30/01/2010

Eric Woerth…

 

WoerthL

 

                Le bon monsieur Woerth est ministre des finances français. Avec son air de prof de latin lui-même père de famille, on ne peut que le trouver sympathique bien qu'il ait été quand même très casté par le passage dans une grande école française…


Calme, déterminé, l'homme inspire confiance bien qu'il soit la parfaite démonstration de ce qu'expliquait Alexis de Tocqueville: un état despote qui nous violente mais de façon douce et maternelle. On vous pique tout mais c'est pour votre sécurité d'édredon social sur lequel ronfler et ne plus ennuyer personne. 


Ainsi, on a vu ce bon monsieur Woerth venir expliquer sur un ton paternel et serein, presque convaincant, que frauder le fisc c'était tricher et que ça créait des inégalités, de l'injustice sociale!


Là, je dois me pincer. Et je pense qu'il est de mon devoir d'avertir mes contemporains qui seraient un rien distraits, qu'à ce niveau  on ne peut plus voir l'impôt comme un juste partage mais comme un racket et une taille moyenâgeuse! … 


Notre bon monsieur Woerth s'en tape. Il est là pour spolier le contemporain et il a les moyens de faire appeler justice ce qui est en fait une violence épouvantable. Ces gens là n'hésitent pas à pratiquer la double, voire la triple peine: Votre patron paie pour vous employer, puis vous payez sur votre salaire, puis vous payez encore une taxe sur ce que vous achetez avec ce qui reste et si votre terrain a pris de la valeur vous allez repayer un impôt sur la fortune… 


Or, tous ces impôts ne résolvent pas les problèmes des états qui sont endémiquement endettés! Les SDF sont toujours sur le carreau… Alors? ben justement! Les SDF ne sont pas électeurs! Sous leurs pavés pas de plage. Paris plage à coups de millions c'est pour les électeurs! Bref pour faire court et parce que j'arrive au bout de ma page… ce que ce bon monsieur Woerth ose appeler justice sans rire c'est de faire financer la démagogie des politiques par la spoliation du citoyen.


Le beurre, l'argent du beurre, le sourire de la crémière et la main sous sa jupe, quoi!  Je prie pour que tout ça finisse un jour devant un tribunal de Nuremberg spécifique… *;->(

 

20/04/2009

Paradis fiscaux

Paradis-fiscauxL

 

                   Y a un truc qui me chipote… On n'entend plus parler que de paradis fiscaux. On veut les casser, les empêcher de nuire, de recycler de l'argent sale, etc. Dans la liste grise, le croirez-vous: la Belgique! Pas pour moi en tout cas, mais c'est pas le sujet.

Donc, il n'y en a plus que pour l'abattage des paradis fiscaux. Et on vous explique que c'est pour moraliser le monde, la finance, empêcher les méchants de mettre le système économique à mal, etc.

Je vous raconte tout ça parce qu'il y a un truc qui me chipote. C'est qu'on nous manipule nos occiputs plus sûrement qu'un coiffeur avec son shampooing et ses petits doigts emperlousés de bagues vulgaires comme faisait remarquer mon Maître, le regretté Pierre Desproges. Et que Dieu ne touche surtout pas à son âme…

Parce qu'enfin, nous avalons toute cette propagande sans réagir et même en épousant les théories: les riches sont des méchants qui ont gagné injustement leur argent avec des parachutes dorés, voire avec des malversations comme des politiciens socialistes et qui recyclent leur argent sale dans des paradis fiscaux. Point barre barre.

Mais ça vous trouble pas ce mot? Paradis fiscal! Allons, réfléchissons une seconde. Si ces pays sont qualifiés de paradis fiscaux c'est bien par opposition à autre chose! Cette autre chose c'est donc le contraire du paradis! Et ce contraire c'est l'enfer, non? Et cet enfer, ce serait pas où nous sommes par hasard? Ben oui! Bon sang mais c'est bien sur! Nous sommes tous dans l'enfer fiscal et comme chacun sait, le diable a horreur du paradis! Voilà pourquoi il nous raconte tous les jours qu'il faut supprimer les paradis fiscaux! CQFD !

Ah ben je suis drôlement content d'avoir compris ça. Notez je m'en doutais un peu mais c'était confus dans ma petite tête. Et c'est ça qui m'ennuie depuis si longtemps! Je suis en enfer avant même d'avoir été passé au tribunal du jugement dernier! Même pas en garde à vue. Non non, en enfer fiscal! Avec vous et tous autant que vous êtes à me lire pour sourire un peu et échapper à votre condition sur cette basse terre. Eh oui, le diable est partout, même où on satan le moins à le trouver!  Ooops ma langue a fourché!  *;->)

04/11/2008

Nous sommes tous devenus des Boeings…

DevenusBoeingsL

 

                            Un jour, quand on venait d’équiper toutes les autoroutes de ces affreux éclairages oranges, ma belle soeur me dit: ‘tu te rends compte? Il y a des endroits où il ne fait plus jamais noir…». Quelques années plus tard j’entendis que la nuit noire venait d’être classée au patrimoine de l’humanité…

Entrant dans un Boeing, un soir, pour rentrer à Bruxelles, j’avais été étonné de constater qu’avant même que l’avion ne soit en mouvement, un réacteur tournait pour alimenter l’électricité intérieure et tous les équipements de l’avion. Je m’étais dit que cette machine ne s’arrêtait jamais de tourner ou que s’il fallait l’entretenir, elle devait être alimentée par cathéter électrique… Cette idée que cet engin n’était jamais au repos, jamais en attente, jamais au silence, m’avait troublé.

