15/11/2008

Da chinoiserie codes…

Da-chinoiseries-codesL

 

                        Ah, entre mecs aujourd'hui. Je prierai donc les dames de s'écarter légèrement. Voilà, vous savez comment ça va. Des années et des années de mariage, ça finit par vous routiner un petit peu. Pour réactiver votre libido vous avez pas tellement le choix. C'est pour ça, quand j'ai découvert la jolie chinoise de ce restaurant j'ai flashé. Ben oui… Flashé. Et je suis revenu. Et revenu encore, d'autant plus que le lunch est excellent et très abordable. Au moins autant que la restauratrice et c'est comme ça que je me suis restauré. La libido, je veux dire, qui était en position de veille et d'économie d'énergie

Elle est grande, souriante, avec de beaux yeux intelligents, des mains fines et délicates avec des gestes très gracieux. Je me suis senti revivre avec cette hirondelle dont j'avais hâte de partager le nid et les cheveux d'ange. Oui, j'aime la cuisine chinoise et pour moi il y a certainement un lien de sensualité entre l'art de faire la cuisine et celui de vous faire vivre le piquant d'une existence qui n'a que trop connu l' aigre doux avec votre élue officielle. Celle qui vous mène à la baguette. Contre toute attente…

Il me tardait d'éprouver des sensations nouvelles, de sentir le jasmin de ses cheveux laqués, de caresser la soie de sa peau et de vivre avec elle un amour aux cinq parfums. Mais comment entrer dans un monde de volupté dont vous ne connaissez pas les codes? Comment ne pas déraper dans un univers de délicatesses orientales? C'est pourquoi, j'ai été soulagé lorsqu'elle m'a suggéré un 147. C'est à partir de là que, pour paraître au fait des choses je lui ai proposé un 124 et ce fut dé-li-cieux. Franchement ça change des habitudes! Nous avons connu des moments exceptionnels, passant d'un 83 à un 325, par exemple. Je me contentais de dire des chiffres, au hasard mais qui prenaient tout leur sens, c'est le cas de le dire, sous ses lèvres, toutes ses lèvres… Jamais je ne pourrai vous dire tout le bien qu'elle me fit avec un 737 et surtout un 747. Les ailes du septième ciel. Bref, ce fut ma plus belle nuit d'amour. Et nous avons bien ri de mes maladresses de canard interloqué à saisir ses longues jambes satinées…

Bon, vous me connaissez, je suis un rien pudique, raison pour laquelle je ne me permettrais pas d'écrire ces merveilles érotiques en toutes lettres. Mais peut-être cela vous aidera-t-il à imaginer ce qui peut se cacher derrière tous ces chiffres pudiques si je vous dis que nous avons terminé par un 69 !   *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Amour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : amour, sexe, chinoise, torride, rire, humour, libido |  Facebook |

17/03/2008

Le sexe pour les nuls: comment le sortir du magasin ?

Le-sexe-nulsL

 
                        Vu à la FRIC-FRAC ce matin, un rayon avec la collection des livres “Maigrir pour les Nuls”, “Windows pour les Nuls”, etc. Il y avait aussi “Le sexe pour les Nuls”. Bon, je me suis dit ça m’intéresse vu que je suis pas Roco Sifredi ni très doué mais comment sortir de là avec ce bouquin sans déclancher les sarcasmes de la caissière? Trouver un caissier? Oui, soit, mais il était Beur... Gênant de montrer qu’ on est moins bon que les Beurs au lit...  Ces gens là ne rigolent pas avec les nuls en sexe. Faire l’idiot?:  «vous pouvez me faire un paquet cadeau avec un joli noeud, c’est pour offrir»... Pas glorieux...  Eculé... Non non, c'est pas une faute de frappe.

J’ai trouvé: arracher la couverture de “La Relativité pour les Nuls” et la mettre autour du «Sexe pour les Nuls»... Ça encore, être nul en relativité einsteinienne, c’est normal et même, vouloir en savoir plus c’est déjà un signe d’intelligence. Pas de danger. J’avais déjà arraché la moitié de la couverture quand j’ai remarqué un détail:  le «Sexe pour les Nuls» est bien plus épais que l’autre... Normal, on part de plus bas. Je respire un moment avec la couverture arrachée dans mes mains quand un type m’apostrophe: vous êtes contre la relativité? Moi aussi, Monsieur. Quelle prétention! Je suis de l’Eglise Dissidente Révolutionnaire, Monsieur. Comment peut on croire toutes ces balivernes? Seul Dieu est énergie, Monsieur. Je continuais à déchirer les pages pour pas qu’il se rende compte que j’avais fait ça pour une autre raison... C’est alors que Le Sexe pour les Nuls que j’avais sous le bras est tombé et que le gars a plongé pour le ramasser... Mon mystique connaissait déjà les apparitions, il a découvert le miracle de la sainte disparition...

