01/10/2009

Ruut… bonheur!

RuutBonheurL

 

                             Comment ça, vous connaissez pas Ruut Verhoeven? Pas personnellement, je comprends, mais rien qu'à son nom vous aurez déjà compris que c'est pas l'inventeur du makoulele à trois cordes! Ah, vous voyez que vous en savez déjà plus que ne pensiez, rien qu'avec le nom. On continue? Ruut… Plutôt Zotlandais, non? Sérieux oui, drôle, j'en doute avec un nom pareil. Ah ben voilà, ça s'appelle des préjugés de ma part. Parce que Ruut Vermachin, lui, des préjugés il en a pas. Je vous zesplic.

Ce brave Ruut a essayé de déterminer le pays où l'on était le plus heureux. Obstetriquement, hein, pas avec des impressions et des préjugés subjectifs comme j'ai moi. Et quel est le pays gagnant? Je vous le donne en mille et vous pouvez le garder aussi mille fois, d'ailleurs… Vous voyez pas? Vous donnez vos glandes au chat? Bon. Eh bien the Winner is l'Islande! Je comprends mieux maintenant pourquoi vous étiez tous en vacances en Islande cet été. Apparemment j'ai loupé quelque chose, là… Mensurations du bonheur: 69/81,5 (69 années de bonheur pour 81,5 de vie) en Islande. Ah, la morue surpasse la bouillabaisse, non? Puis vient la Suisse. Le chocolat sans doute (65/81). Dans la liste on trouve aussi l'Autriche, la Suède, la Finlande, le Danemark, la Norvège… le Canada et le Mexique en 10eme place… Ça sent pas les statistiques manipulées, tiens, ça… Notez, le racket et les enlèvements contre rançon à tous les coins de rue ça peut apporter du piquant à l'existence et créer du bonheur… Luxembourg, Zotlande, Irlande… Colombie (à mon avis l'enquêteur avait fumé de la pure, là), Nouvelle Zélande… La Belgique (57/78) vient après l'Espagne et le Costa Rica, quand même. Je m'en serais douté. Ensuite, Allemagne, USA puis France…, le pays de la bonne cuisine, du vin, du tourisme et de toutes les gloires sociales et avancées des droits de Lomme, pourtant! (52/82).

A voir le nombre de pays nordiques en tête on se dit que les critères de bonheur choisis sont ruutement pas les nôtres: climat…, charme des restos, etc… Mais il y a un critère intéressant qui me laisse perplexe: c'est la différence entre nombre d'années de vie et nombre d'années de bonheur  dans son étude. En Suisse l'écart est de moins de 16 ans tandis qu'en Belgique il est de 21 ans! Ce qui signifie que, quelque soit le taux de bonheur… il y a un purgatoire! Il est de 30 ans en France! 35% d'années à se faire c… pour atteindre le nirvana français! Ça laisse rêveur. La question c'est de savoir quand? L'enfance? La vie active? Ou après? Je pencherais bien pour penser que c'est durant la vie active avec taxes et radars, tiens… *;->(

Source: l'Internaute
Ruut Verhoeven, statistiques du bonheur, Bonheur en France,


LE BONHEUR CONSERVE
Le Quotidien du Médecin du 28 Août rend compte du travail du sociologue hollandais Ruut Verhoeven qui a synthétisé une trentaine d'études menées chez des personnes saines ou malades. Se sentir heureux est associé à une longévité augmentée de 7,5 à 10 ans, un facteur aussi puissant que l'absence de tabagisme.
L'auteur s'étonne en conclusion de son article que l'investissement dans les techniques d'aide au bonheur à l'école, par coaching spécialisé, dans les media soit si faible, "une carence du marché, étant donné le nombre de gens qui ont le sentiment qu'ils pourraient être plus heureux".