Evidemment, mon cœur ne s’arrête jamais de battre… Mais quand même, il y a des moments de nuit où tout semble être au repos. Où la nuit, en beaucoup d’endroits, reprend ses droits. Il y a des moments de silence et d’immobilité.

Lorsqu’adolescent, j’appris qu’il ne suffisait pas d’avoir acheté une maison pour qu’elle nous appartienne, mais qu’il fallait encore payer une taxe cadastrale, j’avais été profondément choqué. Je vivais dans l’idée que lorsqu’on rangeait sa voiture au garage, elle était comme hors jeu, au repos. Puis, j’ai découvert le péage des routes… Choqué! Puis j’ai découvert les parcmètres! Choqué! Ainsi donc, il fallait payer pour sa voiture, payer pour pouvoir l’employer au travers de ses impôts supposés payer les routes, payer une taxe de roulage…, payer pour rouler sur les autoroutes et payer pour s’arrêter! Choqué!

Aujourd’hui je sais qu’il faut payer pour exister. Il n’est plus possible d’exister sans devoir de l’argent à l’Etat… C’est ainsi que certains qui n’arrivent plus à SE payer, se retrouvent à la rue. Il n’est plus possible aujourd’hui, à une vieille femme qui ramasserait des simples dans la campagne et vivrait de sa chèvre et de quelques légumes et moutons, de continuer à vivre son autarcie sans devoir de l’argent à l’Etat… Pour le simple droit d’exister. Je suis terrifié! Nous sommes tous devenus des Boeings ou des autoroutes belges qui n’ont plus jamais droit au repos du noir…  Et on voudrait nous faire croire que l’argent n’est pas tout… Ultime cynisme? *;->)

17:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de monde | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : taxes, exploitation, servage |  Facebook |

15/07/2008

Cormoran…

cormoransL

 
                            Pas facile d'expliquer les choses aux autres. Par exemple, pour vous expliquer les ondes radio, on vous a sans doute montré qu'un caillou jeté dans l'eau provoque des petites vagues, des ondes. C'est pas tout juste parce que les ondes radio peuvent se propager dans le vide absolu, mais ça donne une idée. Quant il s'agit d'expliquer l'entropie ou d'autres concepts complexes, ça devient franchement difficile. Ça m'est arrivé avec mon petit-fils ce week-end. Il m'a demandé ce que c'était que les impôts. Il a de ces questions, celui-là, je vous jure… Enfin, quand faut y aller faut y aller. J'y fautyallé.

Je cherchais un exemple. Pratique ça les exemples pour esspliquer quelque chose. Oui, je sais, comparaison n'est pas raison mais quand même.  Et là j'ai trouvé. Je vous zesplic.

Il existe en Chine des pêcheurs qui ont trouvé un truc génial. Ils ont repéré que les Cormorans adoraient les poissons et qu'on pouvait les apprivoiser pour nous approvisionner… Ils envoient donc le cormoran chercher le poisson. Mais le cormoran n'est pas plus con que vous et moi, il bouffait le poisson en l'avalant vite fait avant que le pêcheur eût le temps de le lui prendre. Il eût donc l'idée de mettre une petite cordelette autour du long cou du cormoran si bien que celui-ci ne peut plus rien avaler! Il revient avec son poisson et hop, le pêcheur s'en empare alors qu'il essaie de le déglutir.

J'ai donc raconté ça à mon petit-fils en lui expliquant que c'était ça les impôts. Vous travaillez, vous attrapez de l'argent avec votre travail et au moment où vous allez le déglutir, c'est à dire le dépenser, l'Etat le rattrape par la queue et vous le prend! Et vous, vous restez là comme un cormocon avec votre cordelette autour du cou. Cruel, non? C'est du moins ce qu'a estimé mon petit-fils. Il ne trouve pas ça gentil et m'a assuré qu'il enlèverait vite la cordelette dès qu'on essaierait de la lui mettre autour du cou. Pauvre bout de chou… il ne se rend pas compte qu'elle est en titane la cordelette… sans parler d'une autre corde au cou! Mais c'est pas le sujet.

Et voilà comment mon petit-fils a bien compris ce qu'était l'impôt. Et vous, vous voyez comment, maintenant que vous connaissez cette histoire? *;->)

18:00 Écrit par Amadeus dans Drôle de vie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : taxes, cormoran, peche |  Facebook |