: ‘ben oui, ta gueule Charlotte! Tu vois pas qu’il est au téléphone, merde!’...

Si bien que je me demande encore si je préfère le ridicule de la révérence aux injonctions choisies de notre galanterie contemporaine ou le contraire. J’arrive pas à choisir, là... *:->))

18:15 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : humour, education, jeunes, macrame |  Facebook |

25/03/2008

Quasimodo

 QuasimodoL
 
 
            J’avais oublié de vous raconter ça! Il y a quelques années, je connaissais un gars qui avait eu la riche idée d’organiser un «Trophée de la Secrétaire». En anglais ça sonne mieux: «Secretary’s Trophee». Et voilà toutes les nanas en training parme ou rose, par groupes de trois, à l’assaut de la ville. Oui, un rallye pédestre si vous préférez. Elles devaient répondre à des questions et suivre un jeu de piste. Génial.

Sur le parcours, elles devaient rencontrer Quasimodo autour de Saint Michel et Gudulle, notre belle cathédrale bruxelloise où on a marié le colonel grec converti aux prêtres ouvriers avec Claire machin, je sais plus. D’ailleurs, il passe régulièrement en Ferrari décapotable devant mes fenêtres… Mais c’est pas le sujet.

Pour Quasimodo, le gars que je connaissais qui dirigeait une petite entreprise de coms, avait pris le plus adorable mais aussi le plus snul de ses employés, lui avait donné un masque en latex à se coller sur la tête et lui avait ordonné d’aller se planquer autour de Sainte Bidule pour attendre les secrétaires. Et il attendut. Une bonne heure pour commencer.

Oui, mais voilà… Vous ne le savez peut-être pas mais il est interdit d'être déguisé en rue en dehors du carnaval. Comme il est désormais interdit pour un professionnel du bâtiment de monter sur une échelle, il faut un échafaudage, vous saviez cette cornichonnerie Europézenne? Et voilà Quasimodo quasiment dans une encoignure de porte de Sainte Tropdule.

En face, dans l’agence de banque, les employés ont repéré notre Quasitoto et ont téléphoné aux flics! Ils flippaient, les guichetiers! Ils craignaient de se faire dévaliser, voire flinguer dans le sang!

Les flics de Bruxelles ont donc fondu sur Quasibobo avec quatre soucoupes volantes hurlantes et l’ont jeté au trou! Du coup, plus une secretary ne trouvait l’information… Quasimodo avait beau expliquer… les flics ne recevaient aucune confirmation de la société qui l’employait vu que tout le monde était sur le terrain… Et les secretaries paumées…

Moralité: vous déguisez pas. Faites comme Michel Daerden: Le Thon au naturel…
*;->)

18:15 Écrit par Amadeus dans Con | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : quasimodo, humour, macrame |  Facebook |

24/03/2008

Dons de graisse…

LipposuccionL

 
                Un jour comme ça, j’entends qu’on a trouvé des homards gigantesques dans un estuaire pas trop loin. Et en grand nombre! Comme je suis gourmand, j’allais me renseigner sur la pêche du homard quand la suite du communiqué m’en a dissuadé: estuaire dont la température est montée de quatre degrés du fait de la centrale nucléaire qui se refroidit les pieds dans l’eau… Basta. Pas de homard. Bien trop peur!

Dans l’après-midi, Liuke, le copain hollandais de mon fils passe à la maison. La dernière fois que je l’ai vu, c’était pour construire une petite auto télécommandée avec lui et mon fils. Là, il fait deux mètre cinq… Tu vis près d’une centrale nucléaire? Lui (crachotant du hollandais): non, pourquchoi?

J’ai trouvé ça bizarre. Puis j’ai compris: les Hollandais vivaient, comme les Scandinaves, dans le froid, et depuis qu’ils ont le chauffage central, leur corps a cessé de lutter contre le froid et hop! Croissance!
Ce matin, j’entends que le chauffage central contribue à l’obésité parce qu’on ne brûle plus assez de calories pour se réchauffer. Au prix où est le mazout! Comme je vous dis! Ah, pas si bête mon idée du chauffage!