24/07/2008

Service après vente…

Service-suisseL

 

                    Tout ce qui rentre fait ventre disait-on dans les provinces françaises… Oui, mais quand les vendeurs de voitures se sont empiffrés de votre commande, adios! Faut que je vous raconte l'histoire de mon ami suisse.

D'abord, il est Suisse! Ça veut dire qu'il a une conception de la fiabilité et du service après vente qui s'apparentent aux vœux de chasteté et de dévotion au client proches de ceux d'un Trappiste. Pour tenter de vous éclairer sur la conception suisse du service après vente, imaginez-vous qu'une grande marque avait proposé une promotion identique à tous les pays d'Europe: un verre avec une bougie à faire flotter dedans pour Noël à l'achat de trois minicassettes. Tous les Européens qui ont acheté ça ont fait flotter la bougie pour Noël et puis basta, ils ont utilisé le verre pour boire. Sauf les Suisses qui ont demandé de nouvelles bougies l'année suivante! Eh oui… service après vente!

Mon ami suisse, lui, avait deux VW depuis toujours. Bien que célibataire il ne peut s'imaginer être en panne pour servir ses clients. Donc, deux VW. Il les remplaçait l'une et puis l'autre au fil des années. Un jour, mécontent du service, il a menacé le réceptionniste: "si ça continue, je vais changer de marque!". La fois suivante il insistait: "vous ne me croyez pas, parce que j'ai toujours acheté mes voitures chez VW, mais vous allez voir, je finirai par changer de marque. Puis… "je n'ai aucune crédibilité quand je vous dis que je vais changer de marque parce que j'ai toujours acheté des VW, mais vous allez voir"! Eh bien on a vu ce qu'on allait voir. Je vous zesplic.

Par un beau matin, le voilà qui se pointe chez VW et son réceptionniste favori, dans la file des clients: "bonjour, je viens pour entretenir ma voiture, premier entretien". Le réceptionniste prend note du nom et demande la clé. C'est là que ça devient drôle…

Le réceptionniste: "mais c'est une clé de Mazda que vous me donnez!". Et là, mon ami fait un bond en l'air et hurle: "ah, je vous avais prévenu! Vous ne m'avez jamais cru, vous vous foutiez de ma g… en ne faisant pas les entretiens demandés, eh bien vous avez eu tort! La voilà ma nouvelle voiture! Et c'est plus une VW! Je vous avais prévenu!"

Là-dessus, il a repris sa clé et s'en est allé satisfait! La vengeance est un plat qui le démangeait froid depuis un moment! Le réceptionniste en a toujours les yeux ronds. Les clients de la file aussi, d'ailleurs…  *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suisse, service, entretien |  Facebook |

09/12/2007

Ah ces Suisses…

Ah-ces-suissesL


                        Quand on regarde les profils des sites de rencontre c’est pas compliqué. Tout se passe comme si les femmes se disaient «on va voir s’il est bien pour le reste et si oui: crac crac» et les hommes «on va faire crac crac et si c’est bien, alors on reste!». Bref, la surfesse de contact pose problème.

Donc, je me dis, c’est peut-être propre, enfin propre..., aux habitants de la planète rencontres…

Pour vous aider à y voir clair, je suis allé voir dans la Nature des écologistes. Et là, qu’est ce qu’on s’aperçois-je?
A Bern, en Suisse, le pays des montres en chocolat et des fondues entre banques qui se rachètent l'une l'autre, il y a deux couples d’ours dans deux cages mitoyennes. Au début, pas de problème. L’ourse et l’ours se curent les ongles, s’épouillent gentiment, plongent pour les touristes, mettent des baffes aux cabillauds et puis... crac crac. Comme ils sont longs à la détente l’ourse est heureuse mais ils ont aussi tendance à perdre leur mouillette dans le caquelon... et ça c’est pas terrible, mais enfin.

