06/09/2008

Chaussettes, fantômes, sorcières…

Chaussettes-fantomesL

 

                        J'ai jamais cru aux fantômes. Ces draps de lit blancs qui voyagent à travers les murs pour faire peur aux gens sans leur faire mal m'ont toujours semblé ridicules… Idem pour les sorcières. Stupide. Et toutes ces pauvres femmes brûlées sous prétexte que leur repas l'était ou qu'elles parlaient à leur chat… Non, trop con. Quoique…
Je suis peut-être confronté aux deux…

Voilà. En vacances, j'avais emmené les trois quarts de mes chaussettes cette année. Vous allez finir par connaître ma vie mais si je vous zesplic pas, vous pouvez pas comprendre. J'avais prévu un été pourri et pas mal d'activités plus citadines que d'habitude. Et puis, subitement, plus de chaussettes! Il m'en restait trois paires sur une douzaine! Entre ma salle de bain (que je suis le seul à utiliser) où j'ai mon placard à vêtements et la buanderie, il y a six mètres! Pas plus en tout cas. Alors?… On ne les a jamais retrouvées! Je voudrais voir à quoi vont ressembler les fantômes dorénavant! Tant qu'ils volaient les draps de lit, ça allait! Mais avec des chaussettes, bonjour le look!

On revient ici. Oui, vous aussi, revenez ici. L'un de mes pantalons est légèrement décousu et ma femme me propose de le déposer chez la couturière qui est sur son chemin, "un de ces jours". Le pantalon a pris peur des aiguilles? Il a voulu prendre des vacances? Toujours est-il qu'on ne l'a plus jamais retrouvé. On cherche toujours. Ça marche pas tout seul un pantalon! Ça vole pas non plus! Il était soit à la salle de bain, soit dans le dressing room de ma femme où je l'avais déposé. Eh bien y a plus pantalon! Parti pantalon. La couturière attend comme une colombophile… Si encore j'avais oublié mon portable dans une de ses poches, je pourrais l'appeler, mon pantalon. Il sonnerait! Mais là, non… pas le moindre gémissement, même pas un bip. Je vais tous les équiper de bips dorénavant. Biper son pantalon. En voilà une bonne idée! Oui mais quoi? Fantôme? Sorcière?

Eh bien ici j'opterais maintenant pour l'hypothèse sorcière. Ça peut être que ça. Voilà pourquoi je m'en vais de ce pas brûler ma femme, parce que c'est la seule qui soit susceptible d'avoir viré sorcière dans cette maison, mortelles de pertes!   *;->)

ps: si quelqu'un a une idée ou a déjà vécue quelque chose de semblable… n'hésitez pas. Moi, je sais plus quoi imaginer pour les retrouver. En tout cas, désormais je surveille tout. Parce que la sorcière chapardeuse aura bientôt de quoi habiller son sorcier!

20:25 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fantomes, chaussettes, menage |  Facebook |

10/05/2008

Ma femme et moi, nous vivorçons ensemble

vivorçons-ensembleL

 
                        Ça y est, je vous sens venir: vous vous dites, on le sent venir celui-là! Qu’est ce qu’il a encore inventé? Moi rien. Mais comme je parlais de vie conjugale avec une relation, il m’a raconté son expérience… «Eh bien c’est simple, dit-il, ou bien on cherche le grand bonheur, l’inaltérable, le bon - cette fois c’est la bonne - et le compagnon fringant s’en va avec celle du même nom (avec la bonne, vous suivez?). Parce que l’amour, pour être passionnant doit être rugueux. S’il ne l’est pas, on s’ennuie. S’il l’est, ça use pisque c’est rugueux! Forcément!

Alors, comme disait un humoriste américain: la meilleure façon de faire durer son couple c’est de ne pas travailler ensemble, d’éviter de se voir trop souvent à la maison, de faire chambre à part pour que lorsqu’on fait chambre pas à part, ce soit la joie extatique.  Mais comme le grand amour n’existe pas... longtemps et que les autres finissent en... quenouilles pour ne pas dire pire en «ouilles», eh bien, ma femme et moi on a inventé sans le vouloir un truc qui marche depuis 35 ans. On a tout inversé!

On vit ensemble mais on se dispute tout le temps. On se chamaille à tout bout de champs. Donc, on n’y fait plus attention!  Si je lui demande si elle m’aime, elle me regarde avec l’air de dire «non mais tu crois encore au Père Joël ou quoi?».  Pas moyen de lui arracher un mot d’amour! Une vraie mégère. Et je ne suis pas triste non plus. Je l’appelle Rex parce qu’elle me lâche pas les mollets, elle me les hache menues... elle ne me passe rien. Si je lui offre des fleurs c’est gratuitement en ramassant un bouquet improvisé dans un terrain vague. Je critique ses gosses qui sont aussi les miens, mais je les ai élevés aussi, etc. Bref, nous avons inventé le divorce permanent! Nous vivorçons!

Mais, comme je la trouve toujours mignonne, ce que je me garde bien de lui dire pour qu’elle n’en profite pas, et qu’elle me trouve intéressant, ce qu’elle ne me dit pas, mais elle s’en vante auprès de ses amies, ce qui me revient bêtement aux oreilles, nous restons ensemble. Il y en a qui attendent que les enfants soient morts pour divorcer. Nous non. On divorce en permanence. Mais parfois, nos disputes tournent mal et là, on se fait une scène. D’amour! Fort. Et c’est merveilleux. Quand c’est fini, on fait semblant de rien, on se re-dispute! Le seul truc, c’est qu’avec tout ça on a tissé des liens assez forts... et le risque c’est de s’aimer une fois pour toutes! Avec un bonheur idiot et durable...
J’ai souvent essayé de la quitter. Mais finalement, si je la quittais, je pourrais trouver cent femmes plus gentilles, mais aucune avec laquelle les disputes et divorces sont de grands amours renouvelés. Quand on b... c’est aussi intense que les autres quand ils se disputent! Et comme la vie veut que l’on ait plus d’occasions de se séparer que de se rejoindre, on a un bon truc, finalement!»

Essayez-voir! Il a sans doute raison, c’est peut-être la solution…
*;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Amour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : humour, conjugal, divorce, amour, couple, menage |  Facebook |