Et puis, j’entends comme ça qu’il y a un milliard d’obèses et «seulement» huit cent millions de gens en sous-nutrition (sous-nutrition, je le rappelle à l'intention des téléspectateurs de RTL ou TF1, ça veut qu'ils crèvent de faim…)… Là, tout m’est devenu clair! Mais bon sang… mais c’est bien sur! Je vous raconte.
Les dons du sang, vous connaissez? Oui, bien sur! La liposuccion vous connaissez aussi! Eh bien, on va créer avec la Croix Rouge, les dons de graisse! Vous allez sous une tente, on vous pompe votre graisse, on la met dans une petite fiole, et elle est prête à servir au Darfour.

On l’envoie là-bas, les médecins sans frontières l’injectent dans les sous-nutritionnés et tout le monde est content: vous parce que vous pouvez recommencer à manger alors que votre ligne est redevenue svelte; les sous-nourris parce qu’ils ne crèvent plus. ET c’est économiquement intelligent parce que plus besoin de transporter des aliments fragiles et périssables, chers et difficiles à cuisiner!

Là, tout devient simple: c’est vous qui payez, qui cuisinez, qui métabolisez, et hop, le tour est joué! Comme il y a un peu plus d’obèses que de sous-alimentés, ça correspond bien!

C’est pas génial, ça? Je suis un type comme ça: j’aime rendre service avec mes bonnes idées pour sauver le monde.  *;->)

23:00 Écrit par Amadeus dans Con | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : graisse, humour, dons, macrame |  Facebook |

23/03/2008

Dentisterie allemande…

 Dentisterie-allemandeL

 

                Minuit… Silence lunaire. On entendait juste un léger bruit sourd: la machine à laver des voisins sans doute. Fallait tendre l'oreille ou y faire attention. Rien de gênant, quand tout à coup, un cri déchirant. Et celui-là venait pas de la machine à laver! Mais de l'autre côté. Et un autre… Des hurlements qui arrivaient à passer à travers les murs. Des cris, des pas rageurs sur l'escalier… Je pose mon Alka-Schweizer de minuit… et je tends l'oreille. Pas de doute… il se passe quelque chose de grave à côté.

Faut vous dire que le nouveau voisin était dentiste et Allemand. Bien que pro-européen, il me reste quelques préjugés hérités de mes grands parents et parents sur la dextérité allemande en matière d'aide à la conversation, si vous voyez ce que je veux dire. Je travaille à m'en débarrasser, mais quand même, on a été marqués au fer rouge. Donc, immédiatement, je me dis que dentiste… allemand… ça peut faire un cocktail explosif ça, si j'en juge par ce qu'un dentiste non allemand peut déjà provoquer comme tortures… Du coup, je commence à gamberger: et s'il torturait des gens la nuit? En plus c'était pendant l'affaire Dutroux…

Et ça recommence la nuit suivante et encore et encore. Hurlements déchirants, l'escalier,… bref, le Docteur Jekill n'y allait pas de main morte! Du coup, je me suis mis à surveiller les poubelles. A la moindre main encore fraîche qui dépasserait… j'appelais les flics. Quelques gouttes de sang sur l'allée et son compte était bon. Pourtant, il était marié. Sa femme avait l'air très BCBG (non pas Bon Coup Bon point G). Lui même, avait l'air très doux… J'ai voulu en avoir le cœur net et avec le courage que j'ai, je me suis fait client de mon voisin. Bon dentiste d'ailleurs, mais vous savez comment ça va, on finit par tout interpréter comme des justifications supplémentaires de soupçons… Sympa, comme dentiste, pourtant. Il ne me faisait pas souffrir… mais là aussi… une telle maîtrise n'était-elle pas une confirmation accablante de sa dextérité en la matière…? Un jour qu'on parlotait gentiment il m'a demandé: dites, ça m'ennuie de vous demander ça, mais ma femme est un peu… comment dire… — il me fait un clin d'œil—enfin elle est assez expressive quand on fait l'amour… Ça ne vous a pas dérangé au moins?

Pensez-vous, dis-je… Paaas de problème! D'ailleurs ma femme est sourde comme un pot et je suis muet comme une carpe!
Va vraiment falloir que je me débarrasse de mes préjugés à la con, moi!  *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : humour, dentiste, voisin, macrame |  Facebook |