Or, au bout de six mois, les deux ours commencent à s’embellemèr’der comme dit un de mes amis. Ils ne regardent plus leurs femelles respectives et grimpent dans leurs moignons d’arbres pour aller zyeuter l’ourse de la cage voisine. Puis, ils s’en vont chacun mettre leur profil sur le site de rencontre: «intéressé par une secousse et plus si affinités».

Le Webbe Mastaire du zoo qui doit avoir une glande tue moral s’en aperçoit et décide d’intervertir les maris. Là, ils sont tout re-joyeux, crac crac tout le temps avant de se re-curer les ongles, re-plonger pour les touristes, re-flanquer des baffes aux morues (les vraies), s’épouiller et se remettre à s’embellemer’der. Et qu’est ce qu’ils font? Ils remontent sur leurs arbres et matent à nouveau les femelles de la cage d’à côté. Leurs ex...

Ah, ces Suisses...

Et je vous jure que cette information a été publiée il y a quelques mois! *;->)


16:24 Écrit par Amadeus dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : humour, amour, ours, suisse |  Facebook |

27/11/2007

Déclaration d’amour suisse…

DéclarationL


                J’avais une secrétaire qui avait cette particularité bizarre d’être à la fois Anglaise et Wallonne. Ne me demandez pas comment c’était arrivé, je suppose que c’est un accident frontal du fait de la conduite à gauche d’un des parents. Ce que je peux vous dire c’est qu’à ce point d’hybridation, même les lois de Mendel volent en éclat. Gentille, la fille. Très Anglaise parfois, très Wallonne par d’autres côtés.

Mon ami suisse (c’est comme ça qu’il est devenu ami) était notre producteur attitré de diapos de réunions qu’ il produisait déjà avec un ordinateur.  Faut dire qu’à l’origine il est informaticien et électronicien.

Et le voilà qui invite ma secrétaire pour un lunch puis pour un souper et puis pour plus par affinités. Notez, d’autres avaient tenté d’approcher ma secrétaire avec leur kit mains libres mais ils avaient reçu une baffe par retour du coursier. Par contre, là, ils étaient passé du temps irréel au flux étendu assez rapidement. L’amour avec mon ami suisse, ça marchait bien. On aurait même pu parler de haut débit. Mais restons allusifs pour la tenue de cette chronique.

Toute fois, il y avait un p’tit croco, vous savez ces confusions qui enduisent d’erreur… Mon ami lui avait bien dit, pourtant: «je suis célibataire endurci, je suis un mari exécrable, un amant moyen et un excellent ami. Tu choisis! Je vois dans ton regard que tu penses qu’aucune dame n’a réussi à me phagocyter mais que TOI tu y arriveras. Je te dis tout de suite, c’est peine perdue!».
Une telle déclaration d’amour ne pouvait qu’exciter l’esprit de conquête britannique de ma secrétaire et elle commença à déménager ses affaires, progressivement, dans l’antre hyper-bordélique de mon ami.

Faut vous dire que chez lui, un ancien atelier, il y avait 12 pièces en enfilade, toutes dans le même état de désordre comme après un cambriolage, avec plein de trucs qui pendaient au plafond. Quand on lui demandait pourquoi tant de choses au plafond, il répondait «mais c’est logique! Tu arrives à mettre du désordre toi au plafond?». Effectivement… Bien vu!

Un jour, je vis arriver ma secrétaire hilare et pleurant de rire, même.
- Tu sais ce qu’il m’a dit?
- Euh…
- Eh bien, qu’il voulait encore bien b… avec moi, à une condition: que je foute le camp de chez lui!
C’est la plus belle déclaration d’amour qui m’ait jamais été faite, dit-elle avec beaucoup d’humour anglais…!    *;->)

Cher lecteur. J'écris à "l'aveugle" tant que vous ne vous manifestez pas. Un simple vote quel qu'il soit suffit pour me dire que vous avez lu… Et c'est complètement anonyme. Merci d'y penser.
 

23:12 Écrit par Amadeus dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : humour, amour, suisse |  Facebook |