Finalement, j’opte pour le courage. Je prends le bouquin, le tiens avec la couverture bien visible, me dirige d’un pas très digne vers la caisse et là je tombe... pile sur mon voisin Séraphin Lampion qui me tend déjà la main! Je fais semblant de ne pas le reconnaître, d’avoir des tics-tocs nerveux, que je suis un sosie et me rue vers une caisse en me disant que je m’en fous, fourte! En cas de commentaire ironique je ferai semblant d’être plombier polonais: «Nucht understandish». Je fais donc la file sous le regard de biais des autres clients et quand j’arrive devant la préposée au regard le plus... nul, elle ferme résolument sa caisse et cède sa place à un collègue antillais de 120 Kg de muscles avec une boucle d’oreille, un T-Shirt qui arbore trois fois le mot «Fuck!», une mini-tresse et le verbe hilare: “c’est pour vous ça? Hi Hi Hi, si vous en prenez trois on vous donne une plaquette de couillagra en prime, ha ha ha”.

J’ai laissé le livre là et je suis parti la queue entre les jambes selon l’expression consacrée. Enfin, consacrée... Bon, que me suggérez-vous? Le voler comme Hara Kiri au bon vieux temps ou le microfilmer dans le rayon façon espion? Ou le lire sur place? Aidez-moi!
*;->)

22:01 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : sexe, humour, les nuls, amadeus |  Facebook |

28/01/2008

Le cri de la femme blanche…


Cri-femme-blancheLL

                                       Vous avez vos papiers? Plus de 18 ans? Non, je vous demande ça parce que c’est réservé aux plus de 18 ans aujourd’hui. Si vous sucez encore votre pouce et rien d’autre, passez votre chemin. Ceci surtout pour les dames... Enfin, je vais cesser de tourner autour du pot... on va y aller tout droit, je vous zesplic.

Mon frère... oui, toujours lui, connaît bien l’Afrique pour y avoir vécu et travaillé une assez large partie de sa vie. Il a toujours aimé mais admet volontiers qu’il y faut une solide dose d’humour... Et comme chacun sait, la vie des gens n’y est pas facile et même trop souvent dramatique. Mais les choses peuvent y être parfois très drôle. Ainsi, un jour, mon cher frère est accosté par une jolie Congolaise qui lui dit aussi net:

- Paaatrrrron! Je suce et je fais le cri de la femme blanche!

Mon frère s’arrête net! Ah? Intéressant!
Effectivement... je sais que la publicité et les arguments de vente sont parfois très vigoureux, que leur créativité ne connaît pas de limite! Mais quand même! Ici, l’offre dépassait nettement la demande! Ça frisait la promesse abusive! Pas une promotion ne se serait risquée si loin sans conditions générales de vente! Vous savez, la petite ligne qui dit «offre soumise à conditions» et plus bas: «tous les litiges seront réglés par le tribunal de commerce et Maître machin sera seul compétent», tout ça dans un texte en corps six. Ici c’était en corps sexe! Du vrai! Elle lui proposait son opulente poitrine comme un étalage de fruits africains... et je vous parle pas du callipyge.

Bon, la succion, tout le monde sait ce que c’est, je range mes crayons, pas besoin d’un dessin. Mais, le cri de la femme blanche, c’est différent! Qui peut nous éclairer? J’ignorais... que la femme blanche avait une note colorée différente du blues de la femme noire! (j’ai repris mes crayons de couleur... vous suivez toujours?) Porterait-elle en soi une musique nouvelle pour ranimer le Jazz?

Serait-ce directement lié au point G que vous cherchez toutes avec perplexité, Mesdames, parfois même pendant les heures de bureau?
Schuloff qui a écrit une œuvre pour cris amoureux... aurait-il noté autre chose que des Oiseaux dans la Charmille?

Mon frère n’a pas saisi l’offre qui lui était faite mais depuis lors, moi,  je suis à la recherche du cri de la femme blanche au fond des bois ou non avec mon diapason! L’une d’entre vous peut-elle nous éclairer?  *;->)

17:24 Écrit par Amadeus dans Con | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : femme, sexe, cri, humour |  Facebook |